Les épées sont démodées [SOLO]
header

Partagez|

Les épées sont démodées [SOLO]

Milford Dana
Héros professionnel
avatar
Surnom : Scarlet Blade
Profession : Héroïne - Mannequin
Rang : A
Yens : 319
Alignement : Rebelle
Les épées sont démodées [SOLO] || Sam 11 Aoû - 19:19

Le Pays du soleil. L’occident avait souvent la fâcheuse manie de représenter le Japon et ses habitants avec une série de clichés plutôt réducteurs. Par exemple, du côté de mon père, ses racines nourries uniquement à la culture anglophone lui faisaient croire que le peuple nippon était un peuple païen. Ce ne fut d’ailleurs l’unique sornette à laquelle il me fit croire plus jeune. Pour lui, la nutrition des japonais se résumait uniquement à la consommation quotidienne de sushis. Une bien belle idiotie née de l’étroit esprit de mon paternel ! Et à l’époque, je fus fort ravie que ce n’était que balivernes. Je n’aurais pas supporter de passer mes journées à ingérer toute une farandole de sushis. L’overdose serait trop vite arrivée ! De manière générale, j’aimais varier mes plaisirs. J’étais donc certaine que j’aurais fait le tour de ce mets pourtant délicieux…
Pour les lames, mon père eut aussi la pauvreté mentale de penser qu’elles étaient facilement trouvables sur le marché japonais… Là, encore une bien belle bêtise ! Les vendeurs spécialisés se faisaient plutôt rares maintenant et la qualité de leur équipement semblait décroître au fil des années. Quant aux maîtres forgeurs, capable de forger les saintes épées, leur existence demeurait presque un mythe. Très peu d’informations les concernant circulaient sur le Net. Toutefois, quelques vétilleuses rumeurs à leur sujet persistaient. Au plus profond des ruelles louches composant Akihabara, se cachaient apparemment des informateurs pouvant témoigner de leur longévité. Certains connaissaient même l’emplacement de leurs forge… Mais ce genre d’information avait un certain prix…

« Ce sera 3 millions, mais pour une femme aussi charmante que vous, Mademoiselle, je vous fais une ristourne à 2 millions ! C’est un prix d’ami ! »
Ses yeux étaient vils, quoi que peut-être, légèrement pervers. Il y avait moyen de le faire vaciller.
« Je n’irais pas au-dessus de 500 000 yens ! » rétorquai-je assurément. M’abaisser à payer une telle somme ? L’information était juteuse, il est vrai, mais le prix était fallacieux. Mon sourire était tant séducteur impertinent. Moi me faire dévorer ? Vaste comédie.
« Dans ce cas, partez ! Cette information n’est pas à vendre pour un prix aussi dérisoire. » Interjeta le vendeur chafouin. Monsieur était boudeur, on dirait. Typique des informateurs. Faiblards. Quand le client tentait une quelconque négociation, l’informateur fermait immédiatement la conversation assurée d’avoir ou de trouver prochainement un meilleur pigeon.
« Est-ce que l'argent est le seul mot brûlant tes lèvres ? » J’étais mesquine et prenait un malin plaisir à voir ma cible m’être imperméable. « Tout ne se paie pas uniquement avec de l’argent, très cher… Trouvons un terrain d'entente ! » lui susurrai-je dévoreuse, ma présence étouffant jusqu’à son corps. Il avait l’air de se faire d'évidentes idées délirantes. Et après quelques persuasives secondes où je lui cuisinai sournoisement, il succomba finalement à mes crocs carnassiers…

Rentrer dans les détails de ce qui avait suivi n’était pas important. Sachez au moins que je n’avais pas tué cet homme. Il était bel et bien vivant et sa vie n’était nullement en danger. Il était juste beaucoup trop fatigué pour dire quoi que ce soit, après que je me fusse amusée avec lui. En revanche, je pouvais vous affirmer que j’avais obtenu ce que j’attendais de lui. A savoir, du divertissement et l’information que je désirais tant. La localisation d’un forgeur talentueux. J’avais en effet pour ambition de me forger une lame sur mesure. Et hormis une lame de qualité forgée par un brillant artisan, quelle arme pouvait convenir à la diva que j’étais ? Si la couronne d’une reine n’était pas en carton, la lame d’une guerrière ne devait pas être en mousse. Ma destination était donc toute tracée et les difficultés pour y parvenir ne me faisaient absolument pas peur.
Milford Dana
Héros professionnel
avatar
Surnom : Scarlet Blade
Profession : Héroïne - Mannequin
Rang : A
Yens : 319
Alignement : Rebelle
Re: Les épées sont démodées [SOLO] || Sam 11 Aoû - 19:22

Après plusieurs heures de marches dans une forêt dense et dangereuse, j’étais arrivée dans un petit patelin aux attraits pittoresques. Rustique, dénué de l’urbanisme du quotidien, le petit village avait gardé l’innocence des anciens temps. Quelques maisons d’architecture traditionnelles avaient discrètement poussé ici, à l’écart des gratte-ciels urbains. Le lieu ressemblait de manière générale à un havre de paix dans lequel je me voyais bien me resourcer de temps en temps. Mieux, j’envisageais même de finir ma vie ici, une fois le goût de l’aventure disparu. Ce petit bourg pourrait en effet faire office de lieu de retraite, une fois ma glorieuse carrière terminée… Et dire que je n’avais guère l’habitude me projeter aussi loin dans l’avenir ! Entre quelques rires amusés, mes yeux scintillèrent face à la beauté naturelle entourant le hameau. Tout simplement prodigieux !

Sur mon portable, je n’avais évidemment aucun accès à Internet… Voilà qui m’embêtait quelque peu ! Comment mes fans pourraient-ils baver devant ma vie trépignante si je ne pouvais alimenter mes réseaux sociaux ? Ils risqueraient d’être complètement déboussolés… Il me fallait donc presser le pas et obtenir rapidement mon dû. Attentive, je tournai furtivement ma tête de gauche à droite pour trouver mon bonheur. Sans succès. Je plongeai donc dans les entrailles de ce bourg sur mes talons hauts pour trouver ce que j’espérais. Le temps était parfait pour marcher. La brise était douce et glacée et formait un mélange harmonieux avec les charmants rayons de soleil. Malgré tout, chaque bruit effectuée par mes talons était impatient. L’objet de ma venue aveuglait littéralement mon esprit…

« Serait-ce cette échoppe ? » me demandai-je instinctivement, le regard porté sur une vieille échoppe.

Je n’avais pris le temps de lire les kanjis ornant la pancarte de bienvenue. Mon instinct avait simplement réveillé en moi quelques souvenirs minutieux. Et plus précisément, une vieille odeur de mon passé ! A l’époque de mon éducation draconienne en Angleterre, mes narines étaient souvent taquinées par ce parfum bouillonnant, égayé par des pincées de charbons, de cendres, de vapeur et de fer en fusion. Cette senteur tant subtile que dominante était l’emblème des artisans capables de forger les plus beaux équipements... l’informateur ne m’avait donc pas menti ! Voilà qu’un sourire ravi brillait sur mon beau minois.

« Je pourrais reconnaître cette odeur chaleureuse, les yeux bandés ! Quelle nostalgie ! » affirmai-je par mon expérience dans l’escrime et par mon désir d’épée méticuleusement construite.

Je ne daignai attendre une seconde de plus dehors ! Armée de mon habituelle témérité, je fis donc coulisser la porte d’entrée pour contempler les merveilles composant l’intérieur. Un grand four où crépitait du charbon enflammé. Un réseau de moules où brûlait du fer en fusion. Des lames trempées dans l’eau et qui se solidifiait par principe de refroidissement. Le doute n’était désormais plus permis ! Il s’agissait bel et bien d’une forge artisanale. Le propriétaire lui-même paraissait occupé à peaufiner l’une de ses créations. Avec ferveur, il enchaînait les coups de marteaux sur une lame, pour la parfaire. Concentré sur sa tâche, il n’eut même pas l’air de capter que la cliente que j’étais attendait d’être servie ! Le client est roi, après tout ! Dès qu'il s'agissait de poster une plainte, je n'étais nullement du genre à m'économiser. Le ton allait monter...


Dernière édition par Milford Dana le Sam 11 Aoû - 19:32, édité 1 fois
Milford Dana
Héros professionnel
avatar
Surnom : Scarlet Blade
Profession : Héroïne - Mannequin
Rang : A
Yens : 319
Alignement : Rebelle
Re: Les épées sont démodées [SOLO] || Sam 11 Aoû - 19:31

« Bonjour à toi ! Il paraît que tu es un forgeur extrêmement talentueux… Je viens donc te commander une lame sur mesure. Pour une rapière plus précisément ! Fais-en sorte que cette lame soit ton plus grand chef d’œuvre ! » lui annonçai-je autoritaire pour ne pas tourner autour du pot. Au cas où, ma demande ne l’atteignit pas pour une quelconque raison, je précisai également « Ton prix sera évidemment le mien ! » Mes lèvres sournoises me rendaient aussi bien séduisantes que cruelles. Il pouvait au moins comprendre que ma requête n’était pas une blague. De toute façon, dès qu'il s'agissait de service de valeur difficilement trouvable dans la nature, je ne lésinais jamais sur le prix. Si, toutefois il s'agissait de quelque chose plutôt courant, alors je n'hésitais absolument à réclamer une ristourne.« Va-t-en ! Mes lames ne sont pas à vendre ! Et encore moins à une citadine ignorante, péteuse, ne connaissant rien à l’art de l’épée » rétorqua-t-il en m’analysant vulgairement.

Ce sagouin n’avait même pas osé tourner la tête pour m’admirer entièrement. Je pouvais tout à fait comprendre que sa préoccupation actuelle était de peaufiner une lame. Il pouvait cependant faire preuve d’un peu de tact. Au vu de ses cheveux blancs mal entretenus, il avait sûrement la soixantaine, mais son âge n’était pas une raison pour ainsi me snober. Aujourd’hui encore, je m’étais mise sur mon 31 tout en m’adaptant à la longue marche que j’eus à faire pour le rencontrer. En haut, je m’étais donc vêtue d’un débardeur bleu ciel embellissant ma poitrine. Pour bien marier avec ce dernier, je portais plus bas un slim épousant mes jambes et des bottines talonnées... Et visiblement, il n’eut pas l’air d’apprécier ma panoplie. Savait-il au moins qu’elle avait été cousue par un couturier renommé à l’international ? Juger mon habileté à l’épée uniquement sur mes vêtements ! Quelle totale irrespect !
Mais il avait indirectement souligné quelque chose d’important. La valeur d’un épéiste se jugeait sur son maniement de la lame. Derrière mes habits tapageurs, il n’avait pas l’air de percevoir tout le talent dans lequel je m’étais ardemment pétri. Une incitation à la défiance ? Je ne pus interpréter son refus que de cette manière. Dans sa forge artisanale, il y avait facilement de quoi lui montrer facilement que les apparences étaient effectivement trompeuses. En effet, sur mes flans étaient disposés des tonneaux dans lesquels reposaient quelques katanas. La lame japonaise n’était guère ma spécialité, mais ils avaient pour le coup, piqué ma curiosité. La brillance de leur métal était envoûtante et m’avait mystiquement appelé. Une à une, je les avais donc empoignés. Elles avaient la légèreté d’un nuage et paraissaient d’un simple coup d’œil, terriblement tranchantes. En effectuant une attaque frontale dans le vent, j’avais entraperçu le son paradisiaque d’une lame incisive et équilibrée. Du travail de professionnel !

« Ce sont de très beaux katanas ! » lui indiquais-je en contemplant mon reflet sur le métal de la dernière lame tenue dans ma main. « Ils sont pourtant imparfaits » le critiquais-je toutefois. Son travail était déjà excellent. Je n’en doutais point. Cependant, en tant qu’épéiste tatillonne, je me devais de lui faire part de mon ressenti. Les katanas n'étant pas ma spécialité, mes propos pouvaient donc paraître simplistes et brouillons. « Leurs poids peuvent encore être raffinés sans pénaliser leur remarquable tranchant. Et puis, le son qu’effectue ces lames contre le vent, manque… d’un certain peps. » Là encore, je m’étais permis d’être franche avec lui. L'image que je me faisais des meilleurs katanas était différente de tous ceux que j'avais testé à ce moment. Pour ce qui était des fameuses lames plongés dans le tonneau, leurs sons frôlaient seulement les portes du paradis. Alors, au vu des informations que je possédais sur lui, quelques suspicions pouvaient être dite à haute voix. De mon point de vue, il était forcément capable de mieux ! Il en avait en tout cas la prestance. Voilà donc pourquoi, je lui fis encore part de mes attentes « Ce que je veux était une lame d’une toute autre qualité. Une lame d’une ravissante finesse. Une lame dont la légèreté serait jalousée par les Dieux. Une lame dont le tranchant pourrait couper les plus noirs enfers. »

Mes lèvres étaient convaincues de son talent et de la faisabilité de ma demande. Elles avaient d’ailleurs remarqué que le forgeur n’avait pas daigné quitter ma silhouette depuis maintenant plusieurs minutes.
Milford Dana
Héros professionnel
avatar
Surnom : Scarlet Blade
Profession : Héroïne - Mannequin
Rang : A
Yens : 319
Alignement : Rebelle
Re: Les épées sont démodées [SOLO] || Sam 11 Aoû - 19:38

« Dans quel but exactement utiliserais-tu ma plus belle création ? Pour tuer ? Pour pavaner ? Pour terroriser ? Dis-moi ! Quelle est l’essence de ce qui anime ta venue ici ? » Me questionna-t-il sévèrement. Son regard bien que de travers était perçant. Il cherchait à me sonder. Pour la première fois depuis ma venue ici, il parut intéressé par ce que cachait mes vêtements de marque. L’intérêt qu’il me portait alimenta odieusement mon égo ! Mes différents tests de katana l’avaient rendu moins têtu et plus attentif sur ma personne. Pour l’heure, il désirait une réponse ! Et de la plus honnête des manières, je la lui adressai « Pour une épéiste comme moi, une épée est un membre à part entière de mon corps. Je ne souhaite donc plus être amputée de ce membre manquant. Plus que pour tuer autrui, j’ai avant tout besoin d’une épée qui saura me résister ! » Le sourire réceptif de mon interlocuteur, égaya immédiatement le mien. Il avait l’air d’adhérer à ma manière de penser. « Penses-tu pouvoir répondre à ma commande ? » L’affaire était entendue. Il ne resta plus qu’à entendre son accord et ce dernier ne se fit pas tarder. « Ne sous-estime pas le meilleur forgeron de la région ! Ta commande sera prête dans les plus brefs délais… En revanche, c’est vraiment la première fois que je vois une épéiste aussi extravagante ! Les épéistes ont bien changé de nos jours... »  Son sourire bien que maigre ainsi que ses minuscules braillements m’était précieux. Il avait cédé. Ma lame serait bientôt prête.

En attendant mon dû, je pris le premier sabre que je trouvais pour m’entraîner dehors. Pendant plusieurs, je suai un nombre incroyable de gouttes en respectant méticuleusement le même geste. L’intensité de mon mouvement n’avait jamais l’air de faiblir. Le bruit de ma lame contre le vent persistait à garder cette même mélodie autoritaire. Pas un seul chaton ne passa observer mon entraînement. L’absence de fans autour de ma magnifique personne était frustrante, mais j’aimais me faire discrète pour ce genre d’entrainement. Même avec quelques gouttes de sueur sur le front, je restais sensuelle et bien plus belle que la moyenne des femmes. Cependant, comme un magicien préservant le secret de ses tours, je préférais cacher les entrainements que je m’imposais pour progresser…
Quand j’infligeais à mon corps cette rigueur, j’en oubliais même la notion du temps. Les minutes puis les heures s’écoulaient sans que je ne daigne m’arrêter de travailler. Entretemps, j’avais fait en sorte de varier mon panel d’exercices. Il était en effet important que je peaufine et mon corps et ma maîtrise de la lame. Actuellement, il y avait un nombre impressionnant d’héros me surpassant. Soit par leur expérience. Soit par l’inestimable alter les caractérisant. Coincée dans cette campagne paisible, l’entraînement était bien le seul moyen pour me permettre de combler ce retard. Et si je ne fus pas arrêté par l’appel salvateur, il aurait fallu que la fatigue vienne me rétamer pour stopper mes ardeurs.

Au moins, j’avais obtenu ce que je voulais : une lame de qualité ! Apparemment, peu habituée au forgeage de rapière, il semblait plutôt déçu de son résultat. Ou du bien, il semblait persuadé que la prochaine rapière qu’il bâtirait serait d’une qualité mille fois supérieur à ce qu’il m’avait donné. En tout cas, pour je sus quelle raison, j’avais apprécié le premier empoignement de ladite arme. En admirant l’éclat de son métal, je pouvais aisément desceller qu’elle attendait d’être maniée par une femme de caractère. Le défi me paraissait intéressant ! Combien de temps tiendrait-elle avant de m’abandonner ? Ne pas savoir la réponse rendait la question d’autant plus intéressante. « C'est une belle lame que tu m'as forgé, vieillard ! Combien te dois-je ? » lui demandais-je alors en sortant un porte-monnaie garni de pièces de billets. « Ça ! » rétorqua-t-il en ne piochant qu’une misérable poigne de pièces. « Je fais toujours un prix d’ami pour les épéistes dont j’estime la valeur… même si ce sont des pestes ! Bon vent ! »  

Un homme bien étrange et qui s’en était allé avec seulement une poignée d’argents dans ses mains. Si ma nouvelle lame se briserait trop rapidement, il aurait affaire à moi…
Contenu sponsorisé
Re: Les épées sont démodées [SOLO] ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ils sont beaux mes tableaux (Solo, Défi Jeu)
» Maison de combat XY
» [Les Royaumes Elfiques] Modélisme
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Autres lieux :: Autres :: Reste du Japon-
Sauter vers: