5.4. La Tombola du Syndicat
header

Partagez|

5.4. La Tombola du Syndicat

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Maître du Jeu
PNJ
avatar
Yens : 1039
5.4. La Tombola du Syndicat || Dim 05 Aoû 2018, 13:48


5.4. La Tombola du Syndicat


Introduction

Ah, les soirées du Casino de Sapporo, c'est quand même quelque chose. Ces serveurs aux sourires hypocrites plus rayonnant que des boules à facette dans une boite disco. Ces milliardaires habillés en pingouin qui jettent en quelques minutes plus d’argent que n'en verront dans toute leur vies les pauvres types qui logent dans le reste du quartier .Ces truands du syndicat, parvenus grossiers et patibulaires affichant ostensiblement tout les signes extérieurs de richesse depuis la bande de gardes du corps bodybuildé jusqu'aux dents diamantés en rivalisant de mauvais gout comme de clinquants sapins de noël. Ces chefs de clans Yakuza, sobres comme la mort dans leur costumes sombres, lunettes noires, chemises juste assez ouverte pour afficher leurs tatouages rituels, jouant beaucoup et éclusant saké sur saké jusqu'au coma.

Ouais, c'est le genre de truc qu'il faut voir ça au moins une fois quand on passe à Sapporo. Et puis, c'est ici le meilleur endroit pour nouer des contacts. Comme par exemple trouver un nouveau revendeur ou un fournisseur de stupéfiants moins cher pour son petit trafic.

Ou rencontrer quelqu'un qui était l'un des alliés du tristement célèbre Death Head V, et qui peut être, pourrait aussi devenir l'allié très utile de la toute nouvelle et dangereusement solitaire Death Head VI.

On dit que les soirées au casino sont celles de toutes les surprises, bonnes ou mauvaises. Et ce soir, alors que vous vous lancer chacun de votre coté sans vous connaitre, a quelques tables de distance à peine, c'est en fait une mauvaise soirée qui commence pour vous deux.

Parce que la dehors, une armée de flics vient de se déployer comme un immense filet qui se referme hermétiquement autour du casino. Et qu'un bruit d’hélicoptère et une voix jaillit d'un puissant haut parleur vient soudain bousiller la soirée de tout le monde.

-AVIS A TOUS LES OCCUPANTS DU CASINO. CECI EST UNE OPÉRATION DE CONTRÔLE DE LA POLICE DE SAPPORO ! TOUTES LES ACTIVITÉS SONT PROVISOIREMENT SUSPENDUES ! VEUILLEZ VOUS COUCHER SUR LE SOL ET NE PAS BOUGER EN ATTENDANT LES FORCES DE POLICE !

Et c'est quoi ce bruit dans le fond ? Des coups de feu ?!




Explications

Vous devez faire en sorte de réussir votre objectif, en prenant en compte tous les éléments du contexte et des posts RP du narrateur qui vous placeront face à des choix et des situations à résoudre.

Ce groupe permet de gagner « trois points » en résolvant trois situations distinctes : 0/3 signifie que votre mission est un échec total, 1/3 une défaite, 2/3 une semi-réussite et 3/3 une réussite totale. Ces points détermineront votre réussite inRP et seront évidemment pris en compte au niveau du contexte.


Consignes

Les groupes doivent suivre les règles ci-dessous :
  • Respectez l'ordre des participants sauf accord d'un administrateur.
  • Seule l'utilisation de techniques validées dans votre FT est autorisée. De même pour les équipements et objets héroïques.
  • L'utilisation de techniques est autorisée dès le premier tour.
  • Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible), sans oublier votre état physique à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide pour faciliter le suivi pour votre narrateur et vos compagnons de RP.
  • Vous avez un délai de 48h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, le tour passera automatiquement au prochain participant et vous risquerez d'être exclu du groupe.
  • Lorsque vous avez une absence programmée de plus de 48h :
    - Informez le staff le plus rapidement possible.
    - Quittez la zone ou rendez votre personnage dans l'impossibilité d'interagir avant votre absence.
    - Le groupe continuera ainsi son avancement sans vous.
    - Lors de votre retour, informez le staff qui regardera alors avec vous s'il est possible ou non, de réintégrer le groupe.


Ordre des participants

Commence qui veut, on éditera après le premier post.


Liens utiles



Have fun ♫
Le Staff


Daeiichi Susumu
Vilain
avatar
Surnom : .
Profession : Étudiante | Terroriste
Rang : A
Yens : 1160
Renommée : 341
Alignement : Dominateur
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Mar 07 Aoû 2018, 00:32

LA TOMBOLA DU SYNDICAT
PV TERU, ANIMATEUR

Sa tenue était plutôt simple. Un pantalon noir, une chemise blanche, un pull avec un grand col roulé et de très sobres affaires. Elle avait fait le déplacement jusque à Sapporo dans un accoutrement pareil parce qu'elle savait qu'elle n'y passerait pas beaucoup de temps. Un train tôt le matin, un petit séjour dans un hôtel et un train tard le soir. Elle avait qu'un simple sac, avec un masque dans une ouverture secrète.

La raison de son déplacement ? Une rencontre avec un ancien allié de son père, Moizoi Notsuki. Plutôt vieux dans la scène du crime, il avait aidé son père à s'établir en tant que Death Head, en lui expliquant les bons coups, les bonnes planques, les héros faibles à dégommer et les quelques pauvres civils à dégommer pour porter un puissant coup à un pro héros aux actions perturbatrices pour la communauté des vilains.

Il respectait son père, mais il sentait un certain air dubitatif alors qu'il la contemplait, a l'autre bout de sa table. Un air qu'elle ne pouvait elle-même voir que quand il daignait la regarder, d'ailleurs. Il semblait pré-occupé avec un jeu de hasard, passant le plus clair de son temps avec son attention sur le jeu et se concentrant sur son interlocutrice que lors de brèves pauses au cours de la partie. Elle n'était pas vraiment fâchée, ça saborderait les relations.

Par précaution, elle avait décidée de porter un de ces masques ridicules portés par des riches, un moyen comme un autre de dissimuler son identité.

J'ai du mal à croire que tu puisses être son héritière, pour être honnête.

Susumu hocha la tête d'un côté, d'un air curieux. Elle savait qu'elle allait être sous-estimée, ses actions étaient violentes mais on pouvait penser qu'elle n'était qu'une brute parmi d'autres, occupée à attaquer des innocents au lieu d'essayer d'avancer son pouvoir ou son influence. Qu'il était dommage qu'on parle ainsi d'une patriote comme elle !

Tes actions sont violentes mais... enfin, je sais que tu as une idéologie. Tu veux sauver le Japon des étrangers. C'est un but comme un autre, ça résonne bien chez les ultra-nationalistes. Mais le problème c'est que ça n'ira pas.

Il est important de s'établir avant tout, d'établir que je suis une héritière avant de finalement attaquer et tuer mon premier héros... ou même un ambassadeur ennemi.

Oui, c'est ça qui foire. Tu vois, la raison pour laquelle le Japon à du mal est économique. Si tu veux défier les autres nations sans avoir une puissante économie ou une force militaire importante, tu vas juste humilier ton pauvre pays, surtout que pour l'instant, tu est pratiquement toute seule dans ton délire.

J'ai des idées pour établir un meilleur ordre économique et militaire mais il nécessite la démission du gouvernement actuel..

Il voulut continuer, mais un bruit d'hélicoptère couvrit rapidement le bruit ambiant du casino, forçant le petit groupe à lever la tête pour mieux entendre l'annonce de la police. C'était une surprise : Sapporo était la capitale du crime. Une action policière de cette ampleur tenait du miracle. Pile alors qu'elle comptait convaincre un potentiel allié de venir l'aider, en plus !

Se levant, Susumu garda son calme et entreprit d'observer de potentielles sorties. Il ne fallait pas se hâter : la police était partout. Cependant, il devait y'avoir une sortie secrète, préparée par un vilain paranoïaque au cas impossible où le siège du crime se verrait défier par les forces de l'ordre.

Ne paniquons pas. Y'aurait t-il une sortie secrète ? Demanda t-elle à son interlocuteur. Nous devrions au moins nous éloigner avant que la situation ne dégénère.

Les criminels présents n'allaient pas se rendre facilement. Du moins, elle espérait qu'ils auraient la volonté de ne pas se plier aussi aisément. D'un pas rapide mais calme, la jeune Death Head IV tenta de gagner un peu de distance, essayant de garder Mozoi près d'elle... tout en évitant qu'il ne remarque son stress.

« THIS WAS FUN »  ► Susumu
Code by AMIANTE

spoilers:
 
Matsuda Teru
Vilain
avatar
Surnom : Yama
Profession : Gérant d'un café - Dealer
Rang : A
Yens : 665
Renommée : 341
Alignement : Esprit Libre
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Mer 08 Aoû 2018, 18:21


Sapporo, ville qui l'a vu naître, mais aussi ville qui depuis fort longtemps semble abandonner par les forces de l’ordre. Maître lieu de tout ce qu’il se fait de pire dans le pays, la capitale régionale d’Hokkaido n’en est pas à son premier regroupement de ce, que beaucoup appellent vilains. Qu’importe le lieu dans lequel vous exercer votre business, c’est ici que vous viendrez vous faire de nouvelle connaissance, avoir un carnet d’adresses bien fournis est le B-A-BA que vous soyez un criminel ou un politique…

Dans un casino tristement célèbre pour être le lieu de distraction de bon nombre de membres des différentes pègre du pays, des litres d’alcool sont consommés, n’ayant d’égal que le nombre de cigarettes allumées. L’ambiance sonore des lieux est un mélange de bruyants rires et de son strident proposé par les diverses machines à sous. Teru en ce jour, vêtu comme la masse, n’est pas ici pour jouer, du moins pas seulement. Recevoir des conseils, se faire de nouveau contact, s’informer des différents tarifs proposé par les autres fournisseurs. Tout est bon à prendre. Sa venue s’apparente tout bonnement à un simple voyage d’affaires.

Dans ce genre de regroupement tout n’est que tension, chaque individu est armé, prêt à tirer dans le tas si altercation, il vient à avoir. Ce qu’il aura, à l’extérieur les hélices d’un hélicoptère se font entendre, alors que certains semblent déjà alerter par ces dernières, ce sont bien les haut-parleurs qui obtiendront l’attention de tous. Une opération de contrôle, disent-ils, pour Teru et sûrement beaucoup d’autre, cela n’est rien d’autre qu’une tentative de reprendre le contrôle de la ville.

Cette annonce eut l’effet de créer un infâme brouhaha dans la salle, chaque famille mafieuse échafaudant déjà un plan pour se sortir de ce merdier. Tout le monde souhaite débuter la journée suivante comme un homme libre, mais prennent-ils les bonnes décisions pour y arriver ? Ce n’est pas l’avis de Teru, qui prenant son verre en mains, fais en sorte de se placer-là ou tous peuvent le voir.

Calmez-vous mes amis, ce n’est pas en nous dispersant de la sorte que nous arriverons à nous sortir de ce merdier. Comme vous, tous, je n’ai aucune idée de combien ils sont, mais nous pouvons être certains qu’ils sont venus en nombre pour ce coup d’éclat qui je l’espère sera un échec. Se coupant dans son élan afin de boire une gorgée du breuvage étant dans son verre, Teru en profite pour observer ses interlocuteurs. Une chose est sûre, nous sommes tout comme eux armés et je suis prêt à parier que le directeur de ce splendide casino cache quelques armes à feu dans un coin. Ce que je vous propose est simple, plaçons-nous devant chaque entrée du bâtiment et prouvons leurs qu’ils auraient mieux fait de rester cloîtrer dans leurs minables petits commissariats !

Teru vois cela comme une guerre de territoire, s’ils ne se montrent pas fermes face aux policiers, ce sera un aveu de faiblesse et d’ici peu les attaques de ce genre se ferons de plus en plus courantes. Sapporo leur appartient et aujourd’hui le jour idéal pour le rappeler. Mais transformer ce casino en fort imprenable semble compliqué surtout qu’à présent, des coups de feu se font entendre.

Nos invités ne semblent pas avoir la politesse t’attendre que l’on s’organise ! Regardant autour de lui un bref instant, Teru cherche les différents points d’accès à l’extérieur. Avant de jeter son regard vers un croupier. Il, y a-t-il un moyen de barricader le casino ? Un système de rideau de fer ? Il nous faut limiter les entrées.

Maintenant qu’il a dit tout ce qui semblait nécessaire, Teru n’a plus qu’une chose à effectuer : aller voir ce qu’il s’est passé dans la direction des coups de feu.

Quelqu’un compte m’accompagner, ou dois-je gérer ça seul ? Se dirigeant vers l’endroit d’où les coups de feu semblaient venir, Teru espère être suivis par un ou deux vilains ayant compris l’importance de régler ceci.

Spoiler:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Jeu 09 Aoû 2018, 08:31


La Tombola du Syndicat



L'avantage de l'annonce de la police, c'est qu'on repère tout de suite les vrais civils dans le lot de la faune du casino, et vu le nombre de gens qui viennent de se coucher par terre, il n'y en a pas beaucoup...

Pour le reste, l'ambiance est plutôt à la confiance, la soirée est bien entamée, et la moitié des chefs de bandes du coin sont déjà assez alcoolisés pour prendre n'importe quelle situation à la légère. Alors quand Teru prends la parole il est tout de suite acclamé par les gardes les plus proches, et soudain on se croirait à une réunion de la NRA, tout le monde se met à brandir un flingue ou un couteau, et on se rue vers les issues et les zones à défendre.

Vous notez malgré tout que coté sécurité du casino, on semble plus prudent. Les gorilles en costard sont tous en train d'appuyer sur leurs oreillettes et de parler à voix basse, et plus de la moitié d'entre eux est en train de se diriger vers des portes marqués "personnel uniquement"

Dehors, les coups de feu ont apparemment été déclenchés par un yakuza un peu plus nerveux que les autres qui a tiré sur les voitures de police dés qu'il les a vu. la riposte a été nettement plus violente, et le pauvre type est maintenant truffé de plomb et abandonné au milieu du parking.

Tout autour du casino, les flics finissent de se déployer avec prudence. On sort les boucliers protecteurs, on colle des snipers sur les toits, on installe des projecteurs. Et juste derrière la première ligne de voiture de patrouille, on aperçoit les troupes de choc qui sortent de leur transports et se préparent à avancer vers vous.
Daeiichi Susumu
Vilain
avatar
Surnom : .
Profession : Étudiante | Terroriste
Rang : A
Yens : 1160
Renommée : 341
Alignement : Dominateur
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Ven 10 Aoû 2018, 03:16

LA TOMBOLA DU SYNDICAT
PV TERU, ANIMATEUR

Tout devient un peu chaotique. Comme l'on pourrait se l'imaginer quand on colle des criminels déjà confiants, de l'alcool et une qui met les nerfs à vif. La plupart des individus du casino semblent déterminés à se battre. Tels les Spartiates à Themorphyles, ils comptent se battre jusque au dernier homme pour faire entrer cet assaut sur le casino dans les unes de journaux.

D'un côté, ça l'arrange. Il lui sera plus aisé de s'enfuir dans la confusion, surtout vu que les policiers seront occupés à se battre contre les Yakuza et autres bandits. De l'autre, elle pourrait très bien se prendre une balle perdue, et la police pourrait simplement être moins réticente de se retenir une fois engagée dans un combat monstrueux... et de plus, vu que certains des défenseurs sont en état d'ivresse, ils seront sans doute moins efficace.

Un homme s'élève et se met à parler, utilisant un certain charisme ainsi qu'un bon speech pour convaincre les brigands de former définitivement la défense. A l'inverse, les gardes du corps se dirigent vers des zones spéciales. Ils possèdent sans doute des armes lourdes à l'intérieur ou des portes de secours. Il faudrait d'ailleurs... tiens, autant en profiter pendant que tout le monde est encore là.

Il faudrait s'assurer qu'ils n'aillent pas passer par la porte de derrière. Fit t-elle, tentant de se faire entendre au milieu de la foule. Ceci fait, elle leva une simple carte de poker, tentant de s'approcher du jeune homme. Elle ne le connaissait pas, mais elle savait qu'il y'avait encore des regards sur lui.

Mon pouvoir est l'explosion. Je peux faire détoner des objets en les marquant, jusque a six ! Je pourrais tenter de ralentir l'approche de la police, vous n'aurez qu'a déposer les objets piégés sur le chemin, et j'aurais sans doute besoin d'un talkie-walkie afin de bien recevoir le signal : je pourrais ainsi faire détoner l'objet et causer des victimes dans les forces ennemies.

Susumu était un peu en train de faire la moue mentale. Elle ne voulait pas blesser des Japonais pure souche. Faire couler le sang choisi sur la tapisserie, ce n'était pas de son goût. On lui avait bien dit que la police se mettrait évidemment sur son chemin, mais elle s'était arrangée pour l'éviter jusque ici. Elle n'avait pas eu de chance dans ce cas, malheureusement. Ça allait être elle ou eux, l'avenir du pays dépendait de sa liberté.

En cas de succès dans sa démarche, elle entreprit de marquer les objets, pointant les têtes de mort en tatouage pour signaler qu'ils allaient devoir les cacher. Coucher l'objet d'une manière ou le dissimuler derrière des débris peut-être, les méthodes que des alcooliques nerveux pouvaient adopter. Une fois faite, elle entreprit de se tourner vers le jeune homme, ses yeux rouges perçant fixés envers lui.

Je suis la Death Head sixième du nom. Nous allons devoir coopérer pour défaire la justice. Vous avez un charisme remarquable, pourrez-vous négocier une voie vers les sections réservées au personnel ? Afin de savoir ce qu'ils préparent. En échange, je te suivrais. Fit t-elle, pointant ces dernières du doigt. Elle aurait bien évitée la dernière question, mais devant une assemblée pareille, impliquer la fuite serait mauvais.

Elle ne se laisserait jamais attraper, elle fera exploser le bâtiment, à regret, s'il le faut.

« THIS WAS FUN »  ► Susumu
Code by AMIANTE

spoilers:
 
Matsuda Teru
Vilain
avatar
Surnom : Yama
Profession : Gérant d'un café - Dealer
Rang : A
Yens : 665
Renommée : 341
Alignement : Esprit Libre
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Sam 11 Aoû 2018, 00:47


La fête ne fait que commencer, le fait qu’un homme gît déjà sur le sol n’est pas de bonne augure pour la suite des événements. Ils sont prêts à faire feu s’il le faut et ceci est bien la principale préoccupation de notre trafiquant de Tokyo. Reprenant place dans la foule, il en vient à réfléchir aux possibles solutions qu’ont lui et ses alliés de fortune. En temps de crise, il est toujours difficile d’avoir les idées claires, mais fort de sa lointaine formation héroïque, Teru est capable de pallier à ce problème, bien qu’il ne soit pas pour autant hermétique à toutes formes de stress. C’est une jeune femme aux cheveux bruns qui viendra le sortir de sa réflexion qui pour l’heure ne menait à rien.

Lui avouant ses capacités puis lui donnant un début de plan, celle se faisant appeler la Death Head troisième du nom, offrit quelques idées intéressantes à celui semblant être son aînée.

Tes capacités pourraient être très intéressantes en effet… Regardant l’un des individus ronger par la peur au point de rester au sol, les mains derrière la tète, Teru fini par reprendre ça pensé, s’adressant toujours à cette interlocutrice. Il serait en effet pas mal que tu puisses placer quelques-unes de tes bombes devant les entrées. Si ça nous permet d’éliminer quelques soldats, c’est une excellente idée.

Pour ce qui est des Talkies, Teru est moins fan.

Pour les moyens de communication, s’en dispenser serait préférable. Nos visiteurs pourraient espionner notre canal, mais tu marques un point concernant les agents de sécurité, vos mieux les garder à l’œil.


Difficile pour l’heure de savoir si tout est sous contrôle, Teru n’en sait rien et ses partenaires d’infortune finiront par s’en rendre compte, alors que les puissants projecteurs de la police japonaise viennent ajouter un peu plus de lumière aux lieux. Teru dut se rendre à l’évidence, les fenêtres se révèlent être un véritable souci, si les policiers décident d’être moins clément, ils n’auront aucun mal à atteindre ceux leurs refusant l’entrée. La solution viendra finalement rapidement à l’esprit du trafiquant, regardant l’un des innocents tremblant sur le sol, il vient de leur trouver une utilité.

Je pense, que tout comme moi, vous n’êtes pas fan de l’idée que nos visiteurs puissent observer ce que nous faisons ! Dit-il afin que toute la salle puisse l’entendre. Si comme moi, vous n’êtes pas fan du voyeurisme des forces de l’ordre, aiguillez les poids morts qui se disent innocents devant les vitres du bâtiment, ça devrait les dissuader de nous tirer dessus.

Relevant celui se trouvant devant lui, Teru en profita pour lui faire les poches et prendre son téléphone portable ainsi que d'autres effets personnels, il est temps de discuter avec ceux leurs bloquants la sortie. S’allumant une cigarette, Teru s’assoit à une des tables de jeu, tapant sur ce même téléphone le numéro du poste de police du quartier. C’est tranquillement qu’il attendit une réponse du standard. Avant de dire ses quelques mots, cherchant ouvertement à interagir avec le responsable du foutoir qu’il y a à l’extérieur.

Bonsoir ma chère, ici l’un des occupants du casino dans lequel vos collègues veulent entrer. Si vous ne voulez pas avoir la mort d’un ou deux otages, vous feriez mieux de me passer le responsable de ce bordel. Marquant une pause, afin de tirer sur sa clope, Teru reprend toujours d’une voix terriblement calme. Faite vite, la patience n’est pas une de mes vertus…

Spoiler:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Mar 14 Aoû 2018, 15:11


La Tombola du Syndicat



Le standard doit avoir des consignes pour ce genre de cas, en tout cas ce soir on te passe immédiatement quelqu'un. Quelqu'un qui soit se trouver pas si loin que ça, parce qu'il entend globalement les mêmes sirènes que toi. Probablement un des officiers gérant l'opération sur le terrain.

Et pendant que vous commencez à causer, tout ce qui se sont révélés être de vrais truands entreprennent de pousser vers les entrées et les fenêtres, tout ceux qui ne semblent pas l'étre. Ce qui donne lieu a des scénes plutôt cocasse ou des types se poussent mutuellement vers la fenêtre en gueulant tout les deux qu'ils sont du syndicat et que l'autre est un sale civil.


[...]


Le pouvoir de Susumu plait beaucoup, et il y a rapidement beaucoup de déçus quand il s’avère qu'elle ne peut pas offrir des grenades magique a tout ceux qui en voudrait une. Heureusement ça ne dure pas et on cesse rapidement de t’embêter pour commencer a pousser les civils vers les bords du casino.
Moizoi Notsuki lui, ne t'a pas quitté d'une semelle. Il estime visiblement que c'est en restant prés de toi qu'il a le plus de chance de s'en tirer.

-J'ai peur que votre nom ne soit pas encore assez connu pour susciter le respect qu'il mérite. Je comprends mieux pourquoi vous avez besoin de moi.

Ou alors c'est juste un vieux taquin.

-Bonne idée de leur proposer vos pouvoirs, avec des explosions il sera plus facile de couvrir notre fuite. Il existe surement un paquet de sorties de secours dans les zones réservés aux membres du syndicat. Tu savais qu'ils tenaient une réunion de chef de clan ce soir ? Cette attaque n'est pas une simple descente, et la police et bien mieux renseignée qu'elle ne devrait l'étre.


Dehors, la police a fini de se déployer. Et derriére une solide ligne de boucliers, plusieurs escouades commencent à avancer vers les différentes entrées du casino.

Daeiichi Susumu
Vilain
avatar
Surnom : .
Profession : Étudiante | Terroriste
Rang : A
Yens : 1160
Renommée : 341
Alignement : Dominateur
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Mer 15 Aoû 2018, 14:57

LA TOMBOLA DU SYNDICAT
PV TERU, ANIMATEUR

Ses pouvoirs semblaient faire très bon effet auprès de la foule, d'après la masse de gens qui se trouvait déjà devant elle, quémandant des bombes magiques. Mais comme tout public devant un jeu ayant subi beaucoup de marketing, ils furent déçus de constater qu'elle n'avait qu'une limite de six objets, l'empêchant d'armer et de faire détoner ce qu'elle voulait.

Mais elle était sûre qu'elle pourrait surpasser cette limite un jour... et puis, six items, c'était déjà assez correct. Il y'avait bien assez de zones couvertes. D'ailleurs, Susumu pointa un peu du doigt dans le chaos, tentant de signaler des zones à protéger comme les cuisines ou autres endroits dans le genre. Avec de la chance, Teru allait leur donner assez de temps pour qu'ils puissent préparer leurs défenses efficacement.

N'oubliez pas de me signaler. Mais ne perdez pas votre calme. Il va y'avoir du bruit et il pourrait être difficile de vous entendre... ou, pourrais-je gagner accès aux caméras ? Je pourrais ainsi observer plus efficacement. Faites attention aux parties du casino où ils pourraient s'infiltrer. Ils pourraient essayer une attaque par derrière.

Le talkie-walkie n'était pas une option après tout, donc elle allait devoir se concentrer. Les caméras étaient une bonne option pour s'éloigner de la foule et se concentrer sur ce qu'elle comptait faire, tant qu'elle emportait quelques alliés avec elle. Aussi, elle pourra éventuellement fuir sans attirer l'attention, c"était bien le but après tout : pas gagner, mais s'enfuir, et recommencer plus tard, en étant plus prudente cette fois.

Moizoi restait près d'elle, à sa satisfaction. Ce n'était pas le premier rodéo de l'homme, et c'était une bonne occasion de prouver sa valeur en tant que Death Head, au lieu de devoir continuer la conversation... après, elle ne savait pas si elle avait un alter. Son père ne lui en avait jamais vraiment parlé et elle ne pouvait pas le contacter de toute façon. Il avait juste disparu et elle n'avait pas réussi à le contacter depuis le temps.

Elle n'était pas venue voir cet homme pour savoir où était son père. Mais elle espérait secrètement qu'il lui donne un indice après avoir été assez impressionné par elle. Pour l'instant, ça ne semblait pas fonctionner, vu sa pique sur son nom. Susumu entreprit de sourire en réponse, mais malheureusement, le dit-sourire tenait beaucoup plus de la grimace. Il avait bien raison, et sa fierté venait d'en prendre un méchant coup.

Je suis toute nouvelle après tout. Fit t-elle, cachant son malaise avec un sourire assuré, fermant les yeux comme si elle offrait une évidence. Mais un jour, mon nom sera respecté par les patriotes... et craint par les autres.

Il complimente ensuite son idée et explique qu'il doit certainement y'avoir des sorties de secours... réservées aux membres du syndicats, qui vont devenir très nombreux vu les scènes qui se passent aux fenêtres. En même temps, quelqu'un clame qu'il y'a des espions dans le groupe, tout en affirmant à la police qu'il y'a des otages dans le coin. Sa conclusion est bonne, et semble être en accord avec celle de son interlocuteur, qui l'informe d'une réunion de chefs et des étranges renseignements de la police.

La police a mené un assaut sur tellement de gros noms du crime, hein ? Le statut de la ville en tant qu'île du crime vient de se prendre un sacré coup. Même si la police est repoussée, le message est clair : le Syndicat n'est pas au dessus de la police, et peut être pourchassé même dans sa propre antre. D'ici les jours à venir, Sapporo pourrait devenir très moche, il allait falloir mettre les voiles et retourner à Tokyo rapidement.

Oui... mais je ne sais pas si une cherche décente peut être menée dans ces conditions chaotiques. Nous ne pouvons pas laisser des infiltrés dans nos rangs mais il serait bête de les ignorer... et de toute façon, vu le stress actuel, je ne pense pas que l'investigation sera menée avec parcimonie. Restez juste près de moi, et tentons d'être très méfiants. Avez vous des connaissances dans le syndicat qui pourraient nous laisser mener une retraite ?

D'un coup, les lumières s'éteignent et on entend des cris dans la salle, les criminels paniqués n'ayant évidemment pas prévus la coupure d'électricité. Prévenante, Susumu essaye d'attraper le bras de Moizoi pour le garder près d'elle. Sa poigne est assez ferme pour éviter qu'un choc soudain sépare le duo. Se faisant, elle entreprit de vérifier rapidement sa poche pour sortir un téléphone secondaire, déclenchant rapidement la fonction lumière pour tenter de se faire un chemin.

CALMEZ VOUS ! CALMEZ VOUS ! GARDEZ LES OTAGES PRÈS DES FENÊTRES ! EST-CE QUE QUELQU'UN A DE QUOI S'ECLAIRER ? TOI AU TELEPHONE ! DIS LEUR DE RECULER OU IL VA Y'AVOIR DU DÉGÂT SUR LES OTAGES !

Susumu garda son téléphone en main, tentant de s'éclairer. Son visage, à peine visible dans la pénombre, indiquait clairement qu'elle était prête à appliquer ses menaces !

« THIS WAS FUN »  ► Susumu
Code by AMIANTE

spoilers:
 
Matsuda Teru
Vilain
avatar
Surnom : Yama
Profession : Gérant d'un café - Dealer
Rang : A
Yens : 665
Renommée : 341
Alignement : Esprit Libre
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Ven 17 Aoû 2018, 01:31

Alors que chacun semble faire son possible pour que la situation tourne en leurs avantages, Teru attends qu’un interlocuteur avec un vrai impact sur la situation vienne répondre à son coup de fil et ce fut rapidement le cas, la standardiste a apparemment des ordres précis dans ce genre de situation, ce qui est parfait, il n’a guère de temps à passé à convaincre que des vies sont en jeu sur ce coup-ci. De par le bruit environnent, Teru en vient à croire que ce soit à tort ou à raison que celui à l'autre bout de la ligne est un des policiers poster à l’extérieur. Ce qui était en tout point l’objectif de cet appel, maintenant plus qu’à voir s’il arrive à bluffer son vis-à-vis, afin de gagner quelques minutes.

– Capitaine ? Sergent ? Colonel ? Lieutenant ? Inspecteur peut-être ? J'y connais rien en grade, mais qui que tu sois, je suis persuadé que tu sais pourquoi je t'appelle. Tu penses gérer la situation de l'extérieur et je pense de même à l'intérieur, alors lequel de nous deux à raison à votre avis ? Celui qui a compris depuis longtemps que la police ne sert que de faire valoir aux héros ou celui qui pense encore pouvoir passer au premier plan ?

Je ne vais pas te dire le speech habituel, comme quoi nous sommes armés et prêt à tué les otages si nécessaires, que vous courrez droit à votre perte en fonçant comme vous avez prévus de le faire. Que tout simplement, nous voyons tous clair dans votre jeu.

Souvenez-vous d’une chose, en tirant dans le tas vous avez autant de chance de toucher un innocent qu’un criminel. À vous de voir si vous estimez que l’emprisonnement de quelques criminels de bas étages vaut la mort de quelques dizaines d’innocents.


Teru essaye d'avoir l'air capable, de sembler avoir la situation sous contrôle histoire de faire douter son interlocuteur qui ainsi reverrait peut-être son approche de la situation, mais a l'intérieur tout n'est pas rose, chacun essaye de défendre son appartenance au milieu criminel et ainsi permettre de ne pas être un vulgaire bouclier humain. Teru met alors son interlocuteur en attente le temps que la situation se calme à l'intérieur, mais ce n'était sans compter sur le guide du parfait petit policier qui consistait avant tout à couper le courant du lieu en état de siège. Ce relevant de son siège, Teru eut la réaction la plus spontanée qui soit.

 Il n’y a pas de générateur de secours je suppose ?! Il reprend ensuite son rôle de leader par défaut. Bref, si nous ne voyons rien, ils ne voient pas grand-chose non plus, jouons là-dessus, notre escouade bouclier humain se mêler à nous. Il faut que les flics doutent de sur qui ils peuvent tirer. Il montre alors le téléphone qu’il a dans la main droite. Personnellement, je récupère le proprio de ce téléphone.

Alors que Teru récupère un otage qu’il soit le propriétaire du téléphone ou non, il réactive dans le même temps l'appelle. Cherchant au passage un endroit où il serait moins à découvert.

– Alors, on se dit que tout ça était une erreur et chacun rentre chez soi ? Teru n'attends alors pas de réponse donnant le téléphone à l’otage qu’il tient. Lui disant alors d’une voix base pour pas que le micro du téléphone puisse capter ce qu’il dit. Fait en sorte que le téléphone soit visible et si notre ami dit quelque chose d’intéressant tu me le dis !

Spoiler:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Ven 17 Aoû 2018, 18:33


LA TOMBOLA DU SYNDICAT



Ils l’appellent Rex. C’est un Américain spécialiste dans ce genre d’opération. Il voyage partout dans le monde pour aider la police et même les Héros. Yuei l’avait invité pour une présentation et, lors de son séjour, le gouvernement Japonais l’a contacté pour qu’il aide leurs équipes vu son franc succès ailleurs. Quelle malchance pour les criminels se trouvant dans le Casino!

« Ils disent qu’ils ont des otages, monsieur Rex! »

Le spécialiste se masse le menton.

« Plan en quatre étapes! Premièrement, imagerie 3D avec le sonar pour voir si vraiment des gens sont pris en otage! Deuxièmement, du lacrymo dans la ventilo! Troisièmement, on coupe toute l’électricité! Quatrièmement, l’escouade musclée passe par les cuisines en mode Ninja avec leurs lunettes nocturnes! »

L’agent lui fait un salue et se met à hurler les ordres. Ses hommes se mettent aussitôt au travail quand un autre policier arrive en courant, un gros portable à la main.

« Rex, prenez ça! On a contact avec un des criminels! »

Le vieil homme relève sa casquette bleue du pouce et prend le téléphone.

« Rex à l’appareil, » dit-il et écoute Teru sans l’interrompre ensuite. « Écoute-moi bien, rendez-vous vous êtes… Euh… T’es là? Merde, il m’a mis en sourdine! Ah! Bon, non, ce n’est pas ainsi que les négociations vont se passer, » continue-t-il, alors que les sons reviennent. « Non, tu vas devoir me prouver ta bonne volonté et laisser sortir dix otages. Ensuite, on parlera! »

« Monsieur Rex, vous êtes fou! Ils vont les tuer! » s'exclame l'agent, ses propos balayés du revers de la main par le vieux spécialiste.

---

À l’intérieur, la situation déjà moyennement chaotique s’empire malgré les conseils de Susumu et la tentative de prise de leadership de Teru. Il y a bien la moitié qui cherche à écouter les directives, mais une autre partie semble suivre d’autres commandes et le reste des gens échangent des tirs ou sont complètement paniqués. C’est difficile de communiquer et personne n’informe les protagonistes sur l’emplacement des caméras ou d’une génératrice.

En plus, les yeux de tout le monde commence à piquer.

L’individu est en pleine panique lorsque Teru le soulève et le traine. Il lui envoie un coup de coude violent.

---

« Des connaissances? Sûrement, mais il faudrait rebrousser chemin et sortir du Hall pour rejoindre les gros bonnets en passant par les cuisines ou les salles réservés aux employés. »
 
Susumu est toujours accompagnée de Notsuki qu’elle tient fermement. Sa tentative de reprendre contrôle de la situation ne donne pas les effets désirés. Soudainement, elle entend quelqu’un l’appeler au loin, derrière, là où l’ancien allié de son père lui indiquait de se rendre justement.

« Death Head! Ils passent par ici! Faites les exploser, vite! »

Résumé:
 
Daeiichi Susumu
Vilain
avatar
Surnom : .
Profession : Étudiante | Terroriste
Rang : A
Yens : 1160
Renommée : 341
Alignement : Dominateur
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Ven 17 Aoû 2018, 21:07

LA TOMBOLA DU SYNDICAT
PV TERU, ANIMATEUR

La salle tourne au chaos, comme on pourrait s'y attendre. Les tirs, les cris et les injures fusent de tout parts et tout devient chaotique. La suggestion de s'occuper des lacrymos était venue trop tard, mais elle ne blamait pas la personne qui avait suggérée cette option, le stress empêche vraiment aux gens de tourner en rond et l'assaut de la police avait été preste.

Elle passa sa manche noire sur ses yeux, sentant une sensation de brûlure dans la gorge et les globes oculaires. Ses quelques connaissances des mouvements de manifestation l'avaient bien prévenus : le gaz lacrymogène ne tue pas mais il a de quoi briser un mouvement. Dans ce chaos, les forces de l'ordre allaient pouvoir bondir. Rester là serait potentiellement dangereux.

Elle devait retrouver les gros bonnets. Rester là était dangereux au vu des balles et des lacrymos. Death Head, sixième du nom, se mit en route, essayant de se baisser un peu pour éviter un projectile perdu. Elle aiderait bien Teru mais la sureté de l'ancien ami de son père était primordiale. Et puis, un civil paniqué, exposé au lacrymo, ne devrait pas être un problème pour un criminel, même exposé au même handicap.

Il lui expliqua qu'elle pouvait passer par les cuisines ou les salles réservées aux employés.

Très bien, très bien ! Restez avec moi ! Ce n'est pas sauf ici ! Il faut partir ! Vous allez bien ?!

La situation n'était probablement pas mieux là bas mais c'était toujours plus sauf. Et le vieux criminel aurait tort de vouloir rester dans la salle. Elle lâcha brièvement la main de Notsuki (l'autre étant prise par le téléphone) pour déchirer la manche de son pull noir, l'offrant en foulard improvisé. Elle fit de même sur son autre manche. Ça pourrait former une défense improvisée. Elle le fit juste à temps pour entendre quelqu'un l'appeler et lui ordonner de presser le bouton. Elle tenta de rattraper Moizoi en remettant sa patte sur lui, sans essayer de le blesser.

Bouchez vous les oreilles ! Maintenant !

D'un côté, ça pourrait être un malin qui exploite la confusion ou un paniqué qui voit des alliés et pense qu'il s'agit de la police... mais de l'autre, une attaque par derrière serait idéale. Mesurant brièvement ses idées, elle décida de presser directement le bouton, un bruit d'explosion retentissant au loin. S'extrayant hors du hall, elle observa ses alentours, faisant de grands mouvements de bras pour tenter de voir si elle pouvait se trouver une petite escorte.

Elle ne savait pas si c'était la cuisine ou l'autre endroit, tout était un peu confus.

Essayez d'achever des survivants s'il y'en a ! Il n'y a rien à laisser au hasard ! Absolument rien !

L'autre fille avait suggérée qu'elle devienne chef. Elle ne savait pas si elle avait de quoi assumer ce role, mais elle espérait que les criminels allaient suivre ses ordres. Se faisant, elle tenta brièvement de se repérer dans le casino via la lueur de son téléphone et décida de se diriger vers les salles aux employés. Il serait dangereux de se rendre dans l'endroit explosé avec son partenaire moins résistant que les autres.

Continuez de me prévenir ! Je peux faire exploser de loin ! Fit t-elle, tentant toujours de se faire une petite escorte vers la sortie. Après tout, il y'avait certainement d'autres infiltrés dans la salle.

Je vais mener la guerre à la police !

« THIS WAS FUN »  ► Susumu
Code by AMIANTE

spoilers:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Lun 20 Aoû 2018, 19:21


LA TOMBOLA DU SYNDICAT



L’activation de l’explosion est un succès. La voie vers la cuisine est en morceaux! On voit des gens virevolter sans réellement savoir s’ils sont alliés ou ennemis. Susumu, accompagnée de Moizoi Notsuki, trouve le moyen d’atteindre la porte mal fermée sur laquelle il était inscrit « employés seulement ».

S’éclairant avec son portable, elle trouve une petite pièce rectangulaire composée du nécessaire pour une salle de repos : table, télé, frigo, chaises, sofa, etc. Cette salle offre trois sorties. La première, à droite, ouvre sur une plus grande salle, une sorte de bureau immense plutôt cossue et chiquement décorée appartenant probablement à un personnage important, au fond de laquelle il y a un ascenseur personnel. La deuxième mène à la salle de bain des employés. La dernière, découvre un long couloir avec plusieurs portes. Il est facile de comprendre que l’une d’elle mène aux cuisines vu l’état du mur qui a supporté l’explosion.

« Arrêtez-vous! Aller, au sol! » Retenti au loin, quelque part au fond de ce corridor.

L’effet du gaz lacrymogène ne s’améliore pas et des larmes coulent le long des joues de Susumu malgré ses efforts pour rester forte et en contrôle.

Résumé:
 
Matsuda Teru
Vilain
avatar
Surnom : Yama
Profession : Gérant d'un café - Dealer
Rang : A
Yens : 665
Renommée : 341
Alignement : Esprit Libre
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Lun 20 Aoû 2018, 19:31

Simplement trimbalé un otage comme un vulgaire objet finirait bien un jour ou l’autre à voir ce dernier se rebeller. C’est en se débattant que se dit otage viens coller un violent coup de coude dans la mâchoire de Teru, ne le voyant pas venir celui-ci l'atteignit sans trop de soucis. Ne relâchant pas sa prise pour autant, c'est avec son autre main qu'il vient comme tenir la zone touchée comme pour s'assurer qu'il n'y a rien de bien grave. Une assurance dont il n'a guère, réellement besoin tant la solidité naturelle du trafiquant est élevé, mais bien qu'il résiste bien au choc, la douleur est toujours présente.

Prenant sur lui, il décida que ce n'est pas nécessaire de rendre la pareille à l'otage. Ce serait qu'une dépense inutile d'énergie, après tous les otages son la seule raison qui empêche encore les forces de l'ordre d'entrée dans le bâtiment. Rivant ses yeux verts sur celui, lui ayant mis un coup, il peut se rendre compte qu'il est tout simplement paniqué, difficile de savoir si ce geste était voulu ou non. Se baissant au niveau de l'homme, c'est d'une voix étonnement calme que Teru vient lui adresser la parole.

Ce n’est pas avec ce genre de comportement que tu rentreras sain et sauf chez-toi. Nous voulons tous les deux la même chose, rentrer chez nous en un seul morceau. Écoute-moi, ne fais pas de caprice et nous arriverons à atteindre cet objectif. Reprenant en main le téléphone, Teru laisse alors l’otage se relever seul. Le laissant ainsi, seul prendre sa décision. Rex, désolé de t’avoir mis en attente. Pour les otages, bien sûr que je vais te donner ce qui pour l'heure vous empêche de tirer dans tas ! Sarcasme évident

Des négociations s'apparentent à une partie d'échec. C'est de la stratégie, reconnaître ses points forts comme ses faiblesses et bien que la partie a commencé par un petit désavantage pour les vilains. Rien n'est encore perdu, l'urgence est de savoir jusqu’où sont-ils prêts à perdre du terrain, contre un otage que sont-ils prêts à faire, mais surtout combien de temps tiendrons-nous... C'est alors que Teru allait pour reprendre sa conversation avec l'Américain, qu'une explosion retendit la jeune femme s'étant présenté à lui plus tôt, commence les hostilités. Cette fameuse death head est sans aucun doute une pièce maîtresse dans l'esprit de Teru, mais chacune de ses explosions créer des dégâts importants au bâtiment. Combien de détonations ce dernier arrivera-t-il à supporter ? Teru n'en sait rien, mais il faudra le prendre en compte, il espère qu'elle le sait aussi bien que lui.

Une explosion ? Serait-ce dû à une fuite de gaz ? Étrange, mais revenons à notre conversation. Je suis prêt à vous offrir quelques otages si vous répondez à ma question... Vous êtes ici pour un homme précis, un groupe vous intéresse en particulier ? Ou êtes-vous juste là dans le but de coffrer les sbires de quelques organisations mafieuses ? Ses yeux commençant à ressentir l'effet du gaz, Teru s’arrête quelques instants avant de reprendre. À moins que vous n'en savez rien aussi, après tout, vous n'êtes aussi qu'un sbire aux yeux de l'état...

La douleur à la mâchoire, les effets du gaz, sans parler du manque de courant qui les mets dans le noir complet. La situation est fortement désagréable, toujours le téléphone prêt de son oreille pour entendre la possible réponse de Rex, Teru regarde rapidement autour de lui, utilisant la fonction lampe torche de son propre téléphone. Certains semblent déjà se hâter à boucher les aérations, d'autre ont l'aire de tout simplement chercher une sortie. Serait-ce vraiment si simple ? Peut-être finalement que Teru n'a finalement supposé à tort que le bâtiment est cerné.

Spoiler:
 
Daeiichi Susumu
Vilain
avatar
Surnom : .
Profession : Étudiante | Terroriste
Rang : A
Yens : 1160
Renommée : 341
Alignement : Dominateur
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Mar 21 Aoû 2018, 00:14

LA TOMBOLA DU SYNDICAT
PV TERU, ANIMATEUR

Les larmes lui montent quasiment aux yeux, mais elle ne recule pas même alors que le liquide lui coule aux joues. Ce ne sont pas des larmes naturelles : elle ne pleure pas de peur, de rage ou de tristesse devant la situation qui était en train de l'affecter. Elle ne doit pas reculer, car sinon, elle va être engloutie. Elle était encore au dessus parce qu'elle était capable de tout faire pour ses propres actions, peu importe les dégâts structurels ou les pertes de vies. Un bon criminel ne recule pas devant ça.

Un jour, elle enseignera cette leçon à son successeur, mais les débats philosophiques d'une Susumu en âge avancé ne comptaient pour l'instant pas pour la Susumu actuelle, qui essayait un peu de se faire un chemin à coup de violence. Pour l'instant, ça lui réussissait : elle venait de se mettre dans un endroit isolé du danger. Elle aurait pu se servir du moment pour bien se reposer et préparer son prochain plan mais l'effet du lacrymo continuait de tourmenter son corps ainsi que son esprit, la forçant à continuant son petit bout de chemin.

Il y'avait des salles de bain, d'après ce que sa vision affectée pouvait voir à la lueur blafarde du téléphone, ainsi qu'un bureau luxueux accompagné d'un ascenseur privé. Guidée par l'instinct, elle tapota brièvement dessus, osant espérer que le propriétaire aurait sans doute bâti l'ascenseur au cas où une panne de courant arriverait.

Une fois finie, elle écuma la salle un instant, tentant de voir s'il y'aurait quelque chose pour l'aider. C'était un vestiaire pour criminel après tout, elle osait trouver quelque chose qui lui serait utile. Elle ne perdit pas le vieil homme de vue cependant, et l'adrénaline la força à se dépêcher un peu, afin de vite trouver la sortie. En remarquant le couloir, toutefois, une sorte de petit ricanement triomphant s'échappa de ses lèvres.

On va s'en sortir bientôt. Il doit y'avoir le chemin vers une sortie... en espérant que le bâtiment n'est pas complètement encerclé. Je vais essayer de tout faire exploser en sortant, de cette façon, nous aurons la distraction suffisante pour nous échapper. C'est triste pour les gens dans le hall mais je dois vivre. Les vrais patriotes me remercieront.

Elle lui aurait demandé comment papa aurait fait pour gérer la situation mais ce serait pour plus tard. La recherche d'un paternel disparu est importante pour tout enfant mais ça à ses priorités. Une fois qu'elle respirera l'air... toujours pollué de dehors, elle posera la question. Elle venait de l'escorter hors du bâtiment après tout.

Unes des portes avait des fissures immenses : elle perdit une ou deux secondes à contempler la puissance intimidante de son explosion.

Cherchant brièvement avec la lueur de son portable, elle tourna la tête rapidement vers la fin du corridor : l'ordre ne semblait pas être adressé à Moizoi ou à elle. En réponse, elle claqua la langue en irritation, cherchant rapidement pour la sortie. Si elle venait à apprendre que la sortie était dans le corridor, elle fera signe à Moizoi de la suivre, tenta discrètement d'atteindre la porte de sortie et l'ouvrira, tentant de quitter les lieux dans l'immédiat avec lui.

Si la sortie est plus loin dans le corridor, en revanche, Susumu se contente juste d'attraper un petit objet aux alentours, comme une pièce de monnaie, la marquant d'une tête de mort et souriant légèrement. Dans la pénombre, un objet noir sur un objet aussi petit, ça ne se remarque pas. Se faisant, elle entreprit de s'avancer à pas de loups, tentant d'apercevoir la confrontation.

Elle ne pouvait sans doute pas lancer une explosion massive mais il était mieux d'avoir de quoi se défendre. Après, il serait mieux de juste observer et de voir si les criminels de l'autre côté avaient de quoi se débarrasser des policiers. Elle n'aura besoin que de les suivre après... ou se débarrasser d'eux également. Elle tenta d'éviter d'utiliser trop la lueur de son portable, afin d'éviter qu'ils ne remarquent le faisceau.

« THIS WAS FUN »  ► Susumu
Code by AMIANTE

spoilers:
 

________________


Thème de Susumu :

Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Mar 21 Aoû 2018, 23:25


LA TOMBOLA DU SYNDICAT


L’ascenseur du bureau ne fonctionne pas, mais, en fouillant rapidement, Susumu met la main sur un ordinateur portable qui a encore un peu de jus. Il est cependant protégé par un mot de passe et Death Head le laisse de côté, s’intéressant plutôt au couloir d’où proviennent des bruits de confrontation.

Elle s’avance subtilement, longeant le mur et, du coin de l’œil, peut apercevoir que plus loin, dans un corridor perpendiculaire, il y a plusieurs agents qui tiennent en joue un groupe de mafieux avec, en tête, un individu se dirigeant grâce à son téléphone comme elle. Tout au long du couloir, il y a des portes, mais celle qui attire son attention est au fond, à quelques pas. Celle-ci est différente, c’est une porte de sortie d’urgence.  

Résumé:
 

---

« Personnellement…? » commence Rex. « Tu as un portable? Fait une recherche sur Rex ''The Hunter'' et tu verras qui je suis! »

Rex:
 

« On m’a dit de venir aider. Ce n'est pas mon opération. Aller, laisse en sortir quelques-uns. »

D’un coup, des hurlements retentissent dans l’appareil. Teru entend les bruits évident d’un combat qui a lieu où se trouve son interlocuteur.

« Tu as essayé de me déconcentré, petit merdeux, c’est ça?! Tu m’as envoyé un assassin!? » dit-il après près d’une minute.

Il y a une autre pause. À l’intérieur, dans le Hall où Teru se trouve, le chaos s’arrange, semble-t-il. Le gros des otages sont écrasés face contre les vitres, les mafieux derrières. Il y a encore plusieurs qui clament être des membres d’une ou l’autre famille de gangster. Plus loin, dans la grande salle de jeux du Casino, les gens cherchent à bloquer les sorties de ventilation sans grand succès.

« STUN GRENADES! FLASH BANGS! THROW THEM ALL! » ajoute l’expert, ses directives résonant en sourdine.

Quelque chose se passe et ça ne semble pas positif pour Rex.
Daeiichi Susumu
Vilain
avatar
Surnom : .
Profession : Étudiante | Terroriste
Rang : A
Yens : 1160
Renommée : 341
Alignement : Dominateur
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Mer 22 Aoû 2018, 14:16

LA TOMBOLA DU SYNDICAT
PV TERU, ANIMATEUR

L'ordinateur semblait important, mais elle ne pouvait définitivement pas s'embarrasser avec du matériel supplémentaire. Elle pourrait demander à Moizoi de le prendre après, mais lui aussi était affecté par le gaz et devait probablement être bien affaibli... toutefois, dans le doute, mieux valait voir si elle ne pouvait pas faire quelque chose avec.

Consciente qu'elle n'avait plus besoin de lui attraper le bras, Susumu prit l'appareil avec elle, lâchant Moizoi et s'emparant de l'appareil avant de continuer son voyage. Bien sûr, si un combat venait à éclater, il serait bête de garder l'appareil mais son meilleur intérêt était bien de ne plus tomber sur de combats pour la soirée et revenir chez elle en un seul morceau. L'ordinateur saurait l'aider... plus tard, elle pourra toujours demander à quelqu'un de l'ouvrir pour elle.

Elle remarqua que cette femme, Haya, venait de la suivre, remarquant sur les effets pas très académiques de la détonation. Susumu était contente de sa présence : elle avait son propre body-guard pour l'aider. L'union faisait la force après tout, et même si elle avait essayée de se barrer toute seule avec Moizoi, elle avait bien tentée de recruter un peu de monde pour l'accompagner. Juste assez pour ne pas être remarquée lors de sa sortie.

Elle rangea son téléphone, il y'avait juste assez de lumière ambiante pour qu'elle aperçoive la porte, même au travers des larmes;

Les bombes étaient toujours en place après tout, et elle ne reviendrait pas de sitôt sur sa promise. Une fois assez loin, elle fera tout détoner. Les criminels de l'autre côté sont déjà assez proches de la sortie après tout. D'ailleurs, en parlant de cette sortie, l'image de la porte de sortie d'urgence, visible au travers de ses larmes de Lacrymo, la stoppa un instant, réalisant qu'elle était proche de la sortie : avec de la chance... non, non. Avec de la coordination et de la volonté, elle allait finalement quitter cet endroit et pourra continuer sa justice.

Elle signale à Haya la présence de policiers. Ils semblaient avoir d'autres criminels en joue, avec un jeune homme au téléphone et un homme à la chevelure cornue unique, mais ce n'était pas le problème de Death Head VI. Ils étaient déjà assez proches de la sortie après tout. Maintenant, elle allait devoir ruser, avant qu'ils ne fassent quoi que ce soit pour énerver la police et déclencher le bordel. Heureusement pour elle, la blonde avait tout prévu.

Avant que Susumu ne puisse faire quoi que ce soit, elle fut soulevée et placée sous une cape, gardant ses appareils contre elle. L'idée de se faire transporter hors du casino par Haya ne lui avait pas vraiment traversée l'esprit. De un parce que c'était assez... grotesque et aussi parce qu'elle pensait que la vilaine aurait du mal à transporter les deux. D'après ses pas de loups, ça ne lui semblait pas si difficile que ça.

On lui avait dit qu'elle était déjà mince et qu'elle n'avait pas besoin d'être prudente avec la nourriture; Mais elle savait qu'un jour, ça l'aiderait. Elle allait quand même célébrer avec de la glace vanille. Elle aurait juste besoin de faire un peu plus d'exercice le lendemain... et de se débarrasser des brûlures à la gorge, bien sûr. Mais même avec cet handicap, elle avait envie de se faire une glace vanille, peut-être un milk-shake ?

Susumu resta concentrée en dépit de ses questions brèves, tentant de garder Moizoi accroché via la main. L'ordinateur restait accroché à son autre bras. Elle ne supportait pas vraiment le Syndicat (le chaos au sein de l'empire du soleil levant n'est pas autorité) mais ça lui permettrait de voir s'ils préparaient quelque chose de gros. C'était bien dans un endroit isolé après tout... en espérant que ça n'appartenait pas à un stagiaire frustré, tiens.

Pour l'instant, elle attendit. C'était tout ce qu'il y'avait à faire.

« THIS WAS FUN »  ► Susumu
Code by AMIANTE

spoilers:
 

________________


Thème de Susumu :

Matsuda Teru
Vilain
avatar
Surnom : Yama
Profession : Gérant d'un café - Dealer
Rang : A
Yens : 665
Renommée : 341
Alignement : Esprit Libre
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Mer 22 Aoû 2018, 14:33

Les négociations n'avancent pas, elles sont pour ainsi dire au point mort depuis le début. Gagner du temps fonctionne parfaitement pour le moment. Le souci étant, que va-t-il faire une fois ce temps écouler ? Il est, bien entendu, temps de mettre en place une solution, quelques choses qui lui permettrait de sortir d’ici en un seul morceau, là ou certains ont déjà mis en place leur évasion, Teru n'était finalement ici seulement pour mener à bien les négociations et ainsi gagner un peu de temps, l'objectif semble à présent remplis. Ce bon vieux Rex comme pour impressionner l'ancien héros lui dis de chercher ses faits d'armes sur le net. Curieux, il le fit. Étonné en premiers lieus d’un tel vécu, Yama peut enfin comprendre à quel genre d’individu, il a à faire. Ce genre de mec en a que faire de comment il obtient un résultat, il a beau être du bon côté de la loi, il a sûrement plus de sang sur les mains que le criminel.

Je dois bien l'avoué ton curriculum vitae est impressionnant ! Certains des types présent dans cette salle, serait très intéressé par tes compétences, tu devrais y réfléchir, certains sont sans doutes prêts à t'offrir un pont d'or pour se procurer tes services…

La conversation s'arrêta nette au moment où des cris se font entendre à la place de la voix du bon vieux Rex. Des coups de feu se font entendre, une taupe chez les flics devient la première supposition de Yama, mais il ne savait pour ainsi rien de ce qu'il peut bien se passer à l'extérieur, une possibilité lui viens en tête. S'ils essuient des tirs, possible qu'un mouvement de panique ai lieu dans les troupes ennemies. Ne serait-ce pas le moment d'agir de manière offensive, au lieu de rester retrancher dans ce foutu casino, ou les attaque commence déjà a arrivé de toute part.

Quelqu'un sait ce qu'il se passe à l'extérieur ?! Dit Teru s’adressant directement à ceux encore présent dans le hall principal. Quelques-uns en viennent à supposer la présence d'un tireur embusquer alliés, possible que l'une des têtes d'affiche de la criminalité locale est appelé des hommes pour venir le sortir de là. Je vois... Bien, il est temps pour nous de nous montrer sur notre meilleur jour ! Profitons de l'occasion pour arroser les flics. Souvenez-vous d'une chose ! Nous n'avons que peu de munition, utilisons-les intelligemment.

Alors que les criminels semblent pesés le pour et le contre de cette décision, Teru, quant à lui, utilise le flash de son téléphone afin d'observer les alentours. Chercher une porte de sortie, un lieu où il ne risquerait pas de prendre une balle perdue. Alors qu'il cherche cette fameuse salle, en poussant quelques portes, Rex redonne signe de vie, l'accusant dès lors d'avoir organisé ce petit stratagème.

Désolé mon cher Rex, mais tous les malheurs vous arrivant ne sont pas forcément de ma faute. J'ai du respect pour toi, tu es droit dans tes bottes, un vrai cowboy ! Mais il est peut-être tout simplement l'heure que tu éprouves le goût amer de la défaite. Il pousse une nouvelle porte. Souviens-toi juste d'une chose, l’opinion publique se montrera bien moins compréhensive envers tes choix une fois que tu seras à terre.

Un sentiment qu'il ne connaît que trop bien... Sur ses quelques mots, Teru retire son téléphone de devant son oreille afin d’éclairer la pièce qu’il vient d’ouvrir. Plus loin, un homme crie à la grenade aveuglante, afin de se protéger du flash lumineux Teru eu alors le réflexe d'entrée directement dans cette pièce sans avoir pris réellement la peine de l'observer.

Spoiler:
 

________________


Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Mer 22 Aoû 2018, 18:45


LA TOMBOLA DU SYNDICAT



L’ordinateur en main, Death Head et le vieil homme sont rejoint de Wild Beast, une femme à l’apparence hybride entre animal et humain. Cette dernière les soulève et les transporte subtilement jusqu’à la porte qui diffère des autres qu’elle ouvre sans faire de bruit inutile pour éviter d’attirer les regards indiscrets.

Une fois sortie, le groupe est aveuglé par de puissants projecteurs. Il y en a trois, un en face et les autres de chaque côté, et ils sont disposés de manière à ne pas être facilement atteignable.

S’ils pouvaient voir plus loin que quelques pas devant eux, les criminels verraient qu’ils se trouvent dans un stationnement privé où se trouvent plusieurs véhicules luxueux et quelques camions et camionnettes servant à des livraisons.

Toutefois, il y a deux voitures de polices  derrière lesquelles se cachent des hommes en uniformes en plus d’un gros camion solidifié avec des grillages dans les fenêtres utilisé pour le transport de plusieurs prisonniers. Au sol, il y a plus d’une dizaine de personnes, ligotés ou menottés. Susumu et son groupe ne sont pas les premiers à passer par là!

« Arrêtez-vous! Mains en l’air! Genoux au sol! Nous avons des tireurs d’élite, c’est n’est pas le moment de déconner! » s’exclame un des agents à l’aide d’un porte-voix.

Résumé:
 

---

Teru se lève, se déplace et observe son environnement maintenant plus calme, malgré l’intense tension et les gaz lacrymogènes très dérangeants.

Dans le Hall, Les otages forment un véritable mur de chair contre les fenêtres. Deux rangées de marches mènes à un autre étage qui semble connecter à la mezzanine dans la grande salle de jeux où il se trouve plusieurs portes. De plus, il y a des salles de bain aux extrémités. Peut-être qu’un de ses chemins ouvre sur l’extérieur.

Derrière, dans la grande salle de jeu, quelques personnes tentent d’éteindre un feu qui semble avoir débuté là où l’explosion a eu lieu tout en s’étouffant continuellement à cause des gaz et de la fumée. Cependant, les flammes aident à y voir  quelque chose et, ainsi, le criminel remarque qu’il y a d’autres voies.

Il s’avance vers une de ces portes quand Rex hurle au téléphone de lancer des grenades. Teru entre par réflexe. L’instant d’après, il observe la pièce qui se trouve à être à la fois une salle de poker privée et une sorte de bar intime, le tout décoré de velours rouges et de sofas devant valoir le salaire annuel du commun des japonais. Derrière le petit comptoir, il y a une autre porte qu’il investigue pour trouver un chemin menant à une arrière-boutique qui communique avec une grande pièce circulaire, un genre d’entrepôt, où des tonnes de choses sont rangées de manière plus ou moins pêle-mêle : des caisses d’alcool, du matériel de rechange pour les machines, le nécessaire pour nettoyer et réparer, les poubelles et beaucoup d’espace et d’étagères remplis de tout et n’importe quoi. Probablement que cette grande zone de stockage communique avec tout le reste du casino.

Résumé:
 
Daeiichi Susumu
Vilain
avatar
Surnom : .
Profession : Étudiante | Terroriste
Rang : A
Yens : 1160
Renommée : 341
Alignement : Dominateur
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Mer 22 Aoû 2018, 23:39

LA TOMBOLA DU SYNDICAT
PV TERU, ANIMATEUR

La première chose de positive, c'est bien le manque de gas lacrymo. Il y'en avait encore dans son corps bien entendu, un gas ça ne se nettoie pas simplement pas simplement parce qu'on quitte la zone. Elle allait devoir se trouver de quoi se soigner ou attendre que ça s'estompe. Il devait bien y'avoir quelque chose pour se soigner dans sa chambre d'hôtel.

Mais au lieu de tomber sur les ténèbres de la nuit, Susumu fut surprise quand elle fut accueillie par des projecteurs, troublant sa vue déjà affaiblie. Death Head laissa échapper un mince cri : même alors qu'elle était toujours cachée, elle se sentait assaillie par la lumière. Elle n'osait même pas imaginer ce que devait subir les yeux d'Haya, qui était elle-même en train d'être exposée à la lumière. Un piège avait été tendu !

Ce n'était pas surprenant, vu que les policiers étaient présents vers la sortie... l'instinct de survie humain l'avait poussée à ignorer cette possibilité. Mais tout n'est pas perdu... profitant du brouhaha du mégaphone, Susumu se servit de la position de la cape pour murmurer quelque mots, consciente que son action allait sans aucun doute être très dangereuse, pour elle, pour Moizoi, Haya, les criminels et les policiers.

J'ai une bombe... à mon signal... tu m'agrippes moi et Moizoi et on vas vers une couverture... tue le sniper... les lumières aussi...

Susumu descendit d'Haya et tenta d'aider Moizoi à faire de même, quoi qu'un malaise soudain la prit et elle finit par s'écrouler au sol, posant une main pour se retenir et gardant l'ordinateur dans les mains. Précautionneuse, elle entreprit de s'avancer un peu pour déposer l'ordinateur au sol. Même s'ils savaient pour ces techniques, ils n'avaient aucune raison d'assumer qu'elle irait armer un objet si proche d'elle.

Se faisant, elle ferma les poings brièvement et tenta de les lever, s'emparant de la pièce et la lançant rapidement dans un mouvement de disque. Sa précision, même autant affaiblie, était assez grande pour que la pièce effectue un voyage rapide vers le groupe de police... révélant, par ailleurs, qu'un de ses côtés était marqué par la fameuse tête de mort noire, cette dernière semblant quasiment ricaner tel une illusion d'optique.

Sa force, aussi. Elle n'était pas aussi forte qu'Haya mais elle était assez forte pour effectuer un tel lancer.

Elle claqua la langue pour le signal, et l'air s'embrase : oui, une explosion maximale pour une pièce était toute petite... mais elle avait augmentée la puissance de l'explosion ! Son énergie en prenait un coup mais elle avait bien assez de puissance pour éradiquer les voitures, les policiers et sans doute distraire le tireur. Après tout, une explosion pareille, ça surprend !

Maintenant ! fit t-elle, posant les mains sur l'ordinateur pour le choper, priant pour qu'Haya soit assez rapide pour les éloigner avant que le tir ne soit fait ou même que l'explosion ne puisse les atteindre. C'était une décision risquée après tout !

« THIS WAS FUN »  ► Susumu
Code by AMIANTE

spoilers:
 

________________


Thème de Susumu :

Matsuda Teru
Vilain
avatar
Surnom : Yama
Profession : Gérant d'un café - Dealer
Rang : A
Yens : 665
Renommée : 341
Alignement : Esprit Libre
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Jeu 23 Aoû 2018, 18:33

Poussant la porte, en s’éclairant avec son téléphone Teru peut rapidement se rendre compte que la pièce se trouve être immense. Vu le nombre de caisses s’y trouvant, c’est une réserve. Lieu qui pourrait rapidement se révéler être remplis de trésors. Heureux comme un gamin un 25 décembre, Teru détaille chacune des caisses et ce qu’il souhaite trouver arriva bien vite et en abondance, de l'alcool, bien qu’il ne compte pas l'utiliser pour boire, il peut tout de même remercier le fais que beaucoup ont besoin de consommer ce liquide pour s'amuser et ainsi dépenser plus d'argent.

Mais ce n'est pas le seul ingrédient dont il a besoin pour mettre en place son cocktail explosif, alors qu'il retient où se trouve l'alcool, ses recherches continuent. Dans un même temps, deux hommes entrent à leurs tours dans la réserve, qu'ils soient ici pour se cacher, se mettre une race à l’abri des regards ou bien chercher un moyen de s'enfuir importe peu, le plus important, est qu’ils vont pouvoir venir en aide au trafiquant. Annonçant sa présence d'une manière plus qu'enjoué, voix donnant presque l'impression qu'un plan infaillible va leur être proposé.

Vous tombez à pic les gars, j'ai trouvé exactement ce dont nous avons besoin !
Il pointe les caisses d'alcool du doigt. Vous avez déjà entendu parler de cocktail Molotov n'est-ce pas ? Des caïds tels que vous, doivent savoir comment ça fonctionne. Vous avez des caisses remplis de bouteilles d'alcool ici, plus qu'à trouver du tissu et nous sommes prêts.

Sur cette dernière phrase, ils ramènent alors les caisses sans discuter, sûrement emballer par l'idée de faire un magnifique feu de joie. La minute qui suit, Teru fini par trouver ce qu’il recherche, des tabliers de barmans et des serviettes en tissus servant sans doute à nettoyer les tables ainsi que le bar en lui-même. Sortant de la pièce avec sa pile de tissus, Teru pose le tout au côté des caisses d'alcool précédemment déposé par ceux, ayant eut la bienveillance de l'aider.

Cher Camarade, j’ai trouvé plus intéressant que tirer sur des policiers. Ses deux assistants commencent à la hâte de confectionner les cocktails, déchirant en lambeaux les tabliers pour les placer dans le goulot des bouteilles. Voilà mon plan, au vu de la panique actuelle dans les rangs ennemis il est tant pour nous d'attaquer définitivement, les cocktails Molotov nous permettrons de rattraper notre retard d'armement pour un temps. Une fois les portes ouvertes, n'hésiter pas, jeter les bouteilles en sommation, si vous toucher quelqu'un tant mieux, le but est avant tout de gêner leurs visibilités dans le but de déguerpir, les civils vous nous accompagnez, si tout se passe bien nous rentrerons tous chez nous sain et sauf. Bien, êtes-vous prêt à mettre fin à cette soirée ratée ? Ils semblent motivés, Teru montre alors les bouteilles d'alcool ayant un lambeau de tissus à leurs sommets. Ceux ayants des briquets, servez-vous, il est temps de prendre l'air !

Sur ce dernier, discours chacun s’arme comme ils le peuvent. Ils sont motivés et c'est bien le principal. Alors que le groupe est prêt à sortir, ils n'attendent plus que la première salve. Celle-ci vient des fenêtres situées de part et d'autre de la grande porte. Les deux situés aux fenêtres envoient alors les premiers cocktails incendier, avant de la porte s’ouvre laissant s'échapper une seconde salve. La plupart des Yakuza, n’hésitent guère à tirer en direction des policiers, ne cherchant pas à savoir s'ils sont à couvert ou non.

Teru, non armé et camoufler dans la masse espère n'avoir l'air que d'un simple civil a fin de ne pas être la cible prioritaire des tireurs.

Spoiler:
 

________________


Hayate Haya
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Wild Beast
Profession : Membre du Syndicat
Rang : A
Yens : 270
Renommée : 341
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Ven 24 Aoû 2018, 17:15

La surprise était partielle pour celle qui ne put s'empêcher de grimacer en voyant la lumière lui attaquer la rétine, en pleine nuit... Ces flics n'avaient que ça à faire de foutre ce genre de lumière et de demander à se rendre parce qu'ils avaient un tireur d'élite ou elle ne savait quoi. Elle était rapide, elle pouvait empêcher ce type de lui tirer dessus aussi facilement, mais surtout le repérer assez rapidement, une fois que tout ce bordel ce sera calmé. Ses yeux pleuraient beaucoup moins, tout comme son odorat allait légèrement mieux. Cependant cette lumière n'arrangeait pas les choses.

Mais l'explosive avait un plan, et le partagea avant de le mettre à exécution. Pas idiot du tout la fille ! Mais pour le moment, elle avait ces faisceaux qui l'empêchaient de voir grand chose, jusqu'à l'explosion, elle-même. Se détournant un moment, elle sentit le souffle brûlant qu'avait simplement provoqué cette pièce, et n'attendit pas un instant avant de foncer sur un côté, comptant sur le fait que l'explosion ait pu altérer la vision, mais aussi la concentration du tireur d'élite, afin de mettre les deux en sûreté, et ne pas se détourner du chemin en direction des policiers présents. Ici, l'odeur était étrange, comme un mélange de chaires brûlées, de carrosseries roussies, de sang, d'essence et de poudre. Il était donc facile de se dire que le tireur n'était pas là, et qu'il fallait continuer à avancer, ressentir sa présence, et, par la suite, mettre un petit plan qu'elle avait en tête se réaliser. Flairant, elle reconnut plusieurs fragrances, comme celles des deux qui étaient maintenant en sécurité, mais aussi une autre, un peu plus en hauteur, il y en avait d'autres comme lui, avec une odeur similaire. Ils étaient loin, mais pas assez pour se cacher,eux et son odeur d'arme à feu. Le tireur d'élite était quelque part par là, et elle allait se servir de sa course pour se diriger d'abord vers le lieu de l'explosion de la pièce. En constatant les dégâts, elle ne put s'empêcher de sourire, remarquant que deux des projecteurs n'avaient pas été épargnés, le dernier, plus éloigné, n'avait subi que quelques dégâts, mais pas assez pour s'éteindre.

« Parfait... »

Se glissant dans les ombres, elle continuait de s'avancer, essayant au maximum d'éviter la zone éclairée, rendant le travail des policiers beaucoup plus compliqué qu'il ne devrait l'être. Puis, la lumière changea de direction, éclairant maintenant la présence de l'un des tireurs d'élite. Si réaction il allait y avoir, ce n'était pas le moment pour celle qui ne faisait que commencer son plan de s'arrêter là. Sur le coup, elle allait courir maintenant, se mettre en sécurité par rapport à d'éventuels autres tireurs d'élite. Puis, prenant appui, elle sauta rapidement sur la fenêtre du second étage, et commença alors son ascension, derrière le bâtiment, afin d'aller rejoindre ce type qui allait grandement les déranger. Elle allait arriver dans son dos, à contre-jour, et tout semblait annoncer que ce jour risquait d'être le dernier de Monsieur le Sniper. Pendant tout ce temps, elle comptait sur son ouïe pour déceler un mouvement de la part de sa cible, mais espérait aussi que Death Head ne fasse pas l'erreur de sortir trop vite de son trou. Mais elle s'était montré intelligente, alors la blonde avait confiance pendant qu'elle grimpait, griffes dans la roche, prenant ses appuis pour continuer sur un rythme effréné, sa course contre-la-montre qui lui disait que plus vite elle serait en sécurité, mieux elle se porterait.

Malheureusement, sa colère commençait légèrement à gronder en elle, et elle espérait pouvoir contrôler ses pulsions, avant de foncer tête baissée dans un groupe, et de commencer à tous les attaquer, sans faire la moindre distinction. Ses muscles, suites à ses efforts consécutifs, commençaient à se faire lourds. Alors ce tireur d'élite, elle l'espérait, allait être le dernier d'une longue liste de victimes qui se profilaient déjà aujourd'hui. Mais déjà son corps lui indiquait que l'échauffement venait d'être terminé, et que passer aux choses sérieuses serait quelque chose d'intéressant... Pour se venger par exemple.
Résumé:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Ven 24 Aoû 2018, 22:32


LA TOMBOLA DU SYNDICAT



Susumu lance une pièce explosive ayant la puissance pour annihiler tous les policiers. Par le fait même, elle foudroie et tue une quinzaine de criminels et d’employés du Casino innocents, tous des japonais d’origine. Elle réussi à conserver l’ordinateur.

Wild Beast, suivant le plan, soulève sa collègue du moment et son vieil allié et les transporte jusqu’à une cachette plus loin, sous les tirs d’autres agents se trouvant en-dehors du stationnement. Elle trouve moyen de mettre à couvert le duo avant de se lancer à l’escalade d’un bâtiment en tâchant d’être le plus subtile possible.

Susumo et l’ancien allié de son père se retrouvent entre deux gros camions au fond du stationnement. Leur plan est un succès, Death Head peut prendre le temps pour réfléchir, mais Notsuki lui tire sur le bras.

« Écoute, » dit-il. « Écoute-moi bien. Si elle me soulève une autre fois, je le tue moi-même. C’est compris? Je ne suis pas un vulgaire sac de riz! Ton père n’aurait jamais laissé faire ça! »

Refrogner, il se retourne et observe le parking en recherche d’options pour fuir l’endroit. Il sait, tout comme la nationaliste, qu’ils sont entourés et qu’ils doivent être furtif pour quitter la zone sans se faire prendre.

Sans crier gare, un énorme hélicoptère tombe du ciel et s'écrase lourdement dans un fracas horrible à quelques mètres de la cachette de Susumu, la surprenant grandement. Notsuki a un cri de surprise! Le véhicule détruit une grande partie du mur dans sa chute, refermant l'unique chemin de retour dans le Casino.

De son côté, Haya atteint enfin le toit. La raison pour laquelle elle sentait plusieurs odeurs similaires, c’est que le tireur d’élite est en fait trois personnes. Un soldat tient l’arme, un autre une pair de jumelles et le troisième surveille l’arrière avec un fusil mitrailleur. Dès qu’elle apparaît, elle tire dans sa direction.

Résumé:
 


---

Près d’une dizaine de cocktails Molotov sont lancés dans une succession rapide et, prenant ceci pour un signe, plusieurs Yakuzas et autres criminels armés vident leurs chargeurs sans réfléchir malgré les avertissements de Teru.

Plusieurs véhicules forment un demi-cercle autour des immenses portes du Hall d’entrée. La rue, outre ça, est complètement vide et les appartements d’en face semblent avoir été évacués.

De tous les côtés, les gens se mettent à tirer alors qu’une dense fumée noire s’élève. Les policiers n’hésitent pas puisque leurs armes servent à la capture. Ils se cachent derrière leurs voitures qui prennent aussi en flamme.

Toutefois, ce qui était un avantage pourrait devenir un grave problème. Un mur de feu comment à s’élevé, entourant la sortie par laquelle la moitié des forces criminelles du Casino est sortie. Derrière, invisible, une escouade de policiers avec des boucliers antiémeute s’avance en frappant avec leurs matraques sur un rythme menaçant. Pour l’instant, le mur de feu sépare les forces de l’ordre de celles du chaos et, malgré tout, les projectiles volent d’un côté comme de l’autre.

Résumé:
 
Daeiichi Susumu
Vilain
avatar
Surnom : .
Profession : Étudiante | Terroriste
Rang : A
Yens : 1160
Renommée : 341
Alignement : Dominateur
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Sam 25 Aoû 2018, 02:29

LA TOMBOLA DU SYNDICAT
PV TERU, ANIMATEUR

Elle se souvenait avoir eu honte de son alter auparavant.

Sa mère s'en était un jour servie pour l'intimider, et depuis, il lui avait fallu de l'effort pour être capable de l'utiliser correctement. Chaque marque lui rappelait celle de sa mère, chaque explosion la ramenait à son enfance. Plus de dix ans plus tard, elle s'en voulait encore pour sa faiblesse à ce moment là : son alter était idéal pour ses actes. Celui de son père aurait décidément été moins pratique !

L'explosion avait engloutie ses compatriotes aussi, mais Susumu s'était un peu perdue dans sa couverture, attendant que son alliée se débarrasse des snipers et observant l'explosion avec des grands yeux rouges perdus. Son corps lui faisait mal et elle se demandait, étrangement, ce que ses camarades de classe étaient en train de faire. Miushi était probablement en train de boire quelque part avec ses copains... peut être que Nuzu l'accompagnait, elle aimait bien être en sa présence.

Elle s'était excusée en disant qu'elle devait faire quelque chose en banlieue. Ils s'imaginaient probablement qu'elle était en train de nouer une relation avec un gars ou qu'elle se faisait du camping dans les bois. Ils ne s'imaginaient probablement pas qu'elle était assise sur du béton, en train de contempler une explosion avec un regard rouge meutri par le gaz, assise à côté d'un vieil homme qui connaissait son père criminel.

Elle ne pensait même pas à son idéologie bafouée... enfin, elle s'excuserait. Les sacrifices des uns pour le bénéfice futur des autres. Susumu s'enleva brièvement le masque pour aller masser ses tempes, consciente de son hypocrisie. Elle voulait juste rentrer chez elle, se débarrasser du lacrymo puis prendre un bain avant de se coucher en paix. Elle ne voulait plus entendre de détonations ni de tirs ni d'hurlements avant la fin de la soirée.

Moizoi vint la tirer hors de sa torpeur, lui touchant le bras et se plaignant de sa condition. Son père vint dans la conversation, et Susumu remit son masque après s'être assurée de garder sa tête bien cachée. Il était dehors seulement grâce à son intervention, et même si elle devait le respecter pour sa future utilité avec son père, l'intervention du vieil homme commençait à creuser un trou dans son psyché entamé.

Je m'en excuse mais... écoutez. Cette femme vient de nous tirer hors d'affaire. Je n'aime pas être balancée non plus mais c'est mieux que la capture. Je sais que mes méthodes sont différentes de celle de pap- de mon père et qu'elles ne sont pas confortables mais c'est pour ça que j'ai besoin de votre aide. Je n'ai pas son expérience... ni ses alliés. Mais avec votre aide, je pourrais
rapidement compenser ce défaut.


Elle prit sa respiration, ignorant la brûlure dans sa gorge.

Avec votre aide, je saurais prendre la place de mon père. En tant qu'alliée et en tant qu'héritière de son titre et ATTENTION !

L'hélicoptère venait de s'écraser près du duo, la carcasse métallique détruisant une portion du casino et coupant la seule voie d'entrée qui y menait. Ce n'était pas grave pour Susumu, qui ne désirait plus jamais retourner dans l'endroit, mais ça risquait d'attirer du monde... elle leva d'ailleurs brièvement la tête, consciente qu'un allié puissant se trouvait en haut. Les policiers allaient sans aucun doute converger, et déjà, elle pouvait entendre des bruits de baston plus loin.

C'était le temps pour elle de partir. Se levant, elle tenta de voir si Moizoi n'avait rien puis se dirigea vers le parking en tentant d'être discrète, se dirigeant vers une voiture en particulière. Elle avait un permis de conduire et même avec l'irritation oculaire, elle était confiante dans ses capacités de conduire , même si elle n'aimait aucun des véhicules présents.

Les véhicules, ce n'est pas comme dans les films. On n'y accède pas facilement. Il y'avait bien un gros camion mais elle n'en avait jamais conduit avant... aussi, elle chercha surtout des voitures.

Je peux conduire. Il y'aura très certainement des barrages en revanche, que conseillez vous ? Fit t-elle, discrètement, aigre à tenter de rétablir l'égo de Moizoi en quémandant son expérience. Avez vous un véhicule ? Je suis venue à pied personnellement.

« THIS WAS FUN »  ► Susumu
Code by AMIANTE

spoilers:
 

________________


Thème de Susumu :

Hayate Haya
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Wild Beast
Profession : Membre du Syndicat
Rang : A
Yens : 270
Renommée : 341
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Dim 26 Aoû 2018, 22:42

Sur les toits, les gens ne sont pas forcément des plus polis, et réagissent avec vitesse. Ce n'étaient pas une personne, mais plusieurs qui étaient sur le toit, ce qui changeait grandement les plans de celle qui tombait nez à nez avec une policière prête à tirer, et qui le fit immédiatement sur la vilaine, qui ne chercha pas forcément à éviter, car d'un bond, elle était déjà sur celle qui venait de donner l'alarme. Protégeant ses organes vitaux, n'évitant pas la rafale qui vint lui toucher, ou érafler la jambe gauche. La douleur fut assez grande, mais Haya était sur sa lancée du meurtre, et ce n'était pas ce tir qui allait l'empêcher d'aller défoncer toutes ces personnes en un temps record.

Saisissant brutalement le bras armé de la pauvre femme, elle le brisa dans un craquement  écoeurant, laissant pendouiller l'arme grâce à la bandoulière qu'elle portait, usant de sa seconde main afin de la frapper au plexus, fortement et sans la moindre hésitation. Le choc permit un nouveau craquement, et un poing qui continuait de s'enfoncer avant que la policière ne s'envole qu'un court instant, rattrapé par la seconde main qui, vint la saisir pour l'envoyer derrière le bâtiment, plusieurs mètres plus bas. Les deux autres allaient subir le même sort, et ce n'était pas le type à jumelles qui allait aider son pote au fusil de sniper.

« Fait chier... Connards ! »

Petit à petit, la conscience humaine de Haya commençait à se brouiller, et elle se battait pour la garder intacte et décider de s'en sortir. Si Death Head crevait à cause d'elle, tout ce plan d'évasion n'aurait servi à rien. Alors oubliant cette blessure, elle prit des appuis sûrs afin de bondir juste devant ses adversaires. D'abord le jumelliste, puis le tireur d'élite, les amenant vers le centre de l'immeuble, là où d'autres tireurs hésiteraient à lui planter une balle dans la tête, puis elle abaissa le tout contre le sol, grimaçant de douleur à cause du sang qui s'écoulait de ses blessures par balle, écrasant le crâne sur le toit à plusieurs reprises, jusqu'à ce qu'ils ne soient rien de plus qu'un mélange de chaire, d'os et de cervelle. Cette excitation lui avait permis de reprendre un peu ses esprits, de se souvenir de Susumu, et de la rechercher... Par le toit ? C'était impossible, la lumière l'aveuglait trop pour le moment, et il y avait cette plaie qu'il fallait qu'elle vérifie auprès de quelqu'un de qualifié dans le domaine.

« Journée de merde... J'vais dans le pire des endroits pour tomber sur une embuscade pour une réunion de cons qui savent faire que foutre la merde partout où ils vont ! »

Et pourtant, il s'agissait d'alliés importants pour le moment, une fois qu'ils seront tous morts, la ville se portera quand même mieux... Il fallait aussi que la police disparaisse, ainsi que ces prétendus héros. Descendant rapidement son immeuble, la lionne sautait et utilisait ses marques pour s'accrocher de temps en temps, réduisant sa vitesse d'atterrissage, mais la douleur se faisant, il fallait maintenant qu'elle reste stoïque, ne pas montrer une faiblesse si elle tombait face à un ennemi. Flairant au loin, elle put retrouver la trace de celle qui l'avait grandement aidée, sur le point de démarrer une voiture. Des envies de meurtre commençait à assaillir celle qui sentait le sang dans sa tête, sa jambe et tout son corps bouillonner. L'appel au festin était puissant, mais elle n'était pas assez faible pour s'y abandonner.

Haya n'était pas une pro dans la pratique de voler une voiture. Cependant, elle avait la théorie, et ça pouvait aider le trio à s'échapper avec l'une d'elles très rapidement. Crachant, la fille trouvait qu'ils s'en sortaient plutôt pas mal pour une descente surprise. Plus elle regardait le décor, maintenant apocalyptique du casino, plus elle sentait un sourire naître sur son visage. Elle voyait déjà les journaux mettre une opération qui aura un coût très important en vies innocentes, mais aussi un échec dans le cas où plusieurs criminels auront tiré leur épingle du jeu, et se seront enfuis, auront mis le feu aux poudres.

« Eh vous deux, les trois types en haut sont morts. C'est notre dernière chance pour qu'on se tire d'ici en paix. Et j'en ai rien à foutre de qui vous êtes. Mais pour l'moment, on finit pas d'se serrer les coudes. Après, chacun vit sa vie et on s'croisera p'tête après. »
Résumé:
 
Matsuda Teru
Vilain
avatar
Surnom : Yama
Profession : Gérant d'un café - Dealer
Rang : A
Yens : 665
Renommée : 341
Alignement : Esprit Libre
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat || Lun 27 Aoû 2018, 19:11

Enfin, à l'extérieur, notre groupe fut face à un nouveau problème, bien qu'ils soient cette fois à l'initiative, nos criminels sont à présent bloqués devant une horde de véhicules, eux-mêmes protégeant les agents des forces de l’ordre. Les flammes semblent faire le minimum demandé, c'est-à-dire obstruer complètement la vue, malheureusement cela fonctionne dans les deux sens, tout semblait bien partie, mais ils doivent même dans cette situation difficile pour leurs nerfs, trouvés une solution et vite.

Plusieurs points fâcheux sont alors à prendre en compte pour le générateur de roches, allant de la débilité maintenant prouvée de ses soi-disant coéquipiers déjà presque tous à court de munitions, mais aussi des balles tirées par leurs agresseurs du jour. Ceux-ci utilisent des munitions faites pour capturer et non tuée, soucis majeurs sachant que les otages ne sont à présent plus d'une grande utilité, les policiers n'ont aucun scrupule a les touchées à présent. L'idée reste toujours la même pour Teru, s'échapper d'ici. Que ses coéquipiers y passent ou pas, ça n'a que peu d'importance.

Une vue totalement obstruée par la fumée dégager par les flammes, flammes qui elles même les entourent. Les projectiles sortent de cette épaisse fumée, afin de toucher les fuyards du casino, certains sont taser, d'autre subissent l'impact de cartouche de colle, l'effectif criminel s’amenuise peu à peu, dans ce chaos ou les munitions fussent, l'une d’entre elles se dirigeant droit vers Teru. Qui, que ce soit par réflexe ou non, forme rapidement une couche de pierre sur son avant-bras droit afin de réceptionner la balle en caoutchouc, balle qui sera à deux doigts d'exploser la couche de roche.

T'es un altéré ?!
S'exclame alors l'un des criminels se trouvant à côté de Teru. Ouais, mais ça fait des lustres que je n'ai pas vraiment utilisé mon alter... Une phrase criante de vérité, après son éviction de l'ordre héroïque, Teru n'a pratiquement pas utilisé son alter et la roche précédemment créés est la seule technique qu'il utilisait encore de temps à autre. Son manque d'entraînement pourrait lui être fatal et il commence à le comprendre.

Le son des policiers frappant en rythme sur leurs boucliers se fait entendre, coupant court à cet échange qui n'aurait mené à rien.

On est pris en tenaille ! Plus le temps avance, pire est la situation, bien que pour le moment protégé par le mur de flamme, les ennemies finiront par le passé. N'est-ce finalement pas eux d'avancer, quitte à être capturée ? Si l'on reste ici, nous finirons par nous faire pécher... Rien de plus n'est dit par Teru semblant dépasser par la situation, mais c'est un vieil homme qui finalement dit une évidence que tous auraient dû voir. Êtes-vous idiots ? Il y a du feu à ne plus savoir quoi en faire et des voitures bourrer d'essence, je dois vous faire un dessin ?!

Une évidence, rien de plus. De part l’épaisse fumée noire, personne n'est assuré de toucher sa cible. Essayant tant bien que mal de toucher en devinant comment son placé les véhicules. Teru met alors la main à la patte, créant, une lance de pierre afin de lui aussi la lancer là où d'après lui, elle arriverait à percer un réservoir et avec un peu de chances créer une belle explosion.

L'espoir fait vivre...


Spoiler:
 

________________


Contenu sponsorisé
Re: 5.4. La Tombola du Syndicat ||

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Résultats de la tombola
» [Tombola] [Résultat] : Mes pokémon préférés de la 5G !
» La Grande Tombola de Noël, saison 3 !
» [Tombola] Gagnez 4 codes Mew !
» Tombola de Noël

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Événements en cours :: Chapitre 1 : déclarations de guerre :: Opération nettoyage-
Sauter vers:
spider