Pour la science
header

Partagez|

Pour la science

Hayasa Ryūmi
avatar
Profession : Élève 2K - Filière Ingénieure
Rang : B
Yens : 325
Alignement : Bienfaitrice
Pour la science || Mar 14 Aoû - 16:03

◄► For science ◄►


C'était mon projet pour le lycée de l'année dernière, en rapport et en collaboration avec le lycée Kyuunan. En principe, il n'est pas rigoureusement demandé que cela sorte du cadre des plans, dans les faits la grande majorité des projets de ce type ont tendance à voir le jour. Passer autant de temps sur nos bébés pour finalement les laisser de côté juste après, ce n'est pas réellement la mentalité du pôle assistance. Surtout que je ne vise pas que le prototypage, encore moins une utilisation personnelle. J'aimerais que via mon nom, mes créations se répandent. En même temps, ce n'est pas le voeu de tout ceux qui m'entourent ? Bon, il y a certainement un certain aspect financier et un peu d’égo qui rentrera forcément en jeux, mais le but final reste le même.

Sauver des vies.

Enfin, avant de voir aussi grand, commençons par un petit pas. Enfin, par un petit gilet. Enfin ça c'était l'idée de base, je pense que je suis au moins à la douzième forme différente, avant de me dire tout simplement que je ne faisais compliqué pour pas grand-chose. Un boitier de base, des électrodes, ça a le bon goût d'être discret et de pouvoir s'adapter à un certain nombre d'uniformes et de tenue différents. Cela me parait évident maintenant, mais il a fallu du temps pour que l'idée fasse son chemin.

"C'est froid."
"Désolé."
"Ne t'excuse pas pour rien."
"Désolé..."

Suzuki Shieri replace ses lunettes reconnaissables entre mille sur son visage fin, encadré par sa chevelure lisse et noire comme si elle avait était ciré. Nous sommes à l'infirmerie avec l'autorisation de la personne en charge de celle-ci... Pourtant réussir à avoir l'autorisation de Kimura-sensei fut une épreuve en soi. Mais on 's'assure de déranger le moins possible et de ne pas prendre de place qui pourrait être utile à d'autres. De toute manière, difficile de tester l'efficacité d'un appareil de mesure, sans une comparaison fiable et le plus simple pour en trouver. Vous avez compris, je pense. Usagi est aussi présente, elle remet les électrodes en place à la délicatesse d'un boucher taillant la viande a grand coup de hachoir. Plusieurs fois, j'avais demandé à une médecin en lien avec Kyuunan ce qui l'aiderait à l'établissement d'un diagnostic médical, elle avait répondu que commencer par l'ECG, le pouls, la température, la tension artérielle serait un bon début.

"Le thermomètre c'est bon, testé et re-testé."
"Oui."
"J'ai une idée pour le coeur."

Dit-elle d'un air taquin et coquin, avant de glisser à l'oreille de la binoclarde quelques mots, plaçant sa main pour couvrir ses paroles. L'effet est instantané, l'appareil s'emballe, les chiffres grimpent à la vitesse d'un cheval au galop et celle-ci s'empourpre. Juste avant qu'elle ne se mette à hurler, ses deux amies lui font le signe de se taire en regardant vers l'infirmière qui semblait sur le point de se lever. Ce ne serait que partie remise, j'imagine...

Pour ce qui est de l'oxymètre de pouls et du suivi de la tension artérielle, ce fut plus compliqué, mais en un an j'avais eu le temps d'avancer. Enfin, en réalité on jongle entre les projets de nous quatre et en retour, on s'entraide de la même manière, d'ailleurs en parlant de quatre. Le garçon aux allures du bucheron du grand nord fait son entrée. Calme, d'un pas lent, il fait une révérence courtoise à l'infirmière avant de venir nous montrer tout contents le résultat d’heures et d'heures de travail.  

"De nos jours, presque tout le monde à un smartphone, alors je me suis dit que..."

Ce n'est pas une mauvaise idée, une application gratuite compatible avec les OS les plus courants permettrait aussi à l'utilisateur de consulter ses propres données ou de les transférer. Même si ce n'était qu'un dérivé de celle qu'il utilisait pour son propre projet, le fait qu'il me remette le code source a fait une base de travail suffisamment solide pour que plus tard voie le jour celle qui sera utile pour l'appareil ici présent. Mais c'est une autre histoire, d'ailleurs nous avons de toute évidence suffisamment éprouvé la patience de mademoiselle Tsubaki pour la journée, il est temps de remballer.

________________


En cas d'urgence:
 



Dernière édition par Hayasa Ryūmi le Lun 10 Sep - 10:59, édité 1 fois
Hayasa Ryūmi
avatar
Profession : Élève 2K - Filière Ingénieure
Rang : B
Yens : 325
Alignement : Bienfaitrice
Re: Pour la science || Mar 14 Aoû - 16:05

◄► For science ◄►

Plusieurs jours étaient passés, j'approche de plus en plus de la date butoir pour la présentation. Je me demande réellement pourquoi j'ai tellement voulu faire deux appareils plutôt qu'un plus sophistique... Les besoins ne sont pas les mêmes, mais les contraintes également. En un mot comme en cent...

Je suis en retard !

Je ne peux assurément pas présenter un engin qui n'a pas été testé et pas une ou deux fois. À chaque fois j'envisage le pire, me fais des dizaines de scénarios tous plus désagréables et catastrophique les uns que les autres dans ma tête. Mais plus j'approche de la date butoir, celle où je vais devoir présenter mon projet à un professionnel intéressé par celui-ci et venant du monde des grandes entreprises, plus j'ai le trac. La nervosité aspire la concentration, ça ne fait qu'attirer les erreurs et donc exactement ce que l'on redoute.

Calme-toi Ryūmi...

J'ai dû vérifier l'ambulance autonome une bonne demi-douzaine de fois, fait et refait des check-list, m'assurer que la batterie s'était bien connecté quand l'engin, le gros drone on peu dire, est rentré à sa station d'accueil et de rechargement. Tout va bien, enfin en tout cas pour le moment. Pour éviter d'envahir l'infirmerie, un autre lieu a été programmé pour servir de site pour transporter les blessés volontaires... C'est tellement étrange et ridicule à penser que j'espère que c'est la toute dernière fois de mon existence que mon esprit formera ses mots ensemble.

Mes trois amis de toujours sont présents, chacun avec un prototype de moniteur de santé portatif pour servir à la fois de géolocalisation, mais aussi de déclencheur. Bon évidemment, on a prévenu l'école histoire qu'ils ne se demandent pas ce que fait un drone de la taille d'une grosse voiture avec un élève à bord... Surtout allongé sur un brancard. Après avoir tiré à la courte paille, Buichi serait le premier, il s'allongera dans une pente. Enssuite Shieri sur le toit du gymnase et enfin Usagi au bord de la piscine...

Puisqu'il faut bien commencer quelque part :

"Je lance la simulation !"
"Une crise cardiaque ? T'abuses, je n'ai que seize ans..."
"Tais-toi papy, la cavalerie arrive..."

À ce moment précis, Shieri prend son téléphone et lance la chevauchée des valkyries

"Osez me dire que vous n'y aviez pas pensé ?!"

On y avait pensé... Faut dire que c'était facile pour le coup. Mais tellement de circonstances. L'éléphant volant avec peu de grâce, mais tout de même sureté approche, il évite même un obstacle imprévu... Fichus élèves qui utilisent leurs alter à la légère. Enfin soit ! L'engin approche, un trait de lumière alors qu'il est en vol stationnaire nous prouve qu'il étudie bien rapidement le sol pour assuré la plus grande efficacité dans ses manoeuvres. Il se pose, ses pattes mobiles à doigts qui s'adaptent au terrain... Mais pas aussi bien qu'il le devrait, on penche tous la tête dans un geste synchrone pour vite voir que...

"C'est une idée où ce n'est pas droit ?"
"Un problème de capteur..."
"Pourquoi le gyroscope ne prend pas le relai ?"

Peut-être parce que le problème venait du gyroscope lui-même ? C'est dans la liste des finitions à faire. Même quelques pauvres degrés d'inclinaison, c'est un paramètre inacceptable pour un projet qui tend à vouloir sauver des personnes. Bref, il est posé, ses rotors se relèvent dans une geste rapide, mais précise, dégage l'espace et alors le brancard électrique autonome se met à rouler et atteint rapidement la "victime". Malgré son gabarit, il est issé dedans puis est emporté dans l'engin, lui-même se ferme et décolle sans soucis apparents malgré la charge supplémentaire.

On se met alors a courir pour suivre du regard la course de l'engin, plus haut un surveillant fait de même, par conscience professionnelle, curiosité ou les deux certainement. Mais aucun incident, si après autant de temps on en avait eu un ce ne serait réellement ridicule. Alors que l'on arrive finalement là où le grand gaillard à était déposé, soit un panneau en carton avec écrit infirmerie test dessus, il lève le pouce avec un petit sourire triomphant.

Les tests suivants, étalés sur deux jours seront aussi probants, surtout après quelques aménagement et optimisation des programmes et du matériel. Tout de même, à un moment la question est soulevée.

"Au fait, ça ne serait pas plus sûr de faire monter à bord un ou deux robots pour aider à installer le patient sur le brancard, voir faire les premiers secours ?"

Je regarde le sol avec un air amer pour toute réponse. Elle fait un petit "Oh ?" surpris et n'insiste pas sur le sujet. Dison que c'est une longue histoire, pour faire simple, pour le moment les robots ne sortent pas de certains cadres stricts, peut-être que plus tard ?

________________


En cas d'urgence:
 

Hayasa Ryūmi
avatar
Profession : Élève 2K - Filière Ingénieure
Rang : B
Yens : 325
Alignement : Bienfaitrice
Re: Pour la science || Mar 14 Aoû - 16:05

◄► For science ◄►

Le jour le plus long, enfin c'est l'impression que cela me donne alors que le soleil n'est même pas levé. Je viens de faire tomber mon bol pour la seconde fois, parler de nervosité à ce niveau est un doux euphémisme. Exceptionnellement, cette nuit j'ai dormi chez mon grand-frère, c'est moins loin de ma destination du jour et je pourrais faire quelques affinages sans réveiller toute la maisonnée. Pour le moment, je me contente d'affronter ma propre faiblesse en attendant qu'il se lève lui-même.

Une fois présent, plus ou moins le même rituel qu'habituellement, sauf que je n'arrive pas tout juste, petit déjeunée après que j'ai nettoyé mes bêtises, câlin, petite discutions avant qu'il ne parte travailler. Pour ma part, je me rends au lieu de rendez-vous. J'ai fait attention à bien me préparer, me parer de ma plus belle robe et soigner mon apparence. Décidément, je vais devoir m'entrainer à marcher avec ces escarpins à petits talons, c'est loin d'être la même chose qu'avec des chaussures de ville.

Avec une démarche peu assurée et pas aussi adroite qu'il le faudrait, je me dirige vers le bureau du secrétaire. Serrant fort contre moi le porte-documents contenant les plans et divers papiers relier à mon dossier ou aux démarches administratives propres aux prototypes que je viens présenter. Suiteà une présentation sommaire et austère, le monsieurs, tiré à quatre épingles et polie sans être forcement le plus aimable propose, ou plutôt impose de vérifier les papiers. On y passe au moins deux bonnes heures, pointilleux est un terme gentil comparé au maniaque qu'il est, faisant attention aux détails comme aux subtilités. Pas seulement en ce qui concerne leur bureau, mais aussi ma propre documentation et c'est logique : tout temps gagné en amont se répercute en aval. C'est tout aussi vrai pour les erreurs.

C'est avec un dossier tout beau, tout propre que va par la suite rejoindre le héros dont il supervise la bureaucratie et l'intendance. Enfin oui et non, je vais devoir l'attendre un peu, c'est normal qu'il ait d'autres obligations et je peux patienter. Finalement on me convie à entrer dans une grande pièce, il ya un monde charge connecté à celle-ci qui va du sous-sol jusqu'au toit du petit immeuble. La seconde de l'agence m'accueille donc, le directeur étant absent. Un homme d'âge moyen, une chevelure très légèrement hirsute, un bouc bien taillé, deux yeux sombrent par-dessus un sourire léger, mais présent. Il s'approche portant une tenue à mi-chemin entre la blouse de scientifique et un tailleur blanc.

Après de simples salutations, on entre vite dans le vif du sujet, je prends une tablette pour pouvoir noter les remarques, changement à apporter, suggestion et tout ce qui me semble utile. Je peux même faire des photographies et dessiner dessus ou les annoter ce qui est pratique tout de même. On passe tout au crible avec monsieur Sapporo, en fait je suis certaine que ça l'amuse, il voit cela plus comme un jeu qu'une charge ce qui n'est pas bête en fait. Rapidement, j'accumule plein de détails et de peaufinage que j'aurais à faire, mais aussi des idées et des changements à apporter qui sont trop lourds pour la version actuelle. Je n'ai même pas fini la première version que j'ai déjà de quoi lui faire un petit-frère. C'est toujours ainsi avec la création, les versions se succèdent toujours, il ya toujours à modifier, adapter, parfaire.

D'un angle trop aigu, à une taille légèrement trop réduite jusqu'au confort du siège prévu pour un accompagnant, il a un oeil d'expert et ça se voit. J'en apprends aussi beaucoup sur l'ergonomie, l'industrie médicale et certains domaines liés pendant cette entrevue. Évidemment, nous ne passerons pas outre plusieurs essais, bien que je l'ai trouvé très enclin et joyeux à l'idée de jouer la victime, il avait même déjà prévu les coordonnées précises de l'hôpital le plus proche. Je me demande si le directeur était vraiment si pris que cela, où si son second n'était pas plutôt excité à l'idée de... Ce ne sont pas mes affaires.

Une fois à l'hôpital, nous en avons profité pour présenter le moniteur de santé dermal à un médecin. Lui présentant les fonctions basiques et aussi les dernières mises en place, en précisant qu'elles étaient encore à l'étude. Le contrôle de l'apnée du sommeil sera très utile, notamment pour les personnes en surpoids. Le calendrier et le rappel de prescription pour les têtes en l'air. J'ai aussi ajouté un podomètre... L'engin étant une série d'électrodes sur le corps, relier à une base pas plus grande qu'une carte de visite, léger pouvant se glisser dans une poche, un portefeuille et une trousse de secours cela pourrait être utile aussi aux sportifs ou simplement les personnes qui font attention à elles.

La journée se finit, au final il ne m'aura dit à aucun instant qu'il est clairement satisfait par ce que je lui ai présenté... La raison est simple, pragmatique il attend un test en conditions réelle et sans le savoir j'allais le subir au pied levé.

________________


En cas d'urgence:
 

Hayasa Ryūmi
avatar
Profession : Élève 2K - Filière Ingénieure
Rang : B
Yens : 325
Alignement : Bienfaitrice
Re: Pour la science || Mar 14 Aoû - 16:06

◄► For science ◄►

Une poignée de jour à peine suite à la visite, toujours pas de nouvelles. J'ai passé ce temps en étant officiellement nerveuse, dans le même état qu'une enfant accroc au sucre ou ayant bue le café serré d'un adulte derrière son dos. J'ai passé mon temps libre à appliquer les choses relevées par messieurs Sapporo. Principalement l'ergonomie et l'accessibilité des personnes en fauteuils roulants, la sécurité des accompagnateurs et fixations du brancard.

Je n'étais pas belle à voir, grand-frère ma obligée à faire une nuit de sommeil de dix heures, après que j'ai passé une bonne heure dans ses bras à chouiner et à dire qu'elle point je suis nulle... Certainement pour décharger angoisse et frustration. Au petit matin, je suis réveillée par la sonnerie de mon téléphone. Les héros, même stagiaire n'ont pas de jours de congés.

"Mademoiselle Hayasa Ryūmi ?"
"Oui ?"
"Bonjour, je vais faire vite : Je suis une des coordinatrices de l'hôpital "International Medical Crossing" situé dans le district Minami-Azabu situé à Azabu, un quartier dans l'arrondissement de Minato de Tokyo. Nous nous retrouvons face à une pénurie de personnel ambulancier. Nous avont besoin d'aide en toute urgence à ses coordonnées, vous agirez sous la supervision d'un héros sur place. Nous avons l'autorisation de votre agence pour vous faire cette demande. Rejoignez ces coordonnées au plus vite."

J'observe les coordonnées, avec les prévisions les plus pessimistes...

"J'y serais en dix à quinze minutes maximum."

Elle raccroche. Je n'ai pas promis que j'y serais dans un état présentable... Même si je vais faire des efforts. Au moins, j'ai mis mon uniforme à la va-vite. Je profite du vol aller pour regarder les informations sur ma tablette. La partie de la ville ou l'accident a eu lieu est bloquée, pas par des décombres, une catastrophe ou autre, simplement par une circulation infernale du petit matin. C'est l'heure de pointe, le carambolage qu'il vient d'avoir lieu n'a absolument rien amélioré, au contraire. Aucun lieu proche pour poser un hélicoptère, les secours peines pour se frayer un chemin. Bref, en attendant que la situation et la circulation se fluidifient, c'est aux héros de tenter de faire avec les moyens du bord.

J'arrive en huit minutes, mon supérieur du jour me beugle des ordres. Principalement à cause du bruit et du chaos ambiant pour être certain de se faire entendre. On ne prend même pas le temps, on n'en perd pas surtout avec les politesses d'usage. Ainsi va commencer le balai pour emmener les blesser les plus graves en priorité et... Profiter des retours pour transporter des infirmiers pour effectuer les gestes de premiers secours et les soins les plus urgents.

Évidemment, il ne s’agit pas que de transport, mais aussi de devoir plus humain, à l'image des personnes accompagnant les victimes qu'il faut calmer et rassurer. Un sourire franc, une main sur leur bras et des paroles si possible bien choisies. J'ai énormément de mal, mais c'est mon devoir et heureusement j'ai un an de formation théorique et pratique pour cela. C'est toujours plus dur quand des enfants sont impliqués évidements, mais si c'était simple ça se saurait. Pendant le voyage, en plus de rassurer, j'essaye d'aider au mieux le personnel. Je leur envoie un maximum de donnée via mon moniteur de santé et pose les questions d'usages aux victimes. Nom, prénom, statut, comment ils se sentent, regarder s'il ya des blessures apparentes, s'assurer qu'ils respirent bien et tout ce qui va bien.

Plusieurs heures on ne peu plus écrasante, mettant nos nerfs et notre sang-froid à dure épreuve. Puis finalement le tout se calme, entre-temps les secours ont pu aussi prendre en charge des personnes accélérant le tout. Le héros que j'ai soutenu me fait quelques remarques franche et légèrement brutale sur mon intervention, puis me gratifie d'une tape sur l'épaule et s'en va, le pouce levé.

Pour ce qui est de la suite, la potentielle utilisation à plus large échelle cela va attendre que je reçoive un courrier ou un message de l'agence Kyuunan ou de Yuei... Des deux ? Peut-être que j'aurais la chance de rencontrer la directrice qui sait ?

________________


En cas d'urgence:
 

Contenu sponsorisé
Re: Pour la science ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Tokyo :: Centre-Ville-
Sauter vers: