5.5. Police Boulevard
header

Partagez|

5.5. Police Boulevard

Maître du Jeu
PNJ
avatar
Yens : 1039
5.5. Police Boulevard || Dim 5 Aoû - 13:48


5.5. Police Boulevard


Introduction

Dans le camion de livraison l'heure est plutôt au silence. Après tout, il y a encore une heure vous ne vous connaissiez pas, et voila que vous vous retrouvez soudain à travailler ensemble. Alors bien sur, la personne responsable de votre mise en contact a tenté de vous rassurer. certifiant que vous étiez tout les deux du même coté de la pièce, ni face ni pile, mais plutôt coté tranche, sur le fil du rasoir, la ou vivent tout ceux qui se veulent des héros sans se soucier d'avoir une licence gouvernementale à brandir. Mais quand on est un Justicier solitaire, il est toujours compliqué de faire confiance, même a ceux qui ont les meilleures assurances du monde.

Vous avez été contacté chacun de votre coté. Par un type désirant rester aussi anonyme que vous, et dont l’objectif avoué est de s'occuper du plus gros travail laissé de coté par ceux qui se prétendent des héros. Attaquer le terrible et redoutable Syndicat du crime de Sapporo et le poignarder à mort.
Pas immédiatement évidemment, et pas à coup sur, mais comment résister à une offre pareille quand on sait a quel point il pourrait être bon de vivre dans un japon sans Syndicat ?

Toi Matsui, tu as été contacté parce que pour faire mal à son adversaire, il faut d'abord le connaitre. Ce soir au casino de Sapporo, a lieu une réunion de plusieurs gros pontes du Syndicat. Des gros pontes qui, a chaque réunion, abandonnent leur précieux portables dans un vestiaire par crainte des écoutes. Si seulement quelqu'un pouvait atteindre ses appareils et en extraire les infos, quel pouvoir il aurait !

Toi Ushi, tu as été contacté parce que si l'homme qui se fait appeler Data est le meilleur choix pour un piratage, il n'est pas vraiment capable d'atteindre seul son objectif. Alors qu'avec ton bar et son monopole de bières américaines, il est assez facile de t'organiser une livraison à Sapporo. Et une fois sur place, tu es aussi l'homme idéal pour s'assurer que Data puisse entrer et sortir sans encombres.

Et vous voila en équipe dans la gueule du loup. Il fait nuit, et sur le quai de déchargement situé à l’arrière du Casino, deux gardes armés vous font signe d'approcher. Vous êtes dans la place, il s'agit maintenant de ne pas faire d'erreurs.



Explications

Vous devez faire en sorte de réussir votre objectif, en prenant en compte tous les éléments du contexte et des posts RP du narrateur qui vous placeront face à des choix et des situations à résoudre.

Ce groupe permet de gagner « trois points » en résolvant trois situations distinctes : 0/3 signifie que votre mission est un échec total, 1/3 une défaite, 2/3 une semi-réussite et 3/3 une réussite totale. Ces points détermineront votre réussite inRP et seront évidemment pris en compte au niveau du contexte.


Consignes

Les groupes doivent suivre les règles ci-dessous :
  • Respectez l'ordre des participants sauf accord d'un administrateur.
  • Seule l'utilisation de techniques validées dans votre FT est autorisée. De même pour les équipements et objets héroïques.
  • L'utilisation de techniques est autorisée dès le premier tour.
  • Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible), sans oublier votre état physique à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide pour faciliter le suivi pour votre narrateur et vos compagnons de RP.
  • Vous avez un délai de 48h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, le tour passera automatiquement au prochain participant et vous risquerez d'être exclu du groupe.
  • Lorsque vous avez une absence programmée de plus de 48h :
    - Informez le staff le plus rapidement possible.
    - Quittez la zone ou rendez votre personnage dans l'impossibilité d'interagir avant votre absence.
    - Le groupe continuera ainsi son avancement sans vous.
    - Lors de votre retour, informez le staff qui regardera alors avec vous s'il est possible ou non, de réintégrer le groupe.


Ordre des participants

Commence qui veut, on éditera après le premier post.


Liens utiles



Have fun ♫
Le Staff


Ushi
Vilain
avatar
Surnom : Bison
Profession : Patron d'un bistro
Rang : B
Yens : 385
Renommée : 191
Alignement : Dévoué
Re: 5.5. Police Boulevard || Lun 6 Aoû - 0:10

Matsui
Seiko


Police Boulevard


Au petit matin, Ushi était déjà en train de servir ses clients dans le bar, des touristes étaient déjà en train de boire de la Marshall. Une bière américaine que seul le bar d'Ushi possède, plein de touriste étaient dans le bar exprès pour cette bière. Le serveur du bar, Aldo était lui aussi occupait à prendre des commandes. D'habitude si calme, ce bistro était devenu un véritable rendez-vous pour les touristes. L'ambiance était plutôt bonne, sans animosité que de bon client qui trinquèrent ensemble. La mâtiné passa très vite, l'après-midi Ushi et Aldo étaient sur les genoux.

- Pff... Je n'en peux plus, patron si ça recommence je démissionne !

- Ah ? Dommage, je vais devoir trouver un autre serveur.

- Non ! Je plaisante, c'était manière de dire !

- Mais clame-toi, je plaisantais.

La porte d'entrée s'ouvrit soudainement, le lieutenant Shawa arriva épuisé de sa journée. Il s'installa avec Ushi et Aldo autour d'une table, il demanda une bière.

- Une bière s'il te plaît, je suis épuisé.

- Ah ? Qu'est-ce qui se passe encore, tu as couru après des criminels toutes la journée ?

Ushi se leva de sa chaise et servit une bière de Marshall au lieutenant, ce dernier refusa cette bière.

- Bah pourquoi ? Tu sais que déjà, je t'offre la boisson et toi tu refuse ?

- Non c'est juste que je n'aime pas les bières étrangères, sers moi du saké.

Ushi reprit sa bière, et lui donna un verre de saké.

- Puis attend, c'est grâce à moi que tu as obtenu la soi-disant meilleure bière d'Amérique.

- Et c'est grâce à moi que tu as obtenu le grade de lieutenant.

- Oui, mais c'est un détail.

Alors, que les trois hommes épuisés parlaient. Le téléphone du bar se mit à sonner, Ushi quitta la table et répondit.

- Oui allô ?

- Allô.

- Que puis-je pour vous ?

- S'occuper du syndicat ça te dirais ?

- Vous faites erreur, je ne suis pas un Héros.

- Exactement, et c'est pourquoi mon cher Bison j'ai besoin de t'es services.

- Vous connaissez donc mon identité, vous étiez sérieux pour le syndicat ?

- Oui.

- Attendez, ne quittez pas.

Aldo arriva dans l'arrière-boutique, il expliqua à Ushi que le lieutenant était parti après avoir reçu un appel de son chef. Ushi donna congé à Aldo, ce dernier parti en laissant Ushi seul dans son bar.

- Vous êtes toujours là ?

- Oui.

- Expliquer moi comment je pourrais atteindre le syndicat, ce sont des tueurs de Héros et à ma connaissance, il y a des personnes beaucoup plus qualifier que moi pour ce genre de boulot.

- Justement non, les Héros ont une certaine conduite morale. Alors qu'un criminel... Euh, je voulais dire qu'une Vigilante comme toi, qui ramasse les miettes des Héros pourrait franchir ce qu'ils appellent la ligne rouge.

- Je suis d'accord pour m'en prendre au syndicat, mais je vous préviens. Je ne suis pas un tueur, il est hors de question de tuer qui que ce soit.

- Votre rôle n'aura rien avoir avec ce genre de boulot, vous allez devoir assurer la sécurité d'une personne importante.

- Comment ça ?

- Cette nuit, un camion sera garé dans la ruelle juste en face de votre bar. Je vais vous expliquer votre mission, vous allez vous introduire avec un expert en piratage dans un casino appartenant au syndicat. Votre rôle, vous devrez protéger Data le pirate.

- Mais, pourquoi m'avoir choisi alors qu...

- Simplement, parce qu'avec votre monopole de la bière Marshall. Il vous sera facile de faire une livraison pour eux, nous avons déjà pensé à la livraison. Vous n'aurez qu'à apporter une caisse de Marshall, le reste on s'en charge.

Ushi accepta la mission, il raccrocha est parti s'habiller pour l'occasion. La nuit tomba, Ushi ferma le bar vêtu d'un costume noir avec une caisse de Marshall dans les bras. Des feux de far, attirèrent l'attention du Bison. Il se rendit jusqu'au camion, les portes de derrière s'ouvrit. Ushi monta dedans, le camion parti chercher une deuxième personne.

Matsui Seiko
avatar
Surnom : Data
Profession : Ingénieur informaticien
Rang : A
Yens : 1175
Renommée : 341
Alignement : Rebelle
Re: 5.5. Police Boulevard || Lun 6 Aoû - 2:35


J’imagine qu’il y a des occasions qui ne se ratent pas.

Et pourtant, j’avais pas envie, ce soir. J’ai beaucoup travaillé, dernièrement, tant du côté de Matsui Seiko que du côté de Data. Détecter et colmater les failles de systèmes de sécurité défaillants pour le premier, filer un héros potentiellement corrompu pour juger de sa fiabilité de l’autre. J’ai beaucoup travaillé, ouais, sans compter le coup du Gouverneur d’Ibaraki. Mes blessures se sont refermées, mais je m’en rappelle encore comme la mission où je me suis le plus investi physiquement depuis facile quelques bons mois. Et j’aurais pas craché sur quelque chose de plus calme.

Mais voilà, j’ai fait du zèle, j’ai voulu prendre des risques supplémentaires pour avoir des résultats supérieur. As usual, mon côté perfectionniste m’a pris à revers. Oh well. Le jeu en valait la chandelle.

Mais voilà, j’avais peut-être pas envie ce soir, ça n’empêche que j’ai reçu un Mail, sur l’une de mes adresses affiliées à Data. J’ai d’abord lu en diagonale, par manque d’envie, par flemme. Par beaucoup de choses différentes que je ne prendrais pas la peine de toutes lister. Mais quelques mots clefs ont attirés mon attention. Alors j’ai commencé à lire plus en détail.

Syndicat, hein ? Intéressant. Très intéressant.

Une cible de choix. J’ai toujours aimé m’en prendre à ces petites choses tristes et pitoyables qui font le pire de ce qu’un être humain peut faire, seulement pour l’argent ou le plaisir. Pas pour une cause, pas pour une motivation. Pour quelques billets, ou quelques rires. Et il y en a beaucoup qui correspondent à cette description dans le syndicat.

Ceux-là, ce sont les plus risibles à voir tomber. Ceux dont j’aime voir le visage se déformer de stupeur quand ils sentent le sol se dérober sous leurs pieds. Tu me diras que je suis pas mieux qu’eux à me réjouir de leur sort. Je te répondrais Ta Gueule.

De mystérieux employeurs avec de mystérieux intérêts, comme souvent dans mon milieu. Même si j’avoue ici être plus curieux qu’à l’accoutumée de qui se cache derrière ce masque d’anonymat.
Je m’y intéresserait plus tard. Avant ça, j’ai simplement profité de l’heure qu’il me restait pour vérifier les informations de cet employeur. Quelques contacts à biper, quelques manipulations à pianoter sur le clavier… Tout ça pour me rendre que oui, ce soir, réunion du Syndicat.
Well then. Je vais même avoir droit à mon escorte, si c’est pas beau.
Ceci étant dit…

Dafuq is this plan.

J’avoue que le coup du camion de binouze m’inspire moyenne. C’est… Bateau. Assez pour marcher, mais assez pour me faire grimacer de manque de confiance, aussi. J’ai fait pire, et j’ai réussi avec pire. Certes. Mais bon...

***

Mais bon, on est une heure plus tard, et je suis là sur le lieu de rendez-vous, un masque chirurgical sur le visage et une casquette type de livreur sur le haut du crâne, en tenue simple. Jean, veste noire, un sac-à-dos de côté. Un camion finit par arriver, et la porte arrière s’ouvre. Je lève deux yeux noisette vers l’intérieur. Un léger sourire en coin sous mon masque.

- Hi there.

Je détaille un peu plus l’obscurité du camion, pour percevoir un physique… Familier. De loin, mais familier.

- On m’avait pas prévenu que ce serait le grand Bison qui me servirait de Bodyguard, tiens. Je me gratte le menton, l’air pensif. Well, good news. Bienvenue à bord grand gaillard.

Je grimpe, puis m’assied en face de lui. Déjà, avant toute chose, mettre les choses au clair. Je éclairci la gorge de quelques coups de toux, puis lui lance une œillade.

- Du coup.
Je suis pas encore nécessairement habitué au travail en équipe, et vu que le succès de l’opération réside surtout sur « moi qui rentre, moi qui hack, moi qui sort », je te propose qu’on fasse les choses à ma manière histoire d’éviter les soucis de coordination une fois sur place.
C’est pas pour jouer l’Alpha, le mec qui décide, c’est pour qu’on soit efficace.

On va voir à la jouer profil-bas dans un premier temps, jouer le joli rôle du duo de livreurs qui descendent les caisses. On entre, on avise selon comment ça se passe à l’intérieur. Je peux gérer la sécurité électronique, et en cas de pépin, beeen… J’te fais confiance pour gérer la sécurité « physique ». Mais si possible on les évite, on les contourne, on les prend pour des cons. Et ce, jusqu’à arriver aux vestiaires.

Bref. Quand on arrive, attends un peu avant de sortir du camion et ouvrir la porte. Je veux tenter un truc.
Et dis-moi maintenant si une partie du plan te conviens pas.


On on a fini par arriver, oui. Mais avant tout contact physique, on va essayer un truc.
Je sors mon ordi de mon sac à dos, active les mesures de sécurité habituelles installées dessus, puis essaie de me connecter au wi-fi du Casino. S’il a un mot de passe, je chercher à le cracker. Une fois dessus, je tente un coup que je teste de temps à autres : je me concentre, joue avec le réseau, et cherche un poste de surveillance dessus. Un ordi relié aux caméras, quelque chose du genre. Et j’essaie de m’y connecter. Tu sais, de cette façon dont je Devrais pas être capable de me connecter.

Si ça marche, je vais peut-être avoir moyen de nous faciliter les choses dés le départ. Et on crache pas sur ça, hein ?
Cheap move, mais eh. C'est en tentant toutes ses cartes qu'on gagne, même les plus improbables.
Spoiler:
 


Dernière édition par Matsui Seiko le Mar 7 Aoû - 20:16, édité 1 fois
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.5. Police Boulevard || Lun 6 Aoû - 18:33


Police Boulevard



Sur le quai de chargement les deux hommes ont l'allure typique de soldats du yakuza, costume sombres, tatouages, cranes rasés de frais, seule concession à l'heure tardive, ils n'ont pas leurs lunettes noires. Ils sont tous les deux munis de pistolets mitrailleurs de marque Ingram, le flingue a tir rapide préféré des gens qui ne savent pas très bien viser, et qui préfèrent par conséquent compenser leur manque d’habilité par un gros volume de tir. Ils sont aussi équipés de lampe qu'ils pointent vers le camion avant de se diriger vers vous, l'un d'eux allant droit sur la portière conducteur, l'autre restant en retrait. Ils semblent modérément prudent, mais pas vraiment inquiet ou nerveux. Visiblement ils ne redoutent pas grand chose ce soir.

Dans la cabine du camion, Seiko vient de percer sans aucun mal les défenses rudimentaires des réseaux du casino. Il semble que le clan yakuza qui gère la sécurité s'en tienne surtout au coté physique. Et pour l'un des meilleurs pirates informatique du japon, il suffit de quelques minutes pour obtenir l’accès aux images et aux contrôle de l'intégralité des caméras du complexe. Le seul problème en fait serait qu'il y en a vraiment beaucoup. Il semble que le syndicat n'hésite pas a filmer ses clients jusque dans les chambres, probablement pour garder le moyen de les faire chanter en révélant leurs écarts conjugaux ou leur travers les moins recommandables.  

Dehors, le garde, lampe toujours braqué sur le visage d'Ushi, arrive à hauteur de la portière.

-Hé vous la dedans ! Baissez la vitre ! Vous êtes en retard non ? C'est pas une heure pour les livraisons.

Maintenant qu'il s'est rapproché vous pouvez constater qu'il est très jeune, on ne met apparemment que les plus novices des gardes a ce genre de poste sans intérêt. Vous remarquez aussi son oreillette. Il doit pouvoir prévenir rapidement ses supérieurs en cas de problème.

-Bon, Vous êtes qui ? Qu'est ce que vous foutez la ?

HRP:
 

Ushi
Vilain
avatar
Surnom : Bison
Profession : Patron d'un bistro
Rang : B
Yens : 385
Renommée : 191
Alignement : Dévoué
Re: 5.5. Police Boulevard || Mar 7 Aoû - 3:12

Matsui
Seiko


Police Boulevard



Après avoir récupérer la deuxième personne, qui semblait connaître Ushi. Le Camion arriva à destination, Ushi regarda les alentours avec un air stoïque. Bison était au volant, les autres étaient à l'arrière de la camionnette. Deux gardes arrivaient vers la camionnette, armée de flingue. Le plus jeune tapota à la fenêtre avec sa main, Ushi abaissa sa fenêtre et fut aveuglé par la lampe que le jeune yakuza tenait.

-Bon, Vous êtes qui ? Qu'est ce que vous foutez la ?

- Bonsoir, je suis le livreur de bière.

- Vous faites des heures supplémentaires ?

- Enfaîte, c'est à cause de ce qui se passe en ville. Les flics suspecte tout le monde, du coup j'ai eu le droit à la fouille et même au contrôle de la marchandise, vous voyez le genre.

- Ouais, ils font les cow-boy. Pas mal de livreur ont été contrôlé en venant ici, mais vous vous êtes en retard.

- C'est à cause de mon fournisseur, il ne m'a pas livré à l'heure.

- Ouais, mais ça pose problème. Normalement je n'ai pas le droit de vous laissez entrer, dégagez.

- Bon bah, dommage. En plus ça m'arrange, la commande a déjà été payé.

Après avoir récupéré la deuxième personne, qui semblait connaître Ushi. Le Camion arriva à destination, Ushi regarda les alentours avec un air stoïque. Bison était au volant, les autres étaient à l'arrière de la camionnette. Deux gardes arrivaient vers la camionnette, armée de flingue. Le plus jeune tapota à la fenêtre avec sa main, Ushi abaissa sa fenêtre et fut aveuglé par la lampe que le jeune yakuza tenait.

-Bon, vous êtes qui ? Qu'est-ce que vous foutez là ?

- Bonsoir, je suis le livreur de bière.

- Vous faites des heures supplémentaires ?

- Enfaîte, c'est à cause de ce qui se passe en ville. Les flics suspecte tout le monde, du coup j'ai eu le droit à la fouille et même au contrôle de la marchandise, vous voyez le genre.

- Ouais, ils font les cow-boys. Pas mal de livreur ont été contrôlé en venant ici, mais vous vous êtes en retard.

- C'est à cause de mon fournisseur, il ne m'a pas livré à l'heure.

- Ouais, mais ça pose problème. Normalement je n'ai pas le droit de vous laisser entrer, dégagez.

- Bon bah, dommage. En plus ça m'arrange, la commande a déjà été payé.

Le garde prit peur, justement la commande même avec du retard avait déjà été payé. S'il empêchait la livraison, les conséquences seraient catastrophiques pour lui et son collègue.

- Bon, puis de toute façon si c'est déjà payé. Je me vois mal expliqué ça au patron, je risque ma place.

Le garde était tellement préoccupé par sa place, que l'idée de fouiller l'arrière du camion ne lui avait même pas traversé l'esprit. Son collègue était lui aussi un jeunot, ils laissèrent donc passer le camion. Ushi se gara à côté des autres camions de livraison, il prit sa caisse de Marshall avec lui. Accompagné de Data, qu'il fit passer pour son assistant aux yeux des gardes. Ils rentrèrent finalement par les cuisines du casino, il déposa sa caisse sur un comptoir. La cuisine était vide, Ushi et Data s'étaient infiltré dans le casino. Les jeux et même quelques danseuses exotique attiraient l'attention d'Ushi, il remarqua vite l'ambiance assez décontracté, même trop. Des hommes armée étaient postait à l'entrée principale et à plusieurs endroits dans le casino, des membres de la pègre et autre malfrat étaient en train de profitait du spectacle. Ushi pouvait compter sur Data pour ce qui était électronique, Ushi s'installa au bar seul et commanda une bière. Data était déjà en train de faire ce pourquoi on l'avait engagé, le Bison était en repérage des lieux.

- Vous avez de la chance, on vient juste de nous livrer de la Marshall.

- Hum... Vous êtes chanceux, y a du monde ce soir on dirait ?

Le serveur décapsula la bière.

- Ouais, c'est une soirée mémorable.

Ushi jeta un œil discret, vers une entrée gardait par deux gros bras, sûrement expert en corps-à-corps. Bison devait rejoindre Data, il savait désormais que le casino était bien protégé.



Dernière édition par Ushi le Mar 7 Aoû - 23:23, édité 2 fois
Matsui Seiko
avatar
Surnom : Data
Profession : Ingénieur informaticien
Rang : A
Yens : 1175
Renommée : 341
Alignement : Rebelle
Re: 5.5. Police Boulevard || Mar 7 Aoû - 20:16


Pas loquace, le Bison.

M’enfin, j’imagine que qui ne dit rien consent, hein. Et si ça devait ne pas être le cas, je serais très vite au courant, et lui sera au passage très au courant des problèmes que ça va causer.
J’ai moyennement envie de faire capoter toute l’opération parce que monsieur « je fais deux mètres de haut, je suis stoïque et impassible » décide de coller 100 % à son rôle. AAAAANYWAY.

J’ai réussi à m’infiltrer dans le réseau. J’ai des images, beaucoup d’images : parce que tu vois, un casino, c’est grand. Je commence à analyser tout ça, mais déjà, ça toque à la portière plus loin, ça cause, et j’écoute. Le dialogue me fait rire jaune. Heureusement que le garde est pas malin. Ni très insistant. Tout ça pour dire : va falloir presser le pas.

Alors deux manipulations : mon portable qui sort de ma poche, et que je connecte à l’ordinateur. De là, je fixe l’écran du smartphone, puis me concentre une poignée de secondes. L’image grésille un moment, puis revient à la normale : quand elle y revient, l’image des caméras de surveillance est présente sur mon portable, et je peux glisser du doigt pour naviguer entre les différentes cases. Bien. Un petit boost ne fera pas de mal pour le coup. Ceci étant dit…

- Ouais, ouais, j’arrive.

J’ouvre la porte arrière du camion, l’air dans les étoiles, caisse de bière entre les bras. L’idée est de jouer le collègue, bien : jouons le collègue.

Bison se débrouille à peu prés pour entourlouper le type en face, lui faisant miroiter un revers de la main patriarcal de la part des patrons s’il venait à leur expliquer qu’il a refusé une commande déjà payée. Bonne idée, bon succès, et c’est ce qui nous permet de nous enfoncer plus avant dans les coulisses du Casino. On marche, on marche, couloirs sur couloirs, jusqu’à arriver aux cuisines. D’ici, la suite à gérer. Maiiiiis.
Mais je le vois qui se dirige côté client. Hein.
Pas réellement le temps de parler, ni l’occasion. Causer de tout ça à voix haute pourrait s’avérer une mauvaise idée. Alors je le laisse partir dans son coin, puis envoie un message sur son téléphone.





Cornu


Je sais pas où est-ce que tu te balades comme ça, mais moi je bouge. Tâche de me rejoindre si ça capote – genre maintenant si possible. On est pas passés par la petite porte pour s’adosser au bar, autrement j’aurais pris un costard et serais passé côté client.




L’intérêt de l’arrivée par derrière, c’est justement de ne pas galérer à trouver un accès pour les coulisses par après, comme on l’aurait fait en passant par devant en tant que clients. Donc je sais pas à quoi il pense, et j’ai pas à le deviner : je m’en tiens à la partie « on fait les choses à ma manière » que j’ai expliquée avant l’opération.
Et apparemment c’était une mauvaise idée de prendre son silence pour un consentement, du coup. Great.

Passons. J'ai envoyé le message alors qu'il était encore visible, il me rejoindra vite s'il y arrive et en a l'envie.
Je sors mon téléphone puis navigue sur ce qui me sert désormais de poste de contrôle de poche. Ma petite merveille taille main entre les doigts, je me balade tranquillement, tout en cherchant un chemin vers ce que j’identifie comme les vestiaires tant recherchés, à travers les écrans. Je tombe sur des toilettes en chemin, puis je m’y enferme une petite minute le temps de chercher.
L’idée pour la suite va être simple : Je trouve, je sors des toilettes, mais règle auparavant la caméra en face de la porte sur une boucle le temps de mon passage, pour que l’écran ne montre que le vide. Je fais ça pour toutes les caméras sur mon chemin, tout en profitant de la manœuvre pour vérifier que la voie soit libre devant moi, tout ça jusqu’à tomber sur mon objectif. Une fois que ce sera fait, il s’agira d’entrer, et faire ma besogne.

Dans l’idéal, Bison m’aura rejoint entre temps. Ce serait franchement pas de luxe, même.
Spoiler:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.5. Police Boulevard || Mer 8 Aoû - 6:34


Police Boulevard



Ah, les soirées du Casino de Sapporo, c'est quand même quelque chose. Ces serveurs aux sourires hypocrites plus rayonnant que des boules à facette dans une boite disco. Ces milliardaires habillés en pingouin qui jettent en quelques minutes plus d’argent que n'en verront dans toute leur vies les pauvres types qui logent dans le reste du quartier. Ces truands du syndicat, parvenus grossiers et patibulaires affichant ostensiblement tout les signes extérieurs de richesse depuis la bande de gardes du corps bodybuildé jusqu'aux dents diamantés en rivalisant de mauvais gout comme de clinquants sapins de noël. Ces chefs de clans Yakuza, sobres comme la mort dans leur costumes sombres, lunettes noires, chemises juste assez ouverte pour afficher leurs tatouages rituels, jouant beaucoup et éclusant saké sur saké jusqu'au coma.

Coté casino la soirée bat son plein et coté personnel c'est l'agitation des grands soirs. Du personnel en uniforme ou nom se presse dans tous les sens, tous l'air occupés et pressés. Et faille de sécurité classique, les gardes en poste aux endroits clés ne semblent pas vraiment prêter attention a ceux qui se promènent à l'intérieur, supposant probablement que si vous êtes arrivés la c'est que vous avez une raison valable. La manipulation de Data n'est donc pas possible a mettre en place a chaque caméra, mais il vous est malgré tout relativement aisé de ne pas apparaitre sur les moniteurs de contrôle.

En tout cas jusqu'a la zone qui entoure le salon VIP que vous visez. Une zone qui coté casino est visiblement un ensemble de salons de luxe, actuellement tous déserts sauf un, avec coté personnel un accès direct aux cuisines et au bar histoire de pouvoir se faire livrer rapidement. Une zone qu'en bons paranoïaques, les gars du syndicat venus discuter, on fait garder en laissant devant chaque porte une paire de garde a l'air méchant et ostensiblement armés.

Vous planchez sur la stratégie à adopter quand les bruits étouffés du casino sont soudain couverts par une voix sortie d'un puissant mégaphone.

-AVIS A TOUS LES OCCUPANTS DU CASINO. CECI EST UNE OPÉRATION DE CONTRÔLE DE LA POLICE DE SAPPORO ! TOUTES LES ACTIVITÉS SONT PROVISOIREMENT SUSPENDUES ! VEUILLEZ VOUS COUCHER SUR LE SOL ET NE PAS BOUGER EN ATTENDANT LES FORCES DE POLICE !

Et c'est quoi ce bruit dans le fond ? Des coups de feu ?!

Ushi
Vilain
avatar
Surnom : Bison
Profession : Patron d'un bistro
Rang : B
Yens : 385
Renommée : 191
Alignement : Dévoué
Re: 5.5. Police Boulevard || Jeu 9 Aoû - 4:18

Matsui
Seiko


Police Boulevard


C'était la panique, à peine le temps de se levait du tabouret du bar, que la police était déjà là. Des policiers encerclé déjà le casino, Ushi comprit qu'il devait vite rejoindre son partenaire. Les Yakuzas et la police étaient prêts à entrer dans une fusillade, le Bison cherchait une solution pour vite rejoindre Data avant que la fête commence. Il vu le barman qui n'était qu'un simple barman engagé dans un casino de la pègre, s'enfuir par une porte dissimulée dans le mur. La porte était camouflée en noir, sur une teinte noire, il était difficile de se rendre compte qu'il pouvait exister une telle échappatoire.

- Bon, apparemment il n'y a pas de danger. Faut que je bouge, avant que la fusillade commence.

Ushi suivi le barman discrètement, jusqu'à la porte. Il agrippa la poignet, et l'ouvrit, un couloir blanc éclaira Ushi. Ce dernier fit une roulade, et ferma la porte derrière lui. Il se releva, et constata que le couloir était assez étroit, il devait y avoir plusieurs portes qui servaient d'échappatoires dans le casino. Le barman avait déjà prit la fuite, Ushi couru tout en restant discret. Les vestiaires n'étaient pas très loin, le Bison reçu justement un message de Data. Il le lisait attentivement, ce dernier était en route pour les vestiaires. Ushi envoya un message à Matsui, qui lui disait " J'arrive." Bison marchait tranquillement en frôlant les murs, il y avait personne dans les couloirs. Ushi tourna à gauche et arriva dans les couloirs qui menaient aux cuisines, à gauche du Bison se trouvait la porte de la cuisine où lui et Data avait fait la livraison et à droite un autre couloir. Le Bison prit le couloir de droite, les caméras étant pratiquement toutes désactivées, Ushi n'avait rien à craindre. Le couloir était long, la situation entre les gardes et les policiers de l'autre côté, était tendu.

- Hum... Je me demande si les gros poissons de la pègre, sont au courant de ce qui passe.

Ushi marchait en réfléchissant, il vue de loin une personne. Avant de l'appeler, Ushi se demandait s'il s'agissait de Matsui ou non, la personne était de dos.



Dernière édition par Ushi le Jeu 9 Aoû - 21:11, édité 1 fois
Matsui Seiko
avatar
Surnom : Data
Profession : Ingénieur informaticien
Rang : A
Yens : 1175
Renommée : 341
Alignement : Rebelle
Re: 5.5. Police Boulevard || Jeu 9 Aoû - 5:35


Naaan, tu penses?

Je réponds ça d’un murmure plein de sarcasme à la silhouette massive que je devine dans mon dos. Sans me retourner, je reste là où je suis, à bonne distance, mais avec une vue sur ce qui se passe. Cet assaut peut autant nous arranger que nous emmerder sévère. Ca va écourter la réunion, mais en même temps ça va occuper tout le monde. Hm… J’avais dans l’idée de comme souvent faire du zèle et chercher à espionner la réunion mais...

Laisse tomber. On trouve le vestiaire, je fais mon affaire, on se casse. Comme prévu.

Maintenant, il va s’agir de se décider sur la marche à suivre.
Ca ne fait que quelques secondes que la fusillade lointaine a commencée, on doit profiter de la surprise tant qu’elle est pleine. Alors je regarde les écrans de caméra sur mon smartphone, et je jauge la suite selon ce que je vois.

Ce que je vois, c’est quelques gardes qui bougent de leur poste pour aller en direction des coups de feu, d’autres qui restent sur place. Priorité aux gros bonnets, ceux devant la salle VIP en elle-même restent, ceux devant les vestiaires plus en retrait sont partis en Renfort. Bien. Je suis relativement confiant sur le fait d’entrer dans la pièce. Ce qui m’inquiète, c’est sortir de ce merdier une fois que c’est fait. ‘Chier.

J’y vais. Suis-moi et joue le rôle du garde assigné à la porte tant que j'suis à l'intérieur. T'as la gueule et la tenue de l'emploi, ça fera sûrement illusion au moins un moment

Et de m’y diriger, tranquillement.
La méthode est simple : j’ai vu le lecteur de carte magnétique à la porte. Alors je ne cherche même pas à approcher discrètement : j’arrive lentement vers la porte, de la démarche de quelqu’un qui a sa place ici, qui va ouvrir cette porte parce qu’il possède la carte d’accès, parce qu’il a le droit d’y entrer. Peut-être que l’on m’observe un peu plus loin : tout ce que l’on verra, c’est moi, passer une carte dans le lecteur, pour que le voyant cligne vert et qu’elle se déverrouille. Comme c’est sensé se dérouler.

Ce que l’on ne verra pas de loin, par contre, c’est que cette carte, c’était une carte de fidélité random. Comme quoi ça vaut le coup d’avoir du bordel plein les poches.
J’entre, puis referme dans mon dos. De là, l’idée est simple : trouver les téléphones, tout compiler sur le mien tant qu’il affiche les performances d’un Ordinateur dernière génération taille main grâce à mon petit boost.

Alors je fouille, trouve, agis, et répète. Sans prendre le temps de lire les informations récoltées, parce que je n’en ai pas le temps une seule seconde. Je me contente de prier pour que ça aille plus vite encore, tandis que je swap à répétition sur les caméras pour vérifier que personne n’approche. Pour être prêt si ça arrive.

Magne-toi, me répète mon esprit. Magne-toi, et tire-toi d’ici tant que tu le peux.
Plus ça va, plus j’ai l’impression que Bison va effectivement devoir sortir les cornes. Moi qui espérait qu’on puisse s’en sortir sans accroc...
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.5. Police Boulevard || Sam 11 Aoû - 10:59


Police Boulevard



Les gros bras de garde à la port du salon Vip sont rarement recrutés pour leur bagage technique, les maitres mots c'est plutôt l'absence de moralité, une gueule impressionnante, et probablement une facilité a donner la mort sans réfléchir. Du coup ils ne haussent même pas les sourcils quand la carte de Seiko fonctionne et qu'il rentre seul.

Parce que si son allure l'identifie immédiatement comme un type qui sait ce qu'il fait la, celle d'Ushi le classe comme prévu tout aussi vite dans la catégorie des gros bras. Et les gros bras étant censés attendre à l'extérieur que les vip sortent, le cordon de yakuzas se referme devant la porte, intégrant Ushi a leur groupe sans sourciller.

Il y en a même qui tentent de sympathiser avec le bison.

-Salut mec, t'as l'air balaise toi, c'est qui le gars que t'accompagne ?
-Moi je dirais un comptable du syndicat ?
-Tu trouve qu'il a une tête de comptable ?
-Moi je m'en fous, mais qu'ils se dépêchant la dedans, j'ai envie de casser du flic.
-Hé le nouveau, t'as quoi comme arme ?

Dans le vestiaire Seiko se gorge de données, mais pas assez vite. La porte donnant sur le salons s'ouvre violemment, laissant passage a une bande de types en costard visiblement en train de s'engueuler sévère au niveau de la riposte a organiser. On veut fuir, on veut se battre, on veut liquider les taupes de la police qui n'ont pas fait leur boulot, et surtout surtout, on veut tous savoir ce que toi tu fais dans ce vestiaire et qui tu es. Et on a des flingues.

Ushi
Vilain
avatar
Surnom : Bison
Profession : Patron d'un bistro
Rang : B
Yens : 385
Renommée : 191
Alignement : Dévoué
Re: 5.5. Police Boulevard || Lun 13 Aoû - 2:08

Matsui
Seiko


Police Boulevard


Ushi était assailli de question par les gardes, il n'affichait aucune expression. Il se contentait juste de croisait les bras et de répondre calmement aux questions.

- J'ai été engagé par le syndicat lui-même, uniquement pour servir de garde du corps au nabot.

Les gardes étaient perplexes.

- Comment ça ? Tu sers de garde du corps à un comptable ?

- Un comptable ? Vous vous êtes mal renseigné, cette personne est le comptable des plus gros chef de la pègre.

- Un comptable personnel, il doit être balèze le mec pour être à la solde des plus gros.

- C'est un homme de confiance, je me dois de m'assurer de sa santé. Alors, messieurs si vous aviez dans l'idée de partir casser du flic. Faites donc, le connaissant il en a encore pour quelques minutes.

- Ouais de toute façon, on est tous du même côté.

- Ouais allons casser du flic, façon avec les patrons, on ne sait jamais à quoi s'attendre.

Les gardes étant rassuré, certains quittèrent leur poste pour se rendre à la fête, mais d'autres plus "ancien" restèrent aux côtés d'Ushi. Les bras croisaient, l'air déterminés, ils n'étaient certainement pas décidait à partir.

Matsui Seiko
avatar
Surnom : Data
Profession : Ingénieur informaticien
Rang : A
Yens : 1175
Renommée : 341
Alignement : Rebelle
Re: 5.5. Police Boulevard || Mer 15 Aoû - 23:21


Citation :
Désolé pour le retard, je tarderais moins la prochaine fois o/

Les choses se passent, rapidement.
Les données se téléchargent, sans interruption, arrêt ni ralentissement. C’est rapide, et c’est à mon avantage.

Mais ce n’est pas assez rapide.

J’achève de compléter ma tâche, les doigts d’une main qui pianotent sur l’écran de mon smartphone, ceux de l’autre qui finissent de fermer un casier. Cette seconde main revient à mon flanc, puis une porte s’ouvre. Une porte que je n’avais pas remarqué, jusqu’ici. Parce que j’étais occupé, pressé. Stressé un peu, sûrement.

Et je ne l’ai pas vu. Et quand ils sont arrivés, intérieurement, je me suis frappé le front. évidemment. Le vestiaire donne sur leur partie de l’établissement. Abruti.

Ils viennent, ces anonymes têtes pensantes du Syndicat. Pensantes, meurtrières, sadiques et malades. Parfois l’un de ceux-là, parfois tout ça en même temps. Elles viennent, et il faut que je trouve quelque chose à dire. Alors j’analyse la situation, rapidement, très rapidement. Bison à la porte, et j’ai entendu parler de son côté. La police dehors, et seulement peu d’infos sur comment se passe l’assaut de leur côté. Eux ici, en face de moi. Entre deux feux.

Je refléchis, j’analyse, oui. Et j’étais effectivement condamné à trouver une solution rapidement. Alors j’ai trouvé vite. Comment ? Parce que c’est en fait une solution très simple.

« Ah, ben vous êtes là, tant mieux ça m’épargne du chemin ».

Je garde mon air naturel, sans faire attention aux regards suspicieux. Comme à la porte, j’agis comme quelqu’un qui a le droit d’être ici. Plus précisément en ce cas, comme quelqu’un qu’on a laissé passer. Je leur dit ça, donc, les doigts encore sur mon téléphone.
Un dernier clic sur l’écran afin d’envoyer toutes mes infos sur l’ordinateur plus loin dans le camion. Puis, l’écran part en veille, puis dans ma poche. Je les observe de mes yeux noisette, une certaine urgence dans le regard.

« Pas le temps d’expliquer, on m’envoie vous prévenir que les flics vont lancer une attaque élec- » Et dans le même temps, comme une impulsion. Les appareils environnants qui tombent en panne, lumières, machines, sécurités, tout. Absolument tout, dans les alentours du vestiaire et du quartier VIP. « Tromagnétique. Putain. »

Alors nous voici tous dans le noir avec la coupure de courant pour donner du poids à mon discours. Pour légitimer ma présence, et pour leur donner autre chose de plus important à s’occuper que de l’informateur un poil en retard. C’est l’idée. Et si elle ne fonctionne pas, je devrais aviser autrement.

« Quelqu’un a un briquet? »
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.5. Police Boulevard || Jeu 16 Aoû - 18:30


POLICE BOULEVARD



Ils l’appellent Rex. C’est un Américain spécialiste dans ce genre d’opération. Il voyage partout dans le monde pour aider la police et même les Héros. Yuei l’avait invité pour une présentation et, lors de son séjour, le gouvernement Japonais l’a contacté pour qu’il aide leurs équipes vu son franc succès ailleurs. Quelle malchance pour les criminels se trouvant dans le Casino!

« Ils disent qu’ils ont des otages, monsieur Rex! »

Le spécialiste se masse le menton.

« Plan en quatre étapes! Premièrement, imagerie 3D avec le sonar pour voir si vraiment des gens sont pris en otage! Deuxièmement, du lacrymo dans la ventilo! Troisièmement, on coupe toute l’électricité! Quatrièmement, l’escouade musclée passe par les cuisines en mode Ninja avec leurs lunettes nocturnes! »

L’agent lui fait un salue et se met à hurler les ordres. Ses hommes se mettent aussitôt au travail.

---

Un bruit attire l’attention de Bison et des autres gardes qui étaient restés près de la porte. Rapide, une ombre passe en direction de la cuisine puis, l’instant d’après, les lumières et tous les systèmes électroniques s’éteignent. Au loin, il y a un bruit d’éclat et des tirs en sourdine.

« Ça c’est l’escouade des gros calibres, » explique calmement un des gardes. « ‘Faut sortir les patrons de là! »

Il y a quelques Toc! au-dessus des têtes du groupe devant la porte et un son similaire à une fuite de gaz.

---

« SALE CRÉTIN! » hurle un des hauts-gradés en agrippant Data par le collet. « Il fallait nous avertir AVANT! »

Il le pousse plus loin, plus angoissé par la situation dans laquelle il se trouve.

« Merde! » clame un autre. « La porte n’ouvre plus! »

« Bah oui, évidemment! C’est un système électronique! On est coincé ici! »

Le subterfuge de Seiko a fonctionné, mais, maintenant, il est bloqué dans cette pièce avec les malfrats. Il sait qu’il pourrait assurément découvrir plus d’information en restant avec eux, mais les bruits de tir et les exclamations en sourdine sont synonymes de danger. De plus, il reste peut-être encore quelques portables à hacker.
Résumé:
 


Dernière édition par Narrateur le Ven 17 Aoû - 18:15, édité 1 fois
Ushi
Vilain
avatar
Surnom : Bison
Profession : Patron d'un bistro
Rang : B
Yens : 385
Renommée : 191
Alignement : Dévoué
Re: 5.5. Police Boulevard || Ven 17 Aoû - 1:29

Matsui
Seiko


Police Boulevard


Les gardes étaient toujours à leur poste derrière la porte, ils se tournèrent les pouces en attendant que la réunion se termine. Ushi faisait pratiquement la même taille des deux gardes, ils étaient vêtus de noir avec des lunettes de même couleur. Leur flingue était dans leur étui, Ushi n'avait aucune arme sur lui, mais il faisait mine de rien.

- Les boss sont toujours aussi longs ?

- Ils sont toujours aussi longs...

Les deux gardes se regardèrent.

- Tu travail dans le métier depuis quand exactement ?

Ushi et les autres gardes entendirent un bruit qui venait de derrière la porte, les gardes voulaient rentrait. Alors, Ushi n'eut pas d'autre choix que d'assommer les curieux. Mais quelques choses passa rapidement au loin, les gardes et Ushi regardèrent la cuisine. Puis l'instant d'après, toutes les lumières et les machines s'éteignirent subitement.

- Il se pas...

*Pan

- Se quoi ? Des bruits de détonation, ça sent mauvais.

- Les gars, il faut sauver les patrons.

- Dans le noir ce ne sera pas simple.

Ushi se transforma en Bison, pratique pour agir rapidement. Il assomma les deux gardes, puis prit leur arme. Il prit aussi des lunettes d'un des gardes, il retrouva sa forme normale. Avant qu'Ushi puisse rentrer dans les vestiaires, un bruit qui ne ressemblait pas au coup de feu, l'interpella.

- C'est quoi, faut vite qu'on quitte cet endroit.

Ushi défonça la porte en hybride, et rentra dans les vestiaires.



Spoiler:
 



Dernière édition par Ushi le Mer 22 Aoû - 13:09, édité 2 fois
Matsui Seiko
avatar
Surnom : Data
Profession : Ingénieur informaticien
Rang : A
Yens : 1175
Renommée : 341
Alignement : Rebelle
Re: 5.5. Police Boulevard || Dim 19 Aoû - 16:07


Impassible face aux assauts verbaux et physiques, parce qu’il faut jouer la carte de l’indic sans influence, venu porter message aux grands. Il faut rester dans le rôle, et ne pas dévoiler son vrai visage. Dévoiler la face d’un Data qui pourrait ruiner la vie de ce type qui s’amuse à me pousser, à faire leaker toutes ses informations personnelles et magouilles au grand public, qui pourrait le harceler lui et tout ce à quoi il tient jusqu’à ce que la vie perde toute sa saveur à ses yeux. Ne rien montrer de tout ça, et être l’informateur en casquette. Rien de plus, rien de moins.

Et aussi, trouver une échappatoire sur le plus long terme.

Parce que ce noir complet n’a pas l’intention de se lever de sitôt, pas plus que cette porte ne compte s’ouvrir. Et là, il faut que je pense à mes solutions. Je pense à agir directement sur la mécanique de la porte pour l’ouvrir, prétendre que l’homme n’avait juste pas assez forcé, et profiter de l’envie générale d’aller en découdre pour déguerpir. Je pense à attendre que ça passe et profiter de la pénombre pour subtiliser quelques appareils. Je pense à écouter les éventuelles conversations, et ça au final, je le fais.

Mais le reste, je n’aurais jamais le temps de le concrétiser, parce que déjà le son du métal enfoncé retenti fort dans la pièce.

Une porte qui tombe, et le peu de lumière indépendante de l’électricité me laisse deviner la forme de Bison.  Alors il s’agit de continuer à jouer le jeu pour pouvoir se barrer vite fait.

« Ben putain vous avez mis le temps » Je risque un regard par-dessus son épaule pour voir des corps inconscients au sol. Mon oreille quant à elle perçoit quelques coups de feu au loin. « Bordel, ils sont déjà là. Faut qu’on sorte, ils ont l’avantage dans l’obscurité avec leur équipement ! »

Chose dite, chose faite : je commence mes pas en dehors de la salle, lents et précautionneux à cause des Ténèbres. D4une tape sur l’épaule, je signale ma présence à Bison et le tire doucement dans ma direction, qu’il sache où je suis. Et lorsque nous sommes assez loin, je sors mon portable puis me concentre un moment dessus alors que je sélectionne l’Appareil Photo.

Et me voici désormais avec un nouveau filtre Photo : le filtre Vision nocturne.

« On se casse. » que je lui dit à voix basse. Un mouvement de tête pour lui indiquer de me suivre, et je m’enfonce dans les Ténèbres avec mon petit gadget. L’avantage du mode appareil Photo vision nocturne plutôt que de la bonne vieille Appli’ Lampe Torche : ça attire moins l’attention.

Par contre, autre chose. Parce que les coups de feu se rapprochent, et que je préfère ne pas prendre le moindre risque. Alors j’écoute, je regarde, je scrute. Et à la moindre ombre d’un type en combi pare-balle qui pointe un flingue sur moi, je refous un coup d’IEM qu’il puisse dire Adieu à sa paire de lunettes à vision nocturne.

Et tout ça, direction retour au camion par les coulisses et petits passages dérobés que j’ai remarqué sur les caméras avant l’assaut. J’ai pas envie de m’éterniser ici.

Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.5. Police Boulevard || Lun 20 Aoû - 18:37


Police Boulevard



La vitesse d’action d’Ushi lui a permis non seulement d’enfoncer la porte, mais aussi d’éliminer trois soldats qui étaient entrés en éclaireurs. Enfin réuni avec Seiko, ils quittent la salle, rapidement suivis des mafieux qui s’engueulent et jettent la faute les uns sur les autres. Certains soupçonnent les autres d’être des vendus ou des mouchards alors que les autres pointent la mauvaise organisation du Syndicat et son manque de leadership!

Quoi qu’il en soit, un Bison armé de deux mitraillettes et de lunettes de vision nocturne ainsi qu’un Data observant le monde au-travers de son cellulaire boosté s’avancent dans les couloirs malgré les larmes qui coulent de leurs yeux et leurs canaux respiratoires irrités qui brûlent. Leur progression sous une trame sonore de tirs et de beuglements est soudainement ralentie lorsqu’une puissante explosion provenant du fond des cuisines survient. Des parties de toit et de murs tombent, bloquant l’accès au groupe, et de la fumée s'élève, diminuant la visibilité et aggravant l'effet du gaz lacrymogène.

« Arrêtez-vous! Aller, au sol! »

De l’autre côté, il y a six soldats d’escouade de choc, dont trois avec des boucliers anti-émeute qui forment un mur entre le groupe et l’extérieur.

Résumé:
 
Ushi
Vilain
avatar
Surnom : Bison
Profession : Patron d'un bistro
Rang : B
Yens : 385
Renommée : 191
Alignement : Dévoué
Re: 5.5. Police Boulevard || Mer 22 Aoû - 13:31

Matsui
Seiko


Police Boulevard


Ushi courait avec Data dans les couloirs pour échapper aux syndicats, après avoir assommé trois soldats, Ushi et Data étaient déjà repérés par la police. Ushi et Data étaient aveuglés par le gaz lacrymogène, le Bison était toujours en forme hybride, il devait protéger Seiko à tout prix. Une explosion fit tremblait le sol, des débris bloquèrent le passage vers le casino. Bison décida de sortir au plus vite, il continua à marchait dans les couloirs jusqu'à arriver devant la sortie.

- Reste-là, je vais m'occuper des gardes.

Ushi prit sa forme de bison, chargea ses adversaires et les fit volaient en l'air avec ses cornes, il ne laissa pas le temps aux gardes d'user de leurs armes. Ushi brisa le bouclier d'un garde, il esquiva les coups de matraque des gardes en reculant. Ils n'étaient pas portant pas bien fort, mais bien organisé. Le garde sans boucliers tenta de neutraliser Ushi avec sa matraque, ils avaient reçu l'ordre de neutraliser, pas de tuer. Il donna des coups dans le vide, avec l'espoir de toucher le Bison. Ushi esquiva chaque coup, il mit un coup de sabot dans le nez du garde, deux autres se mirent devant l'homme.

- Au nom de la loi, je vous sommes d'arrêter.

- Mauvaise pioche les gars.

Ushi courut en direction des deux agents, leur bouclier devant eux faisait barrage. Bison contracta ses muscles, il mit un coup direct dans les boucliers des agents, les trois se retrouvèrent donc à terre. Ushi avant l'habitude de ne pas blesser inutilement ses adversaires, alors à chacun il mit un coup de sabot cross, suffisant pour les assommer.

- Plus que trois.

Spoiler:
 



Dernière édition par Ushi le Jeu 23 Aoû - 23:36, édité 2 fois
Matsui Seiko
avatar
Surnom : Data
Profession : Ingénieur informaticien
Rang : A
Yens : 1175
Renommée : 341
Alignement : Rebelle
Re: 5.5. Police Boulevard || Mer 22 Aoû - 19:25

Citation :
Non, nous ne sommes pas repérés par le Syndicat. Du moins, aux dernières nouvelles.

Mais bien évidemment, ça ne pouvait pas être aussi simple.

Parce qu'ils cherchent tout et n'importe qui dans ce Casino, ces hommes de la police. Si ça bouge et que ça ne porte pas un uniforme, c'est bon à intercepter. Ils ne prennent pas de risque, dira-t-on. Et ça nous tombe dessus, alors que l'on évolue dans ce noir quasi complet, entre les volutes de gaz. Le masque de chirurgie sur mon visage me prive d'une partie des effets, mais je tousse quand même, avec mes yeux agressés par le gaz.

J'avais dans l'idée de me laisser appréhender pour ensuite m'éclipser lorsque passé dehors, via mes quelques... Moyens détournés. Mais.
Mais Bison avait d'autres plans en tête. D'autres plus directs, plus physiques.

Des plans qui se composent de corps à empaler sur des cornes et de coups en forme hybride. Soit. ça me va aussi. Du moment qu'il ne tue personne, si possible.

Toujours est-il qu'un d'entre eux s'est un peu trop avancé lors de l'assaut, et qu'il est tombé dans le rayon de ma petite IEM. Le voilà donc tout aussi inutile que le reste des autres plongés dans l'obscurité. Ne reste que ceux que Bison combat, nous, et la sortie proche. Et je n'ai pas envie de perdre trop de temps, à vrai dire.
Mes yeux se ferment, l'espace de deux petites secondes. Et lorsqu'ils se rouvrent, c'est pour imposer le Chaos sur là où ils se posent.

Un Chaos fait de grésillements et agressions électroniques. Sans prévenir, les appareils de communication des différents agents se mettent à cracher un son tonitruant, agressif, insupportable dans leurs oreilles, tandis que leur vision nocturne est remplacée par une espèce de successions de couleurs vives, agressives. Petite épilepsie maison. Leurs masques tactiques quant à eux semblent les trahir, refuser de filtrer cet air nocif tout autour d'eux.
Je vous ai déjà dit que j'aimais bien combattre des adversaires bardés d'équipement ?

Ca s'avère généralement efficace. Ceci dit, j'vais pas m'amuser à vérifier si ça l'a été ici aussi cette-fois : le but n'est certainement pas de tuer ou blesser gravement, mais plutôt d'handicaper sévèrement, de mettre hors-combat.

Tout ça, sans lever le petit doigt, que personne ne se doute que je viens même de lancer une offensive. Me contenter de courir vers là où j'allais déjà de base.
Direction l’arrière, là où est resté le camion. Et récupérer mon barda, et me tirer.
Eeeet, peut-être laisser une surprise aux occupants du casino avant ça. J’hésite encore...



Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.5. Police Boulevard || Ven 24 Aoû - 22:03


Police Boulevard


Grâce à sa forme bovine, Ushi trouve moyen de neutraliser trois soldats, dont deux avec des boucliers anti-émeute. Les autres sont aveuglés et assourdis par les effets de l’Alter de Seiko. Ils gémissent tous, pour des raisons différentes. Ils ne peuvent le voir, dans le chaos et l’action, mais un des policiers attaqué par Ushi saigne abondamment et ne s’en remettra sûrement pas. Un autre, assailli par les effets tantôt stroboscopiques tantôt psychédéliques de Killing Machines, tombe au sol et convulse. Il y a de fortes chances pour qu’il soit épileptique ou quelque chose du genre.

Quoi qu’il en soit, la troupe formée de l’homme bison, du technomancien et d’une dizaine de mafieux continue son chemin. Un des gangsters frappe un des hommes au sol en hurlant des propos injurieux.

Ensemble, le groupe, excité de quitter le Casino, s’avance vers la porte qui semble être la sortie de secours, elle-même par laquelle Bison et Data sont entrés avec les caisses de Marshall. Elle n’est pas bien fermée, laissant pénétrer la lumière puissante des phares à l’extérieur et le son des ordres des forces armées.

« Arrêtez-vous! Mains en l’air! Genoux au sol! Nous avons des tireurs d’élite, c’est n’est pas le moment de déconner! »

L’instant d’après, une explosion retentie, encore plus puissante que celle qui a eu lieu près des cuisines. Il y a des bruits de fusillade ainsi que des hurlements. Les lumières s’éteignent brusquement.

Incertain, le groupe continue son avancée avec plus de précautions quand un énorme objet métallique se fracasse au sol. Malgré le fait qu'ils n’arrivent pas à comprendre ce qui s’est passé, le bruit est terrifiant. Le mur supporte mal ce nouvel assaut et s'effondre, tombant en grande partie dans le corridor. Un des malfrats est recouvert de briques et de débris jusqu'à sa taille; il hurle et demande de l’aide. Son corps est écrasé par le poids des décombres.

« Il faut foutre le camp! » clame un des chefs criminel.

Data se souvient d’avoir aperçu une autre zone, dans la direction opposée, menant à une réserve qui elle communique avec le restant du Casino lorsqu’il vérifiait la totalité des caméras.

Résumé:
 
Ushi
Vilain
avatar
Surnom : Bison
Profession : Patron d'un bistro
Rang : B
Yens : 385
Renommée : 191
Alignement : Dévoué
Re: 5.5. Police Boulevard || Mar 28 Aoû - 22:18

Matsui
Seiko


Police Boulevard


Par chance, les policiers ont étaient éliminés par la chute des débris et de l'hélicoptère . Ushi protégea Data de la chute des débris, les policiers étaient tous hors d'état de nuire après le déluge. Les coups de feu retentissaient dans le casino, il était temps pour nos deux compagnons de prendre la fuite, ils avaient toutes les informations nécessaires pour accomplir la mission. Ushi savait pertinemment, qu'une fois la mission terminée. Il allait devoir faire profil bas durant quelque temps, on ne sait jamais à quoi s'attendre avec le syndicat. L’environnement était assez hostile, mais par chance il n'y avait personne pour gêner nos amis.

- Il faut fuir, rapidement mais avec quoi ?

Ushi regarda les horizons, il constata devant eux que l'hélicoptère qui était à moitié ensevelie dans les débris. Ushi pensa qu'il serait toujours possible de fuir avec, le Bison demanda à Data de rester où il était. Il s'approchait lentement vers les ruines, il gonfla ses muscles est souleva quelques débris, il ne pouvait pas utiliser ses techniques sans prendre le risque d'endommager plus l'hélicoptère. Il trouva finalement la machine, elle n'était pas en bon état, Bison tira de toutes ses forces l'hélicoptère hors des ruines. Il traînait la machine de toutes ses forces, jusqu'à épuisement. Il soupira, en s'essuyant le front.

- Voici pour toi, fait ce que tu peux pour nous le remettre sur pied. Avec ta technologie, tu pourrais sûrement faire quelques, ne rate pas ton coup sinon on est foutu.

Ushi surveillait les arrières de Seiko, il avait tout donné durant cette mission. Il était essoufflé, mais son devoir lui interdisait de ne serait-ce quitter son poste, qu'une seconde. Ushi était assez perplexe concernant son camarade, était-il vraiment capable de réparer une machine de cette envergure.

Spoiler:
 



Dernière édition par Ushi le Jeu 30 Aoû - 0:02, édité 2 fois
Matsui Seiko
avatar
Surnom : Data
Profession : Ingénieur informaticien
Rang : A
Yens : 1175
Renommée : 341
Alignement : Rebelle
Re: 5.5. Police Boulevard || Mer 29 Aoû - 22:30


Les douilles qui claquent contre le sol, les interférences qui pulsent des casques et radios, les cris, les corps qui luttent, les explosions et les gravats. Les courses poursuites que l'on peut deviner dans l'ombre, les silhouettes parfois invisibles dans l'obscur, parfois contourées par la luminosité des divers débuts d’incendie déclarés ici et là.

Bref, le bordel, un peu partout autour de nous.

Et avec le bordel vient la panique, qui monte doucement. Chez les autres, mais chez moi aussi. Je garde la façade de calme, et je cache le peu de nervosité qui pourrait filtrer sur mon visage derrière le masque chirurgical. Parce que le temps n'est pas au relâchement.

Alors même quand il y a cette explosion, ce souffle et ces morts tout autour, je garde pied. Difficilement, avec l'aide de Bison qui se met en face des débris, mais sur pied quand même. D'autres n'ont pas cette chance, d'autres, comme certains de ceux qui se sont mis sur notre chemin, ne sont pas sûrs de s'en sortir. Ce n'est pas pour me plaire, mais quelque part, je n'ai ni le luxe de m'en soucier ni celui d'intervenir. J'ai ma mission, mes priorités, et mon envie de survivre. Surtout ça, en fait.

Alors quand je vois Bison s'affairer devant l'Hélicoptère enseveli, l'idée me vient. Et elle n'est pas mauvaise, mais avant ça, je me dirige vers le camion où nous sommes venus, pas trop loin. Esquinté, mais en état. Ici, je récupère mon sac de matériel, rapidement, l'empressement dans les gestes. Une phrase, une seule qui se répète dans ma tête : faut se magner.

Et finalement, l'idée de l'hélicoptère pourrait s'avérer plus pertinente que l'autre chemin de couloirs.

Je reviens vers Ushi, puis lance des regards autour de moi. Ca crie, et plus loin, ça doit sûrement se battre. Ici, se débattre. Sous les débris, plus précisément. L'un des hommes costume, bloqué sous la caillasse, à demander une aide que personne ne semble prêt à lui donner. Parce que les gens pensent d'abord à survivre, à partir eux-mêmes. A combattre. Je le fixe, une hésitation dans le regard.

« 'Fait chier. » Puis je m'avance. « Arrête de gesticuler, tu vas aggraver les choses. » Ushi est encore en train de déblayer l'hélico. Alors j'essaie seul. Je porte mes mains au grand morceau de plafond au-dessus de lui, puis tente de soulever. Sans succès. J'en ai un peu dans les bras, mais un peu comme dans « je fais du sport régulièrement », pas comme dans « j'ai un Alter physique et un entraînement entièrement dédié aux déploiement de force surhumaine ». Sans ça, je risque d'avoir du mal à faire plus que déplacer le tout. Alors je regarde autour de moi, dans cette aire de livraison en partie dévastée. Camions, camionnettes, voitures et...
Et un chariot Élévateur.

Je le fixe un moment, et le voilà qui commence à s'avancer vers nous. Je reporte mon regard vers l'homme au sol. La machine arrive, et les pales se positionnent au niveau de dessous le morceau de plafond. Étant ce qu'il est, c'est une roche plutôt plate, et c'est seulement pour ça que ça marche avec le chariot. Une commande mentale, et le véhicule soulève la roche pour laisser l'homme libre de s'en soustraire.

« Magne-toi, la flicaille est pas loin. »

Une simple phrase lancée vite, pour rester dans mon rôle, et je reviens vers Ushi, qui a réussi à sortir l'hélico. Un sourire sous mon masque lorsqu'il me cause.

« T'en fais pas, je m'occupe de la suite. » Je m'approche d'une marche simple, pour finalement poser ma main sur le métal éventré de l'appareil. « Tu vas devoir voler une dernière fois, mon grand. » Et ça commence, lentement.

D'abord, le métal malmené qui se ressoude comme par magie, à partir du néant.
Ensuite, les différentes étincelles et projections électriques qui cessent, et les tableaux de commande, pièces motrices et électroniques dont ils émanent qui se mettent à s'allumer. Mécanismes qui roulent, lumières qui s'allument, hélices et retors qui débutent à tourner, et la radio, qui passe du canal de la police à... autre chose.



All aboard. « Eeeet voilà. Fais comme dit le monsieur, on embarque et on se tire. »

Je met le casque d'où pulse la musique sur mon cou, pour l'entendre sans être coupé de mon environnement. Je prend le siège pilote, puis tâche de me remémorer mes vieilles notions de... Pilotage, justement. De la même façon que j'ai très jeune eu un coup de cœur pour la conduite, j'ai aussi vite assimilé comment conduire un coucou, et à l'apogée de l'entreprise, c'était pas un problème de s'en procurer un.
Bref. Je vous en dirais plus sur « pourquoi, comment et à quel point est-ce que je sais piloter un hélicoptère » un autre jour. Là maintenant, ça crame, ça tire, et ça s'écroule partout autour. Trois bonnes raisons de se tirer très vite, très loin.

Une fois que je suis assuré qu'Ushi est bien installé, je lui lance un regard. Puis, un rictus apparaît sous le masque.

« Accroche-toi, ça risque de secouer un petit moment quand on sera stabilisé. »

Je lui dis ça, en même temps que ça décolle, et que l'on commence à passer par l'énorme trou dans le plafond pour dominer le casino depuis les airs. Une vue plongeante sur les combats plus bas, sur les ruines et les lumières de police. Un bâtiment cerné, une bataille féroce parmi les flammes. Mais peu importe, maintenant. Maintenant, il faut partir.

« Speeeeeeed B O O S T. »

Un air guilleret sur mon visage, je lance ça d'un coup, et pour suivre la déclaration, la machinerie de l'hélicoptère qui me répond, gronde plus fort, des propulseurs au retors, en passant par l'hélice et le moteur. D'un coup, l'appareil rescapé dans le ciel déjà rapide prend une vitesse normalement impossible pour un hélicoptère, de façon à 1) s'éloigner vite, une bonne fois pour toute 2) être difficile à toucher pour d'éventuels tireurs au sol. Du coup, Jet-copter. J'ai pas envie d'avoir à me faire emmerder une seule seconde de plus par ces ahuris en costume et eau de Cologne ou ces connards en uniforme.

Et tant pis pour le reste. J'ai pensé à foutre la merde avant de partir, mais...
Mais les explosions font très bien ça à elles seules, en fait.
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.5. Police Boulevard || Mar 4 Sep - 18:25


Police Boulevard


Il faut, au bas mot, cinq minutes pour permettre à Ushi de libérer le véhicule. Durant ce laps de temps, Seiko parvient à réparer libérer un des criminels de sous les débris grâce à ses capacités étonnantes! Celui-ci, hochant de la tête, ne demande ni pourquoi ni comment le petit chariot mécanique a pu se rendre jusqu’à eux, tellement ébranlé par l’événement.

Une fois le véhicule libéré, Seiko le répare d’une manière tout aussi incroyable. Au loin, les policiers sont occupés avec une autre situation comme le montre le bruit des tirs et des ordres. La magie opère en un rien de temps et, l’instant d’après, Data se trouve aux commandes de l’hélico.

Sans attendre, tout le groupe de mafieux et autres membres de la pègre encore capable de marcher entrent et s’installent à l’intérieur de l’engin d’acier.

« Enfin, des gars à qui on peut faire confiance! » dit un des hommes, en tapant sur l'épaule d'Ushi.

« Tu iras loin, petit gars! » clame un second.

« Tu devrais venir travailler pour moi! Un mec, avec des pouvoirs comme les tiens, ça se paye bien! » conclue un autre en pointant Seiko avec un sourire carnassier.

Ils prennent de l’altitude et, soudainement, le véhicule produit un bruit extrêmement puissant, surprenant tout le groupe, et ils s’envolent! Leur vitesse est vertigineuse, spécialement pour ce type d’hélicoptère spécialisé dans le transport. Les premiers agents tentent bien de l’abattre, mais ils n’y arrivent pas et les autres croient qu’il s’agit d’un des leurs.

Résumé:
 
Contenu sponsorisé
Re: 5.5. Police Boulevard ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Italian police probe Vatican bank officials
» Wouyyyyy Mouvement étudiants: Après le haut ton, c'est le bâ-ton dit la police
» Entre l'autorité jucidiaire et Police judiciaire
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» Mario Andresol parle de la 18e promotion de police

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Événements en cours :: Chapitre 1 : déclarations de guerre :: Opération nettoyage-
Sauter vers:
spider