1.8. Évacuation interrompue
header

Partagez|

1.8. Évacuation interrompue

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Maître du Jeu
PNJ
avatar
Yens : 1039
1.8. Évacuation interrompue || Dim 5 Aoû - 13:52


1.8. Évacuation interrompue


Introduction

La double explosion n'avait laissé personne indifférent à Yuei et ce peu importait où ils étaient. Plusieurs élèves de dernière année s'étaient lancés vers l'origine du bruit, quant aux autres ils attendaient pour la plupart inquiets, impatients, ne sachant que faire. Les professeurs commençaient l'évacuation mais celle-ci risquait de prendre du temps ... Et déjà les premiers ennemis apparaissaient aux portes de la cour.

De grandes créatures difformes qui se trainaient lentement et qui semblaient être composées d'une matière terreuse, probablement de l'argile. Plusieurs professeurs héros ou anciens héros s'arrêtèrent immédiatement dans leurs tâches pour se lancer dans la bataille, déléguant à des élèves l'évacuation de leurs camarades.

Mais il leur faudrait sans aucun doute de l'aide pour que l'évacuation puisse continuer sans interruption.

Explications

Vous devez faire en sorte de réussir votre objectif, en prenant en compte tous les éléments du contexte et des posts RP du narrateur qui vous placeront face à des choix et des situations à résoudre.

Ce groupe permet de gagner « trois points » en résolvant trois situations distinctes : 0/3 signifie que votre mission est un échec total, 1/3 une défaite, 2/3 une semi-réussite et 3/3 une réussite totale. Ces points détermineront votre réussite inRP et seront évidemment pris en compte au niveau du contexte.


Consignes

Les groupes doivent suivre les règles ci-dessous :
  • Respectez l'ordre des participants sauf accord d'un administrateur.
  • Seule l'utilisation de techniques validées dans votre FT est autorisée. De même pour les équipements et objets héroïques.
  • L'utilisation de techniques est autorisée dès le premier tour.
  • Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible), sans oublier votre état physique à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide pour faciliter le suivi pour votre narrateur et vos compagnons de RP.
  • Vous avez un délai de 48h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, le tour passera automatiquement au prochain participant et vous risquerez d'être exclu du groupe.
  • Lorsque vous avez une absence programmée de plus de 48h :
    - Informez le staff le plus rapidement possible.
    - Quittez la zone ou rendez votre personnage dans l'impossibilité d'interagir avant votre absence.
    - Le groupe continuera ainsi son avancement sans vous.
    - Lors de votre retour, informez le staff qui regardera alors avec vous s'il est possible ou non, de réintégrer le groupe.


Ordre des participants



Liens utiles



Have fun ♫
Le Staff


Shizuka Ban
Étudiant de Yuei
avatar
Profession : Élève 1ère année - Filière Générale
Rang : C
Yens : 375
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Dim 5 Aoû - 19:57






Evacuation interrompuefeat Samui Kenta



La pause déjeuner était sur le point de se terminer et Ban se sépara de son meilleur ami, chacun retournant dans leur classe respective. La sonnerie retentissait l’heure de reprendre les cours de l’après-midi. Les mains dans les poches, le garçon montait dans les étages rejoindre ses camarades de classe. Comme à son habitude, il gardait un visage impassible et dénué d’expression. Tous entraient dans les salles et les enseignants commençaient à peine leur cours. Le jeune homme écoutait et écrivait sur son cahier, notant les informations importantes. Il s’amusait avec son stylo, le tournant entre ses doigts et zieutait de temps à autres à l’extérieur, admirant le peu de paysage qu’il pouvait contempler. Cela devait être une journée comme une autre, sans aucune incidence, tout ce qui a de plus banal. Quand soudain une première explosion retentit au sein même de l’établissement, suivit d’une seconde tout aussi dévastatrice et assourdissante que la précédente. Tout le monde se levait, se précipitant à l’extérieur de la pièce. Lorsque l’adolescent franchit à son tour le seuil, il n’en revint pas du chaos que cela avait engendré.

C’était la panique totale, les élèves courraient dans tous les sens, hurlant de peur pour sortir du bâtiment. Certains s’étaient précipités pour savoir ce qu’il se passait, allant directement confronter la menace. Tandis que d’autres aidaient à faire évacuer sans encombres ceux qui n’étaient pas en mesure d’intervenir. Tous les héros expérimentés étaient allés sur place, n’attendant pas une seconde de plus pour passer à l’action. Le dénommé Shizuka garda son calme, un professeur lui avait demandé de faire sortir les lycéens. Il regarda au travers d’une des vitres du couloir et aperçu dans la cour des créatures étranges qui se déplaçaient vers eux. On aurait dit quelque chose de semblable à de la terre, mais plutôt argileux. Il ne saurait confirmer, n’étant pas suffisamment proche pour bien décrire ces trucs difformes et répugnants. Dans la situation actuelle, il fallait mettre en sécurité les gens et rapidement, mais pas de façon désordonnée. Il inspira et s’exprima haut et fort à l’adresse de tous les autres, espérant qu’ils soient suffisamment intelligents pour obéir aux instructions qu’il indiquerait. Vu l’état d’urgence, c’était mieux pour eux.

- "Calmez-vous et écoutez ce que je dis ! Prenez cette sortie calmement et sans courir au risque de faire trébucher les autres et les blesser inutilement ! N’utilisez pas les ascenseurs ! S’il y a une panne, vous serez bloqués ! Evitez tout combat si vous n’en avez pas la capacité, c’est clair ?!"

Il fallait faire vite et bien. Chaque minute et chaque seconde étaient précieuses dans une telle situation. Le noiraud montrait le passage en faisant des gestes aux personnes présentes. D'autres élèves comme lui prenaient le relais plus loin dans les autres étages de l'établissement. C'était impératif de les éloigner le plus possible de la menace et les protéger au maximum. Ban se demandait bien ce qu'il se passait et qui pouvait faire une telle chose ? Etait-ce la seule attaque ou est-ce qu'il y en avait d'autres ailleurs ? Il espérait que ce problème allait se résoudre rapidement et sans encombre. Il eut une pensée pour Hiroshi qui se trouvait quelque part dans ces lieux. Allait-il se battre avec les autres ou allait-il rester en retrait ? La seconde option serait la plus judicieuse, vu qu'il ne maîtrisait pas son alter complètement. D'ailleurs, le noiraud allait sans doute en faire tout autant. N'ayant que les arts martiaux comme moyen d'attaque ou de défense, il ne ferait pas grand-chose contre ces montres dehors. Il risquait surtout de se mettre en danger. Le mieux, c'était d'observer et d'agir en conséquence au moment voulu.




©️️ Jawilsia sur Never Utopia


________________





Theme Ban:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Jeu 9 Aoû - 8:22


Évacuation interrompue



L'avantage d'étre à Yuei, c'est qu'il y a u moins une partie des élèves qu'on tente de former à réagir aux situations de crise. Il y en a même une partie pour qui les cours ont fonctionné, et qui arrivent à garder la tête froide le temps de mettre en application les consignes d'évacuation.
Et puis, il y a aussi des profs, des profs qui, héros ou pas, alter ou pas, n'ont pas été recrutés uniquement pour leur allure.

-Ban !

Ton prof, au bout du couloir, en train de tenter de compter les élèves qui filent devant lui pour se ruer vers l'escalier, et qui a bien noté qu'alter ou pas, tu faisais clairement parti de élèves qu'il peut utiliser comme auxiliaire de confiance.

-J'ai besoin que tu fasses le tour des classes de cette étage ! Il faut s'assurer qu'il n'y a plus personne dans les salles au cas ou le prochain tir viserait ce bâtiment.

Pas des explosions. Des tirs ? Alors plus aucun doute possible, c'est bien une attaque.

-Fais vite ! Je compte sur toi !

Probable que dans l'esprit du prof, ce boulot soit à double usage. Non seulement il est important, mais en plus il lui assure qu'un jeune homme sans alter n'ira pas se promener tout de suite dehors ou il sera forcément bien plus en danger que les apprentis héros.
On ne le dira jamais assez, tout le monde peut se tromper.

Et quand après avoir couru au bout du couloir, tu ouvres la porte de la salle la plus éloignée de l'escalier, tu tombes sur un spectacle plutôt déplaisant. Dans la salle de classe jonchée de bureau renversés par le départ en panique, une jeune étudiante de ton age est lentement repoussée vers le mur opposée à la porte par une sorte d'araignée. Ou plutôt bien pire, c'est comme si on avait voulu fabriquer une araignée en assemblant des bouts d’êtres humains, essentiellement des bras, un corps et une tête. Vu la fenêtre ouverte il est facile de comprendre comment il est arrivé ici avant les autres...

La jeune fille a visiblement le poignet cassé. Et ses tentatives pour jeter sur le monstre tout ce qui lui tombe sous la main ne vont pas le tenir longtemps à distance.

-Aide moi je t'en supplie !


HRP:
 
Shizuka Ban
Étudiant de Yuei
avatar
Profession : Élève 1ère année - Filière Générale
Rang : C
Yens : 375
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Jeu 9 Aoû - 18:02






Evacuation interrompuefeat Samui Kenta



Jamais Ban n’avait été dans une telle situation jusqu’à aujourd’hui. Même s’il avait appris ce qu’il fallait faire quand il était au collège, il ne s’agissait que d’exercices à l’époque. Il était temps de mettre en application tout ce qu’il savait. C’était pour cette raison qu’il avait décidé de prendre les choses en main pour calmer les autres élèves qui étaient en panique. Eviter le plus possible que cela ne se complique un peu plus encore. L’adolescent vérifiait bien que ses camarades de classe et tous les autres prennent les escaliers sans courir en gardant leur calme malgré que tout ce foutoir. Pour l’instant, tout se passait en encombres. Rien d’inhabituel n’était à signaler. Un professeur interpella le noiraud qui se retourna aussitôt. Il le regarda et l’écouta attentivement lui donner ses consignes. Sa mission était de fouiller toutes les classes de l’étage afin de s’assurer que plus personne ne se trouvait ici. L’enseignant mentionna des tirs. Des tirs ? Ce n’était pas des explosions tout à l’heure ? Il devait donc y avoir autre chose en plus. L’adulte comptait sur son aide précieuse et le dénommé Shizuka le savait pertinemment.

Le lycéen se précipita vers le fond du couloir et commença donc à ouvrir les portes des classes. Il n'eut pas besoin d'aller bien plus loin. En effet, en entrant dans la première pièce, il se stoppa net et fut stupéfait pas la scène qu'il voyait en ce moment même. Une créature ayant une forme arachnoïde était en train de s'en prendre à une jeune fille qui essayait de se défendre en jetant des objets qu'elle avait à sa portée. Mais... Le monstre avait des membres d'être humain. Un corps composé d'une tête et de plusieurs bras. Un spectacle digne des plus grands jeux vidéos d'horreur les plus ignoble qui soient. Cette chose était apparemment passée par la fenêtre qui était ouverte. Etait-ce la seule dans les murs de l'établissement ou est-ce qu'il y en avait d'autres ? Pour l'instant, ce n'était pas la question qu'il fallait se poser. Cette demoiselle avait besoin d'aide et vite ! Elle semblait également blessée, son poignet devait être sans doute cassé. De ce fait, elle ne pouvait pas faire grand-chose en cas de combats. D’ailleurs, l’adolescente avait remarqué l’apparition du garçon et lui supplia de la secourir.

Sans attendre et pour garder un minimum d’effet de surprise, Ban attrapa une chaise renversée qui était la plus proche de lui. Il la leva au-dessus de sa tête avant de l’asséner de toutes ses forces sur la créature. Cette dernière était face à la fille, donc de dos par rapport au jeune homme. Techniquement, elle n’a pas pu le voir. Avec un coup pareil, il espérait que cette chose soit étourdie quelques secondes afin que la demoiselle puisse s’enfuir aussi vite que possible, ainsi que d’attirer son attention sur lui. Si effectivement c’était le cas, il prit soin de s’adresser haut et fort à la lycéenne, espérant qu’elle l’entende et qu’elle fasse passer le message. Le noiraud à toujours entre ses mains la chaise pour s’en servir non seulement pour attaquer, mais également pour se défendre au cas où si l’araignée venait à riposter.

- "Sors d’ici, vite ! Préviens les secours pour qu’ils viennent m’aider à neutraliser cette chose !"




©️️ Jawilsia sur Never Utopia





HRP:
 

________________





Theme Ban:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Ven 10 Aoû - 9:29


Évacuation interrompue



Le monstre ne te prête aucune attention jusqu'a ce que tu lui colles un violent coup de chaise par derrière. Et la, il se produit quelque chose de bizarre. Alors que tu t'attendais a un choc plutôt violent sur un corps relativement dur, il s’avère en fait que le monstre a l'air plutôt mou. et que les pieds de la chaise lui rentrent profondément dans la chair. Chair qui semble d'ailleurs complétement uniforme aussi bien en surface qu'en profondeur.

Tu as un mouvement de recul très humain et la chaise s'arrache de son dos comme si tu l'avais enfoncé dans une sorte de pâte moyennement spongieuse... Et évidemment, le monstre se tourne vers toi, et ile ne semble pas particulièrement affecté par ton attaque.

Cela dit ton but principal est atteint, profitant de la diversion que tu lui offres, l'étudiante se glisse sur le coté du monstre, passe derrière toi et file vers la porte.

-Tiens bon, je vais chercher de l'aide !
Shizuka Ban
Étudiant de Yuei
avatar
Profession : Élève 1ère année - Filière Générale
Rang : C
Yens : 375
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Ven 10 Aoû - 15:58






Evacuation interrompuefeat Samui Kenta



Tout ne se déroulait pas tellement comme l’avait espéré Ban. Il pensait que le coup donné sur la créature soit comme pour un être humain ou un animal classique, que la consistance soit dure et que cela fasse mal. Jamais à aucun moment il n’aurait songé à ce que la chaise s’enfonce dans le corps même de cette araignée. Les pieds de l’objet étaient complètement absorbés par cette monstruosité et le garçon, par réflexe, lâcha prise et recula de quelques pas. Il était complètement abasourdi par cette vision d’horreur qui venait de se produire. En revanche, le fait d’avoir voulu la frapper, cela eu l’effet qu’il désirait selon ses plans. La demoiselle s’échappa hors de la pièce et s’adressa à lui, comme quoi elle allait prévenir les secours. Au moins, elle était sortie d’affaire. Il fallait maintenant gagner du temps et rester en vie. Le but était de ne pas se faire toucher par ce truc. Il n’avait pas envie de se retrouver coincé, voire même de se faire tuer. Il y avait suffisamment d’objets dans la salle pour pouvoir faire quelque chose.

Il n’y avait pas trente-six mille solutions qui s’offraient à lui. Le noiraud pouvait au pire sortir de la pièce si cela était nécessaire. Il pouvait l’enfermer là-dedans, mais est-ce que cette saloperie n’allait pas sortir par la fenêtre et aller dans une autre salle de classe au risque qu’un autre élève y soit encore ? Non, c’était trop risqué ! Il ne voulait pas que ce monstre fasse des victimes. D’autant plus, il n’était pas certain à cent pour cent qu’elle traverse les parois comme les murs et les portes. Il attendait également de voir quel effet cela faisait quand un objet restait coincé dans cette abomination. La chaise était toujours en partie ancrée dans la créature. Est-ce qu’une réaction bizarre allait se produire ? Il l’ignorait totalement et il n’aimait pas ça. Il ne voyait pas comment arrêter l’être à forme arachnoïde sans se mettre en danger lui-même. Bordel ! Que faire ? Le temps lui faisait horriblement défaut. N’attendant pas une seconde de plus, il attrapa cette fois un bureau et la positionna de manière à l’enfoncer sur le monstre. Il voulait la coincer entre les pieds et la partie plate devait faire un certain obstacle entre les deux protagonistes.

Continuant dans sa lancée, il attrapa une autre table. Toujours dans le but d’en faire un autre rempart, le dénommé Shizuka poussa de toutes ses forces le bureau pour faire reculer la créature le plus possible contre le mur du fond. Il prit soin de ne pas mettre trop son corps en avant, n’oubliant pas que cette chose possédait plusieurs bras qui pouvaient l’attraper. Il faisait en sorte de rester hors de sa portée. Les dernières actions qu’il venait de réaliser, l’avait un peu essoufflé. Il reprenait sa respiration, restant toujours aux aguets au cas où il y aurait à attaquer ou se défendre. Dans le cas présent, il ne pouvait qu’éviter tout contact avec la bestiole. Il crut entendre du bruit dans le couloir. Etait-ce les secours qui venaient ou alors un ennemi ? A moins que cela ne soit une simple hallucination auditive ? Il n’en savait rien. Dans le doute, en espérant que ça soit effectivement une personne qui lui vienne en aide, il indiqua sa position afin qu’on vienne plus vite lui porter assistance.

- "Par ici ! Dans la dernière salle du couloir à gauche !"




©️️ Jawilsia sur Never Utopia





HRP:
 

________________





Theme Ban:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Sam 11 Aoû - 12:54


Évacuation interrompue



La chose ne semble pas très rapide, ni très maligne. La chaise reste enfoncée dans son dos après que tu l'ais frappé, et si elle ne semble pas l'avoir blessé ou la faire souffrir, la chaise heurte maintenant des obstacles et gêne la créature a chacun de ses déplacements.
Et quand tu la pousses contre un mur d'un grand coup de bureau, après avoir vainement tenté de t’attraper, la chose se déforme sous la pression. C'est comme si elle était faite d'un genre de pâte à modeler, ou d'une sorte de glaise ?

Le problème c'est qu'a force de se déplacer et de changer de volume, la créature se dégage en fondant littéralement contre le mur pour se mettre à se reformer en sortant de sous le bureau. Et dans la modification, elle s'est évidemment débarrassé de la chaise.

Ce serait vraiment bien que ce soit le bruit de quelqu'un dans le couloir, parce que si c'est une autre de ses bêtes...
Shizuka Ban
Étudiant de Yuei
avatar
Profession : Élève 1ère année - Filière Générale
Rang : C
Yens : 375
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Sam 11 Aoû - 16:55






Evacuation interrompuefeat Samui Kenta



Ban observait les différentes réactions de la chose afin de pouvoir agir en conséquence. De ce qu’il pouvait constater, elle n’était pas du tout rapide et pas très intelligente non plus… C’était les deux rares avantages que le garçon pouvait avoir sur la créature. En effet, la chaise qui était toujours coincée dans son corps, ne semblait aucunement l’affecter. Aucune douleur, aucune blessure. Rien. Il ignorait totalement comment fonctionnait cette horreur. Malgré tout, avec l’objet bloqué dans son dos, le monstre avait quelques difficultés de se déplacer correctement. Le fait de l’avoir repoussé avec les bureaux au fond de la salle, cela l’empêchait de bouger. Le jeune homme avait bien fait de se mettre hors de sa portée. Cette pseudo araignée avait tenté de l’attraper, mais en vain. Méfiance est mère de sûreté comme on dit souvent. Dans tous les cas, la bestiole semblait ne plus vraiment pouvoir bouger. Malheureusement ce ne fut qu’une simple façade et ça n’enchantait guère le lycéen…

Cette monstruosité était complètement déformée, se modelant comme elle le souhaitait. Elle passa par-dessous la table, se débarrassant au passage la chaise et reprit sa forme initiale. C’est quoi ce bordel ? Sérieusement ?! Qu’est-ce qu’il pouvait faire contre un truc pareil ? La situation ne pouvait pas être plus catastrophique qu’elle ne l’était actuellement… Sans alter, il ne pouvait strictement rien faire. Comment parvenir à anéantir cette immondice ? Utiliser du feu ? De l’eau ? Pas de ça à portée de main. De plus, c’était trop risqué. Déclencher un incendie n’était pas la meilleure idée du siècle. Et si par malheur une autre de ces choses venait ici ? Le bruit dans le couloir se fit plus bruyant encore, ça s’approchait de plus en plus. Ami ou ennemi ? Le dénommé Shizuka n’aimait pas ça du tout. Il attrapa une autre chaise au passage et la leva, prêt à attaquer si ça se passait mal. Il garda un œil sur la bête, tandis qu’il veillait sur la porte qui était encore ouverte, attendant que le nouvel arrivant fasse son apparition.



©️️ Jawilsia sur Never Utopia





HRP:
 

________________





Theme Ban:
 
Tamasaburo Ren
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Jet Motor Law
Profession : Étudiant de la 1K
Rang : C
Yens : 310
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Dim 12 Aoû - 18:00



Bordel, pourquoi cela avait commencé ? A n'en point douter c'était un attentat. Et couillu en plus de ça. Attaquer la future fine fleur des super-héros en pleine journée, cela pouvait dire plusieurs choses. Vengeance, sabotage, coup marketing pour faire du chantage à la communauté civile, cette attaque annonçait des choses bien pires à ce qu'il semblerait. Sinon pourquoi attaquer cet endroit autrement que pour son symbole ? La seule chose qu'on pouvait extraire des suppositions, c'était le groupuscule terroriste alterophobe. Quoi qu'il en soit au vu de la panique occasionné s, la démonstration de force était faite. Il fallait espérer que tout le monde s'en sorte indemne. Si c'était une déclaration de guerre, il y avait de quoi se sentir aux abois. Putains de monstres d'argiles. Ren allait encore être dégoûté longtemps de son premier contact avec les poupées de glaises.


Remonter le couloir ne fut pas une affaire aisée à cause du tumulte de l'évacuation, encore plus pour lui. Il allait effectivement à contre-sens de la plupart des élèves qui suivaient les couloirs. Il fallait qu'il se dépêche pour ne pas laisser l'élève seul et aux abois. Il n'avait pas cédé à l'envie d'utiliser son alter malgré l'urgence, il fallait qu'il gère son rythme cardiaque pour ne pas faire d'hyperventilation, et courir comme un dératé après avoir échappé de peu aux monstres n'était pas la meilleure idée pour récupérer, mais autant minimiser la dépense d'énergie en se déplaçant normalement.



Cela lui faisait clairement prendre la conséquence de ses choix. Le métier de super-héros encore neuf attirait l'admiration et envies, mais la, face au danger, lorsque tout vous abandonne qu'il n'y a plus rien à part vos tripes, il n'y a plus rien de lumineux ou de brillant. Risquer sa vie de cette manière procurait à Ren un sombre sentiment de plaisir, comme si ne plus rien avoir à perdre à part la vie lui donnait des ailes. Attitude complètement suicidaire pour la plupart des gens.


Mais à cet instant toujours grisé par l'adrénaline, la peur, et sa chance insolente, Ren allait droit devant le danger.



Déboulant dans la classe comme une balle étudia rapidement la situation d'un coup d'œil : il semblait que la créature ait eut de nouvelles réactions par rapport à ce qu'il avait observé. Il ne s'était pas dit que leur invulnérabilité au choc cachait le pouvoir de se disloquer comme de la glaise et de se reformer à l'envie. C'était bien pire que ce qui était prévu. A tout point de vue ces adversaires révélaient de redoutables capacités. Mais au fond de lui, il était sûr que ils réagiraient comme de la pâte à modeler, si on les chauffes, ils casseraient.



"Il ne faut pas rester la, il faut évacuer calmement et fermer les portes pour les faire rentrer dans des salles de classe vide. Vite dépêche, t'a un alter au cas ? Je risque de faire le tour de l'étage pour vérifier que tout va bien, vite faut qu'on se casse !


Le jeune homme se tenait prêt à agir en cas de danger armé d'une chaise. Mais les particularités du monstre était telles que rester à l'observer en chien de faïence était le meilleur moyen de finir pris au piège. Faisait chauffer son alter, Ren se préparait à bondir pour extraire le jeune garçon pris au piège.[/i]

________________


Thème:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Mar 14 Aoû - 15:24


Évacuation interrompue



C'est toujours un soulagement de ne pas avoir a affronter un ennemi en solitaire, surtout quand ledit ennemi lui, est bien tout seul. Sauf qu'il ne semble pas vraiment affecté a l'idée de se battre a deux contre un, c'est a peine si le monstre semble le remarquer.

Et alors qu'il se jette aussi férocement que sur Ban, tentant de saisir sa chaise pour lui arracher des mains et pouvoir l'attraper, vous passez frénétiquement en revue tout ce que vous pouvez trouver pour lutter contre le monstre.

De l'eau ? Il y a bien les extincteurs soigneusement en évidence un peu partout, a poudre ou a liquide. Du feu ? Peut être que la salle de chimie juste de l'autre coté du couloir est restée ouverte, avec ses becs bunzen, ses arrivées de gaz et ses produits corrosifs, inflammables, toxiques, voire les trois à la fois.

Et puis il y a aussi cette fille que Ban a sauvé et qui revient jouer les messagères !

-Il y a un gars de troisième année qui dit qu'il en tué une en lui écrasant la tête !

HRP :
 
Shizuka Ban
Étudiant de Yuei
avatar
Profession : Élève 1ère année - Filière Générale
Rang : C
Yens : 375
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Mer 15 Aoû - 12:12






Evacuation interrompuefeat Tamasaburo Ren



Le bruit de pas était rapide, s’approchant de plus en plus dans la direction où se trouvait actuellement Ban. Gardant toujours un œil vigilant sur la créature au cas où, il garda sa chaise prête à asséner un coup s’il s’avérait que cela soit un ennemi qui débarquait. Heureusement, il s’agissait d’un allié. Un élève à la chevelure bleue fit irruption dans la classe tel un boulet de canon. Il avait fait vite pour arriver. C’était rassurant ! Le noiraud n’aurait jamais pu venir à bout de cette chose, n’ayant aucun pouvoir qui puisse attaquer sans prendre le risque de se retrouver confronté directement à l’araignée. Cette dernière n’avait pas tellement faire de différence en voyant un deuxième adversaire pointer le bout de son nez. D’ailleurs, un monstre quel qu’il soit, ça ne devait pas posséder la moindre émotion, pas vrai ? Mais l’heure n’était pas venue de philosopher sur ce genre de question. Le nouvel arrivant s’adressa au dénommé Shizuka. Il fallait se barrer au plus vite d’ici et continuer les recherches si personne d’autre n’était coincé dans une des classes. D’ailleurs, il lui demanda s’il possédait un alter. Ah ! La réponse ne se fit pas attendre bien entendu…

- "J’ai aucun alter ! Je fais que des arts martiaux, mec !"

N'ayant pas de nom pour appeler son "bienfaiteur", il l'appellerait "mec". Ouais, c'était pas mal ! Ou alors, ça sera "gars" ? Ou "coco" ? Oh et puis on s'en branle ! Ils auraient tout le loisir de se présenter plus tard ! De toute façon, ils n'avaient pas tellement de temps à tergiverser. Pour commencer, il fallait sortir de la pièce si cela était possible. Apparemment, la bestiole en avait un peu marre de rester sans rien faire et se décida d'attaquer en s'en prenant directement à Ban. Ce dernier fut surpris et la vit attraper la chaise qu'il avait entre les mains. Il la lâcha instantanément et se jeta sur le côté pour éviter de se faire chopper par ce truc à moitié humain et arachnide. En voulant l'esquiver, il fit un genre de roulade pour se réceptionner, essayant de minimiser le choc. S'il avait quelques égratignures, ce n'était pas bien grave. Des blessures comme celles-ci, il en avait eu des tonnes quand il était encore qu'un gamin. Il reprit son souffle et sortit de la salle et c'est à ce moment-là que la fille qu'il avait sauvée précédemment revint. Elle leur révéla ainsi une information qui ne semblait pas totalement inutile.

Apparemment, un élève de troisième année était parvenu à tuer une de ces bêtes en lui éclatant la tête. Oui, mais… Est-ce que le jeune homme à la chevelure bleue avait un tel pouvoir ? Pas sûr. Le coup de chaise n’avait pas été efficace, mais il avait visé le dos et non le crâne. Que faire ? Toujours est-il que le noiraud se remémorait les diverses choses qu’il y avait comme arme potentielle dans l’enceinte de l’établissement. Vu que c’était une créature qui semblait être constituée d’argile ou quelque chose d’y ressemblant, en contact avec un élément de type feu ou eau, elle ne serait pas capable de se défendre contre ça, pas vrai ? En l’occurrence, il y avait des extincteurs dans le couloir. C’était l’une des premières choses qu’il fallait tenter. Se relevant d’un coup, l’adolescent se précipita vers l’un d’entre eux qui était accroché au mur. D’un coup de pied, il fragilisa le support pour pouvoir le décrocher plus facilement et fit sauter la sécurité une fois qu’il avait l’objet entre les mains. Il retourna immédiatement dans la salle et s’écria en s’adressant à la demoiselle, ainsi qu’à l’autre garçon avant de balancer l’eau que contient l’extincteur.

- "Ecartez-vous !"



©️️ Jawilsia sur Never Utopia





HRP:
 

________________





Theme Ban:
 
Tamasaburo Ren
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Jet Motor Law
Profession : Étudiant de la 1K
Rang : C
Yens : 310
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Jeu 16 Aoû - 13:37

On peut dire que ce putain de monstre savait être vif quand il le voulait. La matière dont il était fait semblait être plus ou moins rapide en fonction de la quantité de matière qu'il avait à détendre, comme de la vraie argile ou un chewing-gum était encore à maîtriser pour le jeune homme, mais plus son contact à ces choses durait, plus il sentait sa compréhension s’élargir. La créature quadrupède s'était saisie de la chaise avec une rapidité qui avait déconcerté le jeune homme l’espace d’un instant, tant il était concentré sur son analyse. C’était dangereux de trop réfléchir en combat.

« On va se débrouiller ! Attention !

Le jeune homme en face avait de bons réflexes, inutile de dire que sa réponse était bien plus que suffisante. Lui n'avait qu'un alter, au final, il ne savait pas réellement se battre. Et il aurait sûrement esquivé cette attaque seulement in extremis. Fort, heureusement, ces pensées ne se formulèrent jamais complètement dans son esprit.

Car à l’instant ou le jeune homme roulait pour se relever de son esquive avec la créature, il n'avait fallu qu'un instant pour que les sens de Ren s'affole et que déjà il charge d'instinct en se précipitant sur la créature. Il avait pris cette formidable posture qui consiste à avoir les deux pieds en avant et de se jeter plein pot contre son adversaire en visant la tête. D’ailleurs, sans même se soucier d’avoir touché au non, mû par l’aspiration, il reprenait déjà son élan pour aller frapper la créature dans l’autre sens, cette fois-ci avec ses deux poings, projeté par les pieds.

« Tiens prends ça gros tas de merde molle ! »


Sucré, fin, et pleins de bon goût, les insultes aidait Ren à relativiser psychologiquement, après tout, il était peut-être en train de vivre la frousse de sa vie, il avait bien le droit de se lâcher un tout petit peu. C’est pas comme si ces putains de trucs pouvaient se sentir offensés après tout ? Cela lui permettait aussi de continuer à insuffler de l’adrénaline dans son corps, car son pouvoir lui faisait légèrement tourner la tête, deux utilisations consécutives comme celle-ci, il fallait qu’il s’entraîne plus.

Son camarade venait de trouver un extincteur, c’était génial, il n’était pas sûr que la neige contenue à l’intérieur mouille effectivement, c’est déjà une excellente distraction., Ren, sans prendre le temps de se retourner se précipitait vers l’alarme à incendie. Si les déductions qu’il avait eu étaient justes, les créatures seraient sûrement sensibles au liquides. Il y’avait peut être la possibilité finalement de sauver le lycée d’une sale invasion de nuisible, et finalement qu’est ce qu’un peu de ménage contrairement à une dératification totale d’un endroit ? Un plan se dessinait déjà dans sa tête pour en finir une bonne fois pour toute avec ces choses si sa théorie marchait. Ce serait contraire à l’ordre d’évacuation, mais si on arrivait à activer les alarmes à incendies dans le bahut, cela permettrait sûrement de faire en sorte de sauver le lycée, et d’éviter les profs et les héros sur place d’être débordés par l’invasion du bâtiment.
Son cœur battait à tout rompre au point de violemment résonner dans ses tempes comme un lourd tambour de guerre, et pourtant, il se sentait plus vivant que jamais. C’était donc ça être un héros ?

________________


Thème:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Ven 17 Aoû - 8:58


Évacuation interrompue



L'extincteur noie le monstre dans un torrent de mousse, on ne peut pas dire que ce soit particulièrement efficace ou que ça ait l'air douloureux, mais ça vous permet au moins de noter que le monstre malgré son allure louche, se dirige quand même à la vue. Et qu'avec de la mousse plein les yeux, non seulement il a l'air de glisser et de patiner pas mal sur le sol ciré maintenant salement glissant, mais qu'en plus il a l'air pour le moment tout à fait aveuglé. Il bat vainement de ses bras dans l'air autour de lui pour essayer de choper quelqu'un.

Si vous cherchiez une ouverture pour pouvoir le démolir par surprise, c'est le bon moment. D'autant que la mousse a l'air aussi de l'avoir un peu ramolli...

Mais pas sur qu'arroser tout le lycée soit une vrai solution pour le combattre, l'évacuation est toujours en cours, et la mousse sera glissante pour tout le monde.

Shizuka Ban
Étudiant de Yuei
avatar
Profession : Élève 1ère année - Filière Générale
Rang : C
Yens : 375
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Sam 18 Aoû - 12:12






Evacuation interrompuefeat Tamasaburo Ren



Heureusement que le nouvel arrivant n’avait que faire que Ban possède un alter ou non. Certains apprentis héros l’auraient considéré comme un boulet. Ce n’était pas le cas et c’était tant mieux. De toute façon, ce n’était pas tellement le moment de se disputer. La situation était bien trop critique pour de telles gamineries. Il fallait se débarrasser de cette chose au plus vite et terminer les recherches dans les classes. Il fallait que tout l’étage soit évacué avant de quitter les lieux. Ce combat n’aidait vraiment pas. C’était une perte de temps incroyable. Au moins, le noiraud avait secouru une demoiselle et elle avait demandé de l’aide. La créature devait être neutralisée une bonne fois pour toute. Il était possible de les tuer. Un gros coup sur la tête ? Il nécessitait une très grande force pour y parvenir, non ? Mais d’abord, il fallait faire en sorte qu’elle ne puisse pas attaquer. Qu’elle soit affaiblie. Il fallait donc trouver quelque chose pour que le monstre soit incapable de riposter d’une quelconque manière que ce soit. Il n’y avait pas beaucoup de solutions qui venaient à l’esprit de l’adolescent. A part peut-être…

Le dénommé Shizuka était parvenu à sortir de la pièce en esquivant l’attaque de l’araignée sans trop de mal. Pendant ce temps, le garçon à la chevelure bleue donnait des coups à la bestiole en l’insultant. Intérieurement, cela faisait sourire le noiraud. Il aurait sans doute réagi pareil. Sur le coup de l’émotion, on ne sait jamais trop comment se comporter. Il était difficile de garder son self contrôle, surtout en face d’un truc ignoble qui voulait vous tuer. En étant dans le couloir, le jeune homme avait repéré l’extincteur rouge vif et l’avait récupéré rapidement, demandant aux deux autres de s’écarter avant de l’utiliser. Ban maintenait fermement l’objet et balança toute la pression sur la gueule de la bestiole. Pendant ce temps, son coéquipier s’était précipité vers une alarme à incendie, activant ainsi les jets d’eau. Si des personnes se trouvaient encore dans le bâtiment et cela devait être le cas, ils allaient prendre une douche qui n’était pas tellement prévue. De ce fait, le lycéen se retrouvait trempé, les cheveux retombant sur son visage. Il fit un rapide mouvement de la tête pour dégager ses mèches rebelles, afin de mieux voir la scène.

Cela avait fonctionné ! La mousse avait aveuglée cette immondice ! Elle ne voyait plus rien et avait des difficultés à se déplacer. Elle agitait ses bras partout, espérant sans doute choper quelqu’un au passage. Malheureusement pour elle, ses adversaires étaient bien trop loin pour y parvenir. C’était le moment idéal pour agir et anéantir cette bête définitivement. Ban posa l’extincteur au sol sans faire de bruit pour éviter que l’araignée sache où il se situait et attrapa une table qu’il positionna à l’envers. La surface du bureau était vers le bas. Il comptait donc utiliser toute sa force pour éclater la tête de cette monstruosité. Il s’avança prudemment vers elle et avec toute la puissance qu’il possédait encore, le noiraud leva bien haut l’objet avant de le rabattre avec toute son énergie sur le crâne de la bête. Il espérait sincèrement qu’ils n’auraient plus à devoir se battre contre elle. D’autres vies étaient encore à sauver certainement. Il ne fallait pas les faire attendre. Les autres élèves ou professeurs devaient très certainement compter sur eux. Et dire qu’il ne se considérait pas comme un héros… En faisant cela, il le devenait malgré lui…



©️️ Jawilsia sur Never Utopia





HRP:
 

________________





Theme Ban:
 
Tamasaburo Ren
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Jet Motor Law
Profession : Étudiant de la 1K
Rang : C
Yens : 310
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Sam 18 Aoû - 23:28

Enfin, c’était l’occasion ou jamais de se débarasser de ce putain de tas de glaire ambulant et d’espérer que l’ignoble créateur de ce monstre de cauchemar surréaliste n’aurait plus jamais l’idée de recommençer quand il verrai ce que Ren et le garçon qui ne lui avait pas dit son nom d’ailleurs, allait faire de lui. Ren laissa le jeune homme écraser de tout son poids la table sur le monstre en constatant avec un soupçon de plaisir qu’il fallait avoir un certains goût pour le spectaculaire et le raffinement pour utiliser son environnement avec autant de sagacité. Mais rien d’étonnant de la part du type qui avait réussi à aveugler suffisamment la créature pour leur permettre de s’en débarrasser grâce à ce subterfuge. Prenant son élan et grimpant sur le bureau du prof d’un bond Ren, hurla de tout ses poumons à s’en faire éclater la poitrine tout en aspirant par les mains.

« Tu vas crever sale immonde bâtard puant ! Tu va avoir droit à ma technique spéciale tout droit sorti de l’enfer des monstres en glaire de clochard dans ton genre. Fais tes prières si un dieu supporte ta foi Démon ! »

Il avait longtemps révisé ce genre de diatribe pour le jour ou il pourrait enfin devenir un héros. Après tout, il fallait avoir du panache pour inspirer les gens, pour donner envie aux gens de lui ressembler. Après tout, Ren ne connaissait pas beaucoup de héros avec son passif, mais ceux qui s’étaient dévoilés au public avait empli Ren de joie et de fierté à l’idée que finalement ses rêves n’étaient peut être pas stupides, surtout compte tenu de ce qu’on passait comme à répéter au gamins comme lui.

« Cette fois-ci c’est l’heure de faire taire les doutes, de prendre le diable par les cornes et de traverser l’enfer avec un rire gras ! SAYONARA ZAWARUDO !!!! »


Ren plongea de tout son cœur vers la créature boosté par une décharge d’air. Il sentait ses tempes battre à pleine vitesse, son esprit tournoyer. Putains, l’hyperventilation. A Retenir et expirer de l’air comme ça il avait la tête qui tournait affreusement. Mais ce n’était pas le moment de craquer. L’impact allait être déchirant
Spoiler:
 

________________


Thème:
 
Samui Kenta
Ingénieur professionnel - Enseignant de Yuei
avatar
Surnom : Nemui
Profession : Ingénieur - Professeur d'électronique
Rang : A
Yens : 165
Renommée : 166
Alignement : NB
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Lun 20 Aoû - 23:46

Je regardais sur mon smartphone quels seraient mes cours de l’après-midi, alors que je mangeais au réfectoire de l’école, avec les autres enseignants. Je m’en occupais d’habitude le matin, mais aujourd’hui on ne m’avait pas laissé de répit. Pas de repos pour les braves, comme on dit. Hélas, c’était le rythme que j’avais choisi en prenant ces deux travails. Et, quitte à manger vite, autant le faire en lisant le programme de l’après-midi ! Mais, puisqu’une mauvaise journée va rarement en s’améliorant, je fus surpris de découvrir que je n’avais pas cours avant 16h, dernier créneau de la journée, avec des deuxièmes années. Soupirant longuement, je pus finir calmement mes udons.

Calquant mon comportement sur celui d’un paresseux, je fus le dernier professeur à quitter la salle de restauration. Aucun élève ne m’attendait... En revanche, j’avais des travaux pratiques et des interrogations écrites à corriger. Et, même si je parvenais à finir avant mes prochains cours, j’aurais encore des mails de Kyuunan pour me donner quelques trucs à faire. En d’autres termes, c’était en traînant les pieds que j’allais à mon bureau, dans la section de la filière assistance. On voulait me tuer à la tâche, mais je surmonterais cette épreuve ! Oui, parce que j’étais un héros, non ? Ah, non. Yes ! En conséquence, je pouvais bien m’autoriser à glander un peu. Conscience professionnelle ? Je n’en avais plus depuis deux décennies !

Quand, déjà, sonna le début des cours de l’après-midi, j’avais tout de même atteint mon bureau. Non sans traîner la patte, j’ouvrais mon ordinateur portable histoire d’y chercher ce que je pourrais faire pour fuir mes responsabilités. Flemmard jusqu’au bout. Je cherchais encore le travail qui me permettrait de dépasser cet état, mais j’étais devenu trop occupé pour chercher de nouvelles occupations. Drôle de dilemme. Mais je ne me posai pas davantage de questions : des bruits bien inhabituels commençaient à perturber les prémices de ma sieste. Et ces bruits n’avaient rien de très rassurant ! Sur l’échelle de ma fille qui faisait un caprice pour avoir des biscuits à la fraise, peut-être six. Enfin, l’heure n’était pas à la plaisanterie, car les bruits se répétaient et, vu les gens qui commençaient à courir dans les couloirs, ce n’était pas un entraînement de la filière héroïque qui avait mal tourné. Plutôt quelque chose de dangereux. Sept ? Alala, être obligé de se lever.

Cependant, j’étais très loin de me douter de ce qui nous tombait dessus. Les explosions que j’avais entendues n’étaient que le point de départ. Les choses ne s’arrangèrent vraiment pas par la suite, puisque les professeurs eux-mêmes commençaient à paniquer : quelqu’un ou quelque chose s’en prenait à Yuei, ça devenait une certitude. Qui pouvait bien être assez fou ou assez fort pour s’attaquer au foyer de formation de héros ? Il fallait être suicidaire ou particulièrement confiant, à moins que ce fusse une diversion. La formation militaire, pourtant si lointaine, revenait toujours à la vitesse de l’éclair quand tu entendais ce genre de cris... Mais maintenant, tu étais professeur, et il fallait que tu sauves tes élèves.

Après avoir escorté nombre d’élèves et tenté de t’informer auprès d’autres professeurs, j’en étais arrivé au fait qu’étant donné tma situation – sans classe – je pouvais faire ce que d’autres ne pouvaient pas à cause de leurs responsabilités. Deux choix s’offraient à moi : enquêter sur l’attaque, qui prenaient désormais d’autres formes que de simples explosions, ou bien chercher des élèves abandonnés dans les étages de l’école. Puisque je n’avais pas mon équipement militaire, et puisqu’il s’agissait de mon seul moyen de te battre depuis toujours, je n’allais pas chercher trop d’ennuis pour l’instant. C’est ainsi que je montais les marches des escaliers quatre à quatre, armé de ma seule volonté – nettement différente de celle qui m’aurait poussé à corriger des TPs...

Enfin, j’entendais un conflit dans une salle de classe. Trois élèves se battaient avec l’une des chimères. A priori, ils avaient la situation en main puisque l’un d’entre eux essayait même de lui abattre une table dessus, mais des trois élèves, je doutais que chacun ait eu un alter. Si une certaine fierté m’emparait dès que je voyais un élève sans alter se comporter en héros, je n’avais ici que de l’angoisse. Ces créatures étaient dangereuses et il ne fallait pas qu’ils prennent de risques ! Même avec des alters, ce n’était pas conseillé de jouer ainsi avec le feu. Ils allaient m’entendre ! Mais avant ça, la créature. Puisqu’elle était visiblement passée par la fenêtre, de nombreux débris de verre jonchaient encore le sol carrelé. Déchirant un rideau, je m’empressais d’en entourer ma main afin de m’armer d’un long morceau de verre, pratiquement pointu à son extrémité. Inhabitué à affronter des créatures inhumaines, je ne savais pas trop où frappait mais, s’il y avait bien une faiblesse que tous les êtres partageaient, c’était le centre nerveux – à priori la tête. Dès que les élèves se furent écartés de la créature, je n’attendis pas de savoir si elle était encore vivante pour lui asséner un coup létal dans ce qui aurait pu être sa tempe.

Rien de cassé ? Ne jouez pas aux héros, pas encore. Ce serait déjà bien si vous vous en sortez indemne, alors évitez les conflits si c'est possible, par pitié.


Spoiler:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Lun 27 Aoû - 9:57


Évacuation interrompue



Dans un jeu vidéo l'écran afficherait probablement un joli combo au moment ou vous agressez tous les trois la créature, mais vous êtes dans la vie réelle et ça manque de bande de son entrainante. Cela dit, l'action est quand même un beau succès. Le bureau de Ban sépare quasiment la tête du tronc du monstre, et les frappes combinées de Kenta et Ren ne laissent aucun espoir de survie à un éventuel centre nerveux situé dans un crane aussi mou que le reste du corps. Le crane aplati et traversé par un bout de verre long comme le bras, le monstre se relâche complétement et s'effondre mollement sur le col ou il cesse de bouger. Il semble même perdre peu à peu sa consistance, comme s'il commençait très doucement à fondre ou à se dissoudre.

En tout cas, il est clairement mort et hors d'état de nuire.

-Il y en a d'autres qui arrivent par le couloir !

Probablement surgis par les fenêtres de classes déjà évacués, trois nouveaux monstre viennent de se glisser dans le couloir désert de votre étage, et se dirigent vers vous, et au delà, vers l’escalier le plus proche ou défilent encore des élèves en train de filer.
Shizuka Ban
Étudiant de Yuei
avatar
Profession : Élève 1ère année - Filière Générale
Rang : C
Yens : 375
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Mar 28 Aoû - 11:26






Evacuation interrompuefeat Tamasaburo Ren & Samui Kenta



Si quelqu'un avait dit à Ban qu'il se battrait un jour contre une créature sortie tout droit des enfers, il ne l'aurait pas cru un seul instant. Il en aurait même éclaté de rire, se foutant royalement de sa gueule. Maintenant, il ne pouvait plus ignorer ce que genre d'éventualité était tout bonnement possible. Il avait réussi à sauver une fille, un gars l'aidait à se débarrasser de ce monstre avec tous les moyens qui leur étaient à disposition. Chaises, tables, extincteur... Le nouveau camarade du noiraud se servait de ses poings et de ses pieds pour donner des coups supplémentaires à cette chose. Lui faire mal n'était pas le but premier vu qu'elle ne semblait pas ressentir la moindre douleur. Non... Les deux garçons faisaient ces actions pour tuer leur adversaire afin qu'elle ne puisse plus importuner qui que ce soit. Les autres élèves dans l'établissement devaient très certainement faire la même chose. Ceux qui possédaient un alter pouvaient sans doute mieux gérer la situation. C'est ce que l'adolescent espérait. Que tout le monde puisse s'en sortir sans aucun dommage. Après tout, ils se trouvaient à Yuei, là où étaient formés les apprentis héros !

Le dénommé Shizuka eut une pensée pour Hiroshi qui se trouvait quelque part dans le lycée. Est-ce que tout allait bien pour lui en ce moment ? Arriverait-il à gérer la situation ? Il ressentit une boule dans son estomac qui grandissait. Il n'avait aucune envie de perdre le blondinet dans cette bataille. Il devait absolument s'en sortir et s'il le pouvait encore, essayer de le rejoindre. Sa priorité était de partir d'ici en ayant évacué tous les élèves qui se trouvaient encore dans l'enceinte du bâtiment. C'est ce qu'on lui avait demandé et il le ferait, coûte que coûte ! Revenant rapidement à la réalité, l'attaque surprise avec l'extincteur avait parfaitement fonctionné et le coup asséné avec la table aussi. Le camarade à la chevelure bleue donna également des coups en se jetant du haut du pupitre où devait se trouver théoriquement un professeur si le cours c'était déroulé normalement. Les attaques que son coéquipier lançaient, étaient pour le moins étranges. On aurait dit qu’il aspirait l’air environnant pour le rejeter à pleine puissance par certains endroits de son corps. Cela devait être sûrement le cas. Il lui demanderait à l’occasion…

A eux deux, ils pouvaient s’en sortir. Si avec tout cela, l’araignée survivait, alors ils n’avaient aucune autre solution. C’est au moment où ils ne s’attendaient pas qu’un homme, un professeur très certainement fit irruption dans la salle de classe. Celui-ci avait observé la scène avant de réagir rapidement à son tour. Il déchira un morceau du rideau qu’il enroula autour de sa main et s’empara d’un long morceau de verre qui se trouvait sur le sol. Après quoi, il enfonça dans le crâne de la bestiole l’objet tranchant. Avec cela en plus, il était impossible que cette monstruosité puisse en réchapper indemne. Le coup que Ban avait donné précédemment avec le bureau, avait quasiment séparé la tête du reste du corps de la créature. Les autres attaques l’avaient complètement achevée. La bestiole s’effondra sur le sol, ne remuant plus du tout. Enfin terminé ! Le lycéen aux yeux dorés reprenait son souffle. Il lui fallait un petit instant de répit avant de reprendre sa mission qui lui a été confiée. Il écouta l’instituteur et il ne put, malgré la situation, s’empêcher de sourire un peu ironiquement. Jouer aux héros ? Elle était bien bonne celle-là !

- "Shizuka Ban de la première année en filière générale. Ne possède aucun alter. Je vous assure monsieur que j’aurais préféré ne pas avoir à me battre. Mais je n’allais pas laisser une élève en pâture à ce merdier !"

Le noiraud avait fait les présentations pour qu’on sache qui il était. C’était bien plus pratique ainsi. Il se redressa de toute sa hauteur et jeta un dernier regard sur l’adversaire qu’ils venaient de combattre. Non, jamais il n’aurait pensé à avoir affaire à ce genre de créature. Ils se trouvaient pourtant dans la vie réelle, pas vrai ? Alors pourquoi ces aberrations de la nature avaient fait leur apparition ici ? Ce n’était pas un jeu de Survival Horror ! A peine le temps de reprendre des forces que la demoiselle qui se trouvait avec eux s’écria qu’il y en avait d’autres qui arrivaient dans le couloir. Quoi ? C’était une blague ? Le garçon sorti en trombe de la pièce pour vérifier si c’était bien le cas. C’était un cauchemar ! Trois nouvelles créatures avaient réussie à s’infiltrer à l’intérieur, très certainement de la même façon que la précédente qu’ils avaient vaincue. Elles venaient dans leur direction, mais elles pouvaient tout aussi bien se diriger vers les élèves qui étaient en train de fuir par les escaliers. Ils étaient tous en danger ! Il fallait absolument les empêcher d’aller plus loin et vite avant qu’il ne soit trop tard !

- "Bordel de merde ! Ça va jamais s’arrêter ces conneries ?!"



©️️ Jawilsia sur Never Utopia


________________





Theme Ban:
 
Tamasaburo Ren
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Jet Motor Law
Profession : Étudiant de la 1K
Rang : C
Yens : 310
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Jeu 30 Aoû - 12:54

Sitôt après avoir abattu leurs cibles dans un éclat de chtine argileuse et de soulagement, Ren se rendait compte que le nombre allait jouer contre eux. Il avait jeté un œil dans le couloir par réflexe, bien décidé à faire en sorte que l’évacuation se passe au mieux pour tout le monde. Après tout, il était un élève de Kyuunan. Ce serait son rôle de pourvoir à ce genre de mission, nul doute que pour une première expérience de terrain, il n’aurait pas pu mieux tomber en termes de cas, ils allaient faire une drôle de gueule à l'agence.



Le jeune homme essayait de réfléchir à toute vitesse. Ces putains de monstres étaient en train de prendre les élèves à revers. Dans l’escalier de secours, il serait sûrement difficile de pouvoir se défendre sans risquer de faire du mal à quelqu’un, les endroits exigus n’étaient pas le point fort d’utilisation de l’alter de Ren de son point de vue, parce qu’il ne pouvait esquiver avec toute la largesse qu’il désirait. Qui plus est, la panique risquait de réellement s’emparer des élèves et donc de créer un bordel ingérable qui donnerait l’avantage aux attaquants, Si leur objectif était simplement de faire le plus gros strike possible dans les élèves, ou bien de faire une diversion, la panique allait être leur As de Pique.


Le couloir avait deux extrémités qui donnaient toutes les deux vers un escalier. Les élèves évacuaient par celui qui était le plus proche de leur salle de classe, à moins d’un miracle, rien ne parviendrait à détourner les monstres de leur cible. En essayant de comparer les forces de son équipe et leur faiblesse, Ren pinça les lèvres.

Spoiler:
 

Il était de faire un choix, un choix de héros. Une espèce de vertige s’emparait de lui au fur et à mesure que son plan se dessinait dans sa tête.


La vie n’avait jamais eu vraiment d’attrait pour le jeune homme, entre les quolibets, la pression sociale, sa réponse aura été la rage, une rage qui lui donnait la force de ne jamais ployer, ni face à la difficulté, ni face à ses principes, en le poussant à utiliser ses pouvoirs de manière illégale pour passer ses pulsions sur les coupables.. Mais malgré cela, cette détermination, à devenir un héros n’était pas saine, il poursuivait ce rêve à la manière d’un enragé, comme si cela pouvait le guérir des affres de sa vie et l’aider à s’accepter lui-même et canaliser la rage qu'il pouvait ressentir.


Au moment de mourir, votre vie défile devant vos yeux, et vous comprenez enfin le sens de la vie parait-il. Rien de tout ça à ce moment là chez Ren, il le prit pour un bon signe.


Un rictus se dessinait progressivement sur son visage. Crispée, cette grimace l’aidait à ne pas trembler. De toute façon, au fond de lui, la conviction qu’il ne pouvait en être autrement était inscrite au fer rouge, et de ce fait, il dit une voix ferme, mais basse.



« Sensei, Ban, vous n’avez pas d’alter, ca pourrait être dangereux de tenter une attaque frontale pour s’en débarrasser. Ce que je vous propose, c’est que je m’occupe de faire diversion. Votre autorité Sensei aura sûrement un impact pour réorganiser l’évacuation de manière à ce qu’ils se pressent un peu plus sans pour autant céder à la panique. »


Dans la foulée Ren revenait dans la salle, s’emparait de l’extincteur dont Ban s’était servi pour aveugler le monstre en vérifiant qu’il restait un peu de neige dedans. Ca ferait l’affaire le temps d’une diversion, de toute façon, le but n'était démonstratif.


« Vous allez activer l’alarme à incendie pour qu’elle crache de l’eau, ca pourrait bien surprendre les monstres et nous laisser la largesse de profiter de la surprise pour évacuer les derniers élèves de l’étage. Avec le bruit et ma diversion, je vais attirer leur attention, traverser le bâtiment et improviser.. Ne vous en faîtes pas je gère »


Il leva le pouce vers le haut, et sans attendre de réponse, il était déjà parti, le temps pressait de toute façon, et déjà les monstres semblaient se décider à agir. Le jeune homme se sentait incroyablement vivant à cet instant, dans une oeuphorie presque folle.


La scène aurait sûrement fait son petit effet sur la plupart des gens.


« Allez bandes de fils de p.. C’est l’heure d’aller se faire f… !!!! Allez tas de merde molle, je suis par la, droit devant !! »


Heureusement que sa mère travaille trop pour qu’il l’embrasse avec cette bouche. Il y'avait peu de chance que les insultes soit même compris par les monstres, mais le plus important, c'était la diversion.


Lorsque Ren se jette dans le couloir, il hurle comme un forcené tout droit sorti d’un asile d’aliénés, on aurait presque pu croire à un guerrier KamiKaze qui hurlaient "Banzai" avant de s'écraser sur Pearl Harbor. Il prit une impulsion grâce à son alter et se propulsa vers le côté opposé du couloir comme une brute. Activant l’extincteur sur son passage, en diffusant de la mousse sur son chemin. En profitant de l’élan et de sa posture en l’air, il utilisa de nouveau son alter pour dévier sa direction et se projeter contre une des fenêtres du couloir en balançant l’extincteur comme un ballon de rugby dessus en espérant la rompre sans qu’il ait besoin de lui-même mettre de coup. Tout se jouait maintenant.


Spoiler:
 

________________


Thème:
 
Samui Kenta
Ingénieur professionnel - Enseignant de Yuei
avatar
Surnom : Nemui
Profession : Ingénieur - Professeur d'électronique
Rang : A
Yens : 165
Renommée : 166
Alignement : NB
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Sam 1 Sep - 15:25

Le respect n’est vraiment plus ce qu’il était ! Le premier gosse avec sa table me reprochait carrément d’avoir demandé à ce qu’ils arrêtent de jouer aux héros. Et il me donnait son nom. Très bien, je pourrais en parler à son professeur principal. On verra bien qui fera le malin au bout du compte. Ils n’étaient pas tous seuls ces élèves : non seulement quelques-uns étaient armés par leurs alters, mais les professeurs faisaient également tout leur possible. Sans doute la plupart d’entre eux luttaient activement contre la véritable menace, pendant que d’autres comme moi tentaient de mener l’évacuation. Et c’était quand même courageux de la part de ces jeunes d’essayer de nous apprendre notre métier, qui n’avaient aucune expérience. D’autant que celui-là était non seulement sans alter, mais ne pouvait pas non plus prétendre au fait de savoir se battre.

Vaut mieux un mort que deux. On ne peut pas toujours compter sur la chance.


Outre mon entraînement militaire, c’était un raisonnement logique d’un mal pour un plus grand bien. Et l’expérience. Si le garçon aux cheveux étrangement colorés n’était pas intervenu, sans doute aurais-je trouvé deux cadavres. D’ailleurs, sans se présenter, il fit mine de prendre les rennes du commandement de notre quatuor. Puisque trois d’entre nous n’avaient pas d’alter, il se sentait peut-être la responsabilité de notre sécurité. Ce n’était pas plus mal pour moi, ça signifiait que même dans les pires moments je parvenais encore à cacher mon jeu : sans alter, j’aurais pu le mettre hors-jeu sans qu’il ne m’essouffle.

Soit, on va faire ça. Mais si tu vois un héros, laisse-le faire le travail. Et fais quand même att...


Il était déjà loin, le con. Heureusement que son alter était plutôt pratique pour fuir, sinon j’aurais tôt fait de le rattraper pour le récupérer par la peau du cou et l’envoyer avec ses camarades... Enfin, c’était déjà plus mon problème. Je sortis mon briquet, montait sur une pile de débris et fit atteindre à la flamme le capteur de fumée. Vous entendez ça les jeunes ? Fumer peut vous sauver la vie. Comment ça, je fais de la pub mensongère ? Ce ne serait pas le moment ! Quoi qu’il en fut, le garçon avait sans doute remarqué quelque chose et souhaitait vérifier son hypothèse. Je n’allais pas brider ce genre d’actions.

Bon, et maintenant, je devais prendre le contrôle du flux d’élèves en tentant d’en protéger un maximum. Sans même faire l’inventaire de mes capacités, c’était perdu d’avance... Je rejoignais le groupe d’élèves des escaliers avec mes deux élèves restants, grâce à la diversion du futur héros.

Plus vite vous serez dehors, plus vite vous serez en sécurité. Mais celui que je prends en train de bousculer les autres, je le bouscule par la fenêtre. Capiche les jeunes ? Zou. Grouillez-vous ! Oh, une bestiole. Je savais bien que le laisser en pâture ne les retiendrait pas bien longtemps. A qui le tour ?


Ceux qui me connaissaient souriaient devant ce dialogue à mi-chemin entre le personnel et le collectif. Les autres prenaient davantage peur de moi que des monstres. Dans ces conditions, leur peur devenait plus raisonnable et, par conséquent, le troupeau était moins chaotique. Quant aux bestioles qui apparaissaient, j’essayais de les pourfendre aussi vite qu’il m’était possible de le faire, avec l’aide des quelques membres téméraires du groupe, comme Shizuka Ban.

Spoiler:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Lun 3 Sep - 10:08


Évacuation interrompue



La diversion fonctionne comme prévue. Ce qui signifie qu'elle fonctionne très bien pour les élèves qui descendent l'escalier de secours aussi vite que possible et qui ne se font pas attaquer par les monstres jaillis du couloir. Et qu'elle fonctionne un peu moins bien pour Ren qui, après avoir traversé une vitre en se coupant partout, se retrouve tout seul dans une salle déserte, dos aux vitres donnant sur la cour, avec trois monstres bloquant les accès les plus pratiques, et ayant l'air tout à fait partant pour ne s'occuper que de lui.

Pour Ren:
 

Pour l'équipe de l'escalier:
 

Shizuka Ban
Étudiant de Yuei
avatar
Profession : Élève 1ère année - Filière Générale
Rang : C
Yens : 375
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Mer 5 Sep - 1:13






Evacuation interrompuefeat Tamasaburo Ren & Samui Kenta



Lorsque Ban s’était présenté et avait donné son opinion concernant le fait de jouer aux héros, le professeur qui était venu les aider répondit quelque chose qui ne plaisait pas du tout au garçon. Il était sérieux ce type ? Laisser cette pauvre fille crever par une de ces horribles bestioles et sauver sa peau ? On était bien dans un établissement où de futurs héros étaient formés, pas vrai ? C’était le monde à l’envers ! Le lycéen fronçait les sourcils et préféra garder le silence. Il aurait aimé lui dire sa façon de penser, mais ce n’était pas le moment de faire la forte tête, surtout en face d’un adulte. Avait-il vécu quelque chose de douloureux par le passé pour dire une telle chose ? C’était fort possible, mais quand bien même, ce n’était pas convenable. Surtout pour l’adolescent. Ce dernier avait tout de même des principes. Après tout, des gens comme lui ne possédant pas d’alter, risquaient leur vie à tout instant pour secourir d’autres personnes qui étaient en danger. Les policiers, les pompiers… Ils devraient avoir plus de mérite, non ? C’était pareil pour lui, même s’il s’en cognait royalement de la reconnaissance. Au moins, il avait bonne conscience.

Pour en revenir au présent, la situation s’était apparemment empirée. Trois autres affreuses araignées avaient fait irruption dans le couloir. L’enseignant et les trois élèves - dont la demoiselle - s’étaient précipités à l’extérieur de la classe. Déjà que combattre une ce n’était pas de la tarte, alors trois ?! Comment allaient-ils s’y prendre cette fois ? Il fallait les neutraliser pour éviter qu’elles n’aillent dans la direction des autres jeunes partis dans les escaliers. L’évacuation n’était pas totalement terminée. Le garçon aux cheveux bleus, le seul ayant un alter dans le groupe, avait pris la décision de faire diversion. Il demanda au professeur de faire enclencher l’eau qui servait pour les incendies afin de surprendre les monstres. Après quoi, ils devaient tous continuer à faire sortir les étudiants. Sans attendre une quelconque réponse, l’apprenti héros s’était jeté sur les créatures. Il avait lancé la suite des opérations, sans même entendre ou même laisser finir de parler l’adulte qui les accompagnait. La fille s’était précipité vers le bout du couloir où se situait les escaliers, rejoignant ainsi ses camarades.

Le dénommé Shizuka n’aimait pas tellement ce plan qu’il trouvait vraiment foireux. Seul contre trois ? Il n’aimait pas ça du tout… Ça puait les grosses emmerdes à plein nez ! L’enseignant avait utilisé son briquet, agitant la petite flamme sur l’un des capteurs de fumée. Une nouvelle douche en perspective… Il était déjà trempé de tout à l’heure, alors maintenant… Ce n’était pas tellement mieux ! Secouant sa tignasse pour mieux voir, le jeune homme se précipita également vers les escaliers en prenant soin de ne pas tomber à cause du sol qui était un peu glissant. Il lança un dernier regard sur ce drôle d’énergumène à la chevelure bleue avant de descendre les marches. Il espérait avoir fait le bon choix en le laissant seul avec ces choses… L’évacuation se termina sans encombre. Tous se retrouvaient dehors, à l’abri des conflits. Seulement, les bruits de fracas et de coups de feu comme s’il s’agissait de mitraillettes… Cela ne présageait rien de bon. Même s’ils avaient vérifié au passage les classes des différents étages pour s’assurer qu’il n’y avait personne, il était tout à fait possible que certains soient encore à l’intérieur.

Malgré le fait qu’il ne montrait rien, Ban ressentait de l’inquiétude. D’une part, avoir laissé son camarade se débrouiller seul, ça l’avait mis un peu mal à l’aise. Laisser un partenaire en arrière, ça n’a jamais été dans ses principes, d’autant plus qu’il était venu lui prêter main forte. Et puis… Et s’il restait d’autres élèves ou même des adultes bloqués et qui avaient besoin d’être secourus ? Bordel ! Il ne pouvait vraiment pas rester les bras croisés à ne rien faire ! Il fallait qu’il agisse et maintenant ! Il commença à se diriger vers l’établissement, ayant en tête l’idée de sauver d’autres personnes qui en avaient besoin. Le professeur pouvait encore l’en empêcher, mais s’il ne réagissait pas maintenant, ça serait sans doute trop tard pour le rattraper. Décidément… Côtoyer des apprentis héros tous les jours, ça pouvait déteindre sur lui facilement sans qu’il ne s’en rende vraiment compte. Mais au final, tout le monde peut en être un, même sans posséder un quelconque pouvoir, n’est-ce pas ? Alors, pourquoi pas lui ? Lui qui n’a jamais voulu qu’on le considère comme quelqu’un d’autre qu’il n’était pas.

- "Fait chier ! Je peux pas rester là ! J’y retourne !"



©️️ Jawilsia sur Never Utopia




HRP:
 

________________





Theme Ban:
 
Tamasaburo Ren
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Jet Motor Law
Profession : Étudiant de la 1K
Rang : C
Yens : 310
Renommée : 16
Alignement : Rebelle
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Jeu 6 Sep - 18:30

Musique"[youtube:
 
Cette vitre était plus résistante que prévu, l’extincteur ne fit que la fragiliser et rebondit dessus avec un bruit sec. En traversant malgré lui, le choc avait été sourd et assez rude bien qu’il ait réussi avec l’élan à passer au travers. Des milliers d’éclats volant autour de lui, le jeune homme vola plus loin sans se ramasser dans les éclats de verre. Tout autour de Ren était devenu chaos, un instant grisé par son geste d’audace, la douleur du verre qui s’était par endroit planté dans son corps avait fait la sensation d’une douche froide. L’alarme incendie était active, et l’eau coulait dans tout l’étage, le jeune homme était trempé, mais il n’aurait pas su dire si c’était de sueur ou à cause de la pluie. Il entend les créatures arriver petit à petit, suivant le même chemin que lui, mais sans obstacle cette fois. La situation avait dégénéré, mais ce ne n’était pas terminé.


Ren aperçu à peine l’étrange duo, dos au mur, il essayait de trouver une échappatoire., la mort aurait du le frapper, mais c’est là qu’il vit les meubles le protéger. Des alliés, sa survie ? Inévitablement compromise, il ne pourrait pas refaire le coup une seconde fois. La fermeture le passage était obstrué, et la salle de physique dans laquelle il était ne valait plus grand-chose. Après que les bureaux et les armoires étaient littéralement arrachés de leur support tout comme les aménagements particuliers que comprenaient ces salles. Les robinets fuyaient et une drôle d’odeur de gaz se faisait sentir, provenant des arrivées de becs bunsen arrachés à leurs socles. Une véritable tempête d’informations à traiter si on prenait du recul, mais le jeune n’avait pas le temps pour ça, son cerveau câblé pour survivre non plus..
Ren était quelqu’un d’instinctif qui n’intellectualisait ses réactions qu’après-coup, il avait toujours eu l’intuition efficace. C’est pratique dans une situation comme celle-ci ou rien que prendre le temps de réfléchir pouvait être fatal. Il était dos au mur, mais on savait qu’il était ici, après tout le prof donnerait l’alerte à des profs avec alters. Il n’était pas seul, ou du moins pas pour très longtemps. C’était rassurant pensa le jeune garçon en voyant les silhouettes des monstres paraître dans la salle de classe finalement, s’organisant de manière perverse pour bloquer les issues. Restait à savoir si le peu de temps qu’il avait lui permettrait de survivre.


Le jeune homme avait su faire taire la peur grâce à sa colère, mais acculé, il allait y céder, il ne fallait pas y penser.
Son esprit analysait à toute vitesse la façon dont il pourrait essayer de s’en tirer en essayant de ne pas paniquer face aux créatures. De toute évidence, le sens stratégique des bonhommes d’argile en face de lui était plutôt limité, il semblait penser à un déploiement tactique simple, empêcher les fuites, encercler son adversaire.. Ren se demandait dans quelle mesure elles étaient capables de coordonner leurs actions pour le prendre au piège.
Quitte à crever, il ne serait pas seul, il était temps de passer au stade de violence supérieure. Si la priorité était la fuite de tous les élèves parce que c’était un ordre, désormais, c’était lui et les monstres. Plus rien ne comptait à présent.
Cette situation semblait désespérée. Aucune issue possible, un chaos indicible qui laissait deviner qu’il allait crever ici oublié de tous, frustré de n’avoir rien accompli de ses plus profonds désirs. Au final exactement tel qu’il se voyait des les yeux des autres. C’était rageant. Les blessures du jeune homme semblaient palpiter avec la même rage qui faisait vibrer ses tympans et la douleur sublimait le sentiment dans une haine profonde de lui-même. Echouer, et mourir ? Hors de question. Aucun cri de rage ne sorti de sa bouche cette fois. Il se serait arraché la langue autrement.


Plafond, fenêtre, mur droit, plafond, sol, porte, évier.


Qu’on se figure l’image d’une boule de pinball en train de vous offrir un incroyable score. Une attaque coordonnée aurait été facile à déjouer compte tenu des réflexes observés chez les monstres. Leurs cerveaux primaires permettait sûrement de coordonner une attaque, de manière l’abattre en une seule fois, ou bien de tenter des attaques simultanées. La solution la plus intelligente aurait été de tenter de la fuite et de l’intercepter à ce moment-là. Et il était à peu près sûr que le tenter directement serait le meilleur moyen de se suicider. Il fallait jouer avec les certitudes les plus élémentaires pour arriver à son but. La fuite n’était plus une option viable, car cette option était sans surprise.
Plafond.


Ren s’attendait à voir un assaut être donné. C’était sûr, dès l’instant ou ils le verraient bouger. Il activé son alter en prenant appui sur le faux plafond dont il avait défoncé les dalles en prenant appui sur la structure au-dessus, le faux plafond éclaté s’écroulait la ou il s’était écrasé, mais avant même que ce dernier touche le sol, le jeune homme était déjà reparti dans une autre direction, orientant les protubérances de ses membres comme des réacteurs directionnels.
Fenêtre.


Au lieu de partir vers l’avant, Ren s’était dirigé vers les meubles qui obstruait les fenêtres, plus rapidement cette fois, ces genoux encaissèrent le choc avec un petit craquement qui laisse sous-entendre leur appréciation de l’évènement. Sa position lui laissait l’élan. Ils voulaient le bloquer le chemin ? Et bien, l’histoire à prouvé mainte fois que la meilleure stratégie c’est l’attaque.


Avec la vitesse son horizon se rétrécit, il avait déjà tenté de prendre de la vitesse auparavant, mais jamais de cette façon, il commença a éprouver la drôle de sensation de souffle coupé par la pression de l’air à cause de la vitesse accumulée dans son relâchement de pression. Les deux pieds vers l’avant le jeune homme sentait ses membres encaisser le choc de l’impact. A cette vitesse, il n’aurait su dire si c’était mou comme un ennemi ou dur comme un mur, mais en tout cas, lui n’avait pas apprécié, mais l’objet qu’il avait rencontré non-plus. Ses sens commençaient a devenir confus, la douleur néanmoins lui injectait régulièrement des rappels à la réalité qui l’empêchaient de sombrer dans l’inconscience et lui donnèrent la force de surmonter le contre-coup de l’attaque pour d’un nouveau coup s’élancer vers la droite et s’écraser dans l’angle droit du côté des fenêtres. Une désagréable sensation lui fit savoir qu’il avait touché au but.


Il avait le pantalon entièrement trempé maintenant, ce n’était pas de la pisse, il était trop stressé pour relâcher ses sphincters. il trônait en fait au-dessus d’une des arrivées d’eau qui déversait le liquide sous pression. Ses mouvements Si ces mouvements n’avaient pas désordonné la manœuvre des monstres d’argile, il n’avait plus qu’a espérer qu’il accepte de le regarder dans le blanc de l’œil l’air menaçant jusqu’à ce qu’il trouve le moyen de s’en sortir.



Baby i cry:
 

________________


Thème:
 
Samui Kenta
Ingénieur professionnel - Enseignant de Yuei
avatar
Surnom : Nemui
Profession : Ingénieur - Professeur d'électronique
Rang : A
Yens : 165
Renommée : 166
Alignement : NB
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Lun 10 Sep - 14:32

Le déroulé de l’évacuation prenait une tournure qui était tout à notre avantage. Le nombre d’élèves piégés par le bâtiment était de plus en plus faible et, quant à la menace qui pesait encore sur l’ensemble du campus, elle était à priori gérer d’une main de maître – que dis-je, de héros ! – par les professeurs compétents. Les professeurs qui ne me ressemblaient pas. Ceux qui avaient un alter, pour défendre leurs élèves comme nous le devions. Hélas, ce n’était pas mon cas, ni celui de ma femme. Nous n’étions destinés qu’à apprendre des matières auxiliaires à des jeunes qui seraient toujours protégés par les autres. Les projecteurs n’illumineraient sans doute jamais nos élèves et nos noms ne seront retenus par aucun livre d’histoire. Pour mon cas, ce n’était pas plus mal, car il y en aurait bien un pour enquêter sur moi si je devenais connu, mais c’était quand même affligeant de voir toujours les mêmes être le centre de l’attention. C’en étant même plutôt désespérant. Pourquoi s’emmerder, alors que nous ne sommes après tout jamais récompensés ? Parfois, un héros nous dit merci pour le travail que nous effectuons. De quoi être dégoûté par le métier. Enfin, un jour, peut-être que l’un d’entre nous changera les choses. C’était mon rêve, mais j’étais aussi pragmatique.

Alors que les élèves se rassemblaient, je repérais soulagé du regard la majorité de mes élèves. Sains et saufs, les plus courageux tentaient d’offrir leurs bras à ceux dans le besoin. Même si personne ne nous reconnaissait, nous vivions dans les valeurs de Yuei et dans nos propres valeurs. On ne pourrait pas nous l’enlever. Cela dit, en trouvant les élèves de ma femme sans leur professeur, mon optimisme grandissant s’évanouit soudainement. Et plus je la cherchais dans la foule compacte, plus j’avais l’impression de devenir fou. Elle ne se serait jamais séparée de ses élèves de toute façon. Elle était forcément encore là-dedans. Et si c’était le cas, alors elle était blessée. Ou pire. Il y aurait des victimes, ce n’était pas une hypothèse, mais... Je refusais que ce puisse être elle.

Puis il y eut l’autre Ban, décidé à me pourrir la vie jusqu’au bout, qui jura avant de se jeter en direction du bâtiment. Il se passait quoi dans sa tête ? Il voulait crever ou quoi ? Je lui avais demandé de ne pas jouer au héros ! Et puis je remarquais que, de toute façon, j’étais aussi en chemin vers le bâtiment. Dixit... J’étais le premier à vouloir être un héros, même si, pour l’occasion, je n’avais qu’une seule et unique personne en tête que je souhaitais sauver, même si je devais en abandonner d’autres. Alors que Ban coure également, au fond, quelle importance ? Je n’avais pas de temps à lui accorder, à ce gamin suicidaire. Ouais, j’étais un adulte suicidaire. Mais aussi un adulte ayant l’expérience militaire contre les alters. Et j’avais une vie à sauver.

Ne t’éloigne pas de moi d’une semelle, gamin !


J’étais quand même professeur. Et puis, ça aurait pu être mon enfant. Elle ne me l’aurait pas pardonné. En avant toute pour le combat le plus délirant...
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 1.8. Évacuation interrompue || Mer 12 Sep - 13:59


Évacuation interrompue



Dans la classe, la tactique de Ren semble avoir payer, au moins pour un temps. Avec le bordel qui règne dans la salle qui semble avoir été récemment ravagé par une tornade doublée d'un raz de marée, les trois monstres semblent éprouver de grandes difficultés à se déplacer. Alors quand en plus on leur rentre dedans en les prenant pour des bumper de flipper, ils partent s'effondrer dans le décor et semblent incapable de se montrer assez rapide pour attraper au vol leur agresseur, avant qu'ils ne leur imprime profondément dans la peau l'empreinte de ses chaussures.
Le problème c'est qu'au delà de leur faire de belles marques, ça n'a pas l'air de les affecter tant que ça. Du coup la question qui devient cruciale, c'est savoir qui se fatiguera le premier des monstres ou du môme bondissant...

[...]


Vous repartez au pas de courses dans l'immeuble, pour constater rapidement que les monstres qui vous pourchassaient dans l'escalier ne sont pas sortis à votre suite. Soit ils sont remontés bouffer Ren ou quelqu'un d'autre, soit des héros ce sont enfin décidés à passer à l'action.. Une hypothèse qui se confirme en partie un peu plus tard, quand par la porte ouverte sur un des otages vous croisez brièvement une rouquine en patin à roulettes qui semble faire disparaitre les monstres juste en les touchant.

Manque de bol, ce n'est pas votre étage, alors vous continuez à remonter. A remonter jusqu'a ce que Kenta s’arrête. Pour retrouver Ren et avoir s'il est déjà mort ou encore en train de lutter, il y a encore deux niveaux a monter. Mais a cette étage, derrière cette porte que bloque en position fermée un cadavre de monstre argileux deux fois plus gros qu les autres, il y a la classe de sa femme... Et si la porte est bloquée cela pourrait signifier qu'elle est encore la, et elle aussi en danger, ou elle aussi déjà morte.

Normalement, dans tout les films d'horreurs de série B, c'est le moment ou les héros se séparent, et tout les spectateurs le savent depuis longtemps, ce genre de décision n'est jamais la bonne.

Mais quand on est l'acteur, on fait quoi ?
Contenu sponsorisé
Re: 1.8. Évacuation interrompue ||

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Après Haiti,Cuba,Sauve qui peut à la Nouvelle Orléans avant l'arrivée de Gustav
» Nostalgie interrompue [ PV Etoile de Lune & Feuille de Myosotis ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Événements en cours :: Chapitre 1 : déclarations de guerre :: Assaut sur Yuei-
Sauter vers:
spider