Une montagne et un volcan [ PV Keita ]
header

Partagez|

Une montagne et un volcan [ PV Keita ]

Matsuda Teru
Vilain
avatar
Surnom : Yama
Profession : Gérant d'un café - Dealer
Rang : A
Yens : 800
Renommée : 190
Alignement : Esprit Libre
Une montagne et un volcan [ PV Keita ] || Dim 5 Aoû - 20:22

Chaque nuit, l’ancien pensionnaire de Yuei remarque les clients se font de plus en plus nombreux. Il, y avait-il finalement un business plus lucratif que celui des stupéfiants ? Les clients sont souvent fidèles au même revendeur – à défaut d’en connaître d’autre – certains viennent souvent ici dans le but d’essayer une seule est unique fois, se disant que finalement les rumeurs comme quoi l’addiction arrive vite sont fausses. Qu’ils le pensent, ils reviendront finalement bien vite. Alors que les quelques employés servant à la revente viennent puis reparte vers divers lieux de revente habituelle, Teru lui supervise le tout de loin. Très loin, que personne sache qu’il est derrière tout ça l’arrange bien, mais combien de temps ce pseudo-anonymat va durer.

S’adossant à la devanture de sa boutique, il est temps d’entamer une nouvelle cigarette. Profiter de cette agréable nuit après une journée bien trop ensoleiller à son goût, une nuit qui sera finalement pas aussi calme qu’il l’aurait voulu, n’ont pas dû à une connerie de l’un de ses employées – pour une fois – mais bien pour un événement plutôt inhabituel dans le coin et ce même la nuit tomber. Un type apparemment mal en point, pour ne pas dire à moitié morts court autant qu’il le peut à quelques mètres de notre protagoniste. Le type est en peine, suffisamment pour essayer de se réfugier vers Teru, une action tout bonnement désespérer, mais comment lui en vouloir vu son état…

S’il vous plaît, aidé moi à me cacher… Il arrive !

Sa voix tremble, en plus d’être faible comme s’il cherchait à ne pas que ce “il” le retrouve. Le corps ainsi que le visage remplit de brûlure plus que sérieuse, l’homme ressemble à l’idée que l’on a d’un Yakuza, les tatouages d’appartenance à un clan, mais aussi un costume noir, du moins ce qu’il en reste. Blasé que cet homme vienne rompre le calme ambiant, en plus de sûrement lui apporter divers problèmes. C’est sèchement qu’il lui offrit une réponse, sûrement pas celle attendue.

En voilà une entrée bien théâtrale ! Mais j’ai un souci avec le fais d’aider les gens. On m’a retiré le droit d’être un héros, puis faire ça serait être un “héros de tout les jours” ... Regardant plus en détaille son interlocuteur, Teru ne put s’empêcher de prendre une mine dégoûtée en voyant l’état de ce dernier.

Apparaissant dans la nuit, un second trouble-fête apparaît sans doute le fameux agresseur. Un type à première vue plutôt massif dont la démarche laisse à penser qu’il n’a pas éprouvé autant de difficulté que son adversaire du jour. Par le faible halo de lumière proposer par les lampadaires du coin, laisse entrevoir le visage de ce dernier, un visage peu commode arborant une cicatrice des plus répugnante. Cicatrice qui rappela bien vite une vieille histoire de ses années à Yuei, disant qu’un dénommé Keita et une certaine Yu en était venus aux mains, et que " c’était chaud ", ce sont les termes exacts !

Posant son bras sur les épaules de l’homme grièvement blessé, Teru le tourne vers Keita, montrant du doigt le vulcain. Le sourire aux lèvres et heureux de sa prochaine connerie, il dit alors d’un ton moqueur.

Bah, voilà, tu as besoin d’un héros, et bam ! Un type ayant été formé à Yuei, si ce n'est pas dingue comme coïncidence !

Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 294
Alignement : Destructeur
Re: Une montagne et un volcan [ PV Keita ] || Mar 7 Aoû - 21:07

Montagne et Volcan


- T’as toujours cette sale manie d’pas respecter tes ainés, Teru…

J’l’avais dit non pas en grognant, mais en me marrant tranquillement à mesure que j’avançais vers la montagne et ma proie du soir. Mon rire était presque sinistre et le gros sourire  qui barrait ma gueule n’augurait rien d’bon pour c’fils d’pute qui avait réussi à s’enfuir après que j’me sois amusé avec lui. C’était pas quelque chose d’compliqué en plus. Une affaire somme toute banale : J’m’étais juste barré après avoir tiré mon coup avec  une pute sans payer l’montant exorbitant qu’elle réclamait. D’toute façon, prix faramineux ou non, j’l’aurai pas payé, ça c’est clair ! Sauf que l’gars à moitié brûlé qu’avait la gueule d’un yakuza –et qui devait l’être d’ailleurs-, était un mac tout simplement. N’l’entendant pas d’cette oreille, lui et ses hommes m’avaient suivi dans l’seul but d’bien m’refaire la gueule et d’soutirer toute ma thune, sauf que lorsque j’avais retiré ma capuche et que j’leur avais montré ma gueule, ça avait tout simplement signé leur arrêt d’mort. La suite s’passe d’explications. Il était l’dernier à être encore debout.

- J’savais qu’on t’avait retiré ta licence, mais j’pensais pas que tu trainerais encore à Tokyo, bwahahaha…

C’gars là était pas un vieux pote. Plutôt une connaissance avec qui j’avais partagé pas mal d’choses. Mais j’avais immédiatement reconnu sa gueule malgré son bob. Pas bien difficile quand on l’voyait parfois à la télévision il y a encore quelques temps. Et puis, il avait pas trop changé. Toujours la même gueule. Toujours la même dégaine et toujours la même intonation et  p’tit côté plaisantin agaçant. A bien des égards, j’me demandais comment il avait fait pour finir héros, tant sa désinvolture était frappante… ‘Fin, fallait d’tout pour faire c’monde non ? Moi par exemple, il m’faut bien donner du job aux ambulanciers, toubibs et même croque-morts. C’était comme ça que la loi marchait après tout. Une pensée qui m’fit marrer à mesure que j’réduisais la distance entre moi et l’yakuza confus qui savait plus tellement à quel saint s’vouer. Il aurait pu m’échapper si Teru avait décidé d’le sauver, mais c’était pas d’bol pour lui. Il avait qu’à s’en prendre à son karma. Il s’devait d’crever aujourd’hui tout simplement. La vie était parfois triste.

Sauf que voilà, m’sieur était pas prêt à abdiquer. En bon yakuza qui s’respecte, il sortit une arme qu’il braqua sur moi. Et dire qu’il aurait pu l’faire depuis ! C’était même c’que ses potes avaient fait à un moment pourtant. Mais p’être que c’était parce que ça avait pas marché qu’il avait préféré détaler… On pouvait pas savoir. Mais toujours est-il qu’il avait dégainé et qu’il m’visait en tremblant sur lui-même. J’aurai pu réagir en même temps que lui mais c’était pas marrant. D’plus, il avait vraiment pas l’air convainquant avec cette arme et cette sale posture. Plutôt que d’m’arrêter, j’continuai à marcher sereinement vers lui. Un tir sans suivit. Mais il m’loupa, tant il tremblait. Puis un autre… Et encore un autre… Jusqu’à ce qu’il n’eut plus d’balles… Mais l’résultat fut l’même. La même chose : Il m’avait lamentablement raté. Il aurait pu s’barrer, mais il décida d’sortir une p’tite lame, genre un couteau, contourna Teru, et l’saisit violemment avant d’foutre la lame sous son cou. C’est alors qu’il s’mit à ricaner comme un con, tout fier d’lui.

- Si tu avances, je tue ton pote !

Ben voyons…

________________


Matsuda Teru
Vilain
avatar
Surnom : Yama
Profession : Gérant d'un café - Dealer
Rang : A
Yens : 800
Renommée : 190
Alignement : Esprit Libre
Re: Une montagne et un volcan [ PV Keita ] || Ven 17 Aoû - 1:38


 Pourquoi partir de Tokyo ? Cette ville est cool, puis, je n’allais pas retourner dans ma chère ville natale après cet échec. Ce n’est pas forcément facile de se refaire une place à Sapporo quand ton plan A était l’honnêteté.

C’est par peur qu’il n’a pas pris la peine de retourner sur ses traces à l’époque. Sapporo est une ville ou tout grand criminel qui ce respect peut se faire une place, mais lors de son bannissement de l’ordre héroïque, il n’avait rien d’un criminel d’envergure, juste le visage d’un homme trop bête pour se retenir de passer à tabac un homme d’affaire qu’il trouvait bien trop hautain. Passant d’ancien héros à homme de main pour finir à l’homme qu’il est aujourd’hui, Tokyo lui a plutôt bien réussi finalement. Enfin aussi bien que peu l’espérer un gamin battu issus originaire de la ville du crime japonaise. Revoir un ancien visage de ses années lycéennes, ça lui rappelle une certaine insouciance de ces années-là, une époque où il n’avait pas encore cette double vie actuelle.

Mais l’individu qui était venu lui demander de l’aide quelques secondes plus tôt, se rend facilement compte, que sont agresseurs et son possible sauveur se connaissent. Une situation délicate qui pourrait bien connaître un mec avec une partie du visage cramer ? Par peur, un chargeur est vidé, mais ce blaireau n’a pas l’air d’avoir appris à viser. Sa mauvaise décision en mène alors une autre, celle que Teru serve d’otage, la peur fait vraiment faire des trucs idiots au possible pense notre générateur de roche ambulant. Bref, cette situation de demoiselle en détresse est loin d’être ennuyante, cet homme mériterait de survivre rien que pour avoir rendu cette douce soirée d’été, distrayante.

Même avec un couteau sous la gorge, Teru ne perd pas sa fameuse insolence, il faut dire qu’il est avant tout connu pour être solide le bougre.

– Euh… j’admets avoir émis quelques rumeurs sur le fais que le fameux vulcain et moi somme potes… Mais, en vérité, ce n’est pas vraiment le cas et ça pourrait l’énerver.

Sont-ils de simples connaissances, des amies ou bien potes qui seraient une sorte d’entre-deux. Difficile à dire après tant de temps sans même se rencontrer. À l’heure actuelle, même connaissance pourrait-être un bien grand mot, pour ses deux-là. Mais soit, c’est d’un ton bien plus grave et sérieux, que Teru s’adresse de nouveau à celui ayant eut l’indélicatesse de le prendre pour otage.

 J’aimerais te laisser faire ton petit numéro, te laisser te sentir en position de force au moins une fois dans ta vie… Malheureusement, j’ai une réputation à garder !

Pendant qu’il prononçait ses quelques mots, de la roche apparaissait sur son cou. Confiant que cette précaution sera suffisante sa main s’approche de celle de son “ravisseur”, celui-ci bien que dans un piètre état essaye alors de mettre ses menaces à exécution, mais sa lame vient s’arrêter sur la peau alors rocailleuse du trafiquant de drogue. Empoignant alors le poignet du Yakuza, il profita alors de la faiblesse physique de l'homme à moitié cramer pour le faire basculer vers l’avant. Ce dernier se retrouve alors, entre les deux altérés.

– Tu m'disais que j’ai tendance à manquer de respect à mes aînées ! Pour me faire pardonner, je te rends ton jouet…

Sale journée pour ce gars… Sale journée…
Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 294
Alignement : Destructeur
Re: Une montagne et un volcan [ PV Keita ] || Mar 4 Sep - 14:01

Montagne et Volcan


- Mon jouet ?

J’me mis à rigoler. Pouvait-on décemment appeler cette chose un jouet ? Mes jouets, c’était généralement les grosses putes que j’aimais voir au bout d’ma queue, tout bêtement. L’reste, c’était rien d’plus que des proies ou même pire : Des déchets. C’truc là, on pouvait donc pas l’considérer comme un joujou  d’autant plus que ces objets étaient généralement faits pour durer l’plaisir. Lui en l’occurrence, il m’avait fait chier à courir ça et là sans s’laisser faire. Du reste, j’aimais pas trop courir derrière les hommes, sauf quand ils étaient très importants comme les chefs Yakuza. Les poursuites dignes des films d’horreur, j’les kiffais surtout quand j’avais affaire à des meufs. C’était con, mais c’était fendard et terriblement bandant ! Pas pour rien que j’finissais par les violer généralement, c’qui suffisait pour les briser tant mentalement que physiquement. Oui, Vulcain n’avait parfois pas besoin d’user d’son pouvoir.

- Bah j'suppose que d’ton point d’vue, ça doit faire sens, ouais…

L’yakuza flippait sa race ! Son heure avait sonné et il l’voyait très bien. En désespoir de cause, il hurla comme un fou furieux avant d’m’attaquer à l’aide d’sa lame, droit devant lui. Sa cible était mon cœur. Sauf que n’ayant pas tellement envie d’me salir, j’avais mimé une arme à feu avec ma main droite avant qu’une balle d’lave compacte n’fuse droit devant. Sa tête fut salement transpercée et son corps s’effondra à mes pieds avant qu’il n’ait pu faire quoique ce soit. Lorsque j’redressai mon visage vers Teru, j’remarquai d’ailleurs que ma balle l’avait frôlé d’peu au niveau d’une joue avant d’aller trouer l’mur derrière lui. C’était quand même puissant la lave. Assez en tout cas pour m’débarrasser des cafards comme l’yakuza qu’était à mes pieds. D’ailleurs, il m’vint une pensée lumineuse sur l’coup.

Un truc que j’faisais pas souvent !

- Donc si j’ai bien compris, mon p’tit Teru, t’utilisais mon nom sans vergognes pour tes micmacs, c’est ça ? C’est dangereux tout ça. J’pourrais t’demander compensation que t’aurais rien à redire tu vois ? Mais j’suis pas un sale type va. Pas avec ceux qu’ont traversé plus ou moins la même misère que moi en tout cas… ‘Fin… j’dis ça mais j’connais même pas les circonstances exactes d’ta déchéance…

Pis, sans m’gêner, j’m’abaissai vers l’corps mort du Yakuza avant d’lui faire les poches. Comme un enfoiré, oui. J’trouvai pas mal d’trucs. Un paquet d’cigarettes et le zippo qui allait avec -que j’récupérai on s’entend-, des préservatifs, un carnet où il devait noter ses recettes tout ça, ainsi que son portefeuille, enfin. Exit les cartes que j’trouvai. Ça, c’était mon problème et c’était pas comme si j’voulais remonter à la tête d’son organisation pour buter leur chef. Rien à foutre d’ça. Par contre, il avait un sacré paquet d’oseille que j’fourrai dans mes poches sans aucun remord avant d’récupérer également son smartphone dernier cri et plutôt impeccable que j’pourrais certainement revendre ou troquer au noir. Bref, des trouvailles bonnes comme en faisait plus. Une belle soirée en somme quoi.

- Par contre et comme j’sais que tu voudras t’faire quand même pardonner, j’dirais pas non à un verre ou deux mon p’tit Teru. Et j’suis sûr que tu t’feras un plaisir d’me les offrir, n’est-ce pas ?

Sur ces mots, j’me relevai en fourrant mes pognes dans les poches d’mon jeans, l’regard braqué sur lui, tout sourire.

Teru avait pas intérêt à raconter d’la merde…

________________


Matsuda Teru
Vilain
avatar
Surnom : Yama
Profession : Gérant d'un café - Dealer
Rang : A
Yens : 800
Renommée : 190
Alignement : Esprit Libre
Re: Une montagne et un volcan [ PV Keita ] || Mar 11 Sep - 23:53


Le spectacle continue, le Yakuza à présent placé au centre de cette rencontre, n'a plus d'autre choix qu'essayer d'attaquer, une situation désespérer ne laisse d'autre choix qu'une mesure qui l'ait tout autant. Son couteau fermement tenu, il s'en va en guerre contre le vulcain, idée pouvant paraître ridicule pour Teru qui regarde alors la scène intriguer de voir comment tout ceci allait bien évoluer. La réponse ne se fera pas attendre, apparemment pas du genre à jouer avec un animal blessé, Keita, met fin à tout ce manège, propulsant une balle de lave dans le crâne de sa victime.

Mais pas que… Manquant fortement de reflex, Teru ne vu qu'aux derniers moments la balle arriver vers lui. Celle-ci lui faisan la grâce de ne passer qu'à coter. Sauf, certes, mais ça se sera joué qu'à quelques millimètres. Le trafiquant pouvait encore sentir la chaleur du projectile l'ayant frôlé. La suite en devient tout de suite plus intéressante, notre ancien premier de la classe n'a pas l'air d'avoir apprécié cette utilisation plus ou moins non autorisée de son nom. Quelle idée, à une époque il semblait bien moins susceptible.

Alors qu'il le regarde faire les poches de sa victime.

Tu n'étais pas loin de m'offrir la même cicatrice que la tienne sur ma joue, n'est-c pas suffisant comme compensation ? Puis ce n'est pas si mal d'avoir était virer des héros, je n'aurai été qu’un héro moyen, de se coter de l'équilibre, mes capacités sont bien plus respectées et mes possibilités de rentabiliser mon entraînement sont sans fin...

Portefeuille, téléphone, possibles bijoux... Tout y passe, Keita à l'air décider à ne rien laisser derrière lui. Mais bref, il va bien falloir dégager ce corps de là, un cadavre retrouvé ici ferait sans aucun doute une mauvaise pub, qui pourrait être rassurée de venir dans une rue ou un tel acte eut lieu. Pas grand monde, il lui faudra régler ce petit problème. Mais c'est un verre que veut notre cher Keita, verre qui se transformera sans aucun doute en une bouteille, mais soit, ça leur permettra de parler d'une époque qui était bien différente pour ces deux-là.

Allons-y pour un verre dans ce cas ! Dit-il se dirigeant vers l'entrée du café et invitant en même temps Keita à y rentrer. Mais avant ça, va falloir que je trouve quelqu'un pour nettoyer derrière toi. Parlant très clairement du cadavre jonchant le sol. Sortant alors de sa poche son téléphone portable, Teru compose rapidement un numéro avant de placer le téléphone devant son oreille droite.

Jung-su ? Laisse tombée les mauvais payeurs pour ce soir, j'ai besoin de toi devant le café… En effet, un cadavre sert de déco dans la rue… Voilà, mais le cadavre dans le coffre de ta voiture et fous-moi ça plus loin, dans une benne ou autre. Jetant un rapide coup d’œil à Keita, Teru a alors une idée. Ah, oui, Jung-su ? Il y a sûrement d’autres cadavres si tu remontes la rue, si tu les trouves, débarrasse-t'en aussi. Ça marche ? Merci, tu pourras en rester là pour cette nuit. À plus.

Revenons-en à notre invité, a moins qu'il se soit lui-même invité ? Bref, ce n'est pas important. Teru rentre alors dans le café, se plaçant derrière le bar afin d'avoir accès aux diverses bouteilles.

Alors qu'est-ce que je te sers ? Un petit verre de lait ? Un jus d'orange peut-être ? Dit-il sortant des bouteilles n'ayant rien à voir avec les liquides mentionner. Deux verres viennent alors, s'ajouter aux quelques bouteilles sorties. S'appuyant sur le bar, Teru reprend alors. Alors, du coup, que devient, celui qui fut l'un des meilleurs étudiant qu'a connus l'académie de Yuei ?

Marier, trois enfants, un chien, une maison en banlieue, tout le monde s'attend à ce genre de réponse.

________________


Contenu sponsorisé
Re: Une montagne et un volcan [ PV Keita ] ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Foire de la montagne : mettre en valeur les potentialités
» La douleur de la montagne.
» Comme un volcan [Pépite]
» A travers la montagne. [PV Peintre]
» Voyage d'une montagne à l'autre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Tokyo :: Centre-Ville-
Sauter vers:
spider