Pride and prejudice [Akio]
header

Partagez|

Pride and prejudice [Akio]

Tenryû Ayako
Principale de Yuei
avatar
Surnom : Lightning
Profession : Principale de Yuei
Rang : S
Yens : 1145
Pride and prejudice [Akio] || Jeu 2 Aoû - 15:37


Dans les eaux froides et profondes du Pacifique nage une mystérieuse baleine qui intrigue les scientifiques tout autant que le commun des mortels. Son chant d'amour la rend unique en son genre... et la condamne à la solitude. le chant d’amour restera à jamais inaudible pour ses semblables. Et pour cause : le cétacé chante d’une façon trop aiguë, ce qui empêche les autres baleines de l’entendre. Elle vit seule, sans ami, sans amant, sans amour, dans un océan hostile dans lequel elle survit plus qu’elle ne vit. Les baleines sont des animaux sociaux, et celle-ci est l’une des rares à être condamnée à vivre seule. Et pourtant, même seule, elle continue de chanter.

Cette histoire vraie, Ayako la ressassait dans sa tête depuis qu’elle était partie de chez elle, tard dans la soirée, comme un miroir de sa propre vie ; seule, n’ayant sa place nulle part et abandonnée malgré tout ce qu’elle fait. La tête posée contre la vitre du taxi qui l’emmenait à Sendai, son visage infiniment triste était périodiquement éclairé par les lampadaires de l’autoroute. Quelques heures auparavant, elle était assise dans un bar de la ville qu’elle rejoignait, buvant un verre de thé glacé avec l’homme qu’elle rejoignait. Pourtant, son voyage allait être tout à fait différent, cette fois-ci. Le son de sa voix tournait en boucle dans sa tête.
    » Hey ! Tu devineras jamais d’où je t’appelle…
Elle était en colère, contre lui pour l’avoir trahie, pour lui avoir craché dessus à peine quelques heures après leur rencontre, mais aussi après elle-même de n’avoir pas réussi à le convaincre d’une part, et pour se sentir aussi concernée d’autre part par cet homme qui s’en fichait visiblement de ce qu’elle ressentait et de ce qu’elle aurait voulu. La rentrée scolaire était dans deux jours, et elle s’en allait au beau milieu de la nuit dans un commissariat pour retrouver son criminel de meilleur ami. Il ne pourrait pas se dérober à la justice, cette fois-ci : pris en flagrant délit de cambriolage d’une des banques les plus sécurisées de la ville. Qu’est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête ?

La pluie commença à tomber au fur et à mesure qu’ils approchaient de Sendai. Simple phénomène ou projection de ce qu’elle ressentait ? Car plus qu’en colère, Ayako était triste. Profondément. Elle savait qu’elle n’avait pas fait les meilleurs choix de vie, et que pendant des dizaines d’années, elle avait été horrible, l’empêchant de se créer des liens amicaux. Mais lui était différent, il était son seul soutien, son seul ami. Et voilà qu’il gâchait tout. Elle soupira, regardant son téléphone : les informations ne parlaient que d’un braquage important à Sendai, aucun nom n’avait encore fuité. Pour être franche, elle ne savait même pas pourquoi elle y allait – tout comme elle ne savait pas pourquoi il l’avait appelée, elle.

Sendai paraissait bien différent maintenant. C’est dingue comment en quelques heures, un même endroit peut se transformer radicalement. Elle avait vu en cette ville une cité sympathique, qu’elle avait contribué à sauver il y a de cela quelques années, où elle avait passé un bon moment quelques heures auparavant. Les hauts immeubles, les lumières, l’obscurité l’oppressaient désormais. Elle n’avait qu’une envie : repartir à Tokyo. Arrivée devant le commissariat de la ville, elle baissa la tête, attendant quelques secondes. Son chauffeur se retourna vers elle.
    » Madame ?
    » Je…
« … souhaiterais que vous me rameniez à Yuei, s’il vous plaît » était ce qu’elle avait envie de dire. Au lieu de quoi, elle afficha un léger sourire, les yeux humides. Le chauffeur se tut même : jamais Lightning n’avait semblé si abattue.
    » … vous remercie.
Elle paya la course et sortit sous une fine bruine. Elle mit la capuche de sa veste noire et s’avança vers le poste de police. Dans le hall, elle en profita pour envoyer un message à sa secrétaire, lui informant de son absence demain au moins toute la matinée. Puis elle s’avança vers l’accueil.
    » Bonsoir… On m’a appelée tout à l’heure… Je viens voir Kojima Akio.
La policière leva les yeux, circonspecte, et tendit finalement un formulaire à la principale de Yuei.
    » Remplissez ça, donnez-le moi et patientez là-bas.
Ayako s’exécuta. Quand elle rendit le formulaire à la policière, cette dernière le posa négligemment sur le côté de son bureau, Lightning allant s’assoir là où elle lui avait indiqué. Mais quelques secondes plus tard, elle avait visiblement jeté un œil au formulaire.
    » Tenryû Ayako ?! Vous êtes Lightning, la principale de Yuei ?
Elle haussa les épaules, s’asseyant et se passionnant pour son téléphone. La réceptionniste avait déjà disparu dans les couloirs de derrière, revenant rapidement avec un autre homme.
    » Tenryû-Sama, veuillez excuser notre impolitesse, nous ignorions que vous veniez…
    » Je ne suis pas ici en tant que principale ni en tant qu’héroïne ; aucune raison d’avoir un traitement de faveur.
    » Non bien sûr, mais… Enfin, vous savez. Veuillez me suivre, s’il vous plaît.
Il l’emmena dans un couloir, puis un autre, avant de tomber sur les cellules de garde à vue. Un alcoolique dans la première, qui ronflait à faire trembler les murs, une cellule vide et dans la troisième, l’homme qui faisait la Une des quotidiens du lendemain… Kojima Akio.

________________


   
Celui que frappe la foudre n'entend pas le tonnerre.
Kojima Akio
Membre du Syndicat
avatar
Profession : Garagiste - Ingénieur du Syndicat
Rang : A
Yens : 685
Alignement : Esprit Libre
Re: Pride and prejudice [Akio] || Mar 21 Aoû - 12:22

- Coucouuu !

Son sourire illuminant son visage un peu récemment morose, il se releva après avoir fait signe de la main à la jeune femme qui venait d'entrer. Il n'était à vrai dire pas sûr à 100% qu'elle viendrait, mais quand il avait entendu sa démarche furieuse dans le couloir, il avait bien compris qu'elle n'était peut-être pas dans son meilleur jour.

- Y aurait pas moyen de parler que tous les deux ? J'ai bien droit à ça non ? Genre confidentialité entre avocat et client ?

Regardant l’homme qui accompagnait Ayako, celui-ci sembla hésiter… logique, jusqu’à ce qu’il pose ses yeux sur le visage fermé de l’héroïne si nationalement reconnue. Lui indiquant qu’il serait dans la pièce à côté et de leur signaler si elle avait besoin de quelque chose, il les laissa tous deux. Il les suivrait de toute façon sur caméra.

- Alors … c’est pas ce que tu crois. Enfin ça dépend ce que tu crois. J’leur ai rien dit jusqu’à présent mais je comptais défendre l’idée que j’étais là-bas à ta demande, tu sais style infiltration des rangs des vilains pendant des années pour essayer de coincer un gros poisson… Genre héros -mais pas vraiment hein- undercover.

Se grattant la nuque en pleine réflexion, il poussa sa chance encore un peu plus loin.

- Mais pour ça faudrait que je sois fixé sur un truc … le poste de prof c’est toujours d’actualité ? J’t’avoue y avoir pas mal réfléchit depuis qu’on s’est vu … et même avant que j’atterrisse ici.

Sa raclant la gorge et prenant un ton plus sérieux qu’avant, il la regarda dans les yeux. Elle était étonnement silencieuse, mais bon après tout c’était son tour de parler.

- Juste avant le casse, j’ai essayé de t’appeler. Pas bourré, rien. Juste… j’avoue m’être dit pourquoi pas avant de trouver ça finalement plutôt con de ma part. J’aurais peut-être dû t’appeler avant, j’me serais pas fait poignarder dans le dos par le mec qui m’avait engagé … J’aurais pu le défoncer je pense alors qu’il s’enfuyait mais …

Regardant ses doigts, il avait été si proche de le faire.

- J’dirais pas avoir eu un cas de conscience de folie, mais je me suis rendu compte que faire tout exploser c’était pas qui j’étais. Promis toutes ces années dans mon coin j’m’en suis jamais pris à des héros ou civils … directement. Là le terrain c’était un peu un cas unique… la dèche de thune, les dettes... le Syndicat qui me mettait la pression.

Dernière hésitation.

- Car ouais… j’en fais comme qui dirait partie. J’suis juste l’un de leurs ingés, mais bon … après que j’me sois cassé de l’agence et que bon … tu sais … c’est un peu eux qui me tenaient par les … tu m’as compris. Pour ça également que j’me voyais pas accepter ton offre, je supposais que ça pourrait faire de tes élèves la cible de représailles. Mais du coup… si vraiment tu peux aider… j’pense qu’il vaut mieux que j’te dise tout plutôt que tu le découvres sur le tas. Comme ce soir.

Petit sourire ironique et triste. Ne restait qu’à attendre le verdict, en espérant lui avoir fait comprendre qu’il n’était pas dans son intérêt de le garder à ses côtés pour le surveiller, mais mieux valait en remettre une couche.

- Et si prof c’est pas possible… pas grave hein, j’me contenterais de ma sortie d’ici j’suis pas exigeant.
Tenryû Ayako
Principale de Yuei
avatar
Surnom : Lightning
Profession : Principale de Yuei
Rang : S
Yens : 1145
Re: Pride and prejudice [Akio] || Jeu 23 Aoû - 22:35

    » Rassure-moi, tu te fous de ma gueule, hein ?
J’étais restée silencieuse tout au long de son monologue, gardant un air au mieux indifférent, au pire ulcéré. Mes bras étaient croisés, mon regard mauvais était plongé dans le sien. « Infiltré à ta demande », « au pire je me contente de sortir d’ici » : il voulait pas non plus cent balles et un mars ? Et – je dois l’avouer – mon ventre s’est retourné quand il m’a parlé du Syndicat. De tout ce qu’il faisait, j’étais intimement persuadée qu’il ne se salirait jamais assez les mains pour tremper dans ce genre de combine. Visiblement, je me trompais. Et je ne pus réprimer une grimace, malgré ma volonté de rester stoïque face à son récit.

Lorsqu’il eut terminé, je restai un petit moment immobile, le jugeant et le toisant du regard. Il avait l’air misérable, derrière ces barreaux, à quémander de l’aide avec un air de chien battu. Puis, quand je fus sûre qu’il me regardait, je scrutai ostensiblement la porte de la prison.
    » Et ils sont où, aujourd’hui, tes potes du Syndicat ? Vous formez pas une confrérie burlesque, ou un truc dans le genre ? Ou vous êtes plutôt agent du MI6, laisser pour mort ?
Des dizaines de choses me passaient par la tête, si bien que je laissai de nouveau un blanc dans la conversation. L’envie de le laisser croupir là pendant des années était celle qui prédominait, mais je devais sans doute avoir très peu d’estime pour moi-même pour lui dire ce que j’allais lui dire. Je tirai une chaise d’un coin vers le devant de la cellule.
    » Voilà ce qu’il va se passer. Je vais utiliser le réseau de mon père pour t’inscrire sur la liste des protections de témoins. T’as eu accès à de nombreuses demandes, je suppose, et tu as été du Syndicat, ce qui fait de toi une denrée rare dans les forces de l’ordre.
Plus je parlais, et plus je me rendais compte de la fracture qui venait de s’opérer entre nous. Je n’avais aucune envie de l’aider, ni aucune pitié pour ce qu’il était devenu. Il avait choisi d’être ce qu’il était.
    » Tu vas témoigner, et crois-moi Akio tu vas dire tout ce que tu sais à la police, jusqu’à la couleur de sous-vêtement préféré de ceux pour qui tu bossais. Et je me contrefous qu’ils puissent penser aux représailles, que tu puisses penser être en danger ou quoi : tu feras ce que je te dis de faire.
La seule raison pour laquelle je l’aidais, c’était pour tout ce qu’il y avait eu entre nous, dans le passé. Il a été là pour moi, malgré tout, et même si je n’ai jamais risqué sa vie personnelle ou professionnelle avec mes problèmes, il avait su trouver les mots et les gestes pour m’aider quand j’en avais le besoin.
    » A la suite de quoi, je demanderai à ce que le programme de protection te place sous ma juridiction. Je pense pouvoir l’obtenir si tu te comportes bien jusqu’à ta libération. Et tu bosseras pour moi. J’ai une place de prof de disponible. Traque et enquête, une matière phare. Tu t’en sortiras à merveille, tu pourras dire à mes élèves comment un Vilain se planque, ment et trahit. Je peux pas trouver meilleur candidat.
Me levant, je le dévisageai de nouveau.
    » Tu ne seras évidemment pas annoncé en grande pompe, de toute façon ton arrestation ne sera même pas médiatisé. Tu seras qu’un mec lambda qui a un métier lambda pour payer ses factures. Un seul écart, une seule entorse au règlement que je t’imposerai, et je te jure que tu retournes direct à la case prison sans toucher un seul yen et je m’arrange pour que t’y pourrisses au moins quinze ans. J’suis claire ? Des questions ?

________________


   
Celui que frappe la foudre n'entend pas le tonnerre.
Kojima Akio
Membre du Syndicat
avatar
Profession : Garagiste - Ingénieur du Syndicat
Rang : A
Yens : 685
Alignement : Esprit Libre
Re: Pride and prejudice [Akio] || Ven 24 Aoû - 2:07

- Non non mais j’suis qu’un ingé lambda, un mec du quartier ! ‘Fin un bon hein soyons honnêtes…

Clin d’œil.

- Mais ça allait pas plus loin, c’est comme si j’étais sous leur … aherm protection en cas d’impayés ou d’embrouilles.

Pas très convaincant sûrement. Elle n’en tint d’ailleurs même pas compte -ou peut-être que si vu son changement d’état d’âme-, et commença à lui exposer ses conditions, le taulard grimaçant de temps en temps alors qu’elle énumérait certaines choses qu’il aurait préféré ne pas entendre. Pas les piques non, il était habitué à son mordant et c’était notamment à cause de ça qu’il l’appréciait pas mal, mais ces histoires de tout balancer, de devenir prof et compagnie. Passant sa langue sur ses dents et repassant sur l’une d’entre elles en un geste pensif, il grimaça légèrement à nouveau et secoua la tête légèrement.

- Hmmm naaan, ça me convient pas trop.

Pianotant sur l’un des barreaux de la prison, il hésita à s’éloigner de la grille au cas où elle aurait l’idée de le chopper par le col et de lui mettra la raclée de sa vie.

- Outre le fait que j’sois mort si j’balançais à la police des trucs que j’devrais pas sortir sur mes fameux potes, me reste quand même d’autres options j’pense pour pas me soumettre à ton marché un peu pourri.

Craquement de cou, il les énuméra au fur et à mesure sur ses doigts.

- D’un j’peux passer par la police direct sans ton intermédiaire et j’ai des chances qu’ils m’en demandent pas autant que toi. En sachant qu’y a moyen que mes très nombreux talents puissent les intéresser.
- Deux j’connais une avocate pas dégueu de mes fameux potes qui pourrait œuvrer sur mon cas au risque de devoir m’endetter encore plus auprès du Syndicat.
- Trois j’pourrais peut-être m’évader d’ici et partir me dorer la pilule à vie dans un truc style îles Fidji -ça te dirait de venir d’ailleurs ?- ou autre vu que j’t’ai déjà balancé ce nom.
- Quatre soyons honnêtes on m’a pris la main dans le sac pour un crime qu’est pas le crime de l’année en sachant que j’suis pas le méga criminel du duo, donc j’pourrais filer aux flics de quoi le chopper pour diminuer ma peine et autres infos en vrac.
- Cinq, j’pourrais te forcer toi ou ton père à tout faire pour me sortir d’ici pour m’éviter de traîner ta réputation dans la boue. La principale de Yuei de mèche avec le Syndicat, les médias adoreraient ça. Encore plus si je romançais le tout.


Quittant des yeux ses doigts pour les river dans ceux de la jeune femme, son visage avait changé à la dernière mention. Ses traits s’étaient figés, sa voix s’était faite plus sérieuse, et même sa posture s’était faite plus menaçante.

- Mais j’te ferais pas ça t’inquiète.

La pression se relâcha d’un coup juste avant sa phrase. Ses yeux pétillaient de nouveau, et son sourire avait réapparu sur son visage, se figeant un court instant avant de retrouver ce petit air moqueur.

- Tout c’que j’dis c’est pourquoi se compliquer la vie en en demandant trop. On pourrait tous les deux être gagnants. Tu gagnerais un prof de dingue, ton propre ingé perso, pour toi et pour ton école quitte à faire revoir mon travail par l’un de tes minions mi-héros mi-trucs, tous mes efforts pour retrouver ce connard qui m’a trahi et le max d’infos sur pas mal de petites merdes qui peuvent finir en taule sans que j’prenne trop de risques. Et bien sûr y a le fait que ce soit moi.

Et aussi le fait qu’elle soulagerait sa conscience, mais le lui dire à voix haute la braquerait d’avantage…

- Deal ?.

Tendant sa main de l’autre côté des barreaux, il attendit la réponse de la Principale.
Tenryû Ayako
Principale de Yuei
avatar
Surnom : Lightning
Profession : Principale de Yuei
Rang : S
Yens : 1145
Re: Pride and prejudice [Akio] || Sam 25 Aoû - 16:08

Je ne savais pas ce qui me retenait là tout de suite de lui exploser la tronche contre le mur pour en faire une décoration. Mais je l’écoutais jusqu’au bout, le laissant penser quelques secondes qu’il pouvait avoir un quelconque pouvoir de négociation ici. Je retiens même de le foudroyer sur place quand il évoqua la possibilité de me faire chanter. Un talent inégalable de contrôle sur moi-même et de sang-froid. Lorsqu’il eut terminé et qu’il me tendit la main, je décroisai les bras, ayant un petit sourire.
    » Woaw. Ce sont des arguments implacables que tu as là. L’avocat que tu as appelé pour te défendre devrait être conquis, puisqu’il a l’air si bon. Ah attends… Il me semble que je m’occupe de gamins, moi, je défends pas des criminels. Ya pas à dire, heureusement que t’es au Syndicat pour te protéger. Parce que… je me tournai vers l’entrée, toujours déserte, je vois toujours personne qui vient à ton secours.
Léger sourire mesquin, suivi d’un craquement de cou. J’énumérai au fil de mes doigts.
    » D’un, bah écoute, vas-y je te regarde, justifie le braquage d’une banque nationale dans laquelle tout le butin est dans la nature. Si tu négocies une peine allégée, il y a de fortes chances qu’on te prenne pour un complice qui attend de sortir pour profiter du pactole. Mais bien sûr, vas-y.
    Deux…
    je me tournai vers la porte en soupirant ironiquement – c’est comme un soupir normal mais en exagérant avec les yeux et la bouche.
    Trois, non merci, et là encore je veux bien voir comment tu sortiras d’une prison alors que t’as pas été foutu de sortir d’une banque, Akio.
    Quatre, confer numéro un. Sachant qu’en plus, si tu n’acceptes pas le marché que moi je t’ai proposé, je me constitue témoin à charge et je balance tout ce que tu viens de me dire. Passer de menu fretin pris comme un gosse en train de voler une sucette à ingénieur du Syndicat, tu crois que la peine serait toujours aussi légère ?
    Et cinq, bah là aussi je te regarde faire Akio, puisque ce que tu dis n’est que mensonge et que j’aurais aucun mal à m’en défendre. Principale de Yuei depuis trois ans et préfet de police contre un pauvre criminel de seconde zone. Toi, en revanche, si tu veux ajouter diffamation à la longue liste de tes crimes ; et vu que je suis employée par l’Etat, insulte et menace à agent dans l’exercice de ses fonctions, je t’en prie, fais toi plaisir.
Je me rapprochai des barreaux, ayant perdu tout air ironique ou mesquin, arborant désormais un air noir et froid.
    » Ce que tu comprends pas, en fait, c’est que la seule grande victoire que tu peux avoir, Akio, c’est de sortir d’ici. Et comme t’as eu la mauvaise idée de m’appeler moi, j’te laisse deux solutions. Soit t’acceptes ce que je te dis sans broncher et surtout sans tenter de sur-négocier, et on voit ce que je peux faire pour toi. Soit tu te la joues parrain de la mafia alors que pas un seul de tes potes n’est visiblement assez important pour toi pour que tu l’appelles, t’essayes de t’en sortir toi-même et je te jure que je passerai ma vie à faire en sorte que tu passes la tienne en prison. Et si par un heureux hasard tu te retrouves libre de sortir avant que je sois sénile, je te promets que je te traquerai jusqu’au Liechtenstein s’il le faut pour te retrouver et te tuer moi-même.
Je tendis ma main.
    » Deal ?

________________


   
Celui que frappe la foudre n'entend pas le tonnerre.
Contenu sponsorisé
Re: Pride and prejudice [Akio] ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» pride and prejudice (ft. heraam)
» Akio Furukawa
» Pride Of nation
» Soirée 2 ♣ Gay Pride
» soirée quatre ∞ gay pride

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Autres lieux :: Autres :: Reste du Japon-
Sauter vers: