5.2. Des Clients pour la Morgue
header

Partagez|

5.2. Des Clients pour la Morgue

Maître du Jeu
PNJ
avatar
Yens : 1039
5.2. Des Clients pour la Morgue || Dim 5 Aoû - 13:45


5.2. Des Clients pour la Morgue


Introduction

Il y a des jours ou on s’ennuie, ou on trouve que tout est trop facile, que les missions ne vous confrontent qu'a des faibles, des minables, des jours ou on se dit que parfois on aimerais bien bien un vrai défi, retrouver ces sensations qu'on a quand on met sa vie en jeu dans un combat à armes égales contre un type aussi puissant que soi.
Et puis il y a des jours comme aujourd’hui, ou on s'est vu enfin confié une mission à sa hauteur. Une mission qui va vous griller sévère, mais qui va enfin vous permettre de savoir si le syndicat a des soldats qui peuvent rivaliser avec vous.

Le type qui vous a contacté vous a semblé... Intéressant, très intéressant. Ce qu'il vous a dit sur les gens possédant des alters, sur le Syndicat et sur l'état du monde en général a réveillé en vous des échos familiers, tentateurs. Assez en tout cas pour que vous acceptiez la mission. Et quelle mission ! Se glisser dans le saint des saints de la tour sombre du Syndicat pour y dérober des infos. Des infos qui vous ouvriront peut être la porte vers un groupe enfin à votre image.

Mais quand les dés du destin commencent à rouler sur la table, il n'y a jamais qu'un seul jet. Et alors que vous venez de pénétrer comme d’habitude dans la tour du syndicat, soudain c'est l'alarme. Car sur l'esplanade du monumental building, viennent soudain de surgir et de se déployer une véritable armée de véhicules ou se mêlent le noir et blanc de la police et le kaki de l'armée japonaise.

Visiblement quelqu'un a Tokyo a décidé qu'il était temps de faire un nettoyage par le vide.
Y'a des jours comme ça.
Pas de bol.



Explications

Vous devez faire en sorte de réussir votre objectif, en prenant en compte tous les éléments du contexte et des posts RP du narrateur qui vous placeront face à des choix et des situations à résoudre.

Ce groupe permet de gagner « trois points » en résolvant trois situations distinctes : 0/3 signifie que votre mission est un échec total, 1/3 une défaite, 2/3 une semi-réussite et 3/3 une réussite totale. Ces points détermineront votre réussite inRP et seront évidemment pris en compte au niveau du contexte.


Consignes

Les groupes doivent suivre les règles ci-dessous :
  • Respectez l'ordre des participants sauf accord d'un administrateur.
  • Seule l'utilisation de techniques validées dans votre FT est autorisée. De même pour les équipements et objets héroïques.
  • L'utilisation de techniques est autorisée dès le premier tour.
  • Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible), sans oublier votre état physique à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide pour faciliter le suivi pour votre narrateur et vos compagnons de RP.
  • Vous avez un délai de 48h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, le tour passera automatiquement au prochain participant et vous risquerez d'être exclu du groupe.
  • Lorsque vous avez une absence programmée de plus de 48h :
    - Informez le staff le plus rapidement possible.
    - Quittez la zone ou rendez votre personnage dans l'impossibilité d'interagir avant votre absence.
    - Le groupe continuera ainsi son avancement sans vous.
    - Lors de votre retour, informez le staff qui regardera alors avec vous s'il est possible ou non, de réintégrer le groupe.


Ordre des participants

Commence qui veut, on éditera après le premier post.


Liens utiles



Have fun ♫
Le Staff


Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 569
Alignement : Destructeur
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Lun 6 Aoû - 22:37

Des clients pour la morgue


- Ce type…

L’mec qui venait d’nous parler m’avait forcé à foutre le haut-parleur parce qu’il savait pertinemment que j’étais aux côtés d’Iseul, dans son appartement. Sans même savoir pourquoi, j’m’étais laissé tenté avant d’obéir bien sagement et d’écouter c’qu’il avait à dire. C’est alors que sa proposition avait réveillé en moi un frisson incompréhensible, si bien qu’mon p’tit doigt m’dit qu’on avait affaire à tout sauf à un rigolo. Quelqu’un qui en imposait grave. C’était con dit comme ça, surtout que nous n’échangions que la première fois, mais c’était une intuition que j’avais ; et seuls les cieux savaient à quel point mon instinct était plus que fiable. Comme celui d’un animal. J’avais ressenti c’truc avec Hyzma la première fois que nous nous étions rencontrés. Cependant, l’temps avait étiolé cette impression et la cheffe du syndicat n’était plus que l’ombre d’elle-même pour ne pas dire qu’elle avait disparu des écrans radars. L’seul point bizarre dans tout ça, c’est qu’avant de raccrocher, l’homme mystérieux avait fini sur une note bizarre : Un verset biblique. J’étais pas porté sur la religion, encore moins celle qui concernait pas vraiment notre archipel, mais j’avais quelques notions dessus et j’avais trouvé la chute bizarre. ‘Fin… Chacun sa lubie… Mais toujours est-il que l’mec avait réveillé en moi quelque chose d’assez exaltant pour que j’me prenne au jeu, sourire aux lèvres. Et puis, c’était l’occasion pour moi d’voir d’plus c’que  l’syndicat devenait depuis mon départ…

Même si j’me doutais bien que l’accueil n’allait pas être des plus chaleureux…

***

- Tu t’occuperas des documents et moi des éventuels problèmes, d’acc ? D’toute façon, j’peux pas aller très loin avec ma sale gueule reconnaissable, mais toi…

L’jour J était arrivé. Pour pas dire qu’on était pointés devant la tour sombre dès le lendemain. J’sais pas c’qui avait motivé Iseul, mais elle était là, à mes côtés et ça, ça m’avait plaisir. Pas vraiment difficile à comprendre quand on savait c’que j’ressentais pour cette femme au d’là d’mon adoration pour son cul. Oui, on en revenait toujours à son gros derche, même si c’était pas vraiment l’plus important aujourd’hui. D’apparence, l’plan était simple, mais il s’imposait carrément à nous. J’étais certain que les gardes allaient m’arrêter au rez-de-chaussée et m’demander c’que j’foutais là. Quant à la jeune femme, elle pourrait rentrer incognito et s’faire passer pour n’importe quelle employée d’cette société. Pis même sans ça, y avait son pouvoir, son alter. Aussi puissant que l’mien, du moins à mon sens. Les rôles étaient bien repartis parce que les papiers, c’était carrément son dada. A force de jouer les secrétaires, j’étais certain qu’elle les trouverait bien plus rapidement que moi. J’lui avais filé une oreillette pour qu’on soit en constante communication même à distance. C’fait était pour m’rassurer. Si elle avait un pépin, m’suffirait juste d’foncer dans l’tas la rejoindre et d’bute tous ceux qui lui toucheraient un seul cheveu. J’aurai pu choper Haya avec moi, mais à bien des égards, la coréenne était la mieux taillée pour m’épauler sans compter que les instructions de l’inconnu étaient claires. D’toute, si c’était un piège, y’avait toujours moyen de déguerpir, assurément.

Et d’retracer l’type qui nous aurait tendu ledit piège pour l’zigouiller si nécessaire !

Mais à peine avais-je mis d’l’ordre dans mes pensées et foutu un pas dans le hall d’entrée que l’alarme d’la tour sombre s’déclencha. Pensant tout d’abord qu’un bon nombre d’vilains au service d’Hyzma nous encercleraient, j’m’étais mis automatiquement sur mes gardes. Mais autour d’nous, les employés et autres vilains furent tous aussi confus. Et puis, des crissements d’pneus et autres vrombissements d’moteurs captèrent mon attention avant que j’tourne ma gueule vers l’extérieur : Dehors, une multitude d’flics avait fait son apparition comme si d’rien était. Et y’avait pas qu’eux. Y’avait même des militaires dans le lot ! Lourdement armés sans aucun doute. Dans le hall, c’fut la panique totale et y’avait d’quoi. Finalement, j’finis par casser ma posture d’combat pour m’fendre d’un rire moqueur. J’sais pas trop si c’était une coïncidence ou pas du tout, mais l’bordel qu’ils avaient foutu dans la tour sombre nous arrangeait. Pour un p’tit moment seulement. Et comme j’perdais jamais l’nord, j’tapotai les fesses d’la coréenne avant d’rouler des mécaniques et non sans lui dire : T’occupe. Fonce. Il nous reste peu d’temps avant qu’ils décident d’tout raser. D’toute évidence, la proximité d’leurs véhicules n’leur permettait pas d’bousiller la tour d’un clin d’œil, du moins à mon sens. On avait donc une marge. En attendant, j’avais fini par avancer vers les portes en m’allumant une cigarette comme si d’rien n’était. La journée promettait d’être très longue…

________________


Jung Iseul
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Mirage
Profession : Secrétaire - Syndicat
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 345
Alignement : Malfaisante
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Mar 7 Aoû - 6:31

Ce qui l'avait poussée à le suivre était un mélange de curiosité et peut-être bien d'inquiétude : à force d'être méfiante vis-à-vis de tous ceux qui nous entourent, on finit par prendre un peu trop de précautions. Alors oui, et même si elle n'était pas prête de l'admettre à moins d'être expressément questionnée, c'était pas souci pour lui qu'elle l'avait accompagné ici, les questions soulevées par l'inconnu à l'autre bout du fil n'étant pour l'heure que secondaires.

Le quartier général du Syndicat se dressait de façon presque intimidante dans les entrailles de cette ville corrompue, et ce serait mentir que prétendre ne pas avoir hésité, l'espace d'un instant. « Reste quand même un minimum prudent. Je ne suis pas convaincue que ce type mérite vraiment qu'on se mette en danger. » La moue circonspecte qui s'effaça alors qu'ils pénétraient dans le bâtiment voulait tout dire, et il pouvait bien lui dire qu'elle était trop méfiante, lui comme elle savaient que dans ce milieu, c'était vital. Quitte à l'être à l'excès.

Et lorsque l'alarme retentit, une part d'elle eut la satisfaction en demi-teinte d'avoir raison. Le genre de sentiment contradictoire dont elle se serait bien passée.

Si lui était prêt à en découdre qu'importe la situation, la coréenne, elle, préféra rester en retrait, un pas en arrière esquissé à cet effet. Une fois la déplaisante surprise passée cependant, force fut de constater que bien loin d'être tombés dans le panneau, le danger venant de l'extérieur. Est-ce que cela changeait leur situation? Pas vraiment, ou du moins pas d'une façon favorable : à défaut de devoir faire face à la fange dans laquelle ils se vautraient déjà, c'était la soi-disante justice qui les encerclait, celle-là même qui semblait avoir décidé d'adopter des moyens radicaux tout à coup.

Une fois de plus, leur attitude face au danger était tout en contraste. Là où la jeune femme semblait malgré elle incertaine, luttant pour garder une neutralité toute relative affichée sur son faciès, lui semblait presque s'amuser de la situation — et ça allait finir par jouer contre lui, un jour. « Rejoins moi dès que possible. Je ne tiens pas à m'éterniser ici plus que nécessaire. » Si lui restait fidèle à lui-même, se permettait un geste pour lequel elle l'aurait réprimandé dans d'autres circonstances, Iseul hésita un instant de plus, ses doigts effleurant son avant-bras, avant de tourner les talons sans un mot.

Elle n'avait des lieux qu'une connaissance superficielle, rien de plus que les indications de Keita, elle-même n'y ayant jamais mis les pieds. Réfléchir tout en évitant les employés qui paniquaient autour d'elle n'était pas une mince affaire, quoi que l'effervescence avait au moins l'avantage de jouer en sa faveur. Enfin, en partie. « Ca risque de prendre un peu plus longtemps que prévu. Je préfère prendre les escaliers. » Ca avait été soufflé à mi-voix, question discrétion, l'oreillette se faisant un atout non-négligeable vu la situation. Et elle ne put que mentalement se félicité d'avoir adopté des chaussures plates pour une fois, gravissant les escaliers tout en esquivant quelques membres du Syndicat ne sachant visiblement pas s'ils devaient tenter de fuir (probablement pas) ou plutôt se cacher (mais pour combien de temps?). Son but à elle était bien plus clair à vrai dire : mette la main sur le plus d'informations possibles avant de disparaître. Entière, si possible. Oh bien sûr, la notion était quelque peu vague, et le bâtiment recelait de papiers intéressants, mais vu l'état urgent de la situation, elle allait devoir faire un choix, rapidement.

Autant dire alors qu'en arrivant dans un couloir bordé de plaques dorées gravées au nom de ce qui semblaient être des Lieutenants, le choix se fit bien plus net — certains d'entre eux possédaient forcément quelque chose d'intéressant à se mettre sous la dent. Il ne restait ainsi plus qu'à mettre les pieds dans l'un de ces bureaux, sans attirer la suspicion de qui que ce soit. Et pas le temps de trop hésiter aujourd'hui : lorsque la porte choisie ne broncha pas alors qu'elle tentait de l'ouvrir, définitivement fermée à clefs, son alter fut mis à profit après un bref coup d’œil aux alentours. Et une fois de l'autre côté, elle se mettrait au travail sans attendre, dans l'espoir que les tiroirs dudit bureau contiennent ne serait-ce qu'une partie du butin convoité — identités, papiers personnels, comptes rendsu. Tout était bon à prendre.

Spoiler:
 

________________


Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Mar 7 Aoû - 12:25


Des Clients pour la Morgue



-ICI LA POLICE DE SAPPORO ! VOTRE SOCIÉTÉ FAIT L'OBJET D'UN CONTRÔLE ! NOUS DEMANDONS A TOUTES LES PERSONNES PRÉSENTES DANS LE BÂTIMENT DE SE COUCHER SUR LE SOL ET DE NE PLUS BOUGER JUSQU’À L’ARRIVÉE DES FORCES DE L'ORDRE !

Parler de contrôle pour ce déploiement de force est tellement incongru qu'il y a même un des portes flingues de l'entrée qui ricane. Mais dans le reste de l'immeuble, d'autres réagissent plus vite. Et alors que l’hélicoptère qui vient de beugler son avertissement se colle en vol stationnaire au dessus de la place et vous braque ses projecteurs dans la gueule, le bruit caractéristique d'un tir de roquettes vous tombe dessus des étages supérieurs. Et a cette distance de tir, le pilote n'a même pas le temps d'entamer une manœuvre d'esquive. L'hélico se transforme en une boule de feu qui part s'écraser dans une des bâtiments périphérique, et après un instant de stupeur, la situation passe de tendue à Alamo quand tout le monde dehors ouvre le feu sur la façade, visant probablement la zone d'ou vient le tir, mais arrosant finalement un peu partout.

De l'extérieur, le spectacle de cet immense façade vitré qui part en morceaux doit étre impressionnant, de l'intérieur on frise l’apocalypse, entre les centaines de détonations et le fracas de quelques tonnes de verres en train d'exploser et de chuter en pluie sur le parvis et le hall de l'immeuble, le fracas est juste indescriptible.

Quelques types parmi les moins malins sortent tirer sur les flics et se font immédiatement descendre, l'un coupé en deux par trois mètres de vitres, les autres mis en pièce par une rafale de mitrailleuse... De mitrailleuse ?!

D'autres se rappellent qu'il y a longtemps, quelqu'un avait prévu ce genre de souci, et actionnent un dispositif de sécurité. Des lourds volets d'acier jaillissent du sol pour encercler le rez de chaussée du bâtiment, vous offrant au moins pour quelques secondes, un peu de répit.

-Allez chercher les armes lourdes ! Vous la ! Nakamura c'est ça ?! Restez ici, on va avoir besoin de vous ! Pour le tarif que vous voudrez !

Qu'ils sont mignons ces petits chefs qui se croient maitre de leur destin...

[...]

Un bureau vide, un bureau sans intérêt, et soudain c'est le jackpot quand tu plonges tes mains dans un coffre fort pour un en ressortir une chemise au titre intéressant "Procédures de sauvegarde des données en cas d'attaque des locaux". Ce n'est pas exactement ce que tu cherches, mais en prenant un peu de temps, il semble évident qu'il y aura dans ce genre de documents un listing des trucs a sauver et de l'endroit ou les récupérer. Il se pourrait même qu'en montrant que tu as les accès pour brandir cette chemise, on t'aide a mettre la main sur tout les trucs intéréssants du coin.

Hélas tu n'as pas le temps de feuilleter plus loin que la page trois. Un déclic à la porte te signale qu'on vient de déclencher le système d'ouverture. La porte coulisse dans un glissement de science fiction, et tu te retrouves face à trois types en costard sombre qui semblent aussi surpris que toi de te trouver dans leur bureau.

-Hé mais ! Bordel, t'es qui toi ?!

Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 569
Alignement : Destructeur
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Jeu 9 Aoû - 2:02

Des clients pour la morgue


- Oh ? Vraiment ?

Habituellement, j’l’aurai cramé c’fils d’pute. Habituellement seulement. Mais pour l’coup, il m’avait arraché un sourire d’gros porc alors que j’matais les alliages qui m’avaient préservé d’une utilisation conséquente d’mon alter pour m’protéger d’quelques balles perdues. Faut dire que quand la fusillade avait commencé, j’m’étais planqué derrière un pilier carrément, mais que plus les secondes passaient et plus j’pensais à faire usage d’ma lave. Plus que d’la couardise, j’avais fait en sorte d’économiser mon énergie, parce qu’il y allait avoir une grosse débauche d’ma part, sous peu. On pouvait clairement pas s’barrer sans s’frayer un passage en force. Encore qu’un massacre à grande échelle pouvait régler l’souci, même si j’étais pas sûr que j’pourrais tenir la distance seul. Dure la vie d’vilains, j’vous jure…

- Pour l’tarif que j’veux hein ? Un milliard d’yens, c’est dans tes cordes, mon p’tit gars ?  Non parce que faudra pas m’couillonner après, la maison m’connait hein !

J’me mis à ricaner comme un bâtard. Rien m’empêchait d’le buter et d’prendre la tête du type. Après tout, même si j’n’avais été que lieutenant, j’connaissais plus ou moins l’protocole du syndicat. Pas forcément un truc dur à mettre en place. Qui plus est, j’avais toujours une assez bonne image ici. Du moins, c’est c’que j’pensais. Et puis, exalter certains gars dans les environs et les transformer en chair à canon, c’était pas non plus bien dur. M’enfin… N’étant pas aussi vicelard qu’ça, j’m’étais permis, dans cette situation pourtant critique, d’allumer une nouvelle cigarette avant d’regarder mon interlocuteur qui devait s’demander si j’étais inconscient ou tout simplement fou. C’est après ma première taffe que j’me permis d’ouvrir ma gueule encore une fois pour décrisper un peu la tension ambiante :

- J’tiens déjà à t’prévenir mon gars : J’ferais pas l’bouclier humain pour toi. Pour personne en fait d’ailleurs ! Et j’espère que t’as un plan qui tient quand même la route !

Sinon j’ferai à ma sauce. En l’descendant complètement. Comme d’habitude quoi. En fait ouais, j’allais finir par l’buter c’gros chien. C’était pratiquement inévitable, finalement. Mais comme j’étais pas un con pour me mettre à dos ses subordonnées sur l’champ et déjà que y’avait pas mal d’gens qu’attendaient d’nous enculer bien profond dehors, j’me calmai. Mieux même. J’me retournai vers lui en continuant d’fumer pendant qu’il m’semblait que des balles arrosaient déjà nos protections. J’eus une pensée pour Iseul, mais j’étais sûr qu’elle allait bien malgré les bombardements qui secouaient la tour dans son entièreté. Prendre d’ses nouvelles via l’oreillette à chaque minute s’assimilerait à une insulte. Elle était une pro et son alter faisait clairement l’boulot. Ça et sa sagacité, évidemment.

-  Parle vite avant qu’on nous transforme en gruyère !

Spoiler:
 

________________


Jung Iseul
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Mirage
Profession : Secrétaire - Syndicat
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 345
Alignement : Malfaisante
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Sam 11 Aoû - 1:20

Trop se dépêcher était ouvrir la porte à de possibles erreurs, mais c'était un sacrifice à faire. La paperasse avait beau être son domaine, habituée à trouver l'essentiel d'un document d'un coup d’œil, mais le stress ne jouait pas forcément en sa faveur ; après tout, la situation était tendue, et quelque chose lui disait que ça n'allait pas en s'arrangeant. Un quelque chose qui n'avait d'ailleurs rien à voir avec son intuition, mais plutôt le chaos grandissant, une explosion réussissant même à la tirer de sa concentration d'un sursaut exacerbant son inquiétude, avant de réaliser que cela venait de l'extérieur.

Encore un autre tiroir fermé à la va-vite avant de porter son attention sur un coffre-fort — elle aurait du commencer par là. Une perte de temps suffisante pour aggraver un peu plus son humeur, avant de se mettre à la tâche. Iseul savait très bien pourquoi elle s'était retrouvée ici, pourquoi il avait eu besoin d'elle et de personne d'autres. Et si l'idée d'être utile était fort appréciable, voire même plutôt flatteuse, la voilà qui se surprenait à désirer être n'importe où sauf ici. Une réflexion coupée court par la découverte de quelque chose de beaucoup plus satisfaisant que les notes de teinturier et autres factures inutiles récupérées jusque là. Oh oui, cela sonnait définitivement comme quelque chose d'utile, et ce fut sans attendre qu'un coup d’œil y fut jeté, à la recherche de quelque chose qui pourrait lui permettre d'avancer.

Jusqu'à ce que la porte ne s'ouvre.

Un autre imprévu, une autre contrariété. Épaules soudainement raidies, son regard s'était brusquement détaché de sa lecture pour aviser les trois hommes l'invectivant. Là, l'hésitation n'était plus une option, pas plus que la conception d'un plan. Ce fut ainsi sans tarder qu'elle s'était redressée, aussi droite que possible alors que son expression reprenait un semblant de neutralité teinté d'agacement, accompagné d'un regard outré pour parfaire le tableau. « Parce que vous pensez vraiment que c'est le moment de questionner vos supérieurs? » Un soupir lui échappa, son regard ne lâchant pas les visages de ceux lui faisant face, gardant un air digne et quelque peu supérieur ; autant jouer le jeu jusqu'au bout, sans parler qu'elle avait suffisamment de culot pour être convaincante. « On m'a envoyée récupérer ceci— » Elle eut un bref geste envers les papiers entre ses mains, secouant doucement la tête. « —avant que quelqu'un d'autre ne mette la main dessus. Visiblement, certaines personnes là-haut avaient l'air de penser que vous n'étiez pas dignes de confiance. » Pas de moquerie dans sa voix, le but étant de garder un air de professionnalisme rendu abrupte par l'urgence, sans cependant verser dans l'irrespect. C'était un bluff risqué, mais la coréenne avait bonne espoir que sa démonstration réussisse à les convaincre. Sans parler qu'elle avait l'attitude adéquate, et une allure professionnelle à tout épreuve. « Alors on se bouge, on a un job à faire. Immédiatement. »Et une petite pensée pour son partenaire qu'elle espérait en meilleure situation qu'elle — sans oublier une pointe d'inquiétude qu'elle préférait réprimer pour le moment.

Spoiler:
 

________________


Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Sam 11 Aoû - 11:16


Des Clients pour la Morgue



Murmures à voix basse dans le trio de méchants.

-Je crois que j'ai déjà vu cette fille avec Keita.
-Keita ? Le type de la lave ?
-Ouais, ils sont genre liés.
-Et keita est plutôt bien avec la patronne.
-Faut dire qu'avec ce qu'il a mis au tournoi...
-Du coup on fait quoi ?
-Ben, tu as envie de mettre une balle dans la copine d'un mec comme Keita ?

Rapide introspection et prise de décision dans la foulée, le premier de cordée te salue et te demande que le est le boulot. Victoire. En tout cas pour l'instant. Reste maintenant a suivre la procédure inscrite dans le livret, procédure qui commence aux étages supérieures, ou sont logés les serveurs informatiques du syndicat.


[...]


En face Keita, le gars qui a pris en charge la défense a l'air de savoir ce qu'il fait. Dans la panique de l'assaut, c'est un fait assez rare pour étre noté.

-On a toujours su que la police finirait par se sentir pousser des couilles, surement depuis Topkyo d'ailleurs, et on prévu que ce jour la faudrait leur faire mal pour qu'ils comprennent qu'ici c'est nous les patrons.

Derrière lui le monte charge s'ouvre, révélant des types qui finissent de sortir quatre énormes mitrailleuses lourde de caisses en métal. Le modèle standard de l'armée américaine, du calibre 50, capable de traverser des voitures blindées comme du papier mâché a quasiment une borne de distance.

-Vous nous aidez avec votre lave et nous on vous couvre pour pas qu'ils vous ciblent directement, ça vous va ?

Coté blindage, vous entendez le bruit typique de fixations qui s'agrippent au métal. Dehors on s’apprête visiblement a arracher vos protections pour continuer l'assaut.
Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 569
Alignement : Destructeur
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Lun 13 Aoû - 12:36

Des clients pour la morgue


L'oreillette grésilla suite à un clic.

- T’en es où, Iseul ?

Pas d’babe qui tienne pour une fois. La situation était trop chaude pour que j’pousse l’bouchon plus loin. Et puis, même si j’voulais savoir où elle en était, l’but n’était clairement pas d’la déconcentrer alors qu’elle devait faire tout son possible pour retrouver les documents dont l’inconnu avait besoin. C’bâtard avait intérêt à pas nous parler chinois une fois que l’tout serait réglé vu les risques qu’on prenait aujourd’hui. Si j’étais pas un gros bourrin dans l’âme, j’me serais certainement lamenté devant cette situation tendue ; mais il n’y avait qu’à voir mon sourire surtout devant les mitrailleuses, pour capter qu’on j’allais enfin m’amuser comme un fou ! Ça m’avait presque manqué tiens ! Du massacre à grande échelle ! A part les p’tits meurtres par ci par là, bien longtemps que j’avais pas eu l’occasion d’faire du sale comme ça ! Heureusement qu’Iseul n’était pas dans les parages. C’était bien la seule chose que j’voulais pas qu’elle voit. L’un des rares faits aussi qui dépassait tout l’kif que j’avais pour elle : L’amour d’la destruction, tout simplement. Et pour l’coup, j’allais m’faire assez plaisir. Comme un véritable enfoiré…

- Essayez d’suivre la cadence alors…

J’recouvris alors mes bras d’lave illico d’magma avant d’m’avancer vers l’volet d’acier qui était en train d’céder dans un grincement sourd. Quelques secondes plus tard, il finit par chuter lourdement au sol. Mais à peine fut-il à terre qu’un gigantesque jet de lave fut projeté à l’extérieur, avant d’exploser dans les environs. L’attaque dut certainement en surprendre plus d’un ! J’savais pas trop si ça avait fait mouche, mais j’étais du genre à porter mes couilles, ce pourquoi je m’avançai vers l’extérieur sans craintes. Ma première technique avait eu pour but de dégager l’passage et d’foutre l’doute à ceux-là même qui voulaient en découdre. L’doute, mais aussi la peur. L’avantage psychologique, c’était toujours ça d’prit ! Un sourire assez dégueulasse barrait ma sale tronche car à mesure que j’avançais, mon corps se recouvrait d’une couche d’lave conséquente. La température qui s’dégageait d’mon corps était affreuse et même que les quelques vitres encore restantes pétaient les unes après les autres. Dans cette armure, j’me sentais fort, horriblement puissant et c’était pas quelques balles qui m’feraient grincer des dents.

- Regardez-moi tout c’beau monde, bwéhéhéhéhé !

Une fois à l’extérieur, l’panorama qui m’était offert était digne d’un film hollywoodien. Des forces d’l’ordre à perte d’vue. C’était l’autre con qu’avait bien raison. Tokyo se sentait pousser des ailes. Enfin… Avaient-ils tort pour autant ? L’déclin du syndicat était un secret pour personne et la disparition d’Hyzma faisait dégringoler l’entité comme jamais. Y’avait même d’quoi s’demander si elle avait pas vendu les siens, tiens… Enfin… Tout ça, c’était pas mon problème. Tout c’qui m’fallait faire, c’était engendrer des pertes chez l’ennemi. D’ce fait, bien avant même qu’ils n’pensent à m’cribler d’balles, j’avais levé mes bras devant moi avant d’générer un trop plein d’lave qui prit la forme d’une  vague mugissante, avant d’jaillir vers les flics et autres militaires devant nous. C’était presqu'un raz-de-marée magmatique qui avait pour but d'tout balayer sur son passage. Hommes. Véhicules. Tout. Des victimes, y'en aurait. Des survivants ? P'être bien. Mais pour n’même pas leur laisser l’temps d’réagir, j’fis signe aux membres du syndicat derrière moi d’enchainer avec leurs grandes mitrailleuses d’sorte à désorganiser leurs rangs.

La guerre était maintenant déclarée !

Spoiler:
 

________________


Jung Iseul
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Mirage
Profession : Secrétaire - Syndicat
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 345
Alignement : Malfaisante
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Mar 14 Aoû - 16:55

Et elle était restée là à les observer, sans ciller, ou presque. Juste de l'impatience sur un fond d'agacement venant froisser son expression. L'incertitude était toujours présente malgré sa démonstration qu'elle jugeait un minimum convaincante ; ça restait malgré tout un sacré coup de bluff, le genre de risque qu'elle préférait ne pas prendre de façon inconsidérée. Malheureusement pour elle, la situation ne se prêtait pas à la prudence. De quoi la mettre hors de son élément et potentiellement la mener à sa perte.

Le peu qu'elle pouvait percevoir de leur conversation – le bruit ambiant couvrant la plupart de leurs paroles – n'aidait pas vraiment à la rassurer, et elle eut beaucoup de mal à dissimuler son soulagement, affichant bon gré mal gré un sourire satisfait face à leur conclusion. « Dans ce cas, on ferait mieux de ne pas trainer. Suivez moi. » Et ce fut sans attendre leur réaction qu'elle le contourna, son attention reportée sur les papiers entre ses mains. Au moins les instructions étaient claires, suffisamment pour ne pas être trahie par son improvisation — ou du moins l'espérait-elle.

Entendre soudainement sa voix réussit presque à la surprendre, la sortant cependant momentanément de sa réflexion ; les types la suivaient toujours, ce qui était presque rassurant quoi qu'il n'était pas question de baisser sa garder pour autant. « Je l'ai trouvé. » Un bref regard par dessus son épaule, avant de reporter son attention sur le couloir et les escaliers à l'angle de celui-ci. « Ainsi qu'un peu d'aide. Ca se passe comment en bas? » Et si elle ne pouvait pas s'étendre plus dans ses questions sans paraître trop familière, il y avait malgré tout dans le ton de sa voix une pointe d'inquiétude, en rien aidée par les cris et autres sons qu'elle pouvait deviner venant des étages inférieurs. Enfin, elle le connaissait et s'il avait tendance à prendre beaucoup de risques, il avait aussi de quoi se défendre sans problème. La plupart du temps du moins.

Si les étages précédents étaient encore peuplés d'employés paniqués et d'autres cherchant encore un moyen de s'en sortir, celui-ci était beaucoup plus calme. A tel point que c'en était suspect. Malheureusement, la coréenne n'avait nullement le loisir de s'en inquiéter, se rapprochant de la double porte renforcée mentionnée dans les instructions. « On y est. » Évidemment, le scanner à empreintes étaient un problème en soi, plus encore dans la situation actuelle ; pas le temps de trouver une autre excuse, surtout si elle voulait que son improvisation tienne encore la route — les voir se retourner contre elle serait fâcheux. C'est pourquoi elle préféra abuser une nouvelle fois de ses talents, traversant la dite porte sans attendre, cette dernière se déverrouillant quelques instants plus tard, l'ouverture définitivement pas aussi sécurisée une fois à l'intérieur de la pièce.

« Un de vous reste à l'entrée, dans le cas où des flics auraient réussi à monter. » Improbable, mais les précautions potentiellement inutiles étaient sa façon de récupérer un peu de contrôle sur la situation ; Iseul ne souhaitait vraiment pas la voir lui échapper plus qu'elle ne l'avait déjà, ces informations ou ce type mystérieux ne méritant vraiment pas qu'elle mette sa vie (et même celle de Keita) en danger de la sorte.

Elle n'avait pas attendu de réponse pour tourner les talons, passant en revue la suite des instructions pour ensuite les transmettre sommairement aux deux autres hommes, son assurance dans la démarche dissimulant sa méfiance envers eux ; leur faire confiance était hors de question, et elle ne pouvait s'empêcher d'attendre le moment où ils pourraient se retourner contre elle. En attendant cependant, elle-même s'était mise au travail, bien plus à l'aise avec ce genre de situation, son regard guettant la moindre information intéressante à mémoriser tout en gardant son attention sur sa tâche actuelle et celle à venir — mettre la main sur ces sauvegardes et leur fausser compagnie.

Spoiler:
 

________________


Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Mar 14 Aoû - 19:13


Des Clients pour la Morgue



L’un des hommes du trio obtempéra immédiatement en montant la garde tandis que les deux autres te suivirent dans la fameuse salle aux serveurs. Il ne restait plus qu’à se servir donc. Mais les deux autres ne te laissaient pas beaucoup de répit, revenant sitôt leurs tâches effectuées pour demander la suivante, ou t’interrogeant sur quelques détails techniques car la manœuvre était au-dessus de leur compétence en informatique. Tu eus néanmoins suffisamment de temps pour prendre connaissance des grandes lignes de la procédure : si l’électricité fonctionnait toujours, il fallait envoyer toutes les informations contenues dans les serveurs à un autre situé dans une autre planque du syndicat grâce à l’ordinateur placé sur la table au fond de la salle. Dans le cas contraire, si un quelconque obstacle empêchait la transmission des données, il fallait ouvrir la trappe derrière la deuxième rangée de serveurs, y récupérer des disques durs et y transférer toutes les archives et documents importants du syndicat. Et enfin, il faut utiliser la clé accrochée en fin de dossier et l’insérer dans le bloc 37 du serveur 8 pour lancer le programme de suppression des données.

Néanmoins, tes deux acolytes avaient conscience de la règle principale : si les informations risquaient de tomber entre de mauvaises mains, il valait mieux tout détruire. Et ils n’étaient d’ailleurs pas très sereins quant à leurs chances de s’en sortir quand, après une nouvelle explosion, la tour semblait s’ébranler légèrement. Mais peut-être n’était-ce dû qu’à la force de l’explosion et non à l’infrastructure du bâtiment ?

[…]

L’explosion qui avait ébranlée la tour était de ton fait. Ou plutôt la conséquence de tes faits : la riposte. La preuve que tu étais pris à ta juste valeur. Quoi de plus naturel après ton entrée fracassante ? En quelques secondes à peine, tu as fait reculer le cordon de sécurité d’une dizaine de mètres, laissant des corps à moitié calcinés derrière eux. L’organisation des forces de l’ordre avait été mise en péril. Ils se pensaient à l’abri derrière leurs différents fourgons blindés d’où ils étaient sortis. A se lever pour tirer et se baisser pour recharger. Plus personne ne leur tirait dessus via les fenêtres en majorité brisée de la tour. La bataille semblait se tenir exclusivement au sol. Pour le moment tout du moins.  Mais ta première attaque avait dévoré la moitié d’un fourgon et tout ce qui se trouvait derrière sur une bonne vingtaine de mètres, et avant qu’ils n’aient pu comprendre ce qui se passait, ta deuxième vague créa la panique parmi les hommes qui couraient pour sauver leurs peaux, très vite abattus comme des lapins par les quelques mitraillettes du syndicat installées derrière toi.

Mais une telle démonstration de puissance les obligea à répliquer au même niveau, et un obus d’un char d’assaut fila juste à côté de ta tête avant d’exploser deux des quatre mitraillettes. C’était cette explosion qui fit frissonner la tour. Et peut-être pas qu’elle ? Les mitraillettes rescapées portèrent leur attention sur le tank, délaissant les policiers qui purent former un nouveau périmètre de sécurité, mais plus loin, avec une faille très visible : ton premier jet de lave dont personne ne souhaitait s’approcher. A cause de la chaleur mais aussi de l’odeur de chair brûlée qui s’en dégageait.

Le char calibra son canon : cette fois il n’allait pas te rater. Un nouvel obus fusa.

Spoiler:
 
Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 569
Alignement : Destructeur
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Mer 15 Aoû - 12:40

Des clients pour la morgue


Comment est-ce que l’premier obus avait pu « m’dépasser » vu la chaleur que j’dégageais ? Mystère ! Mais c’qui suivit était…

- Prévisible…

J’avais un sourire d’gros porc lorsque l’canon du char s’était braqué sur ma gueule. Après m’avoir loupé une fois, il était évident qu’ils allaient retenter leur chance. J’aurai pu ériger une barrière d’lave, mais j’ne fis rien d’tout cela. Enfin… Dire que j’n’avais rien fait serait un pur mensonge, puisque j’avais adopté une position de défense d’sorte à ce que la température extrême que dégageait mon armure s’concentre surtout devant moi. L’obus qui m’fonça dessus n’put résister à la vague d’chaleur et explosa violemment à moins de cinq mètres d’ma tronche. Si l’explosion en elle-même n’me fit rien puisque mon armure était pratiquement ignifuge -c’qui était assez ironique vu sa composante-, l’souffle réussit néanmoins à m’faire reculer pour n’pas dire à presque m’balayer, puisque j’retombai sur l’dos au seuil même d’l’entrée d’la tour sombre. Néanmoins, j’me relevai bien vite. Pas d’quoi m’briser encore d’autant plus que j’avais encore mon armure qui s’reconstituait aussitôt. J’craquai d’ailleurs quelques jointures avant d’jeter un coup d’œil à l’arrière pour m’rendre compte des dégâts dans mon camp. Ceci étant fait, j’eus un soupir quand j’me rendis compte que mes alliés d’circonstance souffraient d’ma proximité du fait d’l’intense chaleur que j’dégageais. D’quoi m’faire m’retourner vers l’champ d’bataille masqué par de hautes volutes d’fumée noirâtre et des flammes qui crépitaient suite à l’explosion. Ils avaient pas fait dans la dentelle, ces chiens…

- J’les occupe comme j’peux, grouille qu’on trace fissa ! La tour risque de s’effondrer d’une minute à l’autre avec ces conneries et y’a moyen qu’ils aient appelé des renforts ! Si y’a des gens qui t’font chier, tu leur passes l’oreillette. Suffit parfois d’un p’tit discours bien senti pour faire comprendre quelques p’tits trucs, si tu vois c’que j’veux dire…

J’avais réussi à communiquer avec ma belle avant d’m’engouffrer dans l’écran d’fumée et dans les flammes qui séparaient les deux forces, tout en m’demandant comment j’faisais pour pas griller mes équipements ou pour pas finir à chaque fois à poil vu la tonne d’lave visqueuse qui m’recouvrait. Magie des alters. Y’a bien un p’tit côté d’ce don d’la nature qu’on comprendrait jamais, c’qui n’était pas pour m’déranger d’toutes façons. J’étais avide d’gros culs et d’castagnes moi. Pas d’savoir. Sinon, j’voulais pas l’avouer ouvertement, mais j’commençai à m’inquiéter pour Iseul. Son alter était p’être bien utile dans son genre, mais il n’était pas à l’épreuve d’tout et j’étais très bien placé pour l’savoir. Pis, niveau endurance, j’espérais qu’elle tenait l’coup comme y faut. Quoiqu’elle pouvait pas n’pas tenir ! Elle s’carrait bien un gros porc de deux mètres assez souvent dans son pieu et nos parties d’jambes en l’air étaient assez épuisantes pour qu’elle tombe d’fatigue en même pas une demi-heure. P’tite réflexion qui m’arracha un sourire alors que, tel un démon, j’réapparaissais du côté des forces d’l’ordre qui crurent voir Lucifer lui-même s’extirper d’la fournaise qu’ils avaient à moitié occasionné. Beaucoup devaient s’demander comme j’avais fait, mais y’avait pas grand-chose d’incroyable là-dedans. Enfin… L’heure était plus à la riposte qu’autre chose. Ce pourquoi, encore une fois, j’avais levé mes mains vers eux. La distance qu’ils avaient creusée n’changerait rien…

- M’en voulez pas trop les gars. C’vous qui avez cherché la merde…  Maintenant, y’a plus qu’à assumer les embrouilles que vous avez commencé !

Et sans attendre un seul instant, j’ouvris également ma bouche avant d’cracher et d’faire jaillir d’énormes jets de lave qui allèrent s’écraser dans leur camp avant d’exploser salement ! Est-ce qu’ils avaient esquivés ? Est-ce qu’ils s’étaient protégés proprement ? Est-ce qu’on pouvait même s’protéger décemment d’mon magma ? Va savoir ! Toujours est-il que les explosions furent assez intenses pour provoquer d’immenses dégâts si jamais ils avaient pas réagi. Mais c’était pas tout ! Gardant mes mains toujours dirigées vers mes ennemis, j’générai encore une fois une vague d’lave. Et cette fois-ci, tout comme les jets explosifs, la vague fut bien plus intense, bien plus haute et bien plus violente que la précédente. Elle était faite pour engloutir l’ennemi et n’lui laisser aucune espèce d’chance. Avec deux attaques d’cette envergure, y’avait moyen d’faire du sale et pas qu’un peu. Du reste, mon armure renforçait encore plus mes arcanes qui étaient déjà à pleine puissance. Alors que mon tsunami magmatique faisait son œuvre, j’me barrai cette fois-ci vers la tour. Les mecs du syndicat enchainèrent aussitôt avec les mitrailleuses restantes. Pas d’quartier pour les poulets et autres soldats d’pacotille ! Il était temps d’en finir. Et ce d’autant plus que j’sentais que j’avais pratiquement cramé la moitié d’mes forces. J’devais en garder en réserve pour assurer ma fuite avec Iseul. La mission était pas mal excitante, mais nos vies étaient bien plus importantes…

J’étais pas non plus un con.

Spoiler:
 

________________


Jung Iseul
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Mirage
Profession : Secrétaire - Syndicat
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 345
Alignement : Malfaisante
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Ven 17 Aoû - 4:01

Les voir aussi réactifs et visiblement enclins à suivre ses directives avait quelque chose de presque rassurant, lui donnant l'impression qu'elle s'en sortirait peut-être bien. Leur sort, cependant, ne la concernait que très peu ; ils avaient beau coopérer relativement docilement, la jeune femme n'était soucieuse que de sa propre sécurité, sans oublier celle de son partenaire. Partenaire qui d'ailleurs tardait quelque peu à lui offrir de réponse, ce qui irrémédiablement fit revenir à la surface son inquiétude précédemment assoupie.

Pas le temps de lambiner cependant, encore moins de se perdre dans de vaines considérations. Soigneusement, elle vérifiait les procédures indiquées, réalisant rapidement qu'elle allait devoir faire un choix — et prendre de nouveaux risques. Elle ignorait après tout ce qu'ils savaient réellement des directives décrites sous ses yeux, et des options qui s'offraient à elle. Après tout, l'important était qu'elle mette la main sur des infos intéressantes, il n'avait jamais été question de servir les intérêts du Syndicat. « Il y a une trappe derrière la seconde rangée. » De l'électricité, il y en avait encore, mais pour combien de temps? Enfin, ça c'était l'excuse qu'elle donnerait si jamais son choix venait à être questionné ; la vérité, c'était surtout que cette option-là servait bien plus ses desseins, et qu'elle refusait d'avoir pris autant de risques pour finalement revenir bredouille. Puis, elle était la seule à savoir ce qui était réellement écrit. Pas vu pas pris, n'est-ce pas?

La pression sur ses épaules ne put se faire que plus présente lorsque toute la bâtisse fut secouée, les lumières blafardes de la pièce vacillant l'espace de quelques instants, avant de retrouver leur stabilité. Ca n'était en rien pour la détendre et surement pas pour la rassurer, quand bien même elle s'efforçait d'afficher un masque de nonchalance presque convaincant ; il n'était pas question que ses alliés de fortune (infortune?) commencent à paniquer alors que le travail était loin d'être fini. La vérité cependant, c'était qu'ils n'avaient pour l'heure rien d'autre à faire qu'attendre que les transferts se terminent, la coréenne occupant son esprit tant bien que mal en passant en revue les dernières instructions, ainsi que le plan pour sortir d'ici avec les disques durs. Et bien sûr, rester en vie, cela allait sans dire.

Entendre sa voix à nouveau la fit presque sursauter, son expression se faisant alors bien plus grave qu'elle ne l'aurait voulue. Un souffle tremblant fila alors qu'elle tournait le dos aux deux hommes une nouvelle fois, le regard rivé sur l'écran devant elle. « Je fais ce que je peux. » Dans sa voix filtrait les débuts d'un tracas qu'elle ne voulait laisser paraître, une nervosité qu'elle muselait en adoptant un ton le plus calme possible. « Ils ont l'air de vouloir coopérer. Arrange toi plutôt pour t'en sortir entier. » Sa façon à elle de lui demander d'être prudent, ce qui était risible vu celui à qui elle avait à faire. Le sentiment était néanmoins sincère, et il savait mieux que quiconque (le seul à vrai dire) qu'elle tenait à lui, après tout — probablement plus qu'il ne l'imaginait.

Et si faire abstraction de ce qui se tramait dehors était pour le moins impossibles, les cris et l'affrontement filtrant à travers les murs et quelques fenêtres, il n'était pas question de se laisser ralentir par l'inquiétude. Leur temps était précieux, et devoir attendre était frustrant. « Toujours personne? » Un regard en direction de celui toujours à la porte, avant de revenir sur les deux autres. « Une fois que les transferts seront terminés, il va falloir effacer toutes traces des données. » Le plan était de les mettre en confiance, de leur donner suffisamment d'informations pour ne pas trop éveilleur leur suspicion. C'est pourquoi elle en désigna un des deux, lui tendant la clef avant de lui détailler la marche à suivre, lui offrant ainsi sur un plateau d'argent l'opportunité, certes vaine, de se distinguer. Le tout sans perdre une seule seconde, les disques durs soigneusement replacés dans la mallette d'où ils avaient été précédemment retirés, à mesure que les transferts semblaient aboutir. « Les issues de secours sont probablement bloquées, donc il va falloir redescendre. Il doit bien y avoir un accès souterrain à l'extérieur, non? » La vérité, c'était qu'elle n'y croyait qu'à moitié, mais tout était bon à prendre, surtout quand le temps semblait leur manquer.

Spoiler:
 

________________


Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Ven 17 Aoû - 14:53


Des Clients pour la Morgue



- Personne Madame, les combats semblent encore avoir lieu au bas de la tour.
- Transfert terminé, je lance la suppression.
- Il y a une issue oui. Plusieurs même, vers différentes planques. Mais l’alarme sonnant l’évacuation n’a pas encore retenti, seulement celle du combat. Il y a sans doute encore de l’espoir ?
- Suppression terminée.
- Toujours personne, la voie est libre.

La tour tremble une nouvelle fois, mais pas comme avant. C’est comme si le sol lui-même frissonne, par vagues successives. Plus fortement et plus de fois qu’avant. Pourtant, le son des explosions est plus lointain. A l’extérieur. L’instant te parait interminable, mais il prend fin à un moment, te laissant un peu de répit. Néanmoins, tu te doutes que ce repos ne sera que de courte durée, et déjà une alarme retentit.

- Faut évacuer. Maintenant !

[…]

Un gros coup dur. Tu apparais comme le diable au milieu des fournaises, et tu invites ton entourage à admirer l’enfer. Des cris fusent et surpassent même les ordres donnés. Ils se sont réorganisés mais meurent en rang.  La chaleur porte avec elle l’odeur de la mort et de la chair calcinée. Les hurlements sont ceux de la peur, car la douleur ne laisse pas beaucoup de temps à l’expression. Le trépas surgit bien vite. Trop vite. Le char d’assaut tente un énième tir tandis que la moitié de sa structure fond, mais l’obus explose dans le canon et élimine plusieurs hommes autour. Devant toi, sur une bonne centaine de mètres, tu vois de la lave, des bouts de corps et des parties de véhicules. Un peu de mouvement encore, par endroit. Plus loin, de nouvelles troupes s’approchent avec précaution. La lave les ralentit et tu ne distingues pas encore s’ils viennent pour poursuivre l’assaut ou pour aider leurs collègues. Tu retournes dans la tour et tu aperçois le responsable du syndicat qui a pris les rênes de la défense tantôt.

- Je pense qu’il va falloir partir vu les moyens qu’ils mettent, mais pas avant un dernier feu d’artifice. Faites sonner l’évacuation et déclenchez le feu !

L’instant d’après, plusieurs explosions retentissent à l’extérieur alors que les renforts s’approchaient. Des mines placées tout autour de la tour qui ont été activées, expulsant la lave présente comme une véritable fontaine. De nouveaux cris, un nouvel enfer. Les forces de l’ordre n’oublieront jamais ce jour. Ils ne t’oublieront pas non plus. L’homme au magma risque d’avoir de nombreux ennemis à partir de maintenant. Enfin, si tu ne les as pas tous déjà grillés. Le chaos masque même l’alarme d’évacuation le temps du tremblement de terre. Les hommes du syndicat abandonnent la lutte et rejoignent la tour tandis qu’une trappe dérobée dans un mur s’ouvre grâce à l’empreinte digitale du responsable. Ils filent sans demander leur reste et sans admirer le spectacle extérieur. Ils savent très bien qu’ils pourront le revoir plus tard, à la télévision. A condition de survivre. Voilà pourquoi ils partent tous. D’autant plus qu’à l’extérieur, une fois le calme revenu, le bruit de plusieurs hélices se fait entendre. Des hélicoptères ? C’est mauvais signe. Très mauvais.

Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 569
Alignement : Destructeur
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Dim 19 Aoû - 17:18

Des clients pour la morgue


Des hélicoptères, rien que ça ! A croire que les gars voulaient plus faire dans la dentelle. Et ils n’avaient pas tort d’procéder d’la sorte. La voie terrestre, c’était pas c’qu’il y avait d’mieux pour eux, franchement. Du coup, ça allait saigner dans pas longtemps et la tour sombre n’serait plus qu’un vieux souvenir. D’toute façon, j’avais ni l’intention et ni la vocation à défendre pareille immeuble, sans compter que les gérants eux-mêmes s’barraient sans aucune vergogne. Hyzma était en train d’tout perdre, définitivement. J’eus presqu’une pensée triste pour la jeune femme, avant d’me tourner vers la trappe que la grande gueule avait ouverte. Dire que j’avais même pas eu l’temps d’le cramer bien comme y faut. Dommage.

- Descends vite au rez-de-chaussée ! Il y a une issue d'secours secrète et faut qu’on s’barre maintenant !

Les fondations d’la tour qui s’ébranlaient et les arrivées des hélicos à proximité de l’édifice sonnaient le glas du syndicat. Le plus gros symbole d’Sapporo allait s’effondrer. J’vins même à m’demander si leur purge allait s’étendre à toute la ville, mais il leur faudrait d’plus gros moyens pour dératiser totalement la cité. Plus d’temps aussi. Mais toujours est-il qu’au prix d’plusieurs vies humaines, ces gens auront eu l’mérite d’foutre l’syndicat dans une situation plus que critique. A moins d’une révolte et d’une restructuration du groupe via les survivants, l’syndicat était définitivement fini. J’aurai bien coulé une larme pour ces gens qui m’avaient quand même amusé avec leurs différentes missions, mais j’étais pas émotif.

Enfin… Plus que ça, j’m’en foutais complètement en fait. Ça devait arriver tôt ou tard…

J’finis même par hausser les épaules alors que des murs s’fissuraient et que des meubles ou des éléments du décor s’éclataient au sol. Y’a même un gigantesque lustre qui s’écrasa à quelques mètres d’moi. Une autre explosion retentit après celles que l’gérant du syndicat avait provoquées, secouant vachement l’immeuble. Un coup des hélicos ? Va savoir. Toujours est-il que j’me tenais toujours aux côtés de l’une des ouvertures secrètes, attendant que ma belle déboule. Y’avait pas moyen d’me barrer sans elle. Du reste, j’lui donnais même une minute supplémentaire. Si elle apparaissait pas dans les prochaines soixante secondes, j’allais m’précipiter dans les escaliers pour aller à sa rencontre.

D’toute façon, avec son alter, on craindrait clairement pas un effondrement puisqu’on passerait à travers les débris.

Spoiler:
 

________________


Jung Iseul
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Mirage
Profession : Secrétaire - Syndicat
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 345
Alignement : Malfaisante
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Lun 20 Aoû - 6:51

Transfert terminé. Ca avait suffit pour qu'elle mette un peu plus d'aplomb à la tâche, glissant le dernier disque dur dans la mallette avant de la fermer avec précautions, l'envie de quitter les lieux encore plus forte à présent — plus encore une fois l'existence d'une sortie confirmée. Pas le temps de se réjouir cependant, ni même d'ébaucher un plan de fuite : la tour s'était remise à trembler. Et cette fois, cela ne cessa pas rapidement, la crainte se faisant tout à coup viscérale, le besoin de s'en aller une nécessité. Ce qui à l'origine était une mission dangereuse mais faisable était devenu beaucoup trop périlleux à son goût, et rien parmi ces foutues informations ne méritait qu'elle mette sa vie en jeu de la sorte.

Autant dire qu'elle n'eut pas besoin de se le faire répéter une seconde fois ; sans attendre, la mallette renforcée avait été agrippée et ses pas rapides l'avaient menées à la sortie de la pièce. Pas le temps d'échafauder le moindre plan cette fois, l'important était de s'en sortir en vie. Quelque chose qui semblait d'ailleurs se compliquer à mesure que les instants passaient, le sang pulsant contre ses temps ne la rendant que plus fébrile encore. Il y avait là trop de risques à prendre en compte, et rester sur ses gardes comme elle le faisait usuellement. Enfin, le chaos ambiant, sur fond d'alarme stridente, ne le lui permettait de toute façon pas. Oh qu'elle haïssait ne pas avoir le contrôle de la situation! Entre la fuite dans les escaliers, le stress rendant sa gorge trop sèche et la méfiance accrue qu'elle nourrissait envers les trois hommes toujours avec elle, elle se retrouvait face à un cocktail explosif et déroutant d'émotions qu'elle préférait usuellement éviter. Craindre pour sa vie n'avait jamais été une drogue pour elle, lui ayant toujours préféré le pic d'adrénaline après un cambriolage bien ficelé ; là, c'était bien trop brutal pour elle, quoi qu'elle ne se l'avouerait probablement jamais.

Le souffle court, elle ne se sentait pas plus rassurée d'enfin voir le rez arriver, ses doigts toujours fermement serrés autour de la poignée, comme pour se donner l'impression d'au moins avoir prise sur quelque chose. « Je te rejoins. » Puis, il y avait toujours le risque que ses trois assistants de fortune décident qu'ils seraient mieux de s'occuper de ce qu'elle avait en sa possession eux-même, un fait qui n'était pas pour la rassurer. Pas le temps pourtant de trop se pencher sur sa méfiance innée, pas alors qu'elle apercevait enfin la silhouette de Keita ; croiser son regard ne fut qu'un soulagement bref, accélérant le pas. C'est là que l'odeur la frappa, et ça n'était pas juste du aux explosions, oh non. Ca prenait à la gorge, presque de quoi la faire tousser, la poussière soulevée par toute cette agitation terminant de s'en charger. La tour sombre, ou ce qui en restait, avait des allures de purgatoire à présent, et il n'était définitivement pas l'heure pour elle d'être jugée, oh non.

« Désolée de t'avoir fait attendre. » Ca avait été soufflé avec un rire étouffé, parfaitement inapproprié à la situation et pourtant prenant tout son sens face à l'inquiétude doublée de stress qui s'était emparée d'elle. Quelque chose d'ailleurs qui fut trahit par la façon dont elle agrippa l'avant-bras de son partenaire, avant de s’engouffrer dans une de sorties dérobées. Et si elle tenait bon, lui qui la connaissait pouvait aisément deviner qu'elle était tout sauf ravie de ce qui se passait autour d'eux. « Y'a intérêt à ce que ça en vaille la peine. » Un mouvement de tête vers ce qu'elle tenait, tout en gardant un pas rapide, pressée de quitter cet enfer et au plus vite. Et pour une fois, même l'existence de son alter ne suffirait pas à la rassurer : plus ils seraient loin, et mieux elle se sentirait.

Spoiler:
 

________________


Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Mar 21 Aoû - 19:30


Des Clients pour la Morgue



De nouvelles explosions détonnent à l’extérieur au point que vous vous mettez à manquer du silence. Tout ce vacarme vous suivra probablement pendant quelques temps. Peut-être même votre ouïe a-t-elle été un peu affectée ? Mais vous parvenez malgré tout à atteindre la voie d’évacuation juste avant qu’un gravat ne vienne bloquer l’entrée. Faire demi-tour est donc impossible, à moins de faire usage de vos pouvoirs évidemment. Si vous patientez, vous entendrez des bruits de pas une dizaine de minutes après les dernières explosions. Des pas qui s’approchaient avant de s’éloignaient dans les étages supérieurs pour finir de faire le ménage. La tour tenait donc encore ? Certes, mais dans quel état ? Seules quelques vitres ont survécu, et bien que les étages supérieures n’ont que des murs criblées de balles, le rez de chaussé quant à lui est à refaire entièrement. De la poussière partout, des trous dans le plafond, des fissures le long des murs, etc…

Devant vous, trois chemins s’offrent à vous. Néanmoins, en étudiant les directions globales de chacune des voies, vous parvenez à vous faire une idée des destinations. Le premier tunnel mène à la planque la plus proche, mais étant donné le déchainement de troupes à l’extérieur, il est à supposer que les forces de l’ordre ne seront pas loin. Le deuxième chemin mène à une autre planque plus éloignées et qui devrait donc être plus sûre. Enfin, la troisième est celle empruntée par les membres du syndicat d’après les traces au sol.

Les trois hommes qui étaient avec Iseul sont toujours avec vous, et eux ne connaissent pas la destination des trois chemins ni celui pris par leurs camarades. Certes ils avaient lu le protocole d’évacuation à leur embauche, mais cela remontait à des années, et jamais ils n’avaient imaginé devoir fuir devant l’armée. Jamais.

Spoiler:
 
Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 569
Alignement : Destructeur
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Jeu 23 Aoû - 15:32

Des clients pour la morgue


- Ça en vaut la peine, babe. Le hasard existe pas. C’type qui nous a demandé tout ça, il a dû tout anticiper, bwéhéhéhé…

J’m’étais mis à ricaner même si la situation n’était pas vraiment appropriée et que j’étais aux côtés d’Iseul qui n’était clairement pas tranquille. J’voyais même pas c’qu’elle craignait une fois à mes côtés en plus du fait qu’elle avait un alter plutôt pratique dans ce genre de cas. D’ailleurs, la sensation d’être intangible était plutôt bizarre. J’eus l’impression d’avoir la nausée pendant quelques secondes avant que ça s’calme. C’était p’être pas la première fois qu’elle m’faisait profiter d’son pouvoir, mais c’était toujours la même sensation désagréable. J’me fis même la réflexion qu’elle pouvait étendre son pouvoir sur une personne qu’elle kiffait pas du tout, traverser un mur avec et la laisser au beau milieu dudit mur avant d’s’enfuir. J’imaginais même pas la mort p’tain… D’quoi m’filer des frissons avant que j’lui lâche la main par pur réflexe, un peu dégouté par la pensée que j’venais d’avoir. J’lui faisais confiance, certes, mais la mienne d’confiance n’était jamais absolue, surtout après avoir connu deux femmes plutôt spéciales…

- Déjà pourquoi ils nous suivent ces gars… ?

Toutefois, mon impression n’était pas la plus importante puisque j’m’étais retourné vers les trois gars qui nous suivaient depuis un p’tit moment. Bon, ils avaient pris l’même passage secret que nous, c’que j’comprenais, mais ils avaient trop l’air d’être dans la merde, avec leurs mines désemparées. L’un d’eux s’étaient même mis à fixer les trois chemins qui nous étaient offerts, preuve que leur stress apparent venait du fait qu’ils n’savaient pas quel passage choisir. Je haussai alors un sourcil en m’rappelant vite fait qu’ils étaient descendus avec Iseul d’ailleurs. C’est ces p’tits cons qui t’avaient retardé dans tes œuvres ? Que j’avais fini par demander à la jeune femme, avant d’me retourner vers eux. Est-ce que j’pouvais considérer qu’ils avaient mis des bâtons dans les roues ? J’devais les buter si c’était l’cas ? J’me mis alors à sourire comme un beau diable et même que ma chevelure s’enflamma comme si j’avais un pur alter de feu… Mais j’finis finalement par m’calmer aussitôt. Les règlements d’compte, ça servait à rien à l’heure actuelle.

Et puis parce que…

- Avoir des subordonnés, c’est quelque chose qui m’a toujours fait kiffer du temps où j’étais encore lieutenant du syndicat…

J’eus un ricanement sinistre et presque machiavélique en regardant les trois larbins du syndicat, avant d’poser mes yeux vers Iseul. Même pas b’soin d’trop cogiter pour voir où j’voulais en venir d’autant plus qu’il y avait des traces d’pas encore toutes fraiches des précédents fuyants. C’que j’voulais faire, c’était osé comme pari, mais l’syndicat venait d’s’effondrait et des dispersions voire même des défections, y’en aurait pas mal, surtout si une chasse aux sorcières était organisée par les gérants encore vivants du syndicat. C’était donc un coup à s’faire des contacts et à récupérer pas mal d’gens pour les p’tites besognes çà et là. J’voyais loin. J’voyais large. Surtout que l’type qui nous avait appelé m’intriguait encore plus : Barre-toi par la route la plus sure. J’te retrouve plus tard… Elle était p’être en sécurité à mes côtés, mais elle l’serait plus si elle foutait l’camp des environs. Au final, j’pensais toujours à son bien. C’était plus fort que moi, faut croire. J’fis signe aux trois gusses d’passer devant nous et d’emprunter l’troisième chemin.

Il y avait encore des choses à faire. Des ressources humaines à exploiter et à choper pour pas cher…

Spoiler:
 

________________


Jung Iseul
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Mirage
Profession : Secrétaire - Syndicat
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 345
Alignement : Malfaisante
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Dim 26 Aoû - 17:36

Le fait que l'inconnu ait pu prévoir que cet assignement tourne aussi mal n'était ni pour la rassurer ni pour apaiser son agacement. Après tout, il était impensable pour elle de considérer accorder la moindre forme de confiance à quelqu'un qui pourrait la mettre sciemment en danger. Quant à l'assurance indéfectible de son partenaire, si c'était usuellement une qualité qu'elle admirait et qui jouait définitivement dans son attirance pour lui, dans l'instant présent ça ne pouvait qu'accroitre son inquiétude. Un homme mort n'avait après tout pas besoin de confiance en soi.

Qu'il lâche sa main était plus inconvenant que particulièrement vexant — c'était pour le garder en sécurité et lui éviter plus de fatigue, après tout. Quant aux trois membres du Syndicat ayant pénétré à leur suite dans le tunnel, la jeune femme ne leur accorda qu'un bref regard par dessus son épaule, poursuivant son chemin avec un haussement d'épaules. Rendu là, elle doutait fortement qu'ils tentent quoi que ce soit, probablement bien plus concernés par leur propre survie, et à juste titre. « Au contraire, ils ont su se montrer plutôt utiles. Dommage que ça ne leur offrira jamais de promotion. » Les derniers mots avaient été soufflés plus qu'autre chose, faisant naître un semblant de sourire amusé sur ses lèvres. Pauvres types, franchement. Ils auraient mieux fait de ne pas venir travailler aujourd'hui, c'était certain. « Fais leur pas peur comme ça, allons. » Il y avait alors un peu moins de tension dans sa voix, son regard allant de Keita aux trois hommes, avant de revenir sur son flamboyant compagnon. Il avait le sens du dramatique et de l'intimidation, c'était certain — de quoi presque l'amuser d'ailleurs.

La question de subordonnés la laissa songeuse quelques instants ; Iseul n'avait jamais été de ces gens portés à mener autrui ou même à donner des ordres, se satisfaisant bien plus d'une place dans l'ombre. Tirer les ficelles en toute discrétion lui correspondait bien plus. Une considération coupée court par ce qui se présentait à eux, et le choix qui allait devoir être fait. « T'es sûr de toi? » L'idée de se séparer n'était pas foncièrement mauvaise, mais à l'instant, la jeune femme n'était pas certaine que ce soit le meilleur choix à faire. Malheureusement, ils n'avaient nullement le loisir de peser le pour et le contre. C'est pourquoi, un soupir lui échappant alors qu'elle finissait par céder. « Prends pas de risques inutiles. On en a assez fait pour aujourd'hui. » C'était probablement la première fois qu'elle montrait autant de souci à son égard, mais la situation le demandait. « Et je t'attends chez moi. En forme. » Ca avait été lancé d'un ton plein de provocation, un sourire en coin qu'il connaissait mieux que personne, avant qu'elle ne tourne les talons. La coréenne n'était pas pour l'épanchement de sentiments en public, l'invitation tout sauf innoncente suffisant amplement — et elle savait qu'il ne pourrait refuser.

Et ce fut sans plus attendre qu'elle s'était engouffrée dans le second tunnel, les bruits s'étouffant à mesure qu'elle avançait. De quoi la laisser avec ses pensées, mais aussi le doute. Il ne restait plus qu'à espérer qu'elle ait fait le bon choix et qu'aucun autre imprévu ne lui tombe dessus.

Spoiler:
 

________________


Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Mar 28 Aoû - 14:23


Des Clients pour la Morgue



Les trois agents se demandèrent ce qu’un ancien lieutenant faisait ici, et pourquoi il était si proche de celle qu’ils avaient suivie jusqu’alors. Mais cette dernière ne leur avait donné aucune raison de se méfier d’elle. Peut-être que Keita était de retour au syndicat ? Dans le doute, entre leurs options, ils choisirent tous à l’unisson.

- Je préfère suivre la dame.
- Oui, après tout nous devons encore mettre les disques durs à l’abri.
- Faudrait pas qu’on nous reproche d’avoir mal fait notre travail, si déjà nous n’avons pas participé au combat.
- T’as raison. La lâcheté est si mal reconnue de nos jours.
- Ouais, alors ne soyons pas lâches pour une fois et prenons le chemin que l’ex lieutenant a déclaré comme le plus sûr.
- Pour le bien des disques durs évidemment… Moi j’ai pas peur.
- Tu devrais. Moi j’ai peur et je n’ai pas peur de le dire.
- Tu as peur ou tu n’as pas peur ?
- Vous trouvez vraiment que c’est le moment ? Si on n’amène pas les disques à l’abri, on est mort.
- La mort me fait peur par contre.
- Ah bah voilà. C’est décidé donc. On suit la dame.

Et ainsi ils suivirent Iseul. Mais comme leur destination était plus éloignée, Keita atteignit la sienne le premier. Il tomba face à deux agents, fusils d’assaut en main, qui surveillaient le passage. Ils le braquèrent de leurs armes en appelant le responsable de tout à l’heure. Ce dernier se trouvait juste un peu plus loin, dans cette large pièce qui ressemblait davantage à un entrepôt désaffecté qu’à autre chose. Les autres agents bougeaient dans tous les sens : ils récupéraient tout le matériel qu’ils pouvaient prendre tout en organisant l’évacuation. Cette planque était elle aussi compromise et ils devaient migrer plus loin. Mais pas sans emporter le plus de ressources possibles. Le syndicat ne mourra pas ce jour-là.  

Le responsable vint vers toi et déclara :

- Si c’est pour ta paie c’est pas le moment, on est un peu occupé comme tu peux le voir. Tu auras ton virement le mois prochain.

[…]

Une quinzaine de minutes plus tard, Iseul atteindra elle aussi sa destination. Une petite cabane située loin du champ de bataille et de la civilisation, à l’écart de tout. Et pourtant, elle n’était pas vide. Mais surtout, et bien que ce soit une planque du syndicat, les personnes présentes ne faisaient pas parties de l’organisation. Elles vous attendaient. Enfin, Keita et toi étiez attendus. Mais tu arrivas sans lui, et avec trois agents du syndicat dont il faudra régler leur sort. Mais au moins, tu avais les disques durs avec toi.

Spoiler:
 
Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 569
Alignement : Destructeur
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Mer 29 Aoû - 15:11

Des clients pour la morgue


- Ah oui, l’virement. L’virement hein…

Et tout partit très vite ! J’avais mimé des armes à feu avec mes mains avant d’les diriger vers mon l’fameux gérant. Aussitôt, des projectiles d’magma, aussi compacts, perforants et efficaces que des munitions d’armes à feu fusèrent rapidement vers mes vis-à-vis. L’corps d’mon interlocuteur fut criblé d’balles et ceux des mecs qu’avaient eu la mauvaise idée d’pointer des armes vers moi également. Ils crevèrent comme des chiens sans comprendre c’qui leur été arrivé. Ceci étant dit mon carnage n’s’arrêta pas là puisque la rafale que j’produisis planta carrément toutes les personnes qui étaient ouvertement armées dans l’espèce d’entrepôt dans lequel j’fis mon apparition comme un beau diable encore une fois. Et lorsque j’eus finis d’éliminer tous les gêneurs, j’arrêtai d’faire mumuse avec mon alter pour faire craquer mon cou mais aussi mes jointures. Avec c’que j’venais d’faire, j’avais l’attention d’tous ceux qui s’tuaient à la tâche avec tout l’stock du syndicat qui s’trouvait dans l’coin. Des ressources humaines et matérielles. J’avais bien fait d’ramener mon cul dans l’coin même si j’avais clairement pas l’art d’la persuasion.

- J’VAIS ESSAYER D’ALLER DROIT AU BUT POUR TOUT L’MONDE PARCE QU’ON A PAS L’TEMPS ET VOUS L’SAVEZ BIEN !

J’avais commencé à gueuler pour que tous m’captent. Dans un endroit aussi vaste, il fallait bien. J’voulais pas qu’un con s’amuse à m’dire qu’il m’a pas bien entendu parce que j’risquais d’le descendre sur place et d’faire du sale. D’toute façon, j’avais pas grand-chose à perdre pour l’coup. J’avais rien à perdre en fait. Eux, si. Leurs vies ou leurs libertés et c’était cher payé on s’entend. J’balayai l’entrepôt du regard -et j’vérifiai même derrière moi qu’il n’y avait personne histoire d’éviter les mauvaises surprises- avant d’m’avancer encore un peu vers eux pour reprendre la parole : LE SYNDICAT EST MORT ! J’VIENS D’BUTER VOTRE BON A RIEN D’GERANT QU’A PAS VRAIMENT PAS ASSURÉ. PENSEZ PAS QUE VOUS RENAITREZ D’VOS CENDRES OU UNE CONNERIE DU GENRE PARCE QUE MÊME HYZMA EST PORTÉE DISPARUE. EN PLUS DU GOUVERNEMENT QUI VEUT PLUS RIEN LACHER, VOUS N’AUREZ PLUS PERSONNE POUR VOUS PAYER OU VOUS DIRE QUOI FAIRE ! A mes yeux, c’était clair et net : Il n’y avait plus d’syndicat qui tienne. Tous leurs efforts pour l’remettre sur pieds seraient vains et j’étais certain que pas mal d’ces gars l’savaient déjà…

- J’VOUS OFFRE UNE ALTERNATIVE ! VENIR AVEC MOI ET BOSSER POUR UN AUTRE GROUPE ! POURQUOI M’DIREZ VOUS ? PARCE QUE Y’A MOYEN QU’ON FASSE D’GRANDES CHOSES ENSEMBLE ! QU’ON S’VENGE D’CE GOUVERNEMENT POURRI ET QU’ON L’BOUSILLE TOUS ENSEMBLE ! FINI L’IMMOBILISME DU SYNDICAT ! PLACE A D’L’ACTION ! D’LA VRAIE !

Ah vraiment… C’genre d’choses ou d’procédés, c’était pas ma tasse de thé. J’étais pas pour c’truc et c’était pas comme si c’lui qui m’avait eu au téléphone m’avait demandé d’le faire. Cependant, j’avais plus ou moins vu où il voulait en venir et m’était d’avis que s’il avait anticipé c’mouvement du gouvernement, c’est qu’il voulait clairement récupérer l’reste du syndicat et tout c’qui allait avec pour bâtir son propre groupe. Un groupe où j’avais la très forte intuition d’pouvoir m’y épanouir comme j’l’avais jamais fait auparavant. Alors que j’sentais les types à qui j’parlais circonspects –et à raison parce que j’avais pas l’âme d’un leadeur posé qui planifiait tout à l’avance-, j’me sentis forcé d’reprendre parole : ACTUELLEMENT, J’AI MA PARTENAIRE QUI A RÉCUPÉRÉ TOUTES LES DONNÉES DU SYNDICAT. ET VOS GUEULES, VOS DOSSIERS FIGURENT DEDANS ! Mon discours changeait un peu d’ton. Comme l’temps n’était pas notre allié pour l’coup, j’avais pas d’autres choix que d’accélérer les choses, quitte à verser dans c’que j’savais faire l’mieux : Les menaces. Y’avait bien des jours où ça marchait et d’toute façon, comme déjà dit, j’avais rien à perdre en vérité. Soit ça passait, soit ça cassait et tant pis si ça cassait lamentablement !

- SI VOUS REFUSEZ, ON POURRAIT BALANCER VOS GUEULES A LA POLICE ET A L’ARMÉE ET CROYEZ-MOI QU’ILS S’FERONT UN PLAISIR D’VOUS TRAQUER !

Qu’avais-je dit, tout sourire.

- OU ALORS, J’POURRAIS VOUS TRAQUER MOI-MÊME ET VOUS SAVEZ QUE RÉUSSIRAI A VOUS CHOPPER ET A VOUS BUTER UN A UN…

C’qui là encore m’paraissait limpide. Et mon sourire, là, devint plus mauvais, plus effrayant.

- CHOISISSEZ D’MOISIR DANS LA MÉDIOCRITÉ OU D’PRENDRE UN NOUVEAU DÉPART MAIS FAITES LE ICI ET MAINTENANT !

Sur ces dires, des espèces d’flammes recouvrirent ma chevelure et ma barbe comme pour les pousser à s’bouger.

C’était maintenant ou jamais !

Spoiler:
 

________________


Jung Iseul
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Mirage
Profession : Secrétaire - Syndicat
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 345
Alignement : Malfaisante
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Ven 31 Aoû - 19:23

Il lui avait fallut quelques minutes avant de prendre conscience des pas qui la suivaient ; sa première réaction fut l'inquiétude (avait-elle été suivie?) avant de réaliser qu'il s'agissait des trois hommes qui depuis tout à l'heure semblaient s'être faits ses subordonnés sans vraiment lui laisser d'autre choix. Dans d'autres circonstances, probablement aurait-elle tenté de les semer mais la situation actuelle était faite de bien trop d'imprévus déjà, et qui sait où menait le tunnel qu'ils longeaient présentement. Cela ne lui laissait d'autre choix que de continuer à avancer, le pas toujours pressé et incertain.

La lumière de la pièce où elle finit par déboucher réussi à l'éblouir, ses yeux peinant à s'habituer à la lumière agressive des néons. Il y avait du monde, oui, de quoi la mettre immédiatement sur ses gardes, au même titres que ceux l'accompagnant. En face d'eux, trois individus à l'allure énigmatique, leur identité dissimulée par une capuche — et soudainement, une voix. « Nous vous attendions. » L'un des trois s'était avancé, révélant par la même occasion son visage à la vue de tous. Une fois à qui la coréenne donnait une dizaine d'année de plus qu'elle-même, le regard un peu trop doucereux à son goût, tout comme le sourire placide qu'elle leur adressait. Le genre de chose qui ne faisait qu'attiser sa méfiance, à vrai dire ; elle-même était bien trop habituée à endormir la méfiance d'autrui de cette façon, feindre l'amabilité pour mieux endormir la suspicion de son interlocuteur. Et elle était loin d'être une débutante en la matière.

Méfiante au possible, ses doigts se resserrant sur la poignée de la mallette, la voilà qui se montrait bien silencieuse, autant pour retrouver son calme qu'analyser la situation. Autant le dire tout de suite, elle n'avait pas la moindre confiance en eux pas plus que le Syndicat, et si Keita était curieux quant à ce qu'ils pouvaient leur vouloir, elle-même préférait jouer la carte de la prudence, plaçant ses propres intérêts avant tout — rester en vie, dans le cas présent. « Je m'attendais à ce que celui nous ayant contacté daigne au moins se présenter. » C'était une observation sous couvert d'une affirmation assurée, mais quelque chose lui disait que le mystérieux homme au bout du fil n'était pas présent ici, et elle avait raison sans même le savoir. Il n'allait pas se déplacer si facilement, pas encore.

Il y avait une certaine tension dans la pièce, de quoi jouer un peu plus sur ses nerfs ; cela dit, avec tout ce qu'elle avait supporté jusque là, ça n'était qu'un désagrément mineur, rien qui ne saurait la faire flancher. « J'ai ce qui avait été convenu : toutes les identités des membres du Syndicat et autres informations sensibles. » Soutenant le regard de la femme lui faisant face, elle avait désigné la fameuse mallette d'un mouvement de main, sans pour autant ni la tendre ni faire un autre mouvement. Derrière elle, les trois hommes devaient probablement s'impatienter voir même finalement se rendre compte qu'elle les avait bernés, ce qui rendait la situation délicate. Chaque chose en son temp, cependant. « Quant à mon partenaire— » Elle n'avait pas manqué le regard surpris de son interlocutrice, cette dernière s'attendant surement à voir arriver le fameux Vulcain à ses côtés. « Nous avons décidé de nous séparer afin qu'il puisse régler quelques détails. Je peux vous assurer qu'il est de toute confiance dans ce domaine. » Ca avait été dit d'un ton ne laissant que peu de place à l'incertitude : lorsqu'il prenait les choses en main, c'était usuellement brutal et expéditif. Et pour le coup, elle en avait la certitude, étant donné l’aperçu qu'elle en avait eu via son oreillette, que ce soit par erreur ou non. Un aperçu qui la confortait dans l'idée qu'elle était présentement la mieux placée pour négocier quoi que ce soit, d'ailleurs — Keita avait bien des qualité mais la diplomatie n'en faisait pas partie.

« Je suis bien évidemment disposée à vous les remettre, comme convenu — nous avons un deal après tout, et je ne reviens jamais sur mes promesses. » Une pause, alors qu'elle fait un pas, avant de jeter un regard par dessus son épaule ; Iseul n'a jamais été charitable et pourtant, la voilà qui semble considérer une façon de les voir épargnés. « Toutefois, si vous me le permettez, j'aimerais ajouter une clause à ce dernier. » Confiante envers son propre talent de négociatrice, elle se retrouvait malgré tout à longuement peser ses mots, ne faisant qu'alourdir la tension électrique qui pesait sur l'atmosphère, sans cependant sembler affectée — professionnelle en tout point. « Les trois hommes ici présents ce sont montrés d'une grande aide — rapides, obéissants et efficaces, si ce n'est sous le couvert d'une vérité faussée. Également loyaux, même si leur allégeance actuelle ne joue pas en notre faveur. » Son regard fini par revenir sur la femme, alors qu'intérieurement elle espérait qu'ils sachent garder le silence jusqu'à ce qu'elle ait fini, ou au moins réalisé qu'ils n'étaient pas en mesure de protester vu la situation. Et ce fut à son tour d'afficher un sourire qui n'en était pas vraiment un, assurée dans ses paroles sans jamais se montrer présomptueuse pour autant. « J'aimerais que vous les épargniez. Trouver des gens loyaux et dignes de confiance devient ardu dans un monde comme le notre. Et face à la déchéance imminente du Syndicat, il serait dommage de perdre d'aussi bons éléments. D'autant que votre clémence ne pourrait qu'aider à nous assurer leur loyauté. » Si bien sûr les concernés tout autant que la femme (qui un peu plus tôt s'était présentée en tant que Marie — pseudonyme évident) et ses deux acolytes acceptaient. « Qu'en pensez-vous? » Une question posée à tous ceux présents autour d'elle, alors qu'en gage de bonne foi, la voilà même qui tendait la mallette à la fameuse Marie.

Leur sort était entre leurs mains, et ça ne serait surement pas elle qui pleurerait leur perte, qu'ils aient su se montrer utiles ou non.

Spoiler:
 

________________




Dernière édition par Jung Iseul le Mar 11 Sep - 3:53, édité 2 fois
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Mer 5 Sep - 10:22


Des Clients pour la Morgue



Spoiler:
 
Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 569
Alignement : Destructeur
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Ven 7 Sep - 15:00

Des clients pour la morgue


Bon… Les choses étaient claires au moins. Si j’étais doué pour la castagne et pour faire miauler des meufs dans un lit, j’étais décemment pas un as pour c’qui était d’la négociation. Sans trop trembler, une majorité d’gars m’avaient dit non. Avec des couilles. Et si c’est un truc qui m’aurait irrité normalement, j’eus tout d’même un sourire qu’en disait long : J’aimais les gens couillus. D’ailleurs, ils avaient d’la chance parce qu’on pouvait sentir certaines secousses d’là où nous étions. Les forces de l’ordre restantes et les renforts n’tarderaient sans doute pas à atterrir dans l’coin. L’temps nous était donc compté ! Qui plus est, si l’mystérieux type voulait les données sur les  mecs du syndicat, c’était certainement pour une bonne raison, ce pourquoi j’n’allais pas tuer ceux qui m’avaient dit non. Pas maintenant. Par contre, en fonction d’ce qui résulterait d’notre rencontre avec l’gars dans l’ombre, il y avait moyen que j’tienne parole à savoir les traquer personnellement et les buter un à un. Dans notre milieu, c’était pas très compliqué d’retrouver des gens et d’leur faire la peau comme il s’doit. J’avais trop fait en vérité. Un vrai plaisir…

- Allez ! Ceux qui sont avec moi, on charge un max de trucs et on s’barre d’ici !

Les quelques gars qu’avaient accepté volontiers d’me suivre s’emparèrent d’précieuses armes et munitions en plus de quelques autres objets qui pourraient servir avant de sortir de l’entrepôt. Ouais, ils avaient raflé tout c’qui s’fait d’mieux dans le stock et tout c’qui était facilement transportable. D’ailleurs, j’avais moi aussi chargé quelques sacs d’armes sur des motos qui pouvaient facilement passer au niveau des passages souterrains. L’idée était d’retourner rapidement d’où j’venais pour prendre l’même chemin qu’avait emprunté Iseul auparavant. Le tout dura un petit quart d’heure avant qu’on n’démarre les bécanes et qu’on déguerpisse fissa. La majorité avait pas pu broncher parce que j’étais présent et que j’pouvais changer d’avis en deux temps trois mouvements. Personne n’était préparé à tester un tueur fou et sanguinaire. C’était un coup à perdre bêtement sa vie. En tête du petit cortège, j’déboulai avec la moto en même pas cinq minutes au carrefour qui donnait sur les trois chemins, avant d’emprunter celui d’Iseul. J’étais plus très loin d’arriver pour m’barrer définitivement des environs d’la tour sombre qui avait dû tomber.

Une nouvelle ère se dessinait et c’était clairement pas pour m’déplaire en vérité !

Spoiler:
 

________________


Jung Iseul
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Mirage
Profession : Secrétaire - Syndicat
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 345
Alignement : Malfaisante
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Mar 11 Sep - 4:12

Quelqu'un de moins expérimenté qu'elle aurait probablement sentit la pression monter un peu plus à mesure que le silence s'installait et s'étirait, se faisant presque étouffant. Oh, elle était loin d'y être insensible, évidemment, mais avec le temps elle avait appris à masquer ses réactions les plus visibles et prévisibles, son minois restant ainsi parfaitement neutre alors que les trois inconnus face à elle semblaient délibérer — ou du moins elle le supposait vu qu'ils ne semblaient pas échanger le moindre mot. Ses suppositions allèrent rapidement à la probable possession d'un alter leur permettant de converser par la pensée, ou quelque chose s'en rapprochant, avant de très vite se dire que si c'était le cas, cela lui compliquerait beaucoup les choses, et ça n'était vraiment pas quelque chose qu'elle était préparée à affronter, ni aujourd'hui ni avant très longtemps.

Quoi qu'il en soit réellement cependant, ce ne seraient pas des questions qui obtiendraient de réponses de si tôt, et surement pas ses préoccupations présentes. Non, ce qu'elle attendait plutôt, se demandant si se silence était là pour la déstabiliser, était plutôt le verdict de celle lui faisant face, ce groupe bien mystérieux semblant avoir bien plus de moyens qu'elle ne l'aurait cru — ou du moins, suffisamment d'ambition et de culot pour se trouver là. Et la pression tout à coup sembla retomber lorsque le jugement de la fameuse Marie tomba. « Très bien. Nous acceptons cet arrangement. » Et si sa voix, encore une fois, se faisant douce, Iseul pouvait sentir une once de danger, quelque chose lui laissait penser qu'ils avaient intérêt à se montrer obéissants et à ne pas faire faux pas. « Ravie de faire affaires avec vous, dans ce cas. » Son ton à elle démontrait une pointe de satisfaction presque orgueilleuse, sans jamais trop en montrer cependant ; ça restait subtil, tout juste un bref sourire alors qu'elle tendait la mallette à un des hommes toujours encapuchonné, avant de reprendre ses distances avec eux.

Et qu'une autre surprise ne survienne. Quoi que celle-là était bien plus à son goût.

Qu'il arrive après s'être fait attendre n'était pas franchement surprenant, et pour tout dire, elle était loin de lui en vouloir — surtout pas alors qu'elle avait pu tranquillement négocier la vie de trois hommes qui avaient intérêt à lui être redevable à présent. Cependant, l'heure n'était pas à se soucier d'eux (bien qu'elle leur accorda malgré tout quelques paroles, en substance qu'à présent ils travaillaient pour elle et leur faisant comprendre subtilement que c'était là un sort bien clément) ; non, il fallait garder une image professionnelle après tout, sans parler qu'ils avaient un employeur bien mystérieux sur les bras, qui à défaut de pouvoir être démasqué, avait intérêt à leur fournir quelques explications. « Et comme promis un peu plus tôt, voilà mon partenaire. » Juste un léger mouvement de la main dans la direction de la porte qu'elle même avait traversé quelques minutes plus tôt, suivit d'un bref regard en sa direction. Et si son expression ne changea que peu, il était évident (au moins pour lui) qu'elle était soulagée de le voir lui revenir, entier ou presque.

A présent, il ne restait plus qu'à avoir une longue discussion sur ce qu'ils attendaient d'eux — et elle n'était toujours pas certaine d’adhérer à leurs attentes, quelles qu'elles soient.

Spoiler:
 

________________


Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue || Jeu 13 Sep - 11:28


Des Clients pour la Morgue



Ainsi vous avez rempli votre contrat avec votre mystérieux contact, et même bien plus encore. Vous leur avez offert d’autres candidats à l’emploi et du matériel. Un bon point pour demander une promotion dès le départ.

Aux yeux du syndicat et de l’armée, la réputation de Jung Iseul ne change pas. Mis à part pour les trois hommes qui ont été épargnées grâce à elle, mais qui se sont aussi fait roulés par elle… Des sentiments mitigés les habitent qui dépendront de la suite.

Pour Nakamura Keita, c’est une toute autre histoire. Il a fait face aux autorités sous son vrai visage et a provoqué une véritable boucherie dans leur rang. Les pertes, morts et blessés, se comptent en centaine. Légalement, il est passible de la peine capitale et plusieurs agents lui vouent une profonde rancœur. Keita est catégorisé terroriste très dangereux et une priorité pour la sécurité de la nation. Aussi, après avoir assassiné des membres du syndicat dans le but de les intimider, les rescapés rapporteront ces faits aux souvenirs du syndicat. Pour ce qui restera de cette organisation, Keita est un indésirable, un traître et une cible à abattre.

Quant à la sinistre tour, elle tient toujours, mais presque plus aucune fenêtre ne demeure et les étages supérieurs ont leurs murs tapissés de balles. Au rez-de-chaussée, c’est un véritable enfer. Il n’y a plus rien : ni meuble ni peinture. De la poussière partout, des débris plus ou moins gros et même des trous dans le plafond. La tour demeure, mais est-ce aussi le cas du syndicat ?

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
Re: 5.2. Des Clients pour la Morgue ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Événements en cours :: Chapitre 1 : déclarations de guerre :: Opération nettoyage-
Sauter vers:
spider