5.6. C'est mort et ça ne le sait pas
header

Partagez|

5.6. C'est mort et ça ne le sait pas

Maître du Jeu
PNJ
avatar
Yens : 1039
5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Dim 5 Aoû - 13:49


5.6. C'est mort et ça ne le sait pas


Introduction

Il y a des jours ou on s’ennuie, ou on trouve que tout est trop facile, que les missions ne vous confrontent qu'a des faibles, des minables, des jours ou on se dit que parfois on aimerais bien bien un vrai défi, retrouver ces sensations qu'on a quand on met sa vie en jeu dans un combat à armes égales contre un type aussi puissant que soi.
Et puis il y a des jours comme aujourd’hui, ou on s'est vu enfin confié une mission à sa hauteur. Une mission qui va vous griller sévère, mais qui va enfin vous permettre de savoir si le syndicat a des soldats qui peuvent rivaliser avec vous.

Le type qui vous a contacté vous a semblé... Intéressant, très intéressant. Ce qu'il vous a dit sur les gens possédant des alters, sur le Syndicat et sur l'état du monde en général a réveillé en vous des échos familiers, tentateurs. Assez en tout cas pour que vous acceptiez la mission. Et quelle mission !

Aller kidnapper l'un des principaux comptables du syndicat, un de ceux qui gèrent les caisses noires du conglomérat du syndicat, un de ceux qui connait les codes, les clés, les chiffres pour s’approprier une grosse part du trésor de guerre de la tentaculaire organisation criminelle.

Un boulot qui hélas, sombre dans l'imprévu avant même d’être exécuté à moitié. Parce qu'alors que vous venez de vous glisser dans l'immense et luxueuse villa côtière de votre cible sans vous faire repérer par les gardes, voila qu'une véritable armée débarque sur le terrain. Hélicoptère de l'armée avec mitrailleuses et projecteur, horde de flics et de bidasses arrivant de toute part pour cerner la maison, il y a même un patrouilleur des douanes avec un canon qui vient bloquer l’accès à la mer !

Et alors que l'armée des gardes du syndicat sort aussi l'armement lourd, vous vous retrouvez complétement coincés entre le marteau et l'enclume..



Explications

Vous devez faire en sorte de réussir votre objectif, en prenant en compte tous les éléments du contexte et des posts RP du narrateur qui vous placeront face à des choix et des situations à résoudre.

Ce groupe permet de gagner « trois points » en résolvant trois situations distinctes : 0/3 signifie que votre mission est un échec total, 1/3 une défaite, 2/3 une semi-réussite et 3/3 une réussite totale. Ces points détermineront votre réussite inRP et seront évidemment pris en compte au niveau du contexte.


Consignes

Les groupes doivent suivre les règles ci-dessous :
  • Respectez l'ordre des participants sauf accord d'un administrateur.
  • Seule l'utilisation de techniques validées dans votre FT est autorisée. De même pour les équipements et objets héroïques.
  • L'utilisation de techniques est autorisée dès le premier tour.
  • Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible), sans oublier votre état physique à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide pour faciliter le suivi pour votre narrateur et vos compagnons de RP.
  • Vous avez un délai de 48h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, le tour passera automatiquement au prochain participant et vous risquerez d'être exclu du groupe.
  • Lorsque vous avez une absence programmée de plus de 48h :
    - Informez le staff le plus rapidement possible.
    - Quittez la zone ou rendez votre personnage dans l'impossibilité d'interagir avant votre absence.
    - Le groupe continuera ainsi son avancement sans vous.
    - Lors de votre retour, informez le staff qui regardera alors avec vous s'il est possible ou non, de réintégrer le groupe.


Ordre des participants

Commence qui veut, on éditera après le premier post.


Liens utiles



Have fun ♫
Le Staff


Tadashi Ryo
Gérant du Syndicat
avatar
Surnom : Hitman
Profession : Gérant du Syndicat
Rang : A
Yens : 1250
Renommée : 175
Alignement : Esprit Libre
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Dim 5 Aoû - 18:11

Un appel, c'était tout ce qu'a reçu Ryo. L'homme qui appelait devait sûrement se prendre intelligent, pensant qu'il a réussi à tenter Ryo avec ses paroles qui sonnaient comme une mélodie des plus tentatrices aux oreilles de tout hommes. Le problème, c'est que Ryo avait accepté cette mission pour une toute autre raison; trouver l'homme qui a essayé de le manipuler à agir pour le détruire, l'humilier, qu'il se rende compte qu'il ne faut pas jouer avec les lions et plutôt rester à sa place quand on parle à certaine personnes. Mais cet homme devait sûrement être fier de lui, fier de penser qu'il a réussi à manipuler les gros bonnets du Syndicat à agir à sa place. Aaah, s'il savait .. Evidemment, ce genre d'appels tentant pour aller voler l'argent d'une personne du Syndicat était forcément un piège. Même dans les films d'espionnage que Ryo regardaient chez lui le soir de temps en temps, c'était comme ça que tout se passait: une personne mystérieuse qui vous donne une mission, vous y allez, c'est un piège. C'est d'un classique tellement ennuyant .. Au téléphone, il ne laissait rien paraître, il allait uniquement s'amuser avec lui et voir quel piège lui était tendu.

"-Encore un imbécile qui pense pouvoir me manipuler, j'aurais sûrement des indices si je vais là-bas. La seule chose qui m'inquiète, c'est comment a-t-il su que j'étais ? Personne ne connaît mon identité, à part une minorité que je connais."

Calmement, il se frottait le menton en réfléchissant, posé face à sa fenêtre qui portait sur une partie de la ville. Il se posait tout un tas de questions, car évidemment, une personne qui connaissait son lien avec le côté criminel du Pays devait être éliminé aussi rapidement que possible car il n'avait aucun contrôle sur lui. Ou peut-être juste le soumettre. Mais il le savait, quelque chose se tramait, et ça ne pouvait être le produit d'une seule personne, car s'il était seul, il n'aurait pas eu d'aussi grandes ambitions. Il en était certain, car la personne avec les ambitions les plus gigantesques dans ce monde, ça devait bien être Ryo. Lui et lui seul avait le droit de régner Suprême sur ce pays et faire tout ce qui lui plaisait. Il ne s'était pas encore assez amusé pour passer l'arme à gauche et mourir dans un petit piège d'un amateur.

"-ça ne sert à rien de se prendre la tête et de se poser tout un tas de question, autant y aller directement pour voir ce qu'il y a. J'espère qu'il arrivera au moins à m'entretenir dans mon ennui, sinon sa tête tombera plus vite que prévu .."

--------

Après avoir accepté l'appel, il semblerait qu'une autre personne soit avec lui, il ne connaissait pas la personne mais peu importe, sûrement un pion qui lui était donné au cas où un sacrifice devrait être fait afin de pouvoir s'en sortir quoi qu'il arrive. Mais une fois à l'intérieur et être passé outre les gardes, c'était là que le piège tant attendu arrivait enfin. Mais à cette échelle ? Il ne voyait rien, mais le bruit qu'il entendait à l'extérieur était immense, il était facile de s'imaginer ce qu'il s'y passait, sûrement un tas de monde. Mais Ryo avait peu d'intérêt pour ces gens, ils n'étaient que des gens normaux, ils ne pourraient rien faire. Car c'était bien longtemps que même un tir de bazooka pouvait l'atteindre s'il s'y attendait. La seule chose pour laquelle il fallait se méfier, c'était la flèche qui est pointée sur vous dans l'ombre, et non pas la lame qui est à découverte.

Calmement, il se retournait vers la personne qui était avec lui. Il ne lui a pas adressé la parole depuis le départ, ils n'en avaient pas besoin, tout était facile jusque là, comme d'habitude, et peut-être que ça ne changerait pas, qui sait ? Enfin bon, au moins, cette personne ne pouvait savoir qui il était car il portait son fameux masque noir sur le visage. La seule chose qui était étrange était les yeux qui se montraient à travers son masque, des yeux totalement froid et vide d'émotion, ceux d'une personne qui n'en avait que faire du monde qui l'entourait. Sa voix retentissait de derrière son masque, mais elle paraissait étouffée, ou bizarre, ce qui ne lui donnait totalement pas un air naturel.

"-Il doit avoir un bureau, il y est forcément. S'il n'y est pas, c'est que son bureau a une pièce secrète. Ou qu'un autre endroit dans cette maison est caché. Enfin, il vaut mieux rester ensemble pour l'instant, et ne surtout pas sortir."

Ils étaient les forces de l'ordre, à moins que les personnes présentes ici tireraient, ils ne feront rien que d'intimider les personnes dans le bâtiment. Le seul cas échéant serait si les personnes présentes ici vont tirer à leur tours, ces fameux gardes .. M'enfin, se retournant de nouveau vers le couloir, Ryo marchait pas à pas, calmement, sans se soucier de ce qu'il se passait à l'extérieur pour se diriger vers ce qui semblait être le bureau de l'homme qui se trouvait ici. Il devait sûrement avoir entendu parler de son nom, donc le kidnapper serait des plus simples s'il utilisait le nom d'Hitman. Après tout, personne ne savait encore pour sa trahison du Syndicat .. Rien que de l'imaginer, sa tête après s'être rendu compte de l'erreur qu'il a fait, un sourire malfaisant se dessiner sur le visage attirant de l'homme. Par contre, si des gardes se seraient dressés face à lui, il ne les aurait pas attaqués, pourquoi faire ? Il aurait simplement explicitement dit qu'il était Hitman, le Gérant du Syndicat et qu'il était venu pour escorter l'homme présent ici en sécurité.

Résumé:
 

________________



"Intelligence is the best weapon in this world. Allowing you to live with an advantage over everyone else."

"I stand, with both arms, folded, under my chest
'Cause I know, I won't stop, 'til I'm the last one left
Fighting 'til I'm dead, eating 'til I'm fed
Never gonna stop 'til I catch my breath
Fighting 'til I'm dead, I eat 'til I'm fed
And then I'll do it all again"


Dernière édition par Tadashi Ryo le Mar 7 Aoû - 18:46, édité 1 fois
Hiroharu Mariko
Vilain
avatar
Surnom : Le cygne noir
Profession : Danseuse professionnelle
Rang : A
Yens : 120
Renommée : 175
Alignement : Esprit libre
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Mar 7 Aoû - 17:08


La mission de base ne la passionnait pas beaucoup, un comptable, un enlèvement, l’argent c’était bien, mais lorsque l’on était une danseuse internationale, on avait forcément moins de problème d’argent à la fin du mois. Ce qui la passionnait, c’était la liberté pour l’utilisation des alters dans la vie de tous les jours, la fin de la stigmatisation, mais elle trouverait bien un moyen de tendre dans ce but en faisant cette mission. Après tout l’argent, ça va ça vient, mais on ne sait jamais où cela peut bien finir. Ruiner ou détruire le syndicat du crime ne lui importait en rien du tout, ils en avaient rien à faire à propos de la libéralisation des alters, assez neutre au final, mais leurs biens et leurs puissances pouvaient être utilisé bien mieux qu’actuellement. Elle avait donc accepté cette étrange mission, qui ne lui semblait pas si extraordinaire que cela, capturer un simple comptable ? Elle espérait tout de même qu’il savait se défendre avec des stylos et une calculatrice à touches.



Mariko ne faisait pas beaucoup de missions, elle n’était pas du genre à sortir. Alors elle se contenta de dire à Akia qu’elle rentrerait tard le soir même sans beaucoup d’explications, mais lorsque l’on était un couple lié à beaucoup d’illégalité, on posait moins de questions, forcément. Il y avait de toute manière une sorte de confiance mutuelle. Elle avait des contacts pour des missions généralement plus révolutionnaires, alors ce n’était pas étonnant que l’on la contact. Elle était assez sociable, mais visiblement son compère qui était sur la même mission, ils auraient pu prévenir n’était pas trop causant. Ils arrivèrent alors à pénétrer dans la maison sans trop de mal malgré les gardes du syndicat. C’était vraiment trop facile, et même très étrange, cependant, un bruit pas possible se fit entendre. Des hélicoptères, tout un tas de gens cherchant à entrer ou sortir. Tout un tas de lumière en pleine nuit, c’était obligatoirement une opération officielle.



« Ce n’est pas bon du tout … il faudrait filer et laisser ces gens se massacrer entre eux … On peut toujours chercher le type, mais je serais lui, je serais déjà enfermer dans une salle de secours blindée … »



Commenta alors le cygne noir, dans sa magnifique tenue de super vilaine. Elle ne paniquait pas vraiment, mais elle sentait qu’elle allait devoir danser. N’allez pas croire que c’était une expression ou une vue de l’esprit, mais plutôt vraiment danser.

« Je suis assez d’accord, il faut rester ensemble, mais sans connaitre les lieux, on n’a pas beaucoup de temps. »



Mariko s’imaginait déjà comme dans les films avec les forces spéciales qui allaient assaillir le bâtiment. Il y avait bien des gardes du syndicat, mais que pouvaient-ils bien faire face à une telle démonstration de force. Il y avait bien la mer, cela restait malgré tout la meilleure option de fuite. Elle suivait cet homme calmement en se laissant guider, elle observait autour d’elle tout de même si jamais il y avait un détail intéressant qui lui sautait aux yeux ou aux oreilles. Avec tous les mouvements, le fameux comptable, s’il existait vraiment, devait être garder dans une pièce allumée à l’étage. Elle était davantage une indépendante qu'autre chose, avec plus ou moins de liens avec certains groupes. Il ne restait plus qu'à voir ce que le destin leurs réservait, elle avait eu quelques missions avec le syndicat, donc elle n'avait sans doute pas de mauvais liens non plus malgré leur présence ici présent.
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Ven 10 Aoû - 23:16


C'est mort et ça ne le sait pas



Sapporo était en plein milieu d’un chaos mené par les forces de l’ordre. Une chose des plus ironique quand l’on y pense. Des hommes armés et portant l’uniforme des forces d’intervention policière parcouraient les rue en quête de criminels, ripoux et autres Punk qui hanteraient dans les rues. Mais quel était réellement leur objectif ? Et pourquoi lancer ce genre d’opération de grande envergure maintenant ?

Et alors que vous pensiez vous absenter de toute forme de questions, vous voilà en plein milieu d’une opération commando dans la villa de votre cible. Bien planqués que vous êtes, vous entendez cependant les échanges de coups de feu entre les gardes de l’homme et les forces de l’ordre. Diversion possible ? Peut-être, mais il allait alors falloir en profiter rapidement, le temps était compté.

Votre marche vous mena à une aile du bâtiment avec une vue vers l’extérieur. On pouvait voir des trainées de fumée dégager du sol, sans doute lieu de nombreux affrontements. Pas de flammes, cependant, ce qui montrait que ce n’était pas non plus l’anarchie. Les agents de la paix semblaient préférer une main ferme et impressionnante que violente et irréfléchi.
Cependant, vous sortant de votre observation brève, un bruit particulier vous vint aux oreilles : le son d’un hélicoptère à proximité. Et ainsi, sans que vous ne criez gare, le fracas des fenêtres ce fit entendre, et trois hommes lourdement équipés apparaissent, vous braquant avec leurs armes à feu et vous tenant en joue.

« - On ne bouge plus ! Ce périmètre est bouclé. A genoux et les mains sur la tête immédiatement ou nous ouvrons le feu ! »

Il est facile de deviner qu’aucun d’entre eux ne possède d’alter, ou du moins, n’est entrainé pour l’utiliser. Leurs réelles menaces se résume ainsi à leurs armes à feu et leur expérience au tir qui risque de faire mal si jamais vous tenter un simple faux mouvement…
Tadashi Ryo
Gérant du Syndicat
avatar
Surnom : Hitman
Profession : Gérant du Syndicat
Rang : A
Yens : 1250
Renommée : 175
Alignement : Esprit Libre
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Sam 11 Aoû - 21:21

La personne à ses côtés avait tout sauf l'air prête pour ce genre de situations, à être autant sous pression. Mais c'était compréhensible en vérité, personne n'était prêt pour ce genre de situations, à avoir une petite armée sur sa gueule n'était pas quelque chose qu'on pouvait apprécier. Il était même assez étonné qu'elle ne se soit pas cassée mentalement, car beaucoup de monde auraient tout simplement abandonner. Mais elle avait raison, essayer de le chercher des heures serait inutile. Et cet homme qui lui a "donné" la mission ? Il ne le connaissait pas, il ne lui devait rien. S'il ne trouvait rien, tant pis, ça ne l'intéressait guère. Ce n'était pas quelque chose qu'il devait se forcer à faire non plus. Il trouverait une autre façon pour attraper cet homme.

"-Hm, nous chercherons un peu, 30 .. Non, 20 minutes tout au plus. Si nous ne trouvons rien, nous partirons."


Il lui parlait calmement, car en vérité cet endroit était juste ennuyant pour lui. Mais peu importe, un hélicoptère puis un fracas. Des morceaux de vitre au sol et des hommes armés apparaissant. Des armes à feu étaient tout ce qu'ils lui présentaient. Un buffet des plus somptueux pour certain, mais vraiment lassant pour le jeune homme qu'était Ryo. D'une main, il poussait la femme derrière lui avec force. Ce serait dommage de perdre un appât aussi tôt dans la partie, il devait la garder en vie pour l'instant. Et il regardait calmement les hommes face à lui, restant droit dans ses bottes. De son point de vue, ils ne valaient rien de mieux que des enfants. C'est ça, des enfants qui s'amusent juste avec des gros jouets.

Il levait calmement les mains en l'air, lentement, comme s'il allait se rendre. Mais il ne lui suffisait que de poser son pied au sol légèrement et d'activer son alter, et il se retrouvait déjà en face des hommes, mais il n'était pas dans une position à être dans leur viseur, il ne ferait jamais ce genre d'erreur d'amateur. Mais en continuant dans cette vitesse, car il ne s'était pas stoppé directement, ses deux paumes volaient à une grande vitesse, une vitesse assez grande pour laisser derrière elles une image. Un coup chacun, pour un total de 3 coups de paume au total. Et les 3 auraient étaient envoyés par une grosse force dans la même direction : le mur intérieur. Le coup ne paraissait pas si puissant, et pourtant .. Surtout qu'ils n'étaient pas capable d'utiliser d'alter, ou peut-être pas très bien, sinon ils ne seraient pas devenus des .. "policiers" ou "militaires". Des abrutis du point de vue de Ryo.

Suite à ça, il restait calmement debout en regardant la femme du coin de l'oeil, gardant ses yeux rivés sur les hommes au cas où quelque chose d'imprévu se passe.

"-Une idée sur quoi faire pour la suite ? Si tu as un moyen de nous ramener direct au comptable, ça m'arrangerait même."


Il en profitait pour enlever la poussière de manière symbolique sur ses manches. Un acte empli de l'arrogance qui lui allait pourtant si bien.

Résumé:
 

________________



"Intelligence is the best weapon in this world. Allowing you to live with an advantage over everyone else."

"I stand, with both arms, folded, under my chest
'Cause I know, I won't stop, 'til I'm the last one left
Fighting 'til I'm dead, eating 'til I'm fed
Never gonna stop 'til I catch my breath
Fighting 'til I'm dead, I eat 'til I'm fed
And then I'll do it all again"
Hiroharu Mariko
Vilain
avatar
Surnom : Le cygne noir
Profession : Danseuse professionnelle
Rang : A
Yens : 120
Renommée : 175
Alignement : Esprit libre
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Lun 13 Aoû - 8:45


Mariko était loin de pouvoir réaliser l'ampleur des opérations menées par l'armée et autre force de police. Il était une évidence que pour en savoir autant et n'agit aujourd'hui, des appuis politiques venaient de réaliser que cela leur coûtaient davantage que cela ne leurs rapportaient. Peut-être il y avait-il un traître, mais quoi de plus normal dans une pareille organisation. Quoi qu'il n'arrive, les pions comme les super héros licenciés allaient être avancés et placés où il le fallait. Elle les plaignait davantage qu'elle ne les haïssait. En cherchant la liberté pour les alters, cela concernait également les super héros et tous les concitoyens du monde. Cependant, ils n'avaient guère le temps de réfléchir pour le coup, ils devaient essayer de trouver un type au milieu des tirs et des menaces. S'ils traînaient trop, il y avait de fortes chances que l'armée demande des renforts de super héros en apprenant que parmi les ennemis à abattre, il y avait des utilisateurs d'alters.



À la fenêtre se montra alors un hélicoptère avec plusieurs militaires armés les sommant de se rendre. Si elle n'avait aucun moyen de leur nuire, elle doutait que ce soit la même chose pour son acolyte. Trous militaires avaient fait leur apparition dans la maison, elle sourit alors largement en ne bougeant pas vraiment, peu encline à se prendre une balle pour si peu. Les pauvres militaires n'étaient que de jeunes gens à qui on avait lavés le cerveau par des exercices, des humiliations, et toutes sortes de choses pour leurs faire accepter le fait que tuer d'autres humains était une bonne chose. Ils étaient à ses yeux d'autres victimes du système, qui eux l'avaient choisi, mais est-ce que cela les excusaient vraiment davantage ? La rouquine était presque surprise en sentant que son partenaire cherchait à la protéger, cela ne semblait pourtant ne pas être le genre. Ryo frappa alors à grande vitesse les militaires, qui avaient décidément très mal choisi leur cible. Elle se pencha légèrement sur le côté avec un léger sourire en constatant que les militaires se trouvaient dans le mur intérieur de la maison.



« Ça y est ? C'est finit ? »



Demanda alors d'une innocence Mariko alors qu'elle rejoint les militaires pour leur prendre un fusil d'assaut, si jamais la situation était stable. C'était toujours ça qu'elle pourrait utiliser pour se défendre la prochaine fois. Elle prit les chargeurs des militaires provenant des autres armes et des poches de ses derniers. Elle vérifia que la sécurité n'était pas mise et qu'il y avait bien des balles dans le chargeur. Les armes étaient loin d'être une inconnue pour la danseuse, elle en utilisait dans les opérations de temps en temps et elle avait une bonne visée.



« Je dirais que vingt minutes ça peut être trop long vu la situation, je ne sais pas combien de temps les gardes vont tenir face aux militaires, mais si on va les aider, cela pourrait bien être un problème, car ils appelleront des renforts. Sinon le plus simple est de rapidement faire le tour de la maison pour trouver un garde et se faire passer pour deux membres du syndicat ici pour exfiltrer le VIP. Je ne peux pas trouver la personne, mais je peux nous faire gagner du temps ! »



Le cygne noir commença alors une danse entraînante rapide, ce qui donnait à elle-même et à son acolyte une vitesse impressionnante sur le coup. Cela n'allait pas révolutionné la situation, mais au moins leur déplacement était plus rapide. Il serait plus difficile de les suivre, de prévoir leurs mouvements et ils gagneraient du temps durant les déplacements.



Spoiler:
 


Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Jeu 16 Aoû - 12:49


C'est mort et ça ne le sait pas


Alors que vous discutiez tranquillement de la marche à suivre, une troisième voix se fit entendre, probablement pour apporter un nouveau élément de réponse :

« ÉQUIPE DELTA AU SOL ! Demande de renforts : 2 alters dans l’aile B1. Je répète, Delta au sol, renfort demandé !

Visiblement, vous aviez tous les deux surestimés les capacités de Ryo : particulièrement toi, Mariko, qui avait cru inconscient les soldats simplement sonnés. Tu avais peut-être pu leur subtiliser un fusil d'assaut mais ce n’etait certainement pas leurs seules armes.

Alors que vous vous retourniez d’un bond vers l’origine de la voix, les deux autres soldats vous braquaient avec leurs pistolets. Certes, la violence du coup les avaient placés dans une situation inconfortable, allongés contre le sol presque les uns sur les autres, mais ils restaient des professionnels. Et alors qu’ils protégeaient de leurs corps leur camarade avec la radio, ils ouvrirent le feu sur vous, chacun visant un opposant sans avoir besoin de se concerter.

HRP:
 
Tadashi Ryo
Gérant du Syndicat
avatar
Surnom : Hitman
Profession : Gérant du Syndicat
Rang : A
Yens : 1250
Renommée : 175
Alignement : Esprit Libre
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Jeu 16 Aoû - 21:04

Je n'avais marché qu'un court instant avant de me retourner juste ensuite en entendant un bruit, une voix. Je n'espérais pas avoir à me salir les mains aujourd'hui, j'espérais uniquement que tout se passe bien, ne pas avoir à me fatiguer sur de simples sbires. Si seulement ils étaient restés couchés au sol, tout se serait bien mieux passé à vrai dire. Je n'aurais pas à me fatiguer, et eux n'auraient pas eu à mourir .. Un sourire irrité, glacial, se dessinait sur mes lèvres avant de se refroidir comme sous une douche froide. Ils n'étaient pas seul, je ne pouvais pas me permettre de gâcher toute mon énergie sur le menu fretin. Ils avaient demandés des renforts, ils avaient demandés des renforts, donc un homme avec un alter allait sûrement rappliquer. C'était sûrement le pire du pire, car nous n'avions même pas encore trouvés l'homme de la mission. Mais ma vie était plus importante que chacune des vies présentes ici, et peu importe si c'était un "échec", je ne comptais pas ça comme un échec car je garderais ma vie sûre.

C'est pourquoi, à peine retourné je me replaçais légèrement en face de la femme une nouvelle fois. Elle avait une certaine utilité, pas en tant que combattante je l'avais instantanément compris, mais elle devait être un support utile. C'était pourquoi jusqu'à la fin de cette mission je devais la garder en vie. Je ne bougeais que rapidement mes bras, comme si j'allais attraper les balles, mais ça n'avait pas de réelles utilités. La seule utilité était l'illusion d'optique que j'avais touché les balles, car à peine étaient-elles proches de mon corps qu'elles fonçaient dans l'autre sens. J'étais certain que les balles qu'ils ont tirés se sont logés dans leur corps, ou les auraient au moins touchés. Peu de gens connaissent cette capacité, mais je n'avais pas le choix de l'utiliser. Plus la femme à mes côtés sera en pleine forme, et plus nos chances de survies augmenteront. J'avais cette certaine confiance pour quelqu'un qui était purement de classe "support".

"-Peu importe, il faut partir et ne pas rester collé au menu fretin trop longtemps."


Je me retournais instantanément pour courir, je n'utilisais pas mon alter, mais uniquement ma course normale. Si elle utilisait son alter comme auparavant, ce serait bien sûr parfait, mais je n'allais pas la commander, elle faisait ce qu'elle voulait. Personnellement, je cherchais une porte qui sortait du lot, une qui semblait mieux sécurisée ou .. "mieux" que les autres. Sûrement que l'homme que nous cherchions soit caché là. C'est pour ça que je comptais plus sur elle sur ce point.

"-Si nous ne le trouvons pas et qu'il y ait une certaine rencontre après ça, je partirais directement. Risquer ma vie pour ce genre de débilité n'est pas dans mon agenda du jour."


C'était sûrement quelque chose qu'elle comprendrait. Risquer sa vie idiotement n'était pas amusant. Du moins, pas pour moi. Surtout quand il n'y avait aucune idée de là où se trouvait l'homme que nous cherchions. Je n'avais pas envie d'y passer la journée, surtout que les gardes perdront très vite et que ces personnes rentreront vite. Et vu que nous avons étaient signalés comme possesseur d'alters, peut-être même qu'un héros viendrait. Une bonne perte d'énergie en somme. Pour l'instant, autant la garder. Mais à courir comme ça, nous n'irons jamais bien loin, c'est pourquoi je comptais sur ma chance à ce moment. En voyant une porte que je jugeais personnellement différente, je l'ouvrais directement. Peut-être que j'aurais de la chance, peut-être que non. Je laissais le destin à ce moment me dicter si j'avais eu raison.

Résumé:
 

________________



"Intelligence is the best weapon in this world. Allowing you to live with an advantage over everyone else."

"I stand, with both arms, folded, under my chest
'Cause I know, I won't stop, 'til I'm the last one left
Fighting 'til I'm dead, eating 'til I'm fed
Never gonna stop 'til I catch my breath
Fighting 'til I'm dead, I eat 'til I'm fed
And then I'll do it all again"
Hiroharu Mariko
Vilain
avatar
Surnom : Le cygne noir
Profession : Danseuse professionnelle
Rang : A
Yens : 120
Renommée : 175
Alignement : Esprit libre
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Ven 17 Aoû - 8:23


Mariko tiqua un peu en entendant l'appel à la radio, c'était tout à fait normal, mais cela voulait dire surtout que des héros allaient sans doute arriver. Le temps qu'ils allaient pouvoir rester ici devenait de plus en plus restreint. Elle soupira légèrement alliés qu'elle tenait le fusil d'assaut entre les mains, et les soldats les menacèrent avec des pistolets. Ils étaient vraiment sérieux ? La danseuse ne préférait pas tuer quand ce n'était pas nécessaire, elle n'était pas foncièrement méchante, juste révolutionnaire sur les bords. Cependant ces soldats avaient décidé de jouer leurs vies sur un coup de dé. Ils tirèrent au pistolet contre eux, et la jeune femme n'avait aucun moyen de se défendre.



Heureusement pour Mariko, son acolyte totalement inconnu lui sauva à nouveau la mise en se dressant face la menace, quel homme ! Les balles semblaient changer de direction pour percuter les soldats, mais elle n'était plus joueuse du tout.



« Je pense que nous avons extrêmement peu de temps avant l'arrivée de personnes plus problématique que ces gens là. Il va falloir rester moins de temps que prévu... »



Le type de personnes qui allait arriver en dirait long sur la nature réelle de cette opération. Si elle était officielle, ce serait sans doute un héros certifié, sinon, se serait les forces spéciales militaires. Pourquoi pas qu'ils aient leurs propres moyens d'entraînement pour les alters, ce ne serait pas étonnant du tout. Elle se tourna vers les militaires et tira une rafale de balles sur les militaires à terre afin d'être certaine de ne pas se faire attaquer une nouvelle fois. Elle visait pour tuer, pas de quartier maintenant.



« Je suis plutôt d'accord... L'affrontement est parfaitement inutile aujourd'hui. »



Commenta alors la rouquine entièrement d'accord avec son acolyte, il était inutile de risquer sa vie pour un comptable, mais s'ils ne l'avaient pas, autant que personne ne l'ai. Il était temps de partir maintenant, et elle recommença à danser afin d'améliorer la vitesse, plus question de perdre du temps. Elle espérait bien tomber sur quelqu'un dans cette maison qu'ils pourraient interroger, mais ils choisirent pour commencer d'ouvrir une porte, sait-on jamais !













Spoiler:
 

Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Dim 19 Aoû - 4:49


C'est mort et ça ne le sait pas


À peine avez-vous eu le temps d'expédier le cas des militaires qu'il fallait déjà vous hâter ! Il serait malchanceux de se retrouver entre les soldats et les gardes de votre cible, pris entre deux feux. Toujours en tête, c'était Ryo qui remarqua cette imposante porte en acier, faite pour résister à n'importe quel assaut, un véritable rempart… si elle n'était pas déjà ouverte. Visiblement, le dernier visiteur était pressé. Derrière elle se trouvait rien d'autre que le bureau de votre cible !

Les murs latéraux n'étaient constitués que de vitres, donnant une agréable vision sur la mer… ainsi que sur l’embarcadère, maintenant totalement contrôlée par les soldats. Et ce n'est pas le patrouilleur des douanes qui vous donnera l'envie de prendre un bain de minuit ! Cette sortie-la étant clairement compromise, votre comptable avait certainement du prendre un autre itinéraire. Et au vu de la sécurité de la villa, il devait avoir plusieurs plans de secours sous le coude. Le reste de la pièce était dominé par un gigantesque bureau, totalement en vrac, derrière lequel se trouvait une bibliothèque forte impressionnante. Les livres tombés au sol démontraient l'agitation du dernier visiteur ... Ou alors, les forces de l'ordres avaient commencé à utiliser des explosifs à votre insu !

Assurément, cette pièce devait renfermer quelques secrets peu recommandables, voire exploitables, mais la situation ne se prêtait pas vraiment à la fouille. Avec votre ami à la radio toujours en vie, grâce aux sacrifices de ces deux camarades, nul doute que d'autres équipes d'intervention se dirigeaient vers vous. Et alors que vous envisagiez cette possibilité, de nouveaux coups de feu se firent entendre, opposant toujours les gardiens de la paix aux gardes de cette demeure. Il était compliqué pour un groupe armé de se faufiler dans la baraque sans devoir se battre. Cela allait assurément vous donner un peu de temps et de répit. Mais ce n'était pas en restant ici que vous connaîtrez les vainqueurs de cette guérilla… si la situation n’évoluait tout simplement pas en une guerre de positions meurtrière, qui compromettrait sérieusement votre fuite !
Tadashi Ryo
Gérant du Syndicat
avatar
Surnom : Hitman
Profession : Gérant du Syndicat
Rang : A
Yens : 1250
Renommée : 175
Alignement : Esprit Libre
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Mar 21 Aoû - 13:53

Quelle chance dis-donc ! Je me demandais même si mon deuxième alter était la chance, vu qu'en ouvrant une porte au hasard, je tombais directement sur le bureau de la cible que nous cherchons. Et cette pièce semblait même complètement recouverte d'indice partout sur là où il aurait pu aller. Enfin, en tout cas, ça prouve que même en faisant parti du Syndicat en étant un comptable, ça ne voulait pas dire pour autant que vous étiez quelqu'un d'intelligent, bien au contraire même .. C'était même assez drôle de voir à quel point il a réussi à "détruire" son bureau sous la pression. Vraiment, les pantins du Syndicat c'est plus ce que c'était, peut-être que je devrais directement le tuer après avoir récupéré les infos dont j'avais besoin, parce qu'un pantin aussi inutile c'était pas souvent qu'on pouvait voir ça mais .. mieux valait les exterminer vite parce que c'était le genre d'abrutis qui pouvaient facilement compromettre tous les plans que vous avez.

"-Il y a sûrement une sorte de passage secret. Comme dans les films. ça ne m'étonnerait même pas."


Je restais calme, car après tout il n'y avait pas de raison de paniquer pour l'instant. Pour l'instant, du moins. Je m'avançais à grand pas en direction du bureau. Lui aussi était en vrac, tout comme la bibliothèque. Mais je le fouillais calmement, j'aurais encore assez de temps après l'avoir fouillé pour que le temps que les forces armées n'aient pas le temps de venir nous déranger, mais bon. Je relevais calmement la tête vers la femme présente à mes côtés, lui parlant courtement pour ensuite recommencer à fouiller rapidement le bureau, en ouvrant chaque tiroir, regardant en dessous du bureau pour quelque chose de caché. En gros, la totale quoi.

"-N'hésite pas à prendre une chaise pour bloquer la porte avec, ça nous fera gagner quelques minutes maximum, mais ça ne sera pas de refus."


Certes, elle devait savoir ce qu'elle faisait, mais je préférais l'orienter. Puis si elle m'aidait, je ne dirais pas non, surtout si c'est pour fouiller. Je n'étais pas idiot au point d'être arrogant dans ce genre de moment à penser que j'étais le meilleur dans absolument tout. Par exemple, pour trouver certains indices, je n'étais pas forcément le meilleur, car mes cellules grises étaient occupées à faire autre chose. Je m'avançais ensuite en direction de la bibliothèque avec un bon nombre de livres éparpillés au sol. J'analysais rapidement l'état de la bibliothèque avant de toucher à tous les livres encore sur l'étagère, un à un. En temps normal, c'est comme ça que la bibliothèque est activée dans les films; en touchant un certain livre qui activerait un mécanisme caché qui bougerait la bibliothèque pour nous montrer ce qui était cac-... Ouais, non, je n'avais pas le temps à m'emmerder à faire ça. Je sautais calmement sur place, levant ma jambe droite bien haute pour poser mon talon sur le haut de la bibliothèque et d'un coup .. Bam ! L'abaisser à une grande vitesse et force -évidemment, j'avais ici utilisé mon alter, mais peu importe-. De quoi exploser entièrement la bibliothèque et montrer peu importe ce qu'il pouvait s'y cacher derrière.

Résumé:
 

________________



"Intelligence is the best weapon in this world. Allowing you to live with an advantage over everyone else."

"I stand, with both arms, folded, under my chest
'Cause I know, I won't stop, 'til I'm the last one left
Fighting 'til I'm dead, eating 'til I'm fed
Never gonna stop 'til I catch my breath
Fighting 'til I'm dead, I eat 'til I'm fed
And then I'll do it all again"
Hiroharu Mariko
Vilain
avatar
Surnom : Le cygne noir
Profession : Danseuse professionnelle
Rang : A
Yens : 120
Renommée : 175
Alignement : Esprit libre
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Mer 22 Aoû - 8:27

Il était une évidence que cette porte en acier n'était pas ici pour rien, mais pourquoi être ouverte ? De toute manière, face aux forces de l'ordre, ce n'était pas ce genre de protection qui allait changer quoi que ce soit, il fallait une autre porte de sortie. Il y en avait nécessairement une, sinon cela ne servirait pas à grand chose comme pièce sécurisée. Un grand bureau, une grande baie vitrée, qui devait être d'ailleurs le point faible de cette pièce, car avoir une porte blindée et de telles fenêtres s'était tout de même assez stupide. Sortir du périmètre semblait être difficile et plus le temps passerait, plus cela le sera quand les autorités resseront leur emprise. Par contre, la bibliothèque avec plein de livres, cela faisait assez cliché, mais c'était tout à fait possible que ce soit le passage secret qu'ils recherchaient. Est-ce qu'un des livres ouvrait le passage ? Une statue ou un quelconque bouton caché ? Visiblement, le comptable avait filé à une grande vitesse, c'était certain. Déjà, elle ferma la porte blindé, peut-être même qu'il y avait la clé quelque part, ce qui serait une chance et leur donnerait assez de temps pour regarder dans cette pièce. Au pire, elle utiliserait une chaise comme le proposait son collègue afin de gagner un peu de temps. Elle hocha la tête à son acolyte, elle pensait la même chose, et elle jeta livre après livre dans la même zone la plus dégarni dans l'espoir de réussir à ouvrir le passage. Ce n'était pas une bonne idée de tout faire péter même s'ils en avaient la possibilité, car cela risquerait de nuire à leur chance de survie. Elle fouillait les cachettes possibles cherchant un mécanisme, un bouton ou n'importe quoi. On pouvait supposer que le comptable l'avait cherché en panique, c'était sa théorie. Cependant, le deuxième prénom de Ryo devait être subtilité, car elle tenta avec son pouvoir d'exploser la bibliothèque. Elle leva les bras partiellement pour montrer son incompréhension. Maintenant qu'il était partie, plus possible de le stopper, alors elle chercha ailleurs juste au cas où s'il pouvait y avoir un indice ou quoi que ce soit d'autre.






Spoiler:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Sam 25 Aoû - 12:09


C’est mort et ça ne le sais pas


Certain de ta chance, Ryo, tu déchantais très vite devant le contenu du bureau : des lettres, des comptes ou des rapport. Il y en avait peut-être des codés là-dedans, mais tu n’avais pas le temps de les déchiffrer ou de les embarquer. Te tournant vers la bibliothèque, tu optais très rapidement pour la méthode forte. Et en fracassant la bibliothèque, tu soulevas un nuage de poussière impressionnant, qui t’arracha une quinte de toux. Mais tu avais cependant vu juste, il y avait bien quelque chose de planqué derrière !

Il s’agissait d’une cache en acier toute simple. Le cœur battant, intrigué, tu l’ouvris ... et ne trouva rien d’autre qu’une lettre.

  «Alors comme ça, on se croit dans un film ? Il va falloir revenir à la réalité si vous voulez m’avoir, Monsieur/Madame ! En revanche, vous me rembourserez ma bibliothèque, immonde sauvageon !»

Ce message générique de votre cible démontrait un sens de l’humour acéré, mais qui semblait difficile à apprécier dans votre situation.

Mariko eut plus de chance de son côté. Après avoir soigneusement bloqué la porte avec une des chaises qui traînait là, tu commenças à fouiller parmi les livres. La pièce étant remarquablement bien isolée, tu te rendis compte que le bruit des combats te semblait bien plus lointain. Ou leurs intensités s’étaient bien calmées. Mais ce qui capta ton attention, ce fut « Les Misérables » de Victor Hugo, en version française, ou plutôt l’absence de pages à l’intérieur ! Il s’agissait en réalité d’une planque, déjà vidée bien sûr, mais qui semblait avoir cachée une clé. C’était ça qu’était venu chercher précipitamment votre cible. Il y avait donc bel et bien un passage secret, mais probablement pas ici. Avant d’annoncer ta découverte à ton partenaire, la porte explosa.

Ou pour être plus précis, les murs autour de la porte explosèrent. La porte, libérée de ses gonds, tomba brutalement contre le sol. Suivit une volée de grenades flashs au milieu de la pièce. Profitant de la confusion et de votre probable aveuglement, l’équipe Bravo pénétra dans le bureau. Coordonnée à distance par le leader de l’équipe Delta, elle avait été choisie pour s’occuper de votre cas, au vu de son équipement. Le premier membre à sortir de la fumée dégagée des explosions fut un colosse, lourdement blindé et équipé d’un bouclier anti-émeute, qui chargea Ryo en contournant le bureau. Les deux autres soldats étaient équipés de fusils à pompes, probablement pour mieux gérer l’alter de Ryo. Cependant, leurs lignes de tir étaient obstruées : c’est donc sur Mariko qu’ils braquèrent leurs armes, avant de presser la détente sans aucune hésitation.

HRP:
 
Tadashi Ryo
Gérant du Syndicat
avatar
Surnom : Hitman
Profession : Gérant du Syndicat
Rang : A
Yens : 1250
Renommée : 175
Alignement : Esprit Libre
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Mer 29 Aoû - 20:20

Un sourire tellement tordu venait se trouver à mes lèvres en lisant la lettre que j'ai trouvé. L'intention meurtrière que j'avais à son égard devenait presque palpable à ce moment, comme si j'avais réellement envie de le détruire en un millier de morceaux. Mes yeux avait cette lumière glaçante à l'intérieur, il osait se moquer de moi, même s'il n'avait pas vraiment voulu ça au départ je pense. Il était dans la Death List d'Hitman. Il n'aurait vraiment pas dû faire ça, cet abruti. Je brûlais presque de rage à l'intérieur, mais je savais que nous étions encore sur un champ de bataille, et mon sang se refroidissait instantanément, calmant le feu de rage qui brûlait à l'intérieur de mon coeur. Et j'avais bien raison de me calmer, car à ce même instant j'entendais un bruit, suivi de la porte qui tombait net et avec force, suivi de deux grenades au milieu de la salle. Je n'avais pas le temps de réagir à ce moment, je n'aurais pu au mieux que me défendre mais pas la femme qui est avec moi. Heureusement, ce n'était pas le type de grenade que je pensais, uniquement des flash .. Je plissais les yeux, protégeant mon visage avec mes bras, mais je ne pouvais pas non plus y échapper ..

Je ne voyais pas très clair à cause de la lumière soudaine, mais je voyais des ombres, mais pas ce qu'ils portaient. Mais une ombre me courait dessus à grande vitesse, il me chargeait .. Et j'aurais sûrement était incapable d'esquiver à ce moment. Heureusement que je gardais ma tête froide peu importe ce qu'il se passait. C'est pour ça qu'en entrant dans la salle j'avais déjà un plan au cas où. Bon, on ne pouvait pas appeler ça un plan vu que n'importe qui pouvait arriver à cette conclusion s'ils avaient assez de force. J'appuyais fortement sur mon pied déjà au sol, et la pression était assez pour détruire tout le sol. Il ne se serait rien passé en temps normal ... Si la salle où nous étions n'était pas dans le vide. Le sol se brisait et tomber comme des miettes pour s'écraser. Autant dire que cette soudaine action avait clairement déstabilisé les trois autres personnes arrivés dans la salle. Malheureusement, celui qui me chargeait n'a pas pu m'entendre, et bien que j'entendais un bruit d'arme à feu, ce qui me faisait paniquer un instant jusqu'à ce que ma vision s'éclaircisse pour que je vois qu'ils ont tirés au dessus de la femme. Puis mettant mes jambes bien droite, comme si je me propulsais sur l'air même, je m'envolais pour récupérer la femme et rentrer le plus rapidement dans la pièce à côté, afin que l'hélicoptère n'ait pas le temps de nous voir ou de nous tirer dessus. Heureusement pour moi, je n'avais besoin de voler que sur quelques mètres vu la salle.

Nous étions enfin à terre, juste devant la porte de la salle détruire, mais au couvert du mur pour ne pas nous faire tirer dessus depuis l'extérieur. Je la regardais directement dans les yeux, étant certain que l'homme n'a pas pu s'enfuir surtout en analysant la disposition du bâtiment. J'en étais maintenant certain, il était au sous-sol, c'était obligé. C'est pour ça que j'ouvrais ma bouche, et malgré une phrase rapide, ne paniquait pas.

"-Je suis certain qu'il est au sous-sol maintenant. Mais je vais faire comme tu veux à partir de maintenant, tu peux me demander quoi faire pour toi, mais ouvre le chemin."


Pour ce qui était du reste, peu importe ce qu'elle ferait, aller au sous-sol ou quoique ce soit .. Il le ferait pour elle. Après tout, il devait se concentrer sur les personnes qui pourraient arriver, il ne pouvait pas se concentrer sur le chemin à faire.

Résumé:
 

________________



"Intelligence is the best weapon in this world. Allowing you to live with an advantage over everyone else."

"I stand, with both arms, folded, under my chest
'Cause I know, I won't stop, 'til I'm the last one left
Fighting 'til I'm dead, eating 'til I'm fed
Never gonna stop 'til I catch my breath
Fighting 'til I'm dead, I eat 'til I'm fed
And then I'll do it all again"
Hiroharu Mariko
Vilain
avatar
Surnom : Le cygne noir
Profession : Danseuse professionnelle
Rang : A
Yens : 120
Renommée : 175
Alignement : Esprit libre
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Jeu 30 Aoû - 8:40

La violence de la situation la surprise, car son partenaire détruisit la bibliothèque, mais justement, ce n'était pas une bonne idée, car les soldats pourraient ainsi suivre la piste. Mariko soupira légèrement en regardant impuissante le geste malheureux, ce qui le fit tousser. Elle se gratta la joue en secouant la tête alors qu'elle avait encore des livres en main. Le cygne noir les posa sur le bureau avec délicatesse par principe malgré la situation. Cependant, la découverte fut de courte durée en terme de joie, car il n'y avait qu'une lettre totalement inutile. Comment pouvait-on dépenser autant d'argent pour une blague pour un comptable ?



Mariko découvrit alors une cachette vide, une clé sans doute, certes, le passage devait être ailleurs, enfin, cela pouvait être n'importe où au final. Il y avait fort à parier qu'il n'avait pas oublié de fermer derrière lui, et en plein milieu d'un combat comme celui là, difficile de pouvoir fouiller la maison comme il le fallait. La sortie de ce passage devait mener à un endroit éloigné de la demeure, cela n'était pas un espoir non plus. La jeune femme fut totalement surprise en se rendant compte que les soldats venaient de faire exploser le mur blindé autour de la porte pour la faire tomber. La charge devait être vraiment énorme. Des grenades furent lancer immédiatement après, ils n'avaient vraiment aucune chance. Complètement aveuglée et entendant une sorte de bip continue, la danseuse avait vraiment aucune chance de se défendre avec son arme volée. Tout allait beaucoup trop vite, elle était bien incapable de savoir ce qu'il se passait exactement en face de sa propre personne. Elle était totalement incapable de se défendre et si jamais les tirs touchaient, ce serait de plein fouet. Elle poussa un cri en sentant le sol s'effondrer sous ses pieds, en étant aveugle. Son cœur battait à tout rompre, mais elle sentit que l'on la portait ailleurs.



Totalement perdue, aveugle, Mariko espérait ne pas avoir été touchée par les tirs d'armes à feu. Pas trop le temps de s'en inquiéter, ils devaient rapidement réagir.



« À ce rythme là, on risque de ne pas finir la soirée en vie ou libre. Il serait plus sage de partir rapidement. Il faut achever les soldats qui doivent être tomber, cependant, je ne vois rien du tout. Il peut très bien avoir fait construire un tunnel débouchant loin de la maison, mais l'entrée doit être au sous-sol en effet. Vu les ennemis présent, il nous sera impossible d'aller au sous-sol sans affronter une armée, le plus simple est de faire un trou jusqu'en bas, mais alors on sera piéger. Aucune retraite possible. »

Mariko avait toujours son arme, mais bien incapable de s'en servir encore, étourdi par les grenades, elle était bien incapable de s’orienter pour le moment.







Spoiler:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas || Lun 3 Sep - 1:07


C’est mort et ça ne le sais pas


La situation était passée de critique à confuse en l'espace de quelques secondes. Sauf pour toi, Ryo, en tes qualités d'organisateur de ce joyeux bordel. Actuellement plaqués contre un mur, à côté de l'emplacement laissé par les explosifs des militaires, vous pouviez enfin souffler un peu, et vous examiner. Par chance, aucune balle perdue ne vous avez atteint et l'effet des grenades commençait lentement à s'estomper. Il vous faudrait encore quelques minutes pour être au top de votre forme, mais c'était largement suffisant pour continuer à avancer. Et alors que vous discutiez de la marche à suivre, de nouveaux tirs se firent entendre. Ils étaient différents de ceux qui résonnaient dans le reste de la propriété, qui causaient un vacarme constant et auquel vous vous étiez surprenamment bien habitués, au point de ne pas y faire attention. Deux différences majeures vous sautèrent aux oreilles. Tout d'abord, il n'y avait pas eu « d'échange » de tirs à proprement parler. Quelques tirs à peine, presque une exécution. Ensuite, c'était proche, très proche : cela venait d'en bas, là où vous étiez tombés quelques instants plus tôt.

Passant la tête pour satisfaire votre curiosité dévorante ou votre méfiance naturelle, vous pouviez voir 4 hommes du Syndicat venu abattre les soldats sonnés ou blessés suite à votre altercation. Même si le tour de force de Ryo avait assurément attiré l'attention, ils avaient réagi trop rapidement pour que ce soit une simple coïncidence. Vos doutes se confirmèrent quand vous aperçurent des pains de C4 dans les mains d'un de ses gardes. Cela ne faisait pas partie de l'équipement standard, et ce petit groupe ressemblait plus à un détachement avec une mission précise plutôt qu'à une banale patrouille. Cependant, le chef de cette équipe vous remarqua. Après tout, il est bien naturel de lever les yeux quand un étage s'effondre, et vous n'étiez pas des plus discrets avec l'ouverture énorme à coté de vous, seul témoin de l'emplacement d'une porte il y a encore quelques minutes.

« Eh vous là ! Les mains en … Oh pardon, Hitman. Je ne vous avais pas reconnu. Faut dire que je ne savais pas qu'on vous avait envoyé en renfort pour ...  euh ...»

Lançant un regard à ses hommes, il leur aboya quelques ordres pour qu'ils forment un périmètre de sécurité. C'était bien évidemment une manœuvre pour les éloigner de la conversation, pas très subtile, mais au moins efficace. Couvrant la distance qui vous séparait, il escalada rapidement quelques gravats pour se placer juste en dessous de vous. Profitant de votre position pour mieux le détailler, vous pouviez observez un petit homme trapu, avec le regard nerveux et les manières rudes. S'il te connaissait, Ryo, ce n'était pas ton cas. Il poursuivit la conversation sur un ton plus bas, vous forçant à tendre l'oreille pour bien entendre.

« Je savais pas qu'on vous avait envoyé en renfort, vous et la mam'zelle. C'est bien, c'est bien. Je vous que vous êtes venus détruire la planque. C'est bien, c'est bien. Ça nous épargne le boulot. Bon, je vais pas tourner autour du pot. C'est la merde. Pas pour le contrôle de la baraque, on sait bien qu'on pourra pas s'échapper. Trop de flics, trop de préparations. Enfin, les gars importants le savent. Faudrait pas que les péquenauds l'apprennent, hein ? Non, le vrai problème, c'est que l'entrée de la porte de secours est disputée. Le boss a pu passer, mais faudrait pas que les flics prennent le contrôle. Qui sait, vu comment le ciel nous chie à la gueule, ils seraient bien capables de l'ouvrir. Du coup, si vous avez pas d'autres ordres, faudrait me suivre. Ça serait bien, très bien même. On leur fout une raclée et on laisse les troufions lancer l'offensive sur d'autres fronts pour brouiller les pistes. Puis on se casse. Z’en êtes ? »
Contenu sponsorisé
Re: 5.6. C'est mort et ça ne le sait pas ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» C'est mort et ça ne le sait pas
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Événements en cours :: Chapitre 1 : déclarations de guerre :: Opération nettoyage-
Sauter vers:
spider