3.4. Protection rapprochée
header

Partagez|

3.4. Protection rapprochée

Maître du Jeu
PNJ
avatar
Yens : 1039
3.4. Protection rapprochée || Dim 05 Aoû 2018, 13:57


3.4. Protection rapprochée


Introduction

Conviés à une conférence de presse de Monsieur le Premier Ministre et de Monsieur le Ministre des Affaires Héroïques, Oni, WIcku Jun et Setsujoku Koji avaient pris place dans l'assistance.

Ils suivirent avec attention l'annonce des dirigeants du pays... Avant que le drame n'arrive. Les coups de feu retentirent, la fumée s'éleva. D'un geste héroïque, Wicku Jin amena ses deux voisins à l'extérieur de la salle, dans les profondeurs du gouvernement.

L'objectif ? Se mettre à l'abri...

Explications

Vous devez faire en sorte de réussir votre objectif, en prenant en compte tous les éléments du contexte et des posts RP du narrateur qui vous placeront face à des choix et des situations à résoudre.

Ce groupe permet de gagner « trois points » en résolvant trois situations distinctes : 0/3 signifie que votre mission est un échec total, 1/3 une défaite, 2/3 une semi-réussite et 3/3 une réussite totale. Ces points détermineront votre réussite inRP et seront évidemment pris en compte au niveau du contexte.


Consignes

Les groupes doivent suivre les règles ci-dessous :
  • Respectez l'ordre des participants sauf accord d'un administrateur.
  • Seule l'utilisation de techniques validées dans votre FT est autorisée. De même pour les équipements et objets héroïques.
  • L'utilisation de techniques est autorisée dès le premier tour.
  • Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible), sans oublier votre état physique à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide pour faciliter le suivi pour votre narrateur et vos compagnons de RP.
  • Vous avez un délai de 48h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, le tour passera automatiquement au prochain participant et vous risquerez d'être exclu du groupe.
  • Lorsque vous avez une absence programmée de plus de 48h :
    - Informez le staff le plus rapidement possible.
    - Quittez la zone ou rendez votre personnage dans l'impossibilité d'interagir avant votre absence.
    - Le groupe continuera ainsi son avancement sans vous.
    - Lors de votre retour, informez le staff qui regardera alors avec vous s'il est possible ou non, de réintégrer le groupe.


Ordre des participants



Liens utiles



Have fun ♫
Le Staff


Oni
Vilain
avatar
Surnom : Oni
Profession : yojimbo
Rang : A
Yens : 75
Renommée : 175
Alignement : Dominateur
Re: 3.4. Protection rapprochée || Jeu 09 Aoû 2018, 10:28

Setsujoku m'a demandé d'envisager cette possibilité, mais dés notre entrée dans la salle de conférence j'abandonne toute idée de devenir ministre aujourd’hui. Et pour cause, la salle grouille littéralement de héros. Même la directrice de Tsukeru s'est déplacé en personne pour écouter le gouvernement annoncer que les héros vont avoir droit au même classement que les joueurs de tennis. Quel formidable changement, du vent, des paillettes dans le vent et rien d'autre.

Ignorant ostensiblement le flic qu'on nous a attribué comme guide, je me contente d'accompagner le patron à sa place. Dans un environnement comme celui la, ma masse entrant dans l'espace vital d'un inconnu suivi d'un regard noir un peu appuyé suffit à dégager la route comme par enchantement, nous permettant d'arriver bien après la marée d'anonymes tout en atteignant sans difficulté la place assise réservé au patron dans le premier rang du rayon VIP.

Salut, discussion. Comme les autres gardes du corps je recule d'un pas et prend un air ostensiblement désintéréssé, préférant observer la salle. Beaucoup de monde, trop ? L'annonce n'est pas particuliérmeent importante et Setsujoku n'y parait que parce qu'elle traite des héros. Alors pourquoi ce monde ? Je n'ai pas non plus trouvé trés convaincante les mesures de sécurité à l'entrée. J'y ai laissé mon arme de fonction mais j'aurais parfaitement pu rentrer avec sans grands efforts. Et je ne suis certainement pas le seul dans ce cas la.

Le ministre arrive, la salle se lève.

Non, vraiment aucune chance de l'attraper aujourd'hui. Les réunions publiques sont rarement propices a ce genre de chose, trop de gens, trop d'imprévus, pas assez de temps. Il y a déjà longtemps que je préfère attendre la tranquillité de la nuit, de préférence dans une résidence sécurisé ou, se croyant hors de danger, toutes les vigilances se réduisent insensiblement jusqu'a générer la faille ou je me glisse.

Il y a quelque chose ici qui ne me plait pas.

Le ministre parle et je ne l’écoute pas, je sais de toute façon déjà ce qu'il va dire. mon attention est ailleurs, sur les gens. Des gens que je ne vois pas mais qui laissent dans l'air un certain parfum de nervosité...

Coup de feu. Beaucoup de gens pensent que comme dans les films, les silencieux rendent les armes a feu quasiment inaudible. C'est faux. On ne peut qu'atténuer une détonation, pas l'effacer. Et dans la salle, la détonation retentit assez fort pour que le ministre soit coupé en pleine phrase.
Quand le second et le troisième tir retentissent je suis déjà en mouvement, ma main se referme sur l'épaule de Setsujoku pour le tirer en arrière. Il n'est pas probablement pas visé, mais il y a plusieurs tireurs, et il est hors de question qu'il soit pris dans un échange de tir entre la sécurité et les agresseurs dans la foule.
D'un mouvement de bras j'entraine Koji vers la voie de repli que j'ai choisi en arrivant. Je connais les lieux pour y avoir déjà assisté a plusieurs conférences identiques, juste la, cette porte ouvre sur un couloir menant aux salles sécurisés ou la sécurité va trainer le ministre dans quelques instants.

Temps d’arrêt devant la porte. Sur l'estrade le ministre est tenu a terre par ses gardes, plusieurs ont l'air touché, aucun ne riposte. Ayane a réagi vite et se dresse déjà debout au dessus de la scène. Si les gars venaient assassiner le ministre ils ont perdu leur meilleure chance.

J'ouvre la porte et m'efface, laissant passer devant nous un type affolé qui se jette dans la première ouverture qu'il voit. Règle de base, ne jamais passer en premier dans une porte, c'est toujours le premier qui se mange une balle. Coup de bol pour lui le couloir est sur. Et pendant que notre chien de garde ferme la route et cherche à aider ses collègues a repérer les agresseurs parmi les civils, j'entraine Koji vers la porte sécurisé une vingtaine de mètres plus loin.
Setsujoku Koji
avatar
Profession : Politicien
Rang : A
Yens : 185
Renommée : 175
Alignement : Juge
Re: 3.4. Protection rapprochée || Jeu 09 Aoû 2018, 11:25

Ils en avaient déjà parlé ensemble, de la possibilité de mourir. De la probabilité croissante d’être attaqué par des utilisateurs d’alter plus sa campagne anti héros avancerait. Leur plan était déjà élaboré en conséquence : tenter de survivre à l’attaque, prendre des images pour prouver les événements, et s’en servir pour achever une bonne fois pour toute cette campagne. Et cela, même si le politicien venait à mourir suite à l’assaut : car cela accentuerait donnerait plus de poids encore à ses convictions. Oni prendrait alors la tête pour achever son œuvre. Et, dans le cas où Koji était encore en vie, à l’agoni et sans chance de guérison, il avait donné son accord à son bras droit pour qu’il prenne son corps. Que cet enveloppe survive blessé ou qu’elle périsse, un tel événement aboutirait au succès de sa campagne. Tout était en place pour cela, jusqu’au point de créer de fausses vidéos de l’attaque pour pointer du doigt l’usage malsain des alters.

Cependant, cette idée ne fonctionnait que si le politicien était bel et bien la cible d’une attaque. Car s’il venait juste à mourir dans un échange de tirs croisés, son trépas n’aurait aucune valeur.  Alors il laissa son bras droit faire son travail en le menant en sécurité, mais il en profita néanmoins pour balayer la salle du regard à la recherche d’indices sur ce qui se produisait. Quelle était la cible ? Qui étaient les attaquants ? Et surtout, il cherchait un téléphone. N’importe lequel. Parmi les personnes présentes, il devait bien y en avoir une, voire plusieurs, qui appelaient du renfort. Et alors, Koji se « connecta » à ce téléphone via son alter afin d’envoyer plusieurs messages ou mails vers ses différents contacts et informateurs, avant de supprimer les dits messages bien évidemment. Ces derniers disaient :

« Je souhaite un maximum d’images et d’informations sur les événements. Je veux avoir toutes les cartes en main pour pouvoir prononcer un discours avant même que le gouvernement ne fasse un communiqué sur le sujet. Plus vos informations seront précises, plus votre récompense sera grande. Je compte sur vous.

Cordialement,
Vous savez qui.

PS : ne répondez pas à ce numéro. »


Néanmoins, le politicien craignait n’avoir pas grand-chose à se mettre sous la dent étant donné le début des hostilités : des coups de feu et de la fumée. Rien sortant de l’ordinaire, à première vue. Si les seules utilisations d’alter servaient à protéger efficacement les ministres sans produire les moindres dégâts, cet attentat irait à contre sens de sa campagne.

Il se fustigeait au fond de lui. Ayant pleine confiance dans les capacités de son garde du corps, il pouvait pleinement songer à la situation plutôt qu’à sa propre sécurité. Après tout : si Oni ne pouvait le mettre à l’abri, c’est qu’il y serait passé même en y mettant les efforts. Et alors une idée lui traversa l’esprit. Peut-être que ce chaos pourra malgré tout leur servir ?

« Emmène-moi dans le lieu le plus sécurisé de ce bâtiment. Mets-nous à l’abri Oni. Je compte sur toi. »

Ce dernier comprenait évidemment le message qu’il y avait dessous, étant donné les nombreuses années de collaboration. L’endroit le plus sécurisé : le lieu où les ministres seront guidés, et il comptait sur Oni pour en devenir un si l’opportunité se présentait. Et puis, c’était au plus près des ministres que la sécurité était la plus grande, et donc leurs meilleurs chances de survie à priori.

Spoiler:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 3.4. Protection rapprochée || Sam 11 Aoû 2018, 22:39

L’assaut avait été donné. Tout avait été minutieusement préparé, et Red Crystal devait s’occuper de la mission principale. Eux, ils s’étaient occupés de la ramener dans les coulisses, la laissant faire son job comme elle l’avait demandé, mais préférant sécuriser la mission en cas de défaite de sa part. Ils avaient donc tout naturellement rejoint l’endroit le plus sécurisé du gouvernement, là où les ministres se rendraient instinctivement : le bunker. Ils avaient des ordres, celui d’éliminer la cible aussi vite qu’ils la verraient.

En lieu et place de celui qu’ils attendaient, ils virent en arriver d’autres. Haussant un sourcil, ils pointèrent tous trois leurs armes d’assaut sur les deux assaillants. Rien n’indiquait qu’ils faisaient partis des forces terroristes ou des forces de l’ordre.

« Heuuu… Vous êtes ? »

Une chose était sûre : aucun d’eux n’était leur cible. La balle était dans leur camp désormais : qu’ils osent faire quelque chose de suspect, et ils seraient criblés de balles.
Oni
Vilain
avatar
Surnom : Oni
Profession : yojimbo
Rang : A
Yens : 75
Renommée : 175
Alignement : Dominateur
Re: 3.4. Protection rapprochée || Mar 14 Aoû 2018, 10:11

Trois hommes armés dans un couloir ça ne laisse que deux possibilités, soit ils sont avec les tireurs désireux de faire la peau du ministre, soit ils font partie du bureau de la protection des personnalité et font partie de l'équipe de garde du corps.

Mais ils ne reconnaissent pas Koji. Mais ils n'ont pas d'oreillettes. Mais ils se crispent soudain sur leurs armes quand l'officier attaché à notre protection fait irruption derrière nous en refermant la porte sur la salle du discours. Pas des preuves évidemment, on dirait plutôt un faisceau de présomption. Mais de quoi faire réfléchir un héros peut être ?

D'une pression je décale le patron, le sortant de la ligne de mire des tireurs pour le coller contre le mur derrière moi tout en dégageant aussi la zone de tire entre les trois hommes de main et le flic, le plomb va voler sous peu et il doit être clair pour tout le monde que nous faisons partie du décor dans cette affaire. On ne gâche pas de balles sur le décor quand on a un ennemi visible.

La tension monte d'un cran dans le couloir, transpiration, respiration qui s’accélère, mains qui se serrent sur les crosses, c'est comme regarder un baril de produit inflammable ouvert auquel ne manque qu'une allumette pour servir de détonateur.

Un détonateur...

Explosions de sons provenant d'une autre pièce voisine du complexe, comme si on venait de pulvériser un orgue de cristal a la roquette. Des éclats traversent une porte soudain criblée de trous et viennent se ficher dans le mur devant nous. Des éclats de pierre rouges, translucides, et visiblement coupant et tranchants comme des lames effilés. La dedans on a sorti les alters. Ma main a couper que le ministre se dirige lui aussi vers le bunker et que ses gardes du corps de Tsukeru sont tombés sur un os.

En tout cas la baston qui se déroule a coté débloque notre impasse mexicaine, deux gardes se tournent vers la porte d'ou ça tire, et notre flic en profite pour ouvrir le feu sur le troufion le plus proche qui riposte, immédiatement suivi par ses potes.

Et pendant que tout le monde est focalisé sur d'autres cibles que nous, j'agis, en deux pas longeant le mur j'attrape le poignet et la main du garde le plus proche façon étau, et pendant que d'une main je lui broie les doigts pour lui faire lâcher son arme, de l'autre je lui tords le poignet pour m'assurer qu'il le pourra tirer que sur ses pieds le temps que je l'attire vers moi pour lui exploser le crane d'un monumental coup de boule.

HRP:
 

Setsujoku Koji
avatar
Profession : Politicien
Rang : A
Yens : 185
Renommée : 175
Alignement : Juge
Re: 3.4. Protection rapprochée || Mar 14 Aoû 2018, 14:13

Les forces de l’ordre se devaient de s’identifier, oralement ou par le biais de leur uniforme, ce qui n’était pas le cas. Des gardes du corps ? Où se trouvait leur employeur dans ce cas ? Pourquoi garder un simple couloir dénué de leur client ? Aucune certitude certes, mais une hypothèse plus grande que les autres. Et si celle-ci s’avérait être la bonne, ils obtenaient déjà une nouvelle positive : le politicien n’était pas la cible. Autrement ces trois individus armés l’auraient reconnu.

Setsujoku Koji lança un bref regard au plafond. Il pouvait faire clignoter ou même éteindre les lampes pour plonger cette portion de couloir dans l’obscurité afin de leur donner un petit effet de surprise ? Malheureusement, ils avaient avec eu un policier et le fait qu’Oni et lui possédaient un alter devait rester secret. D’ailleurs, s’il en faisait usage pour éteindre la lumière dans cette situation, même si c’était pour essayer de se sauver, cela serait contraire aux lois et il deviendrait alors un criminel à son tour, n’est-ce pas ? Voilà pourquoi ces lois héroïques étaient absurdes et il n’oubliera pas de le souligner en citant cet exemple hypothétique lors de son prochain discours.

Enfin, si prochain discours il y aurait.

Néanmoins, le politicien avait une totale confiance en son bras droit et il le laissa le pousser contre le mur sans aucune réticence. Koji avait la verbe et l’image publique, Oni la sécurité. Le policier, quant à lui, faisait office de figurant pour le politicien. Il remplissait son devoir, et qu’il survive ou perde la vie en les protégeant ne lui faisait ni chaud ni froid. A un détail près : s’il périssait, il ne pourrait plus les aider à survivre.

Alors Koji observa l’affrontement et les échanges de coup de feu en se mettant le plus à l’écart possible du danger. Il regardait en direction de son garde du corps à l’affut du moindre signe lui indiquant d’avancer, de rester sur place ou de faire demi-tour. Dans cette situation, c’était lui le patron.

Spoiler:
 
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 3.4. Protection rapprochée || Jeu 23 Aoû 2018, 17:01

Lorsque les éclats de cristal surgirent d’une porte adjacente, les trois gros bras savaient que Red Crystal avait trouvé sa cible et qu’elle n’était pas seule. Mais ils connaissaient la puissance de la gamine, et ils savaient qu’ils n’auraient sans doute pas à faire quoique ce soit… enfin, pour la mission principale. Parce que, comble de l’ironie, ils se retrouvèrent face à d’autres personnes, qui n’avaient rien à voir avec la raison de leur présence, mais qui pouvaient s’avérer gênantes.

Et ça n’en loupa pas. En une fraction de seconde, des tirs furent échangés, ne faisant fort heureusement aucune victime ni blessé, en dehors d’un des trois hommes armés qui fut pris à parti par l’un des trois arrivants.

« Stop. »

La mission était précise et concise. Des victimes, ici, n’auraient aucun sens. Il n’y avait aucun héros, rien qui puisse justifier une attaque. Ils étaient terroristes, pas des monstres. Alors que le nez du forcené maîtrisé saignait abondamment, l’un des deux autres mit en joug… Koji. Après tout, Oni avait poussé l’homme contre le mur dès qu’il aperçut le danger : il était donc la personne capitale de cette rencontre.

« Ma question reste toujours valable. On n’est pas là pour vous buter, mais j’hésiterais pas un instant si vous continuez à péter les couilles. Vous êtes qui, putain ? »

Dans ce genre de situation, les hommes armés n’auraient pas hésité à tuer tout le monde, surtout au vu du contexte de leur rencontre. Pourtant, ils trainassaient, discutaient : peut-être y avait-il quelque chose à faire, tout compte fait…
Setsujoku Koji
avatar
Profession : Politicien
Rang : A
Yens : 185
Renommée : 175
Alignement : Juge
Re: 3.4. Protection rapprochée || Mer 05 Sep 2018, 10:19

Malgré la riposte plutôt vive du garde du corps, c’était l’autre camp qui mit un terme aux hostilités à l’aide d’un appel à cesser le feu temporaire, tout en tenant le politicien en joug. Mais il ne tira point et ne prononça aucune réelle demande. Pas de service ni de rançon, nul chantage. Uniquement une question portant sur leur identité. De deux choses l’une : soit ils ignoraient l’apparence de leur cible, soit ils ne l’étaient tout simplement pas, leur cible. Et en ce cas, pourquoi se battre futilement ?

« De toute évidence nous ne sommes pas votre objectif. »

La voix de Koji se voulait rassurée et assurée, bien qu’au fond de lui son cœur battait la chamade. Il n’appréciait guère avoir un canon pointé vers lui mais son métier lui avait appris à faire montre d’une certaine assurance en toute circonstance. Malgré tout, le politicien leva ses deux mains en l’air en signe de reddition.

« Je ne suis qu’un simple spectateur venu assister à la conférence et voici mon garde du corps. Oni, peux-tu relâcher ce monsieur je te prie ? »

Evidemment, il comprit qu’il devait le lâcher pour le bienfait de la négociation, mais en aucun cas s’éloigner trop loin au cas où il devrait reprendre l’affrontement là où il l’avait laissé. Mais surtout, le politicien pensait avoir une chance de s’en sortir par la parole : il était une personnalité publique inconnue des ravisseurs. Il ne pouvait donc pas être leur objectif. Et cette demande de cesser le feu ne pouvait vouloir dire qu’une chose : ils n’étaient pas là non plus pour un simple carnage. Ils ne faisaient pas couler le sang inutilement. Mais alors, pourquoi étaient-ils là ?

« J’ignore ce que vous faites ici et quel est votre but, mais nous nous ne souhaitons que nous mettre en sécurité. Comme vous le voyez, je ne porte aucune arme et ne suis pas à ma place au milieu des coups de feu. Peut-être pouvons-nous trouver un terrain d’entente ? Ne pas nous nuire l’un l’autre inutilement et laisser l’autre accomplir son dessein en toute tranquillité ? »

C’était une proposition tout à fait équitable, mais elle était également neutre et générale. L’individu n’ayant pas beaucoup parlé, le politicien ne pouvait pas préciser d’offre plus alléchante, d’où son allusion à l’ignorance quant aux actions menées en ce moment. Il serait absurde de le demander ouvertement, mais dans l’hypothèse où ils souhaitaient revendiquer une demande quelconque, cette allusion devrait suffire à leur délier la langue.

Spoiler:
 
Oni
Vilain
avatar
Surnom : Oni
Profession : yojimbo
Rang : A
Yens : 75
Renommée : 175
Alignement : Dominateur
Re: 3.4. Protection rapprochée || Lun 10 Sep 2018, 08:01

Mais quelle bande de clowns, aussi bien le flic maintenant planqué dans l’encoignure de la porte que la bande de tireurs amateurs. Franchement, comment on peut se louper alors qu'on se tire dessus face à face dans un couloir ? L'effet de surprise d'accord, mais quand même, la c'est règlement de comptes à loupé corral, vraiment ça fait pas sérieux. Ou alors toutes leurs armes sont chargés à blanc ? Ou alors le flic est de mèche avec eux et c'est nous les dindons ? Hum non... Ils auraient au moins essayé de nous mettre une balle perdu pour la forme.

-Le lâcher ? Bien sur patron.

Ma pression s'accentue sur la main de l'homme de main qui serre les dents de douleur pour ne pas gémir devant ses potes, et qui finit par me céder obligeamment son flingue pour ne pas se faire broyer tous les os. Comme disait le parrain, on obtient plu en étant armé et poli qu'en étant juste poli. Ici c'est en deux temps, c'est le boulot de Koji d’être poli, le mien d’être armé.

-Et mon flingue ?
-Ton flingue je vais le garder pour l'instant. T'as qu'a voir ça comme une sorte de police d'assurance. Et puis vous en avez encore deux de plus que nous non ?
-Mouais.
-Alors maintenant on fait quoi ? On reste a se regarder de travers et dés que quelqu'un éternue encore dans la pièce à coté on recommence à se flinguer ? Ou vous nous laissez rejoindre cette sympathique zone de sécurité la derrière ce qui vous permettra d'avoir de nouveau un couloir libre et dégagé ou vous pourrez de nouveau recommencer tranquillement à faire ce que vous faites.

Comme liquider le flic qui leur a déjà tiré dessus par exemple et qui n'attend probablement qu’une occasion de remettre ça. Enfin, je dis ça je dis rien, je suis sur qu'ils y pensent aussi.
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 3.4. Protection rapprochée || Mer 12 Sep 2018, 12:52

Red savait exactement qui était sa victime mais elle n’est pas du genre à le révéler à de vulgaires gêneurs. Du moins, c’est encore comme ça qu’elle les voyaient. Cependant, le « négociateur » semblait se montrer enclin à ne pas rester dans la case « gêneur ». Red, peu importe d’où lui vient son surnom, conserve son masque de marbre face à deux hommes dont elle ne connaît toujours pas l’identité. Les deux hommes armés ne baissèrent pas leur arme pour autant. En parlant de flic, il semble manquer quelqu’un connu des deux célébrités du moment. Au départ, il les avait mis à l’abri… Enfin, il le pensait. Plus tôt que prévu, il finit par retrouver ceux qu’il était censé être guider. On ignore depuis combien de temps il était là mais en tant que membre des Forces de l’Ordre, il ne pouvait purement pas laisser ça.

Cependant, quelqu’un l’avait déjà repéré. Dommage… Sans attendre plus longtemps, Red bouge, attrapant une arme d’un de ces compères et finit par apparaître derrière le flic. Rapidement, un coup de crosse bien placé et le flic tombe lourdement sur le sol. Puis elle revient prés du groupe lançant l’arme à son compère. Elle semble encore calme.

« - Je déteste les nuisibles ... »

Elle finit ses pas au même endroit où elle se trouvait avant au centimètres près. Posant une nouvelle fois ses yeux proche du rouge sur le négociateur et son toutou, la discussion allait peut-être reprendre… Peut-être, hein ! Le négociateur avait les mains levés probablement en signe de reddition mais est-ce vraiment le cas ? Red croise les bras sur la poitrine et observe avec neutralité. Cela pourrait faire peur à certaines personnes. A croire qu’elle était en train de jauger ses deux interlocuteurs avec l’aide de rayons X … Bien sûr, ce n’est probablement qu’imagination…

Elle réfléchit. Doit-elle prendre du temps à discuter avec eux ou écartes les nuisibles comme elle venait de le faire avec ce satané flic ? Pourtant, le plus assurant des deux semblent avoir une soudaine envie de discuter. Peut-être que cela va l’amuser… Il n’y a pas de mal à s’amuser. Elle lève donc son regard sur Koji avant que sa voix ne se fasse de nouveau entendre.

« - Un terrain d’entente ? Tient donc… et je suppose que vous avez une idée derrière la tête, Monsieur le « Négociant ? » »

Rien… Même pas un sourire. Cela en est presque à croire qu’elle n’a rien d’humain. Puis, elle regarde le garde du corps sans rien dire. Il y avait déjà une conversation en cours et puis, elle n’a pas trop trouvé la remarque de ce dernier très pertinent. A croire qu’Oni n’est pas en mesure de négocier quoique ce soit en cet instant… Pour le moment, elle laissait ses compères les garder en joug mais elle ne leur à donner aucun ordre… Mais cela peut changer n’importe quand...

Spoiler:
 
Setsujoku Koji
avatar
Profession : Politicien
Rang : A
Yens : 185
Renommée : 175
Alignement : Juge
Re: 3.4. Protection rapprochée || Jeu 13 Sep 2018, 12:58

L’interlocutrice semblait plutôt rapide, mais le politicien demeurait malgré tout confiant en les capacités de son garde du corps, bien qu’il abhorrait ce genre de situation. Il préférait posséder toutes les cartes en main, rassembler les différentes données, prévoir les différentes issues possibles et choisir ses mots en conséquence. Néanmoins, dans cette situation-ci, Setsujoku Koji s’interrogeait. Le policier avait été mis hors course avant que la question ne soit répétée : s’attendait-elle à entendre une proposition qui ne pouvait être entendue par un agent ? Car le marché avait déjà été énoncé oralement : ne pas se nuire mutuellement et laisser l’autre groupe poursuivre. Tout simplement, une suggestion neutre qui pouvait convenir et apporter aux deux camps.

Mais le calme de son interlocutrice et le fait qu’elle se soit répétée au lieu d’évaluer la première proposition voulait-il dire qu’elle attendait quelque chose de précis ?

« Hélas, chère Madame, je ne saurais préciser convenablement un terrain d’entente optimal sans connaître vos besoins. Tout ce que je sais, c’est que nous ne sommes pas votre cible et que vous ne semblez pas baigner dans le meurtre gratuit : sinon pourquoi épargner la vie d’un nuisible ou prendre le temps de nous parler ?
Alors, pour ne pas vous faire perdre du temps, je puis vous proposer que nous passions tous notre chemin. Nous ferons comme si nous ne vous avions pas croisés et nous irons nous mettre à l’abri, et vous pourrez poursuivre votre plan sans que nous ne vous ralentissions.  
C’est ce que je peux vous suggérer au mieux. A moins, bien évidemment, que vous n’ayez vous-même une idée derrière la tête, Madame… ? »
Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 3.4. Protection rapprochée || Ven 21 Sep 2018, 08:54

Red ne connaissait toujours pas le nom des personnes que ses petits camarades tenaient en joug depuis environ une dizaine de minutes. Elle ne savait pas encore quoi faire mais elle se prenait au jeu. Bien sûr, elle se doute que son interlocuteurs mais elle n’avait pas reçu de consignes concernant les dégâts collatéraux de cette tentative sur le Premier Ministre mais contrairement à ce que tout le monde pouvait penser, il n’est pas sa cible. Elle laisse le plus gros morceau à quelqu’un d’autre. Après tout, on avait tous un rôle à jouer là-dedans et elle faisait parti d’un engrenage si gros qu’elle ne pouvait pas flairer que des très gros poissons. Attentive à l’égard de ses compagnons et de ses interlocuteurs, elle savait ce qu’elle devait faire. Bien sûr, sa proie était sous surveillance et elle savait très où elle se trouvait. Elle avait envoyé quelques hommes le suivre à la trace mais elle ne devait pas trop traîner.

Celui qu’elle surnomme « le Négociateur » semble vouloir connaître l’intention de Red… A vrai dire, elle ne compte pas leur dire dans l’immédiat et pourquoi pourquoi devrait-elle le faire. Un grand sourire apparaît alors sur son visage avant de décroiser les bras et de s’approche lentement de son copain « le Négociateur ». Elle devait quand même faire attention à celui qui lui servait de garde du corps car même s’il détient une des armes du groupe, il peut être dangereux. Pour le moment, elle ne prévoit pas de les tuer… Pour le moment et elle semble plutôt encline à parlementer… Chose qui reste relativement rare si on pouvait se renseigner sur ce qu’elle est ainsi que son caractère.

« - Voyez-vous… Si je vous parle de ce qui m’amène ici, je serais contrainte de me débarrasser de vous et de votre… toutou. Il serait tout de même dommage d’abîmer votre... »

Elle pose un doigt délicat sur le visage du politicien et elle le laisse descendre lentement avec douceur et délicatesse. Comme si elle cherchait quelque chose. Elle ne le blesse pas et elle ne veut pas lui faire de mal. Pour le moment et c’est quelque chose qui peut changer.

« - … si joli minois.. »

Elle finit par laisser sa main retomber le long de son corps avant de montrer un nouveau sourire qui apparaît en coin cette fois. Elle reste un moment silencieuse avant de retourner vers ses hommes. Si elle a une idée derrière la tête ? Oui, elle en a une mais elle doit d’abord s’occuper des deux présents. Elle hésite toujours entre deux choix mais elle va finalement opté pour son idée initiale. Elle claque alors des doigts et les hommes qui l’accompagnent pointent tous leur arme sur les deux hommes et on peut entendre le cliquetis caractéristique  du levage de la sécurité normalement présente sur toutes les armes quelque soit le calibre.

Si elle a peur ? Certainement pas en ce moment. Par ailleurs, elle finit par attraper des serres-joints généralement utilisés en mécanique automobile pour serrer les pièces. Finalement, elle ne va pas les tuer… Non, elle va les attacher quelque part et les laisser pour pouvoir gagner du temps et bien entendu, elle va devoir prendre les téléphones pour les détruire. Et oui, il serait bête qu’ils attirent l’attention sur eux. Elle fait signe à deux accompagnants de la suivre.

« - Fouillez-les et détruisez tout… »

Elle s’approche ensuite du « Négociateur » pour reprendre la parole. Elle semblait plutôt amusée et elle observe le plutôt bel homme de son goût avant de prendre la parole.

« - Désolée mais je ne peux pas vous permettre de rester ainsi. Restez tranquille et tout se passera bien… Il en va de même pour votre ... chien de garde... »

Elle regarde une dernière fois Oni avant de reculer de quelques pas. Elle ne compte pas les emmener mais elle sait où les attacher. Dans sa bienveillance, elle va les laisser en vie… Peut-être que le « Négociant » a bien fait de jouer sa carte… Après si Oni tente quoique ce soit, il est clair qu’elle ne répond plus de rien. Pour le moment, elle garde le contrôle mais si cela dégénérer, elle saura ce qui lui reste à faire...
Spoiler:
 


Dernière édition par Narrateur le Jeu 27 Sep 2018, 20:15, édité 1 fois
Setsujoku Koji
avatar
Profession : Politicien
Rang : A
Yens : 185
Renommée : 175
Alignement : Juge
Re: 3.4. Protection rapprochée || Mar 25 Sep 2018, 14:46

Le politicien n’appréciait pas l’approche de la criminelle, et surtout pas son contact. Pas tant qu’il ignorait si elle possédait un alter et quel en était la nature. Et si elle l’avait affecté d’une quelconque façon ? Bien qu’il ne sentait pas de différence pour le moment. Mais le fait de ne rien remarquer n’était pas une preuve en soi. Néanmoins, il n’en montrait rien. Il ne devait rien montrer, comme en toute circonstance dans la vie d’un politicien. Réagir serait synonyme de faiblesse, et ils étaient déjà dans une position suffisamment inconfortable pour éviter de l’aggraver.

Malheureusement, la négociation ne semblait pas se passer comme escompté. Ils allaient être fouillés et quelque chose allait être détruit. Quoi ? Leurs affaires ? Leurs jambes ? Leurs dents ? Les criminels allaient-ils seulement les laisser partir ensuite ? Une prise d’otage ? Ça pourrait apporter davantage de poids aux discours public du politicien, mais pour cela il faudrait que cette altercation ait des spectateurs. Or, ce n’était pas le cas et Koji avait déjà suffisamment subi dans cet échange pour appuyer sa campagne. Perdre la vie lors d’une future demande de rançon ne lui apporterait rien. Non, le politicien avait tout ce qu’il lui fallait. Ou plutôt : la proposition apparente de son interlocutrice ne comportait que peu d’intérêt pour lui. Trop de risques et d’imprécisions pour peu de bénéfice.

Le politicien jeta un coup d’œil vers le pan de couloir détruit, puis vers son garde du corps. D’un regard entendu, il patienta le bon moment. S’il n’était pas doué dans l’art du combat, il l’était néanmoins dans l’analyse, et son interlocutrice semblait être la cheffe du groupe qui leur faisait face. Alors, tandis que celle-ci s’avançait et se reculait, Koji attendit qu’elle soit entre lui et une majorité de ses compagnons d’armes avant de s’élancer. Il fonça vers le mur détruit pour s’y engouffrer, sans savoir ce qui l’attendait de l’autre côté, en espérant que la position de la femme découragerait les autres à faire feu. En espérant s’en sortir en vie surtout.

Spoiler:
 
Oni
Vilain
avatar
Surnom : Oni
Profession : yojimbo
Rang : A
Yens : 75
Renommée : 175
Alignement : Dominateur
Re: 3.4. Protection rapprochée || Jeu 27 Sep 2018, 10:09

C'est l'inconvénient de vouloir tirer dans un couloir, il y a toujours plein de trucs qui bouchent les lignes de vue. Et tout en notant les intentions de Koji, je m'assure de maximiser sa protection pendant qu'il file. L'air résigné je fais tourner le flingue dans ma main pour le présenter crosse en avant au gros bras qui vient de recevoir l'ordre de nous fouiller. L'image même de la renonciation de mauvaise grâce mais de la reddition quand même. Et quand le gorille, soulagé de ne pas avoir à se battre, avance en passant devant la ligne de tir de ses potes et que Koji se jette par au travers du mur, je me consacre moi aussi à l'action.

La crosse du flingue va s'écraser sèchement contre le menton de mon adversaire, sa tête est projeté en arrière mais je ne lui laisse pas le temps de tomber au sol, son rôle est de jouer le bouclier et il va le jouer jusqu'au bout. Me baissant légèrement je pivote pour gagner de la vitesse et lui décocher un violent coup de pied en plein milieu du torse, au programme cotes en miettes et organes perforés, mais surtout une projection qui l"envoie voler dans les airs droit sur ses potes.

Et au moment ou Red et les deux autres réceptionnent ou évitent le terroriste, je suis Koji dans la pièce voisine en me jetant moi aussi a travers le mur épaule en avant.

Bris de briques, poussières, le trou est un peu court pour moi mais il n'y a pas grand chose que je ne puisse pas traverser d'un coup d'épaule. Dommage que ça facilite aussi le passage des suivants mais il n'y a pas grand chose que je puisse faire a ce sujet la. A part leur rappeler que j'ai un flingue, et que tenter de traverser l'équivalent d'une porte ouverte quand un type armé vous attend de l'autre coté n'est qu'une façon pas très maligne de se suicider.



Narrateur
PNJ
avatar
Profession : -
Yens : 3405
Re: 3.4. Protection rapprochée || Jeu 27 Sep 2018, 22:50


Red Crystal

Red était vraiment amusée par la situation. Oui, elle a un alter mais pas du genre à frapper sur la peau. Elle a même un sourire en coin lorsqu’elle s’éloigne de son ami le « Négociateur ». Elle avait donné des ordres et elle savait ce qu’elle avait dit tout comme elle savait ce qu’elle faisait. Au départ, elle voulait juste les ligoter et les laisser ici. Cela aurait permis d’occuper les Forces de l’Ordre mais comme elle s’y attendait, ils ne semblent pas se laisser faire. Quel dommage car finalement, cela se serait beaucoup mieux passé. Pour eux du moins. Demander une rançon ? Non, ce n’est pas sa politique, elle avait une cible et il semblerait que cela ne soit pas les deux personnes qui sont devant elle. La petite peste ,puisqu’elle est surnommée ainsi par ses propres confrères, semblait attendre… La question est quoi ?

Et bien de l’action… Qui arrive de bonne heure et qui lui tire un sourire plus franc. Comme d’habitude, elle s’attendait à cette réaction. Il faut dire qu’elle n’est pas à son premier coup et ils ont tous tendance à réagir ainsi. Tellement prévisible et tellement futile… A croire que les humains ne savent pas faire preuve d’imagination… Pfff, elle en est déçue et elle s’attendait à tellement mieux de la part de son grand copain du moment. Le garde du corps fait donc joujou avec les accompagnants de Red et elle esquive l’oiseau planant alors que son regard suit les deux hommes qui tentent de s’enfuir. Un rire se fait alors entendre à proximité et elle savait que le jeu allait commencer. Bien qu’elle avait un objectif bien précis qui semble encore en ligne de mire, elle voulait aussi s’amuser un peu.

« - Quel dommage… Vous tenir tranquille aurait été tellement plus simple… Pour vous en tout cas ! »

Elle frappe d’un coup sec le pied sur le sol et ses mains prennent alors une teinture orange tandis que quelque chose se produit à côté d’elle. Au départ, cela ressemble à une mare puis une petite bosse et au fil des secondes, cela prendre une forme ronde avant que les deux hommes entendent un bruit sourd accompagné de quelques vibrations. Il est trop tard pour faire demi-tour avec eux et elle allait se débrouiller. Une fois que son golem est en place, elle regarde celui qui s’est avoir comme un bleu et elle lui murmure quelque chose que le « Négociateur » et son toutou ne peuvent pas entendre.

Des bruits de pas se font entendre mais uniquement parce que l’interlocuteur de Red venait de la laisser. Il savait ce qu’il devait faire pour elle et il avait tout intérêt à obéir. Elle savait déjà tout ce qu’elle allait faire. S’ils s’imaginaient qu’elle était sans défense, c’est une grossière erreur. Un rire se fait entendre tandis que le golem se met à rouler en direction des deux hommes. Par ailleurs, elle avait fait signe aux deux hommes restants de faire feu. Tirer sur son golem ? Il ne risque pas grand-chose… La matière dont il est composé est assez résistant s’il est manipulé avec attention. Red avait mis son oreillette et elle attendait qu’on lui confirme la position de sa cible avant de laisser les deux hommes restants avec eux… Avec un peu de chance, peut-être qu’ils s’en sortiront… Ou peut-être pas… A eux de savoir quoi faire maintenant qu’ils ont ouverts les hostilités.
Oni
Vilain
avatar
Surnom : Oni
Profession : yojimbo
Rang : A
Yens : 75
Renommée : 175
Alignement : Dominateur
Re: 3.4. Protection rapprochée || Ven 05 Oct 2018, 15:48

Bon point, la traversée du mur nous éloigné de la menace la plus directe. Mauvais point, elle nous a ramené dans la salle du discours, salle qui, a priori, n'est toujours pas sécurisé par les forces de l'ordre.

Si le public a globalement évacué la salle depuis le début de l'affrontement, ce n'est ni le cas des terroristes qui ont ouvert le feu et provoqué la panique du début, ni le cas des forces de sécurité. D'un coté de la salle, six types sont disséminés autour de l'estrade ou discouraient les officiels. Ils se planquent comme ils peuvent dans les éléments de décor éparpillés par la panique. De l'autre coté, les gars de la sécurité sont allé chercher des vrais équipements de combat. Abrités derrière un mur de bouclier, toute une équipe du Kidotai est en train de se déployer dans la salle, avançant lentement en récupérant et en évacuant tout ceux qui sont restés sur le carreau dans les premiers échanges de l'attaque.
A vu de nez ils ont déjà liquidés trois ou quatre des attaquants, et devraient en finir dans les prochaines minutes si aucun alter ne vient se mêler de la situation.
Étrange d'ailleurs qu'il n'y ait pas de héros sur les lieux. Évacués avec les ministres probablement, ou en train de lutter avec d'autres altérés dans un combat plus violent et décisif que cet affrontement d’arrière garde qui n'est probablement pour les terroristes qu'une manière de gagner un peu de temps ou de partir en emportant un maximum de gens.

Notre irruption au milieu de l’affrontement nous fait repérer a peu prés au même moment par les deux camps. Jugeant les flics moins susceptibles de coller un tir réflexes dans une cible non identifié, c'est de leur coté que je pousse Koji, tout en brandissant à leur adresse le carton plastifié qui nous identifie sur les lieux.

-Sécurité ! Ne tirez pas !

Et pour faire bonne mesure je vide mon chargeur par la brèche derrière nous, histoire de bien leur faire comprendre que notre irruption est motivé par le besoin pressant de fuir un agresseur probablement à nos trousses.

Dix pas pour être au contact des boucliers, deux de plus pour être à couvert. Heureusement que Koji s'entretient.
Setsujoku Koji
avatar
Profession : Politicien
Rang : A
Yens : 185
Renommée : 175
Alignement : Juge
Re: 3.4. Protection rapprochée || Ven 05 Oct 2018, 17:21

Avec son grand professionnalisme, Oni ne contesta pas ni n’approuva la décision de son patron qui avait choisi la fuite à la négociation. Non, il se contenta de faire avec et de s’adapter immédiatement à la situation, prouvant encore une fois qu’il méritait bien son titre de bras droit et d’homme de confiance. Restait cependant à savoir si le politicien avait fait le bon choix, ce qui allait se vérifier dans les minutes qui suivaient.

Bousculades, directives implicites, courses, avancer accroupi, les coups de feu qui continuaient à la fois à l’avant et à l’arrière et qui couvraient un mot sur trois, … Les deux protagonistes se rapprochaient du camp des policiers qui semblèrent les laisser approcher sans leur tirer dessus. Certains les tenaient bien en joug, le temps de vérifier si les cartons d’identification étaient des vrais et pas une manœuvre terroriste pour mieux les approcher, mais de l’autre côté ça continuait bien à canarder. D’abord en visant Oni, car il leur était inconnu et qu’il portait une arme, puis Koji en remarquant qu’il cherchait à le protéger lui et qu’il devait donc avoir plus de valeur. Alors ils pressèrent encore plus le pas en direction des forces de l’ordre.

« Nous étions parmi les invités. On a cherché un abri mais trois terroristes nous poursuivent. Aidez-nous je vous en prie ! »

Des cris et une supplique pour espérer que les mots atteignaient les policiers malgré les coups de feu. Avec eux, inutile de partir dans un long discours, de bien choisir ses mots et de réfléchir longtemps avant. Il leur suffit les informations importantes : le strict nécessaire pour saisir la situation. Ensuite, ils accompliront leur devoir, suivront le protocole, feront leur travail. Il ne restait qu’à les atteindre et espérer qu’ils seront à la hauteur.
Contenu sponsorisé
Re: 3.4. Protection rapprochée ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [ Protection Rapprochée ] PV
» Protection rapprochée [Pv Azraël]
» Protection rapprochée, mais d'œuvre d'art {Ft Utau Hoshina}
» [Abandonné] Protection rapprochée. [pv Tiana - Katharina]
» protection d'hivernage essais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Événements en cours :: Chapitre 1 : déclarations de guerre :: Remaniement Ministériel Musclé-
Sauter vers:
spider