The Beach Episode
header

Partagez|

The Beach Episode

Tsubasa Suzaku
Héros professionnel
avatar
Surnom : Phœnix
Profession : Héros
Rang : A
Yens : 1470
Renommée : 182
Alignement : Bienfaiteur
The Beach Episode || Mar 21 Aoû - 14:30

On était dans la seconde moitié du mois d'Août à présent. Le soleil brillait haut dans le ciel japonais, et l’agitation touristique était des plus abondantes, ainsi que celles des vilains. Croyez-moi, ceux qui pensent que pendant l’été, les criminels prennent aussi des vacances sont bien loin de la vérité. Profitant de l’attraction des gens, beaucoup tentaient de commettre des crimes singuliers, oubliant tout ce qui était opération de grande ouverture pour s’en prendre aux touristes. Les journées de boulot, je les passais ainsi plus souvent à trainer dans les rues et enchaîner les arrêts de pickpocket, vol à l’arrachée ou agression de coins de rues. Des cas chiants et crevants, chouette.

M’enfin, heureusement à l’agence, on était suffisamment nombreux pour pouvoir s’accorder de temps à autre des jours de congés de manière spontanée. Ayant espionné un peu le planning, j’avais pu déposer sans problème une journée de repos qui me seraient des plus méritées pour me détendre. Le problème : je ne me voyais pas resté cloîtré chez moi une journée à ne rien faire, car même si j’étais content de pas bosser, je voulais me dépenser un peu. Et tout seul, ça aurait été encore plus chiant que de passer ma journée à aller à droite et gauche pour rien.

Pour ça heureusement que j’avais prévu le coup ! Voulant m’assurer de pas me retrouver tout seul aujourd’hui, j’avais choisi d’envoyer une invitation à Nami. Non pas réellement de venir chez moi, vu qu’on aurait pas réellement pu faire grand-chose à deux… Je crois. Non, à la place, j’avais choisi d’aller à la plage avec elle. C’était fun, j’allais enfin lui prouver que j’étais capable de nager (et pas patauger comme elle disait se foutre de ma gueule) et aussi pour s’entrainer. Après tout, courir sur la plage, c’était plus physique, n’est-ce pas ? En plus, je pourrais l’emmener dans un endroit qu’elle aimerait sans doute revenir, donc c’était donnant-donnant.

Mon jour de congé arrivé, me voilà préparé avec mes affaires pour sortir. Ma mère semblait étrangement joyeuse ce matin, quand je lui ai annoncé que je sortais à la plage avec Nami. Hmmmm… Bah, c’est pas important. La saluant donc, sans doute juste avant qu’elle-même ne parte au boulot, j’allais au garage afin d’emprunter la voiture familiale. Usuellement, il n’y avait que ma mère qui l’utilisait, mon père et moi  bénéficiant de notre permis provisoire pour voler où l’on voulait. Mais elle semblait plus que volontiers à me prêter la voiture pour aujourd’hui, alors qui suis-je pour discuter. C’était bien plus simple que d’enchaîner métro et bus pour arriver là-bas après tout.

Marcel, Short de bain et lunettes de soleil, j’étais paré pour partir. Prenant la route et retirant le toit pour passer en décapotable (oui oui, je suis riche, osef), je me dirigeai ainsi vers le point de rendez-vous. Oui, je n’étais pas fou au point de dire à Nami que j’irai la chercher chez elle. Son père m’aurait tenu la jambe cinquante ans pour s’assurer que sa « princesse » soit tranquille, et surtout qu’il aurait fait en sorte de nous retenir pour m’empêcher de profiter de la plage. Une dizaine de minutes plus tard, je réussi à me garer sur le parking extérieur, de Seigi, c’était le plus simple pour se retrouver. A peine sorti de la voiture que j’eu déjà deux trois collègues qui m’abordèrent, me demandant ce que je foutais ici.


« - Méh, j’ai décidé d’aller à la plage pour me détendre. J’ai invité Cold Breath, on pourra se détendre un peu. »

… Pourquoi ils me faisaient cette tête de débile maintenant ? Ils devinrent plus attentifs à ce que je disais, voulant creuser niveau questions. Mais ils voulaient que je dise quoi de plus ? On y va à deux pour profiter du soleil, that’s all.
M’enfin, l’attente fut courte, puisque du coin du regard, je reconnu la chevelure bleutée de ma coéquipière, l’appelant au loin d’un long geste.


« - Oy ! Fubuki ! Par ici ! »

Faisant signe aux autres de partir vu que je voulais prendre la route rapidement, j’attendais qu’elle se ramène pour entamer la suite de la conversation, retirant enfin mes lunettes de soleil.

« - C’cool que tu sois venu. Rassure-moi, je dois pas m’inquiéter d’avoir des collègues à ton père qui me traquent, hein ? »


________________





Tu ne prendras jamais ton envol si tu ne prends pas le risque de sauter.



Costume Héroïque:
 


Battle Anthem:
 


Dernière édition par Tsubasa Suzaku le Jeu 27 Sep - 20:52, édité 1 fois
Fubuki Nami
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Cold Breath
Profession : Élève 3S - Filière Héroïque
Rang : B
Yens : 1410
Renommée : 98
Alignement : Dévouée
Re: The Beach Episode || Lun 27 Aoû - 15:48


Debout depuis 6h, je n'avais pas vu le temps passé avec tout ce que j'avais eu a faire depuis mon réveil.
C'était donc déjà a moitié lessivée que j'enfilai ma tenue de sport à regret par dessus mon maillot de bain, ce dernier offrant des perspectives plus attirantes que la première, bizarrement...

Allez, on se motive ! Les mains claquant mes joues, je me bougeais pour rassembler mes affaires de plage dans mon sac à dos ainsi que le reste.
Le portant finalement sur une épaule, je quittai ma chambre pour rejoindre ma mère au rez de chaussée. Mon père avait été bipé dans la nuit pour se rendre en intervention et puisque j'avais prévu de sortir aujourd'hui... j'avais passé mon tour pour lui prêter main forte pour cette fois-ci...
Je culpabilisais un peu mais bon... j'étais en vacances encore pour quelques temps alors ce n'était pas les occasions qui manqueraient pour me rattraper – d'ailleurs il n'était même pas venu me réveiller pour me le demander -.

Me servant un verre d'eau dans la cuisine, ma mère vint m'y rejoindre, fin prête elle aussi.
N'étant qu'une petite mineure presque majeure, je n'avais pas encore le permis si bien qu'elle avait gentiment acceptée de me déposer à l'agence avant de filer travailler à l'hôpital. Cela m'évitait les transports en commun, la foule du matin, les bousculades et encore bien d'autres problèmes : ce qui était sympa !
Et puisque Tsubasa-senpai avait dit nous emmener à la plage, cela aurait été ridicule que j'aille moi même en voiture jusqu'à l'agence pour ensuite monter avec lui, même si j'avais eu le permis...

Si ma mère savait pourquoi j'allais à l'agence au beau milieu de mes vacances ? Ah … euh... non. Enfin... elle pensait que j'y allais pour des trucs de héros, comme d'habitude mais...

« Tu compte aller te baigner ? »

Me demanda-t-elle subitement tout en désignant la lanière noire visible, nouant ma nuque.

« … Après mon passage à l'agence oui. Pour profiter de mes vacances. »

Un petit sourire se forma de ses lèvres, me laissant une impression désagréable, sentant cette question en suspens sur ses lèvres qui ne vint jamais : c'était déjà ça.

Finalement installées dans sa petite citadine qui n'avait rien d'extraordinaire, nous prenions la route. L'agence était visible une demi heure plus tard... Foutue circulation de Tokyo !
Heureusement que j'avais prévu large : j'arrivais presque pile à l'heure.

« Déposes moi là, ça ira ! »

« Comme tu voudras. »

Inutile d'aller jusque sur le parking de l'agence. Si elle croisait Tsubasa-senpai, j'étais foutue et bonne pour un interrogatoire en rentrant. Même si ça serait forcément un interrogatoire bien plus détendu que celui de mon père... Rien que de penser au Lieutenant Fubuki dans un face a face, se penchant sur mon cas, j'en avais des sueurs froides... Brrr...

Après avoir déposé un baiser sur sa joue, je sortis de la voiture, sac à dos toujours sur une épaule et lunettes de soleil posée sur le nez, pour me diriger vers le parking.

Est-ce qu'il était déjà là ? D'ailleurs, comptait-il nous y emmener en volant ou de manière plus traditionnelle ? Si c'était en voiture... je l'imaginai tape à l’œil, peut être rouge.
Je ne fus donc même pas surprise de voir qu'il y en avait bien une a côté d'un Senpai en grande conversation et... en tenue de plage.

Arquant un sourcil au loin, je relevai mes lunettes de soleil pour les poser sur ma tête et m'approchai de lui alors qu'il me héla avec toute la discrétion dont il était capable.
Les personnes de l'agence se dispersèrent, non sans m'adresser un petit regard en coin énigmatique que je relevai sans pour autant chercher a le déchiffrer.

« Ohayo, Senpai ! »

« - C’cool que tu sois venu. Rassure-moi, je dois pas m’inquiéter d’avoir des collègues à ton père qui me traquent, hein ? »

« Ne t'en fais pas, il a été appelé dans la nuit. Il me pense sans doute à la maison. Et puis... »

Je haussai les épaules.

« Tu dois pourtant être habitué a être traqué non ? Entres les journalistes et les hordes de fans. »

Petit sourire amusé avant de le contourner pour prendre place dans cette « voiture cinq étoiles ».

« Eh ben... jolie voiture. Tu troques les ailes pour du plus conventionnel ? »

Tape à l'oeil et surtout spacieuse avec son toit ouvrant. Comment le faire rentrer dans une fiat 500 vu son gabarit ? En tout cas, pour changer, c'était moi qui paraissait bien ridicule là dedans.

Bouclant ma ceinture, et attendant qu'il s'installe à son tour, j'en profitai pour désigner sa tenue et le taquiner.

« Et donc... c'est ta tenue appropriée pour t'entraîner ? »

Une vraie allure de vacancier.

« Je te rappelle que tu vas conduire avec une réserviste des forces de l'ordre. Évite de trop enfreindre le code de la route. »

Blaguai-je à moitié.
J'aurais l'air maline si on se faisait arrêter par des collègues à moi...
Sans parler qu'il n'y avait rien pour s'accrocher ici... Ce n'était pas forcément une bonne idée, connaissant son goût pour la vitesse, a foncer tête baissée...
Mais nan ! Il faisait forcément attention a ne pas risquer de blesser quelqu'un ! Il avait eu son permis après tout...
ça me faisait penser...

« ça t’arrive de la pousser sur un circuit ? Si un jour tu veux le faire dans un endroit désert, préviens moi. J'aimerais m'entraîner a faire des tirs embarqués pour réussir a bien viser, même lancée a grande vitesse, ça pourrait servir.»

Et ça améliorerait ma précision aussi bien avec mon glock qu'avec mes projectiles de glace pendant qu'il s'amuserait, donc tout benef' !

« Sinon, tu connais un coin de plage tranquille ? Au beau milieu des vacances, avec ce soleil et même a cette heure, il risque d'y avoir du monde. Notre entraînement risque plus de devenir un spectacle qu'autre chose... »

Si on pouvait seulement s'entraîner... J'imaginais déjà les fan-girls en émois devant Phoenix ... eurk...

________________



Nami's theme:
 
Tsubasa Suzaku
Héros professionnel
avatar
Surnom : Phœnix
Profession : Héros
Rang : A
Yens : 1470
Renommée : 182
Alignement : Bienfaiteur
Re: The Beach Episode || Ven 31 Aoû - 15:12

Le sourire de Nami savait être annonciateur d’une bonne journée en perspective. Si je devais être honnête, j’avouerai que j’avais des craintes sur le fait qu’elle accepte de venir. Non pas qu’elle n’ait pas envie de trainer avec ma personne, loin de là, mais plutôt qu’elle aurait rapidement capté que ma proposition d’entrainement ne soit qu’une excuse pour juste aller se détendre à la plage. Ou alors elle avait capté et comptait également dessus pour avoir du fun aujourd’hui ? Dans tous les cas, elle ne s’attendrait certainement pas à ce qui allait lui tomber dessus, fufufu…
M’enfin, mes plans diaboliques scellés sous clé, je la laissai continuer la conversation, notamment un petit tacle que je pouvais deviner à propos de ma « popularité ».


« - Justement, j’aimerais pour une fois vivre une journée sans avoir peur que quelqu’un me prenne en photo à mon insu sous mon mauvais profil… Bah, qu’est-ce que je raconte, évidemment que je n’ai pas de mauvais profil ! »

Fier de ma remarque pertinente, je me riais à moi-même, sans me rendre compte que ça n’avait aucun effet sur Nami qui se contenta d’inspecter la voiture. Pouffant légèrement de rire face à son manque d’attention, je répondis à ses questions alors qu’elle prenait place sur un des sièges avant.

« - Déjà que tes collègues en uniforme m’ont dans le collimateur quand je suis dans mon droit de faire de la voltige, évitons de les titiller alors que je suis techniquement en congé ! Et du coup, pas de voyage tenu par les serres inconfortables pour toi, j’ai demandé à ma mère de me prêter sa bagnole, celle dans laquelle t’es installée. »

Roulant des yeux à sa remarque sur ma tenue, qui je savais allait forcément tomber, je jetais un dernier coup d’œil au sac à l’arrière de la voiture avant de prendre place au siège conducteur.

« - Un short et un marcel c’est tout ce qui faut pour m’entrainer sur du sable. Le reste se trouve dans le sac derrière toi. Et non, interdiction de regarder. »

Lui tirant la langue, je commençais le démarrage de la voiture, regardant dans mon rétro et commençait ma manœuvre, non sans un autre petit tacle moqueur de sa part sur ma capacité à me conduire en bon conducteur. Faussement insulté, je rétorquai avec une mine faussement offensé.

« - Comment pourrais-tu pensé que moi, un noble héros suivant les règles, je serais irresponsable sur la route ?[/color] »[/b][/center]

… Mais ça ne tenu que quelques secondes avant que je n’éclatais de rire de ma propre interprétation.

« - Relax. Contrairement au permis héroïque, me suis déjà fait suffisamment tapé sur les doigts pour savoir que je peux pas rouler à 120 km/h en ville. Et de toutes, jamais je prendrais le risque de l’abimer, donc oublie ton idée de faire un film d’action en course poursuite, ou soit prête à affronter le courroux de ma mère… »

Rien que l’idée me faisait frissonner de flippe. Affronter des criminels, des monstres ou des titans, facile. Affronter la furie de la Mama, NOPE !
Maintenant en route de la plage, il ne nous restait plus qu’à passer le temps de la route. Heureusement, je savais que discuter avec ma partenaire n’était jamais difficile, surtout après février… Même avec des gens que je connaissais bien, je me sentais mal de parler aussi tranquillement, toujours la tête ailleurs à réfléchir, entre le boulot, les entrainements et les nouvelles passant à la télévision, il y avait de quoi rester concentré sur le métier de héros. Mais pas avec Nami, les choses étaient tellement plus simples et tranquilles.
J’enchaînais ainsi les sujets rapidement. Comment j’étais surpris de partir en mission avec Yu, surtout une de cette ampleur. Mon petit combat d’entraînement avec l’officier Nakamura de la brigade de réservistes. Gardant pour la fin la mission avec Asami, une apparente connaissance de Nami. Mais le sujet était bien plus… Personnel.


« - Et puis merde, ils avaient quoi à poser ces questions à la con aussi ? Parlait en son nom, et puis quoi encore ? Tss, j’vais leur montrer que je peux être un bien meilleur héros que lui, mais à ma manière. »

Conseil que m’avait donné la bluette, il été vrai. Me rendant compte de la chose, je préférais tourner la tête légèrement ailleurs, le regard toujours sur la route malgré tout. Je refusais de voir son sourire narquois à l’idée que j’ai pu me servir de ses conseils, même si je l’avais apprécié. Elle serait beaucoup trop fier, et l’arrogance mal placée est mauvaise pour le développement des héros. Pourquoi vous me regardez ?!

Bref, notre route arrivait enfin à son terme. Comme je pouvais m’y attendre, à cette heure si, les places de parking étaient pas mal bondées, mais il y avait encore de la place pour ma voiture. Heureusement que la décapotable était là, sinon sortir aurait été des plus problématiques… M’enfin, les petits soucis passés, nous étions tous deux armés de nos sac à dos et nous avancions en direction du sable. Enfin, des gens qui étaient posés sur le moindre mètre carré de sable. Oui, c’était envahis de personnes, japonaises comme étrangères, mais il fallait s’y attendre. Il faisait beau, les attractions de plages étaient sorties, la mer était suffisamment agitée pour y nager, bref, les conditions étaient optimum pour tous le monde.


« - Ouais… Je sais, tu te dis que c’est foutu, mais non, haha. Tu devrais le savoir, j’ai toujours un as dans ma manche. J’connais un endroit tranquille, mais pour ça, va nous falloir traverser la zone. Espérons juste qu’on ne tombera pas sur des.
- Hey regardez ! C’est Phœnix-sama !
- … Et merde. »

Très (trop) vite, Nami et moi-même on se retrouvait encerclés de monde, des fans qui avaient entendu le cri précédent. Chié, je savais que j’aurais du y venir en parka voilé, mais bon, faisait chaud donc c’était mort. Les gens défilaient entre ceux qui voulaient juste me saluer, ceux qui voulaient une photo et ceux qui voulaient un autographe… Sur des endroits assez peu prévus à cet effet. J’avais beau leur expliquer que je voulais juste m’entrainer pendant mon jour de congé, mais les gens ne semblaient pas entendre.

Essayant de les raisonner, je n’arrivai qu’à peu grand-chose et pensait que j’allais devoir me résigner pour aujourd’hui. Jusqu’à ce qu’il y en ait qui se mettent à parler de, voire avec Nami. D’un côté il y avait les commentaires qui se demandaient qui elle était et ce qu’elle faisait avec moi. J’avais déjà envie de répondre qu’elle était juste ma partenaire pour qu’on s’entraine, mais il vint s’ajouter d’autres personnes qui voulaient faire « plus que parler ». Sur le coup, je pouvais sentir une veine sortir de mon front alors que je voyais les regards qu’ils lançaient. Je suis un mec, pensaient pas que je suis ignorant de ce que les gars ont dans leurs têtes. Fronçant les sourcils face aux commentaires, je décidais d’attraper moi-même le poignet de Nami et de faire face aux autres.


« - Désolé, on est pressé et on a beaucoup à faire. A plus tard peut-être ! »

Et sans égard, je me mis à courir en trainant la bluette jusqu’à ce qu’elle en face autant, fuyant les gens qui auraient pour idée de nous suivre. Ce fut qu’au bout d’une demi-minute que je trouvais un embranchement dans lequel me planquer avec ma partenaire de nos poursuivants. Le regard vif, je me concentrai pour savoir si des gens restaient autour et s’il on pouvait sortir tranquille. Soupirant rassuré, je me tournai vers Nami pour lui dire qu’on était tranquille… Avant de me rendre compte que pour pouvoir nous glisser dans la cachette, j’avais plaqué son corps contre le miens. Quelques secondes pour me rendre compte du côté inconfortable de la situation, je sorti rapidement pour lui laisser de l’air.

« - D-désolé. J’aurais dû prévenir… Restons discrets pour l’heure, on devrait bientôt y arriver. »

Acquiesçant sur ma proposition plus qu’intéressée pour en finir avec ce moment gênant, j’entamai le pas pour reprendre notre route, non sans me mettre à frôler les bordures de la plage pour être discret. Cette portion du trajet fut assez silencieuse, une forme de « tension » naissante. Je me suis dit que c’était pour renforcer notre discrétion, oui, forcément, mais quand même… Juste pour faire de la discussion, ce n’était pas encore ça.
M’enfin, plus on avançait, plus l’on pouvait remarquer que la concentration de personnes devenait de moins en moins importante, à l’opposition de l’apparition de plusieurs formations rocheuses. Et c’est ainsi qu’on se retrouva directement seuls, face à face à une vraie barrière de roches empilées, de presque une dizaine de mètres de haut. Saisissant l’occasion de rouvrir ma grande gueule, je me tournai pour faire mon annonce  avec un sourire amusé.


« - Bien ! Je pensais que cela serait notre premier entrainement de la journée, mais faut croire que le Jogging nous a mis en jambes, ha ha ! En tout cas, l’endroit où je voulais t’emmener se trouve être une plage assez déserte. On a deux moyens pour y accéder : soit en empruntant une petite route que seuls les initiés connaissent, notamment moi-même. Soit… En escaladant cette muraille. C’est bien ta spécialité, non ? »

Comme avec un air de défi, je lui proposai ainsi de s’adonner à une activité qu’elle m’avait révélé adorer lorsqu’elle était gamine. Bon, c’est vrai, c’était plus sur des arbres, mais justement, c’était l’occasion de s’adonner à de nouveaux défis !

« - Aller hop, on grimpe, c’est parti ! »

Utilisant mon sifflet imaginaire, je fis immédiatement demi-tour et commençait ma propre escalade. Je devais avouer quelque chose : la grande taille n’aide en rien l’agilité. J’avais beau avoir un avantage de départ, c’était loin d’être suffisant pour tordre mes membres dans tous les sens afin de trouver appui et m’élever. Heureusement, ce que je manquais en souplesse je le compensais avec de la force de biceps, réussissant à me soulever facilement.
Après quelques secondes ainsi, nous étions tous les deux tout en haut (une arrivée avant l’autre, mais gnagnagna), et l’on pouvait voir ainsi l’étendue de sable blanc, fin, et surtout déserts. En ne considérant pas les même pas dix personnes déjà installées sur place, ce morceau de plage était réservé que pour nous deux. Un paysage qui, je devais l’avouer, était beau.


« - Ma mère nous y a emmené une fois, après une fête organisée par sa patronne. Y en a peu qui connaissent l’existence de c’t’endroit, et on fait en sorte que ça reste ainsi pour éviter de trop salir. Peut-être qu’un jour, je te montrerai la route officielle, haha. Mais en attendant, descendons et posons-nous, on a bien mérité une pause après tout. »

________________





Tu ne prendras jamais ton envol si tu ne prends pas le risque de sauter.



Costume Héroïque:
 


Battle Anthem:
 
Fubuki Nami
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Cold Breath
Profession : Élève 3S - Filière Héroïque
Rang : B
Yens : 1410
Renommée : 98
Alignement : Dévouée
Re: The Beach Episode || Jeu 6 Sep - 21:59

Tsss... Qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir dans ce sac ? Mon regard convergea dans sa direction, suspicieuse, avant de le reposer sur mon chauffeur du jour.
Simplement le basique pour aller à la plage, hein ? Il me faisait sans doute marcher, et il me narguait en prime...
Je soupirai... avant de hausser un sourcil sur sa remarque.

« - Comment pourrais-tu pensé que moi, un noble héros suivant les règles, je serais irresponsable sur la route ? »

Aha...Ahahahaha... Mais bien sûr, c'était le héros responsable par excellence, tout le monde savait ça ! Donnez une médaille à cet homme

Je m'apprêtai a énumérer tous ses actes connus qui ne rentraient très clairement pas dans cette catégorie mais son éclat de rire eut le don de faire réapparaître mon sourire. Il avait au moins conscience de son excès de zèle. Est-ce qu'il changerait pour autant ? Tutuuuuut... Probablement jamais. Est-ce que quelqu'un allait s'en plaindre ? Peut-être mais ça ne changerait rien, et puis... c'était comme ça qu'on l'aimait, notre tête brûlée.

Une tête brûlée qui arrivait pourtant a calmer ses ardeurs lorsque sa mère était mêlée a l'équation... Tant pis pour ma virée a grande vitesse pour m'entraîner au tir embarqué...
Je ne la connaissais pas vraiment, n'ayant eu a faire a elle qu'en de rares occasions et seulement pour de mauvaises... : l'intervention de la police suite a la disparition de Mihawk...
Mais je voulais bien croire Senpai et ne souhaitait pas m'attirer les foudres de sa mama alors oui... tant pis pour la course poursuite...

Il profita du trajet pour me raconter ses missions ou rencontres marquantes de ces derniers mois, notamment celle en duo avec Ember – dont j'avais entendu des bruits de couloirs... - ou bien de son affrontement amical avec l'agent Nakamura.

« Ah ! Je l'ai seulement croisé sans avoir l'occasion de vraiment lui parler ni même de faire de mission avec lui pour l'instant, mais c'est le nouveau messie d'Hanataro-kun ! »

Un réserviste à l'inverse de moi.
Officier de police intervenant de temps en temps pour l'agence et ayant donc le droit d'utiliser son alter dans ce cadre.
Un premier pas pour mêler les héros et les forces de l'ordre tout en considérant mieux ces derniers d'après mon ami Turbo Justice !
Tsubasa-senpai devait sûrement voir qui était Hanataro, nous étions souvent ensembles à Yuei et il n'était pas non plus du genre très discret...
Décidément, je n'étais entourée que d'extravertis !

Mais le plus important vint lorsqu'il parla de sa mission avec Oda-san (encore une extravertie !), et surtout des questions des journalistes. Je n'avais pas suivi ce meeting mais je me doutais du genre d'infos qu'ils avaient pu chercher a dénicher ou a planter comme des poignards.
Senpai semblait encore remonté rien que d'y penser mais j'étais satisfaite de voir qu'il appliquait mes conseils. Un petit sourire fier en coin, tout comme mon regard pour capter sa réaction, et je le vis détourner légèrement la tête, accentuant mon expression le temps d'un instant.

« Les journalistes cherchent le scoop. Soit à travers les informations fournies, soit à travers des réactions. »

La presse a scandale, ce genre de truc où vous pouviez très largement débrancher votre cerveau le temps de la lecture des articles.

« Ils cherchaient sans doute « juste » a t'énerver pour avoir de quoi écrire leur article. Toi qui a la manie de réagir au quart de tour : je te félicites. »

Mon sourire fier n'était plus là pour afficher ma satisfaction personnelle.

***

Le trajet finalement terminé, nous nous armions de nos sacs à dos et foulions le sable devant une nuée massive de monde. Ce qui était prévisible...
Il connaissait visiblement un endroit plus tranquille mais encore fallait-il réussir a y arriver... En effet, il venait d'être repéré.

Bien vite, un attroupement se fit autour de nous, me faisant le balayer du regard tout en étant sur le qui vif malgré une attitude plutôt détendue d'apparence, jusqu'à ce que je me fasse bousculée, certains voulant visiblement faire du forcing pour se rapprocher du Phoenix.
Tss... Au pire je pouvais aller m'asseoir dans un coin hein ? Le temps de signer les autographes et compagnie, peut-être que nous serions tranquilles au beau milieu de l'après midi ? Et encore...
Mais s'il n'y avait eu que cela...

Alors que l'attention était focus sur lui majoritairement, j'avais aussi le droit aux interrogations sur la raison de ma présence ici – à la limite... même si ça ne les regardaient pas vraiment mais bon, passons – et surtout de … « flatteries » ? … par une bande de futures cibles prochainement rétamées au sol.

Serrant la mâchoire sur leurs répliques lourdes de sous entendus et même directes pour certaines, je gardais mon calme mais voyait défiler toutes les prises d'arrestations possibles dans ma tête.
Et leurs regards... c'était franchement malsain. Si j'avais été frêle et sans défense sans doute que j'aurais même pu éprouver un certain mal aise voir même de la peur. Sauf que je n'étais pas sans défense et les railleries masculines étaient mon lot quotidien dans les forces de l'ordre : un milieu composé presque essentiellement de mecs. Bien sûr, papa Lieutenant Fubuki en dissuadait pas mal... mais il y avait des fous partout.

M'apprêtant a répliquer, une expression joviale pourtant aussi glaciale que mon alter, je fus interrompu par la main de Tsubasa-senpai attrapant mon poignet, l'air véritablement en rogne. Sur un coup de forcing, il remit les poings sur les « i » avant de fuir en m'entraînant avec lui, courant le plus vite de toute ma vie pour réussir a suivre ses grandes foulées et ainsi éviter de me rétamer lamentablement en cours de route.
J'aurais pu me défendre... pensai-je, boudeuse et légèrement gênée.

Finalement planqués dans un embranchement, laissant la horde de fans nous dépasser et nous perdre de vue, nous étions enfin saufs. Enfin presque... Parce que l'asphyxie ou la crise cardiaque n'était pas loin pour moi...
Collée contre lui pour tenir dans cet interstice, je sentis très distinctement le sang me monter aux joues – et ses abdos ... - urgh...

Détournant la tête une fois libre, et cherchant a calmer les battements de mon cœur, j’acquiesçai faiblement à ses dires, reprenant la route tout en discrétion pour éviter une nouvelle émeute et arriver a bon port.
La tension fut palpable un moment moment, nous plongeant dans un long silence et une concentration extrême, jusqu'à apercevoir des massifs rocheux plutôt impressionnant. Cette côte , plus sauvage, était splendide et pratiquement déserte.

Lorsqu'il se remit a fanfaronner, je devinai déjà la suite et étirai un sourire de défi.
Alors comme ça, il se souvenait de mon passe temps d'escalade ? C'était sur des trucs nettement moins haut mais j'étais plus petite – oui oui ça avait existé ! - donc ça revenait au même, non ?  Facile ! Et sans alter en plus !

Lorsqu'il lança le top départ, je me précipitai et pris les prises qui s'offrirent à moi pour prendre de la hauteur. J'avais plus de distance que lui a parcourir mais j'étais aussi plus agile si bien que je grimpai rapidement, a l'aise.

« Et c'est ainsi que l'élève a battu le maître ! »

Soulignai-je bien fort, pleinement satisfaite d'être arrivée la première en haut.
Accroupie au sommet, je lui tendis une main que je savais qu'il refuserait, seulement pour le taquiner.

« Un peu d'aide peut-être ? »

Niark. Pour une fois que j'avais l'ascendant sur lui, je ne m'en privais pas !

Mais mon air moqueur disparu bien vite pour laisser place à la stupéfaction et finalement à l'émerveillement en me tournant vers le panorama qui s'offraient à nous.

« … Waow... »

Le sable fin, le bruit des vagues, les belles criques par endroit, et cette quasi exclusivité vu l'absence de monde... tout ça observé dans sa globalité depuis notre point de vue en hauteur. C'était splendide !

Il m'expliqua comment il avait connu cet endroit insoupçonné et blagua même sur la route officielle dont je n'avais pas vu la couleur...
Eh... minute... J'avais bien entendu … ?

« Une pause... ?! Déjà ? »

Mon regard surprit croisa le sien avant que je n'entreprennes la descendre de l'autre côté en faisant bien attention a ne pas arriver en bas plus vite que prévu , en plusieurs morceaux.

« Tu sais que c'est bien plus dur de se remotiver a bosser après s'être posés … ? Mais ok... C'est toi le chef après tout, Sen-pa-i- ! »

Mon air moqueur voulait tout dire.

Au contraire de la plage précédente, ici il y avait l'embarras du choix pour s'installer. J'espérais simplement que l'on réussirait a être suffisamment tranquilles, sans nouveaux fans – ou pas trop – parmi le peu de personnes qui se trouvaient ici...

« Mmh... Là ? »

Montrai-je en pointant du doigt vers un coin de la plage bordé par les rochers, créant suffisamment d'ombre en plus de faire penser a une petite crique paisible.

J'allais poser mon sac à dos a l'endroit déterminé, et l'ouvrit pour en sortir une serviette de plage orangée que je plaçai sur le sable avant de m'asseoir dessus.
D'ici, on entendait très nettement le bruit reposant des vagues... Un cadre idyllique...
Etait-ce son but ? …
Chassant les pensées venues perturbées ma sérénité, je sortis mon lecteur mp4 et mes écouteurs de la poche avant de mon sac tout en brisant ce léger silence.

« Ce que t'ont dit les journalistes et dont tu parlais tout a l'heure... ça m'a fait penser a un son sympa. »

Une musique qui allait lui parler, peut-être même sur plusieurs aspects. Il devait après tout suffisamment comprendre l'anglais pour y parvenir.  

Cherchant la piste concernée, une oreillette en place, je poursuivis la conversation le temps de la trouver.

« Je veux bien croire que ça flatte l'ego par moment mais... ce n'est pas pesant par moment, cette horde de fans... ? Ou la pression médiatique ? … »

Si tout se passait bien, j'allais moi aussi être confrontée a tout ça -sans doute- l'année prochaine, et voir cette agitation me refroidissait...
Je ne voulais pas devenir héros pro pour la reconnaissance. Ce n'était pas mon objectif. Même si je supposais que je pourrais bien faire avec si c'était le prix a payer pour sauver des vies et stopper les vilains... Ironiquement, je me souvenais que la chanson – que j'avais finalement trouvée – abordait cet aspect...

« Trouvée ! Tiens. »

Lui tendant une oreillette, je lançai la chanson.

Elle était un peu longue a démarrer mais elle était criante de vérité, pour moi en tout cas.
Mes yeux se tournèrent vers lui pour observer sa réaction, lâchant un sourire compatissant et sincère lorsque nos regards finirent par se croiser.

Ma tête se balança légèrement lorsque le rythme s'emballa, tout comme mon pied.
Malgré l'euphorie de la musique, je ne pouvais pas m'empêcher d'éprouver une certaine tristesse – puisqu'elle rappelait la perte de nos légendes - mais toujours rapidement balayée par l'espoir et la force des convictions qu'elle inspirait. Et cela, qu'importe le nombre de fois où je l'écoutais...
Galvanisante. Une bouffée d'adrénaline qui tirait vers le haut.
Elle était pour moi à l'image de Phoenix.
Et encore plus de Tsubasa Suzaku...

Lorsqu'elle se termina, la suivante s'enchaîna aussitôt sur un air dynamique dès le début.
Hmm... elle me parlait cette chanson là aussi... C'était laquelle déjà ? …
Plusieurs notes se jouèrent lorsque j'écarquillai finalement les yeux en reconnaissant le morceau, appuyant aussitôt sur le bouton stop.

Je me mis a tousser un coup l'air de rien avant d'enchaîner pour me défaire de cette gêne.

«Ahem... Alors ? Plutôt sympa non ? »

Mon sourire revint aussitôt.

« D'ailleurs, c'est quoi ton style de musique ? Assez rock j'imagine ? »

Aha, c'était en tout cas le mien.  
Faut dire que j'avais du mal a l'imaginer écouter de la J-music ou K-pop mais pourquoi pas après tout...
C'était avec ce genre de questions que je me rendais compte que je savais beaucoup de choses sur lui mais finalement pratiquement rien sur le basique et, finalement, essentiel : il était temps d'y remédier !

________________



Nami's theme:
 
Tsubasa Suzaku
Héros professionnel
avatar
Surnom : Phœnix
Profession : Héros
Rang : A
Yens : 1470
Renommée : 182
Alignement : Bienfaiteur
Re: The Beach Episode || Dim 16 Sep - 22:09

Malgré un début pour le moins dépourvu d’inconvénients, il semblerait que la journée commençait bien pour l’heure. Comme j’avais deviné, le petit exercice de mis en jambe semblait plaire à Nami. Elle m’en avait parlé une fois, qu’elle passait beaucoup de temps dans son enfance à grimper aux arbres, se balader partout, et donner des attaques à ses parents par peur qu’elle ne tombe. Moi c’était pareil, moins la fréquence à laquelle elle faisait et la panique dans les yeux de mon père qui me jugeait parce que je n’utilisais pas mes ailes. Oh j’aurais bien pu la dépasser, bien sûr ! Je ne mens pas ! Mais il lui fallait bien une victoire pour ce qui allait se passer avec la suite, fufufu…

J’étais également rassuré de voir que la plage était déserte. M’entrainait devant des gens ne me dérangeait pas, je le faisais souvent à l’époque où j’étais encore à Yuei. Mais maintenant que j’avais réussi à faire mes marques dans le monde de l’héroïsme, et que ma popularité avait grimpé en flèche… Disons que je passais plus mon temps à discuter avec les fans qu’à réellement courir. Et puis c’était ma journée détente avant tout, je voulais la passer tranquille… Avec Nami, certes, mais tranquille tout de même !


« - C’est soit ça, soit je me ballade avec le sac durant toute la course. Et même ça je suis pas chaud. »

Expliquant ainsi la raison de la pause, je la suivi une fois qu’elle ait choisi un endroit ou poser nos affaires, et commençait à sortir le nécessaire pour la suite : serviette, parasol, la glacière avec l’eau et la bouffe… Bref, je vidais presque 80% de mon sac qui le rendait plus léger. Les 20% restant ? héhé, c’est la surprise du chef…
Plantant ainsi le piquet, j’observais les vagues qui semblaient assez tranquille. J’avais hésité à un moment de prendre un bodyboard pour les vagues, mais clairement ça aurait fait beaucoup trop vacancier au goût de Nami alors que j’annonçai un entrainement. Pas grave, y aura de quoi se détendre… En étant pas trop éloigné de l’eau si possible…
La question de Nami me sorti de ma réflexion, alors que je m’asseyais à côté d’elle, sur ma serviette, à regarder la mer sans grande expression affichée.


« - Cela peut être crevant, c’est sûr, mais faut se dire qu’eux aussi ont leur métier à faire. Et puis, ça vaut mieux qu’ils parlent des bonnes choses de la vie que des mauvaises, non ? Donc si je peux aider à faire ça, méh, ça vaut le coup. Ca, et bordel de merde, que c’est bon de se voir à l’écran ! »

Beaucoup réagiraient assez durement face à ma déclaration, qu’il faut au contraire montrer les malheurs du monde pour faire réagir et changer les choses, et je respecte ce point de vue. Cependant… Je préfère me rappeler qu’il y a plus de bon dans ce monde que du mauvais. Chacun sa vision, et je respecte.

La suite cependant était totalement différente de notre conversation précédente. Me surprenant avant son exclamation, je choppai l’écouteur qu’elle m’avait filé, perplexe, et décidai de la suivre en écoutant la chanson qu’elle avait choisi. Le son démarra doucement, une sorte de piano électrique je supposais, m’intriguant un temps avant d’entendre les premières paroles. Des paroles qui eurent pour effet de résonner bien plus que ce que j’aurais cru. Des paroles que mon père aurait bien pu dire. Et c’est là que la chanson eu l’effet que semblait rechercher Nami. Fermant les yeux, je me laissais porter par le son dans mon oreille, hochant la tête doucement au rythme des percussions. Un léger frisson accompagnait le tout alors que certains souvenirs remontaient, ceux de mon enfance, où je passais la majeure partie de mon temps à Fanboy devant l’écran où était mon père. Il était reconnu, il était fort, il inspirait le respect par sa simple présence. Et maintenant… Etait-il devenu une légende ?

Je soupirais en me disant qu’au final, seules les années pourraient nous dire oui ou non. Les gens en parlaient encore de lui, souvent en bien, aussi pour juste se servir de comparaison avec moi. Mais c’était seulement pour Mihawk qu’il était reconnu, pas Tsubasa Takamura. Peut-être que c’était ce genre de symbole qui faisait effectivement de lui une « légende » plus qu’un héros…
Lorsque les notes s’éteignirent, je m’apprêtais à complimenter le choix de la chanson quand j’entendis la suivante s’enchainer. Ce violon… Yup, je la connaissais. Et elle s’en rendit compte aussi, vu qu’elle m’arracha quasiment l’oreillette pour m’éviter d’entendre la suite. En guise de réponse, je me contentais d’un sourire fier et limite moqueur, attendant de voir comment elle allait détourner la conversation. Alors elle avait bien apprécié mon entrée en scène à la rentrée ? Je note.


« - Yup. J’avoue que comparer à d’autres qui préfèrent rap, je trouve qu’il n’y a qu’une guitare électrique qui peut de motiver à faire travailler les muscles. Assez rétro, sûr, mais tant que ça marche. Un rythme continu et rapide comme celle qui allait suivre c’est parfait. Mais bon, ton premier choix n’était pas mal non plus. »

Le genre que tu écoutes quand tu veux juste réfléchir et rien d’autre, accompagnant tes pensées pendant des heures. Bref, pas mon style, mais ça restait sympathique. Ne voulant pas non plus prolonger son agonie, je choisir de passer aux choses sérieuses, me tournant vers mon sac pour chercher ce que je voulais.

« - M’enfin, avant qu’on ne perde trop de temps, appliquons ton conseil et commençons à bosser. On aura tout le temps de parler l’aprèm, alors commençons l’exercice ! »

Je sortis ainsi rapidement ce qui s’apparentait à plusieurs poignets bracelet, le genre à ressembler à ceux pour éponger. Mais ce n’était clairement pas fait pour. Regardant les chiffres pour bien différencier, je tendis deux de 1 et deux de 2 à Nami, la laissant prendre conscience de leur particularité : le poids.

« - Le premier exercice sera basique mais simple : courir. C’est le moins complexe pour réussir à gagner de l’endurance, chose dont nous avons besoin tous les deux pour réussir à tenir longtemps avec nos alter. Cependant, il faudra également le faire de manière bien plus intensive pour que cela nous paraisse plus facile sur le terrain. »

Continuant mes explications, je sortis pour moi deux bracelet marqués 2, et deux autres cette fois marqués 5.

« - Le sable est idéal pour creuser dans l’endurance, vu à quel point il est inégal et qu’on s’y enfonce à chaque pas. Quant à ceux que tu as en main, c’est des poids, pour tirer un peu plus encore sur les muscles. Le chiffre marqué dessus représente la masse en Kg, je te laisse ainsi faire le calcul pour comprendre que tu vas bien tirer sur tes muscles… Mais bien plus que tu ne crois. »

Ricanant malicieusement cette fois-ci, et attendant de voir qu’elle avait bien enfilé les bracelets, je sortis de mon sac le dernier ingrédient de cet entrainement intensif, ma botte secrète : un bâton avec du tissus autour d’un bout, et un bocal au contenu obscure.

« - Pour bien simuler un vrai entrainement de terrain, il nous faut également simuler la notion de danger. Pas à balle réelle ni en utilisant nos alter, vu qu’on est pas en service, mais j’ai de quoi compenser… Ce bocal contient une décoction que j’ai trouvé l’autre jour sur internet. Apparemment, un peu de cette crème sur la peau et ça a un effet dix fois plus dévastateur que du poil à gratter, et ça resterait en plus plusieurs jours sur la peau, même après lavage… »

Sans hésitation, je plantais le morceau de tissus dans le bocal et le sorti aussi sec, faisant attention à ce que le surplus de liquide ne m’atterrisse pas sur la peau. Me levant solennellement, mes poids déjà en place, je lançais ainsi le début de l’exercice avec un sourire des plus sadique, prenant moi-même la posture de ce qu’on allait faire.

« - Cours. »

La chasse était ouverte !

________________





Tu ne prendras jamais ton envol si tu ne prends pas le risque de sauter.



Costume Héroïque:
 


Battle Anthem:
 
Fubuki Nami
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Cold Breath
Profession : Élève 3S - Filière Héroïque
Rang : B
Yens : 1410
Renommée : 98
Alignement : Dévouée
Re: The Beach Episode || Mer 19 Sep - 16:12


Sa réponse me fit étirer un léger sourire, lui qui était tout excité comme un gamin en sachant qu'il pouvait se voir à l'écran.
Je me fichais pas mal de ça personnellement, je trouvais même ça un peu gênant quelque part  d'imaginer tomber sur moi en interview en zappant les chaînes. Parce que, contrairement à Senpai, ce serait plutôt tous les défauts dans ma posture ou mon discours que je ne pourrais pas m'empêcher de remarquer et qui m'énerveraient probablement au point de rage quit ma télé.

Mais il n'avait répondu qu'a la moitié de ma question : la partie sur la pression médiatique. Qu'en était-il des fans partout où on pouvait aller, au point d'en être parfois étouffant ? Ben... visiblement ça ne le dérangeait pas pour qu'il ne l'ait même pas relevé. Ça ne m'étonnait pas en soi, d'une certaine façon je voyais mal comment toute cette attention rivée sur lui pourrait le peser. Et pourtant, je ne croyais pas trop m'avancer en disant qu'il semblait bien plus serein aujourd'hui – et maintenant qu'on avait échappé à la horde de groupie -, loin de tout ça. Profitant simplement de son congé en mettant Phoenix au placard pour n'être plus que Suzaku. Même si c'était toujours comme ça que moi je le voyais.

Puis vint le moment d'écoute de la musique...et l'instant gênant qui suivi sur le début de la chanson suivante. Heureusement, je réussis à détourner l'attention en lui demandant son avis et ses préférences musicales. C'est à ce moment là que mon sourire revint de plus belle quand il m'expliqua sa conviction que la guitare électrique était le seul son capable de booster la motivation. J'étais d'accord avec lui. D'ailleurs, je m'entraînais toujours en musique.

Finalement, le moment tant attendu – ou pas, vu la flemmingite qui enveloppa après cette foutue idée de pause – arriva.
L'heure solennelle de l'entraînement était venu ! J'allais enfin découvrir ce qu'il y avait dans le sac mystère ! Ou peut-être que je n'en avais pas tellement envie, laissant seulement la curiosité prendre le pas sur le reste ( toujours à se ramener quand il ne fallait pas celle là... ).

Il me tendit deux bracelet éponges qui faisaient leur poids (celui-ci correspondant au numéro écrit dessus, je supposais).
Mmh... Une course avec ça aux poignets ? Pourquoi pas ! J'avais l'habitude de travailler avec ce genre de truc, notamment quand j'avais appris a manier et utiliser les armes a feu pour avoir des bras suffisamment robustes pour encaisser leur recul. Mais je ne les avais jamais utilisés dans une course dans le sable... ça s'annonçait intensif, et ce n'était même pas la seule surprise !

Enfilant les bracelets de tissus à mes poignets, soit 3kg sur chacun, j'écoutais attentivement son explication, prenant cet entraînement relativement au sérieux... jusqu'à ce qu'il m'explique la seconde partie.
Un bâton dont l'extrémité était enroulée d'un bout de tissu et un bocal au contenu noir douteux... une sorte de crème urticante x10 qui ne s'en allait même pas au lavage. Je savais que l'on trouvait de tout et n'importe quoi sur internet mais là... erk... pas question que je me fasse touchée par ce truc...

Lorsque je le vis planter son bâton dans le bocal, je me levai instinctivement pour me reculer, consciente qu'il prendrait un malin plaisir a m'asperger avec. Devinant la suite, je me mis a sprinter a l'instant même où il me demanda de courir, enchaînant les foulées comme une dératée pour espérer mettre de la distance entre lui et moi.

« C'est pas juste ! Tu as de plus grandes jambes ! »

Dis-je suffisamment fort pour qu'il m'entende sans pour autant me stopper.
Autant dire qu'il aurait vite fait de me rattraper...

Serrant la mâchoire, mes bras se mirent a bouger encore plus vite pour prendre plus d'allure, le tout en risquant un œil vers lui qui affichait un air à la fois agressif et moqueur qui me faisait dire que ce n'était définitivement pas une bonne idée de faiblir.
La question était :

« ... On... va faire ça ... combien de temps ... ?! ... »

Parce que peut-être qu'il n'y aurait de fin que lorsque je serais recouverte de cette chose immonde... Oui... c'était sans doute ce qu'il avait en tête...
J'imaginais parfaitement son air sadique sur ma question, sans même avoir a me retourner pour le voir.

Courant sur la plage, je me rapprochai stratégiquement du sable mouillé, bien moins épuisant pour la course (ben quoi ? Il ne l'avait pas interdit ! ). Mais après un bon moment – sous les yeux sûrement ébahi ou effaré des personnes présentes sur la plage – je compris que je ne pourrais pas tenir la cadence comme ça encore indéfiniment, surtout que mes bras m'élançaient vraiment maintenant... – puis je le suspectais fortement de faire exprès de ne pas me rattraper pour me laisser volontairement courir jusqu'à ce que mort s'en suive...  -

Et si nous ne faisions pas que renforcer notre endurance ? Sur ça non plus il n'avait rien dit. Par contre, il avait clairement dit que cette chose représentait le danger ! Et le danger n'était pas fait pour être fuit mais pour être affronté !
Bon par contre c'était quitte ou double...
Mais mon meilleur atout restait l'effet de surprise !

D'un coup, je stoppai ma course et me baissai, haletante, pivotant soudainement pour lui faire face et tentai de me relever rapidement alors qu'il était sur moi dans son élan, lui et son maudit bâton tendu.
Le but de la manœuvre ? Toucher le bâton pour pouvoir le geler et sceller ce liquide dégueux.
Ce qui risquait plus probablement d'arriver ? Oh eh bien j'allais certainement me prendre un géant tout en muscles de plein fouet - et en pleine course - , me faire éjecter, et peut-être même me faire toucher par ce satané produit ! …

________________



Nami's theme:
 
Tsubasa Suzaku
Héros professionnel
avatar
Surnom : Phœnix
Profession : Héros
Rang : A
Yens : 1470
Renommée : 182
Alignement : Bienfaiteur
Re: The Beach Episode || Jeu 27 Sep - 20:51

J’avoue, j’étais surpris de voir Nami cumuler tous les poids dans ses bras. Je pensais qu’elle allait faire comme moi, et mettre les plus légers aux bras et les plus lourds aux jambes, de quoi forcer dessus. Mais bon, il était vrai qu’elle comptait plus sur la force dans ses bras pour à la fois manier son arme et utiliser son alter. Et puis… Je n’allais pas être aussi cruel que la laisser ralentir sa vitesse de course et ainsi s’exposer encore plus au « danger »… Dieu que je suis content d’avoir mis au point cette manigance.

« - Raison de plus pour fournir deux fois plus d’efforts ! »

La voilà donc en train de sprinter, risquant de se fatiguer rapidement en voulant échapper à mes assauts. Moi ? Je me contentais de trottiner derrière elle, tendant le bras en avant avec un sourire sadique affiché. Le but était réellement de lui faire croire que je voulais vraiment la recouvrir de ce truc pour lui donner des jours et des jours de démangeaison. Et en vrai ? Pas vraiment. J’ai beau être farceur, en aucun cas je n’infligerais un tel châtiment à quelqu’un que j’apprécie, ah ah. Enfin, apprécie, c’est mon ami, vous voyez, je dis juste qu’elle est-BREF ! Toutes mes « attaques » se faisaient assez larges, annonçant ma menace à l’avance, et ne visant pas trop près pour bien lui laisser le temps d’esquiver.

« - Jusqu’à que je sois ennuyé de cet exercice ! Mais je suis pas sûr que ça arrive de sitôt ! »

Riant comme un maniaque, la poursuite se continuais donc sous les yeux des quelques membres de ce côté de la plage. Je n’avais pas fait attention à leurs regards, mais je m’en moquais après tout. Un peu de détente après ce qui s’est passé vers la mi-juillet… C’est ce dont tout le monde avait besoin.
L’hôpital était vraiment une chiure d’y être. Pas parce que le service y était déplorable, loin de là, mais parce que j’étais interdit de bouger. Je me suis pris juste une balle dans les côtes… et quelques éraflures d’autres projectiles… Et une explosion dans la face… Oui bon, j’avais peut être effectivement besoin de me reposer.
Mais maintenant que j’étais en pleine forme, j’étais prêt à me défouler, et l’occasion n’avait pas raté ! Mes jambes s’en devenaient lourdes du poids sur mes chevilles et du sable sous mes pieds, c’était certain que ça faisait son effet. Cependant, pour le cas de Nami, je pouvais voir qu’elle ralentissait pas mal l’allure… Peut-être que la forcer au sprint n’était pas la meilleure des solutions. Bon, elle attendait de moi quelque chose de sérieux, et elle mérite. On va arrêter les blagues et reprendre une course plus-


« - Q-Attend ! »

Me stoppant dans mon élan de course et interrompu dans mes réflexions, Nami s’arrêta sec avant de faire violemment demi-tour vers moi. Voyant sa main arriver par le bâton, je ne réfléchissais pas et fit par réflexe de le lever pour l’éloigner, ne comprenant pas réellement ce qu’elle cherchait à faire. Cependant, entre la course coupée nette et le changement de posture, mes jambes n’avaient pas du tout suivi. Si bien que pour éviter qu’elle ne me rentre durement dedans, mon corps pivota dans un angle pas prévu à cet effet, et nous emmena tous les deux dans une chute.
Et c’est ainsi qu’on se retrouva dans une posture des plus… Génante. Moi la surplombant, mon coude soulevant mon haut de corps pour éviter de l’écraser, les jambes passant l’une par-dessus l’autre. Quelques secondes s’étaient envolées en même temps que mon souffle, alors que je me perdais à échanger un regard avec elle qu’aucun de nous n’osait rompre. Elle fut la plus courageuse en affirmant l’air gênée qu’elle n’avait pas prévu que cela finisse ainsi, et qu’est-ce que je fais moi ?


« - … Et le résultat reste satisfaisant ? »

YOU.FUCKING.IDIOT ! Comment veux-tu qu’elle trouve la situation agréable ?! Bouge-toi le cul et aide-la à se relever ! M’éxécutant en lui tendant la main, je la remis debout rapidement en semblait relâcher le souffle de la fatigue que je retenais. C’était sans doute le moment le plus épuisant depuis qu’on avait commencé l’exercice. Voulant trouver un moyen de changer de sujet, je regardai autour à la recherche de quelque chose et fut surpris de voir le bâton au sol, la substance recouverte de sable, et m’exclamai.

« - Ma confiture de réglisse ! »

Yup, j’avais triché. C’était pas du « méga poil à gratter liquide », mais une vulgaire confiture de réglisse fondu que j’avais passé la veille à chauffer. Comme j’ai dit, jamais je n’oserais lui infliger un tel sort à Nami, donc clairement, j’avais dû ruser le temps de la course. Mais merde, c’est de la nourriture gâchée ! Ramassant le bâton, j’essaies de voir comment le nettoyer avant de me rendre compte du regard pesant de la bluette dans mon dos qui semblait… déconcertée, frustrée et énervée. Tournant la tête comme le gamin pris la main dans le bocal de cookies, je souriais bêtement en espérant me sauver la mise.

« - … On reprend les exercices ? »

J’espérais la convaincre pour au moins terminer ce qu’on avait commencé jusqu’à l’heure du repas. Qu’elle veuille me croire ou non, j’étais sérieux maintenant avec ma volonté de nous entrainer, que ce soit course, physique ou même natation (enfin, on pourrait éviter quand même…). Mais tout ça, c’était si je finissais pas dans un cocon de glace avant la fin de la journée…

________________





Tu ne prendras jamais ton envol si tu ne prends pas le risque de sauter.



Costume Héroïque:
 


Battle Anthem:
 
Fubuki Nami
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Cold Breath
Profession : Élève 3S - Filière Héroïque
Rang : B
Yens : 1410
Renommée : 98
Alignement : Dévouée
Re: The Beach Episode || Mar 2 Oct - 19:50

Son réflexe premier fut de lever le bâton pour l'éloigner, freinant et se contorsionnant pour m'éviter... sans grand succès... Au lieu de m'éjecter seulement moi, nous finîmes tous les deux par terre, l'un sur l'autre...
Heureusement pour moi, il avait eu le réflexe de se retenir dans sa chute, se soutenant sur son coude. Et honnêtement, ce n'était pas la petite douleur liée au choc qui me troubla ni qui me fit manquer un battement...

Le souffle coupé, je me perdais dans son regard, laissant planer un silence qui ne rendait la situation que plus pesante. Cette proximité était perturbante, comme en témoignait mes palpitations, mais pourtant aucun de nous cherchait à la changer : jusqu'à ce que je m'y décide.
Sur une note légère pour soulager l'atmosphère, je me mis à sourire discrètement, l'air gênée :

« Ça ne s'est pas vraiment passé comme prévu... »

« … Et le résultat reste satisfaisant ? »

Mes yeux s'écarquillèrent légèrement avant de se montrer aussitôt fuyant.

Moi qui avait voulu faire disparaître la gêne du moment c'était raté, lui venait d'en rajouter une couche. Et sans bouger pour autant en plus...
Qu'est-ce que je pouvais bien répondre à ça ? Et... comment j'étais censé le comprendre... ? Il voulait réellement le savoir ou bien c'était encore l'une de ses taquineries ? … J'étais larguée et me mis a rire nerveusement un instant avant de finalement attraper la main qu'il me tendit pour m'aider à me relever après en avoir fait de même.
Je pris bien soin de ne pas croiser son regard pendant la manœuvre, encore plus perdue de sentir sa propre gêne qui me fit comprendre qu'il ne l'avait pas dit sur le ton de la plaisanterie...
Il ne devait pas faire référence à la chute mais à l’entraînement... oui, c'était sûrement ça.

Le regard dans le vide, plongée dans des réflexions que j'essayais moi même de sortir de ma tête, je l'entendis soudainement s'exclamer. Attends... quoi ? De la confiture de réglisse ?! … Mon air perplexe une demi-seconde se tordit dans un sourire amer.
Je me doutais bien que ce truc n'était pas aussi urticant que ce qu'il disait, mais je pensais juste que ça gratterait jusqu'à prendre une bonne douche quoi. Et en fait... rien. Il s'était complètement payé ma tête !
Après avoir croisé les bras tout en l'avisant d'un regard qui en disait long sur mon énervement, je me mis a soupirer puis finalement a sourire tout en levant les yeux au ciel sur sa rengaine alors qu'il cherchait a éviter la tempête.
Certes, il avait triché mais ça n'enlevait rien a l'efficacité de l'entraînement : j'avais déjà mal aux bras avec ces poids et ça tirait bien dans mes jambes aussi. Et puis... j'aurais sans doute fait pareil à l'inverse, mais chut.

Et c'est ainsi que l'on reprit avec sérieux les exercices.
Course sur le sable en allant chacun à son rythme pour bosser son endurance, sprint par moment pour moi qui tentais d'essayer de suivre ses foulées pour courir à sa hauteur.
Petite pause pour boire et récupérer sous ce soleil bien présent et non loin de son zénith. Puis on avait repris avec du sparring après avoir délesté mes poignets des poids de deux kilos pour les mettre à mes chevilles. Il avait l'air d'ailleurs étonnamment surpris de ma mobilité et des esquives que j'arrivais à placer sur certains de ses coups.

« Elle se débrouille bien la Fubuki, hein ? »

Plaisantai-je entre deux interceptions.

« Faut dire que j'ai un bon coach d'entraînement régulier. »

Mon père.
Nous faisions toujours au moins une session par semaine ensemble. C'était aussi bien utile sur le terrain avec la police qu'avec les héros et cela lui venait d'une volonté de me renforcer et d'apprendre à me battre. Il m'initiait au Jiu-Jitsu, l'art martial prompt aux arrestations.  

Échange de coups de poings, de coups de pieds... j'étais relativement souple tout en étant pas bien grande si bien que ça m'offrait des possibilités d'angles d'attaques parfois plus difficiles a prévoir. Certains se contentait de se battre en restant bien ancré sur leurs deux jambes, debout, mais il m'arrivait de venir chercher une jambe a balayer en m'accroupissant ou en me repositionnant avec quelques roulades.
La mobilité était primordiale dans un combat au corps a corps.

« Il faudrait que je t'emmène un jour sur un vrai parcours du combattant. Je suis sûre que tu adorerais ça. »

Grimper. Sauter. Ramper. Se hisser... Un vrai calvaire mais réellement efficace et bénéfique pour le corps.

Après trois nouveaux quart d'heure intensif, le chef du jour déclara qu'il était temps de faire une pause. Fiouu...
Haletante, je marchais tranquillement dans le sable vers nos serviettes de plage, reprenant mon souffle pour retrouver un rythme cardiaque peu à peu normal.
Tout mon corps était endolori. Je pouvais parfaitement discernée les zones qui avaient plus travaillées que les autres. Ça tirait mais c'était pour la bonne cause et ça ne chassait pas mon sourire ni ma bonne humeur. La preuve ! Les enjambées de Suzaku était bien plus grandes que les miennes, si bien que, puisqu'il me devançait de quelques mètres à peine, je me mis a poser mes pieds dans ses empreintes laissées dans le sable mouillé. Un pied, puis l'autre. Un pied, puis l'autre.
Le regard concentré dans ma tâche je m'arrêtai même un instant, effarée par la différence de taille entre nos empreintes... C'était ridicule tellement c'était impressionnant.
Mes yeux se relevèrent vers le dos de ce géant qui s'éloigna, me remettant quelque peu en question. Qu'est-ce que je valais moi à côté, si minuscule... ? Nan ! Je savais ce que je valais et j'étais même plutôt confiante de moi même, mais cet écart... il me paraissait infranchissable. Inaccessible pour moi.

Pestant contre moi même, je secouai finalement la tête et me tapotai les joues pour me sortir de ces idées avant de rattraper mon retard. Le tout en continuant de marcher dans ses pas, reprenant bon train :

« Une, deux. Une, deux. »

Mon regard vint chercher le sien tout en m'exécutant.

« Ce ne sont plus des pieds que tu as, Suza-kun »

Un brin moqueuse – et tout en sachant qu'il me taclera certainement en retour - , je finis par arriver à mon tour et a m'asseoir sur ma serviette orangée, tirant mon sac à dos vers moi pour en sortir a boire et surtout l'essentiel, le tout dans un regard penaud.

« … Etant donnée que j'ai lamentablement oublié le jour qui t'appartenais avec tous les événements, eh bien... j'ai voulu me rattraper et le fêter comme il se doit aujourd'hui à la place ! »

Affichant un grand sourire, je lui dévoilai finalement ce que je cachais dans mon dos, dénouant la serviette qui recouvrait les deux boîtes à bento. L'une a deux étages, l'autre à un seul, et lui tendit évidemment le plus gros avec un jeu de baguette.

« Je me suis dit que te connaissant tu allais nous ramener des chips où des trucs du genre pas vraiment nourrissant, surtout après une séance d'entraînement alors... j'ai pris les devant ! »

Et peut être que je me plantais complètement.

Toujours était-il que je m'étais levée sacrément de bonne heure pour confectionner tout ça mais c'était quelque chose que je passais sous silence parce que ce n'était pas important : je m'en voulais suffisamment de ne plus avoir pensé à son anniversaire le jour J.

Lorsqu'il ouvrit le compartiment du dessus, il vit du riz – évidemment -, des petits légumes et du porc au caramel derrière un séparateur en forme de pelouse – histoire que ça ne se mélange pas avec le reste s'il n'aimait pas ça -. Mais la chose qu'il verrait en premier lieu, ça serait sans aucun doute la tête de l'oiseau de feu que je m'étais amusée a représentée sur le riz avec des lamelles de carottes. Oui bon.. ça ressemblait plus à un pokémon mais déjà le phoenix était identifiable ce qui était en soit un exploit et une fierté personnelle !

« C'est en ton honneur après tout. »

Le mien était identique, le compartiment du dessous en moins. D'ailleurs, dans celui là il y trouverait trois onigiri et des nouilles sautées aux crevettes.
Avant de manger, je soulignai quelque chose à ce propos.

« Je suis restée dans le basique parce que je ne connais pas vraiment tes goûts alors... Ne te force pas à tout manger si tu n'aimes pas quelque chose. Il n'y a pas de problème. »

Je n'allais pas en être vexée. C'était moi après tout qui avait fait mon coup en douce sans lui demander ses préférences donc bon...

« ...Et puis...euh... j'ai autre chose pour toi. »

Je pensais attendre que l'on ai mangé mais j'étais tellement nerveuse d'avoir raté un truc que je préférais en finir d'un coup avec tous les trucs potentiellement gênants.

Esquissant un léger sourire malgré mon état d'esprit, je lui tendis un petit sac cadeau dans lequel se trouvait un écrin carré.
Est-ce que ça faisait trop ? C'était bizarre ? Avec le recul peut être... Mais fallait dire que je ne savais pas quoi lui offrir... Il avait pour ainsi dire pratiquement tout, ne manquant pas de moyen alors... Et puis qu'est-ce qu'il aimait vraiment ? On en revenait toujours au même point. Je savais seulement que quelque chose le mettant en valeur lui plairait et puisqu'il avait déjà une chaîne j'avais juste fait un effort de standing à la hauteur de l'affection que je lui portais.

En l'ouvrant, il y vit une chevalière sur laquelle était représenté un phoenix aux ailes déployées. A l'intérieur de l'anneau était gravé : « on fire ».

J'anticipai ses pensées.

« Je n'y connais pas grand chose mais elle a été faite exprès dans un alliage résistant a de très hautes températures. »

Ce qui voulait dire qu'il pouvait la porter sans soucis avec son alter. Ou pas...

Je haussai les épaules.

« Tu n'es pas obligé de la mettre. Même si elle reste dans un coin de ta chambre ça me fera plaisir.»

C'était tout le problème avec les bijoux : c'était relativement personnel et avec les goûts et les couleurs, on était jamais certains que cela plaise même si je pensais avoir choisi en fonction des siens.

« Ne t'en fais pas pour la taille non plus. Elle t'ira, c'est sûr. »

Petit sourire espiègle.

Pourquoi j'en étais si convaincue ? Eh bien parce que j'avais manigancé avec sa mère pour obtenir la taille de son tour de doigt. J'imaginais qu'elle avait sans doute dû lui prétexter un énième essayage pour tester aussi des bagues et pouvoir me le dire...

________________



Nami's theme:
 
Tsubasa Suzaku
Héros professionnel
avatar
Surnom : Phœnix
Profession : Héros
Rang : A
Yens : 1470
Renommée : 182
Alignement : Bienfaiteur
Re: The Beach Episode || Jeu 11 Oct - 23:31

La situation devenait assez tendue, et pas du tout le genre de tension qui m’excite. J’étais entrainé à gérer les criminels endurcis, les catastrophes en chaines, les journalistes cannibales et les civils haineux. Pas l’accélération de mon palpitant pour aucune foutue raison valable ! Oui, on est tombé dans une posture embarrassante, pas la peine d’en faire tout un drame, même Nami a laissé couler !
M’enfin, les choses semblaient avoir repris leur cours alors que j’avais échappé au meurtre pour ma blague à la con (que je ne regrette pas du tout par contre d’avoir fait). Au final, on avait emboîté sur l’entrainement comme prévu, enchaînant les exercices que j’avais plus ou moins en tête.


« - Tu cherches juste à trouver une nouvelle épreuve pour me battre avoue ? Crois-pas que j’ai passé haut la main le festival de Yuei pour rien ! »

Le sparring fut la session qui m’avait détendu de tout ça, mon attention enfin fixée sur autre chose. Mais c’était surtout que comparé à ce que je pensais, la bleuette n’était pas si à prendre à la légère que ça. Bien qu’elle ne semblait pas cogner fort (ou plutôt que je m’en suis pris des plus violentes dans la face), elle aurait réussi à me connecter quelques coups aux endroits qui font mal si je ne faisais pas attention. Comparé à elle… Mon style était plutôt brouillon, je m’en rendais compte. Certes, je pouvais quand même réussir à trouver les ouvertures, mais sans prendre ma forme phénix pour combattre, mon style était des plus bancals tristement.

La matinée enfin terminée, il était donc temps pour nous d’arrêter pour le repas, c’est que j’avais la dalle après tout. Marchant devant en sachant qu’elle me suivrait, les réflexions reprirent contre ma volonté. C’était certes un entrainement sans que je ne puisses, ni veuille, forcer, mais la question reste : sans mon alter, que reste-t-il ?
J’ai toujours été fier de porter mon pouvoir, tant d’un point de vue héroïque que d’un point de vue physique, et maintenant, comme un héritage. Il m’a toujours aidé à progresser. Et bien que je me vantais de pouvoir me débrouiller sans lui… La balle dans mes côtes a su me prouver le contraire.
A côté de ça, il y avait elle. J’avais beau répéter à Nami qu’elle devait se concentrer sur son Alter, elle réussissait à me prouver jour après jour qu’elle avait bien trop de qualité que je ne pouvais ignorer. Intelligente, réfléchie, sang-froid, maîtrise et expérience policière. Tellement de polyvalence… Et moi…

Et à côté de ça, elle réussissait encore à trouver de l’émerveillement dans la simple comparaison de ses pieds avec les miens. Bien différente que ce que beaucoup penserez d’une fille de lieutenant après tout. Par contre, le nom qu’elle employait me fit hausser un sourcil. « Suza-kun » ? Moi qui commençai presque à être habitué au Senpai au bout d’un moment…


« - Hmph, c’est sûr que j’ai l’impression d’être Big Foot quand je compares avec ton Taille 12, héhé. »

Mettons tout ça de côté, l’heure était après tout à l’estomac et non la tête ! Prenant ainsi place sur la serviette, je me libérais de mes poids que j’avais gardé tout du long, sentant enfin la légèreté revenir. Je pouvais sentir les muscles de mes membres tirer fortement, si bien que le simple contact de mon postérieur avec le seul fut un plaisir.
Mais alors que j’allais plongeai ma main dans la glacière avant que mon estomac passe SSJ 3, je fus interrompu par ma partenaire qui m’appela pour me présenter une boîte... En me disant « mon jour »… AH ! Mon anniversaire ! Bordel j’avais complètement zappé !


« - Hé, en général c’est un gâteau qu’on offre à cette occasion. »

Allais-je du coup refuser ? J’étais déjà avec la boîte en main avant que n’importe qui puisse se poser la question. L’ouvrant sans attendre, la salive commençait à remplir ma bouche face au festin devant moi. J’ai jamais été difficile avec la bouffe, mais quand je vois un truc pareil… Comment je pourrais dire non ?! Elle était en train de me demander de pas me forcer que j’étais à la moitié de plateau tellement j’avais la dalle et que c’était bon… Me sentant soudainement con de pas l’attendu.

« - Hmm…*Glup* O-oui, t’en fais pas… Je pense que ça devrait aller. »

Ralentissant soudainement l’allure, je laissai le poids du geste enfin me rattraper. Elle avait pensé à me faire ça pour mon anniversaire, alors qu’elle devait sans doute avoir tant de choses à faire de son côté ? Alors que je l’avais invité juste par « envie personnelle », sans plus, n’y pensant même plus. C’était… bizarre. Pas le mauvais sens bizarre, juste… Je ne savais pas quoi penser moi-même de ce geste. Est-ce qu’on fait ce genre de chose pour de simples amis ?
Et comme si cela ne suffisait pas, elle en remit une couche avec un nouveau cadeau qu’elle me laissait découvrir. Ouvrant la boite, je pus voir un anneau avec une gravure d’oiseau dessus. Un phénix, évidemment. Elle était simple et pourtant se suffisait à elle-même, du moins, pour un objet qui doit me représenter. Maintenant que j’y pense, il y avait aussi un dessin d’oiseau rouge dans le Bentô. Elle avait vraiment tout fait en mon honneur comme elle disait. Toujours à me remonter le moral quoiqu’il arrive… Elle était toujours avec moi.


« - … Je pense avoir une meilleure idée. »

Sortant l’anneau de son écrin, je l’observai un instant alors que je cherchais les mots que je voulais dire. Elle méritait plus que tous d’entendre ces mots après tout.

« - J’ai toujours vue ma progression en tant que héros comme tout simplement arriver à me lever, m’élever le plus haut que possible, seul. Si je voulais me prouver capable de protéger les gens, je devais me montrer capable de tenir par moi-même. Et pour ça, j’avais clairement un objectif à atteindre, quelque chose qui me donnait envie de continuer à monter. »

Mes doigts virent se poser sur l’anneau que je portais autour de mon cou, me rappelant encore la personne qui me l’avait offert. Tellement de choses entre lui et moi, tant que je chérissais que je regrettais.

« - Il était mon exemple, mon modèle. Sans ce qu’il était et ce qu’il représentait, je doutes que je n’ai tenté d’être un héros pour commencer. Et quand il est parti, je me suis posé la question : A quoi bon continuer de grimper ? »

Je pouvais sentir mon ton baisser un peu à cette question que je me suis posé plus de fois que je n’aimerais l’admettre. Depuis, être un héros était devenu ma volonté propre après tout, pas l’envie de poursuivre quelqu’un. Mais quand bien-même, tout ça… C’était si lourd une fois que ça m’était tombé dessus.
Mais bon, toute cette réflexion, je l’avais bien longtemps remis aux oubliettes. Reprenant un peu plus de bonne humeur dans mon visage, je détachai la chaine de mon cou pour faire ma petite bidouille, tout en continuant de parler.


« - Puis quelqu’un m’a rappelé que ce qui faisait de moi un héros n’était pas le fait d’être fort, imposant et respecté comme mon père. Que c’était mon assurance, mon dynamisme, ma capacité à transmettre ma confiance aux gens pour les rassurer. Que c’était ça qui faisait la différence. Ca m’a fait comprendre que je ne devais pas continuer de grimper, et que même si c’était le cas… Il y aurait toujours quelqu’un là pour me pousser vers le haut. »

Terminant de rattacher ma chaîne, la manip’ était terminée. Ainsi, accompagnant le cadeau m’avait fait mon père, s’ajouta celui que la bleuette m’avait fait. C’était là qu’il méritait d’aller avec tout ce qu’il symbolisait. Je finis enfin par échanger un regard avec elle, un sourire bien plus simple et sincère à lui offrir.

« - Il était là pour me tirer vers le haut, et toi pour me pousser à continuer. Je serais pas là aujourd’hui sans toi. Alors merci d’être restée à mes côtés, Nami. »

Ses cadeaux semblaient si simples et basiques pour beaucoup, mais ils étaient bien plus précieux qu’elle ne pourrait le penser. C’était bête de les prendre ainsi, je le sais, mais que voulez-vous… Je ne pouvais pas agir autrement.
Le silence devenant légèrement gênant pour moi, je me décidai ainsi à reprendre le repas, l’invitant à suivre pour apprécier ce qu’elle avait cuisiné. Ce serait du gâchis après tout de ne pas finir ! Je me sentais légèrement mieux d’avoir sorti tout ça de ma poitrine, et en même temps, je pouvais sentir une drôle de chaleur dans ma poitrine à réécouter ce que je venais de dire : je l’avais appelé par son prénom. Je ne savais pas comment c’était arrivé, mais finalement, cela me convenait mieux de l’appeler ainsi que simplement Fubuki. J’espérais juste qu’elle ne m’en tiendrait pas rigueur…

======

Le repas terminé dans un silence presque confortant, on pouvait maintenant se détendre un peu. J’avais réussi à relancer la conversation avec peu de difficulté, parlant de tout et rien comme les cours qu’elle avait, le planning qu’on aurait ensemble, si elle voulait faire autre chose comme entrainement plus tard. Mais bien vite, je ne pouvais plus tenir : c’était l’heure de la détente !


« - Bon ! C’est pas tout ça, mais on est à la plage après tout. Il est temps d’en profiter un peu du soleil et de la mer ! Enfin, la mer… On verra, peut-être. Nouvel ordre donc : On se met à l’aise, on met la crème solaire, et on s’éclate ! »

Me levant d’un coup en lui faisant dos, je m’étirai un instant avant de chercher dans mon sac de quoi sortir le genre de jouet classique de la plage : des raquettes et balles, un ballon gonflable, frisbee. Bref, des trucs simple et de gosse, mais qui étaient toujours cool à sortir pour la mer. Appliquant mon second ordre, je retirai ainsi mon marcel déjà avec quelques traces de sueurs pour enfin me libérer de cette intense chaleur. Je voyais déjà une légère différence de teinte entre mes bras et mon torse… Bon, tant pis, on verra ce que ça donne. Commençant à appliquer ainsi la crème, je tournai légèrement la tête vers ma partenaire du jour…

« - T’as ce qu’il faut au moins ? Besoin que je t’en prête ? »

En me doutant pas de la vue que j’allais trouver.

________________





Tu ne prendras jamais ton envol si tu ne prends pas le risque de sauter.



Costume Héroïque:
 


Battle Anthem:
 
Fubuki Nami
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Cold Breath
Profession : Élève 3S - Filière Héroïque
Rang : B
Yens : 1410
Renommée : 98
Alignement : Dévouée
Re: The Beach Episode || Dim 14 Oct - 16:01

La confiance que j'affichai après lui avoir donné son cadeau était aussi éphémère que factice. C'était même plutôt le bordel dans ma tête pour tout avouer.
Je n'arrêtais pas d'essayer de me convaincre que tout ça n'avait rien de bizarre, que je voulais juste marquer le coup de son anniversaire comme pour tourner la page des derniers événements en allant de l'avant et en profitant de ce genre de pause salvatrice... alors pourquoi j'avais autant de mal a m'en persuader ?

Et puis, est-ce qu'il avait réellement besoin de ça pour continuer d'avancer, lui qui était toujours plein d'assurance ? Tout semblait si facile pour lui. Peu importe les obstacles qu'il pouvait croiser, lui suffisait de foncer dessus, tête en avant, pour se frayer un chemin sans se poser de question.
Je savais que la réalité différait légèrement mais ça ne retirait en rien sa confiance aveugle en lui-même et en ses capacités, que j'arrivais a lui envier.

Malgré le regard dans le vague, ces pensées arrivèrent à me faire étirer un léger sourire : je lui avais offert une chevalière à son effigie après tout. Un bijou, ce n'était pas ce qu'on offrait au premier venu en général, et il comptait pour moi. Partant de là, ça ne paraissait plus aussi disproportionné comme cadeau. Enfin, je crois...
Et puis, je ne voyais vraiment pas pourquoi je me prenais la tête pour ça au final. S'il ne l'appréciait pas il n'aurait cas la bal...... - Une meilleure idée ? … -

L'observant alors qu'il avait le regard soudainement perdu sur l'anneau, il s'exprima sur son parcours ; et lorsqu'il étreignit celui qu'il portait autour du cou, je sentis mon cœur se serrer sous le poids des émotions. C'était toujours difficile, même pour moi, lorsqu'on en venait a évoquer son père... Mais passer le regret et la mélancolie, Suzaku retrouva sa bonne humeur, affichant pour ma part un sourire compatissant jusqu'à ce que je le vois détacher sa chaîne...
J'avais bien une idée de ce qu'il comptait faire mais je n'arrivais presque pas à l'accepter. C'était beaucoup trop ! …
Pourtant, la suite de son discours allait en ce sens lorsqu'il se mit a répéter ce que je lui avais dit il y avait de cela quelques mois, et qu'il ajouta finalement l'anneau sur sa chaîne, avec l'autre, si important à ses yeux...

Ses paroles et son geste me touchèrent bien plus que je n'aurais pu l'imaginer.
Que ma chevalière trouve sa place ici... c'était une véritable preuve que je comptais pour lui. J'étais encore plus perdue qu'un peu plus tôt mais bien plus positivement cette fois. Si tant est que cette phrase pouvait avoir du sens...

Le Suzaku sur son piédestal m'apparaissait soudainement bien plus accessible. Bien plus proche qu'il ne l'avait jamais été.
Jusqu'ici, j'avais toujours eu l'impression qu'un monde nous séparait. Notre éducation, nos caractères, notre façon de voir nos alters, notre popularité... tout était différent. Et ne parlons même pas de la taille qui reflétait finalement assez notre image.
Lui très grand, qui cherchait toujours à se mettre en avant et moi, petite, qui jouait des coudes pour atteindre mes objectifs sans pour autant être effacée, loin de là, pour ça c'était mon caractère qui me sauvait. Bref, tout ça pour dire que c'était peut être bizarre mais pour une rare fois, je me sentais à sa hauteur.

Qu'est-ce que je pouvais bien répondre à tout ça, après tout ? …

« On forme une équipe, non ? »

La gêne était marquée dans mon sourire mais cela ne m'empêcha pas de lui tendre un poing fermé pour checker notre duo.

« Je continuerais d'être là. »

Le voir sourire si sincèrement était quelque chose dont je ne me laissais pas et qui me faisait tout drôle. Parler a cœur ouvert n'était pas vraiment son truc, pas plus que ça n'était le mien d'ailleurs, alors... je me sentais un peu privilégiée d'avoir la chance de le voir comme ça, et heureuse.
C'était une expression que je n'aurais pas pu lui voir, même quelques mois en arrière. Je ne savais pas vraiment si c'était lui qui avait changé ou si c'était ma façon de le regarder, même si j'en avais bien une petite idée.

C'est pour cela que mon regard ne lâcha le sien que pour contempler les deux anneaux, ayant toujours du mal à m'y faire, tout en essayant de détendre un peu l'atmosphère.

« … Après tout, il faut bien quelqu'un pour encadrer cette tête brûlée. »

Qui risquait de mourir a agir sans réfléchir...

Je poussais un soupir intérieur en me remémorant la dernière attaque et l'état dans lequel il s'était mis. Ouais, non... c'était vraiment pas un truc auquel je voulais repenser.

S'en suivi un silence pesant bien vite étouffé par Suzaku qui proposa de se remettre à table, et de commencer a manger pour ma part.
Les choses revinrent dès lors à la normale assez vite, alimentant le repas par des questions concernant Yuei et mon programme, lui glissant même en riant que ça faisait bizarre de ne plus le voir traîner dans les couloirs.
J'avais aussi enfin pu lui dévoiler les melon pan que j'avais fait pour le dessert – eh ouais j'avais aussi pensé au gâteau ! -

Le ventre bien rempli, il était temps de se reposer pour digérer ! M'enfin, ça c'était la théorie parce qu'en pratique, Suzaku avait plutôt envie de se détendre en se défoulant. Adieu ma pause allongée sur la serviette à ne rien faire, simplement à lézarder au soleil... Mais ça me convenait !

Me relevant peu après lui tout en l'écoutant, mon sourire disparu au profit d'une gêne nouvelle alors qu'il retira son haut. Décidément, c'était la journée de l'ascenseur émotionnel...
Je ne pouvais voir que son dos pour l'heure mais c'était suffisant pour rendre mon regard fuyant.
On était à la plage après tout, ce n'était pas comme ci je ne m'attendais pas à le voir torse nu juste que... ben il était bien foutu et le nier aurait été un gros mensonge.

Cherchant malgré tout à y faire abstraction, je retirai à mon tour mes fringues pour dévoiler mon bikini et détachai par la même occasions mes barrettes, qui ne retenaient de toute façon plus vraiment mes cheveux depuis l'entraînement.
Tube de crème solaire en main, je commençai a en appliquer sur mes bras lorsqu'il me demanda justement si j'en avais.

« Non merci. Comme tu vois j'ai ce qu'il faut. »

Le remerciant malgré tout d'un sourire, je continuais mon office, me débrouillant comme je pouvais pour atteindre mon dos jusqu'à ce que je l'entende, à peine, me proposer son aide. Gyuh... quoi ? …
Feinter d'avoir entendu me traversa l'esprit mais ce n'était pas cool alors qu'il me proposait gentiment son aide.
C'était gentiment, hein ?

« Mmh. »

Hochant la tête, sans dire un mot de plus, je lui présentai mon dos, dégageant mes cheveux tout en lui tendant le tube.

Mon assurance était une nouvelle fois partie je ne sais où – jamais là quand on avait besoin d'elle - , si bien que je fixai un point à l'horizon pour me calmer sans pour autant réussir à empêcher un frisson de me traverser quand ses mains se posèrent sur moi.
Mon palpitant tambourinait dans ma poitrine, baignant dans une chaleur particulière et apaisante, moi qui était plutôt habituée au froid lancinant.

L'avantage de ses grandes mains et de ma petite taille, c'était qu'il couvrait une grande surface donc il ne fallut pas « très longtemps » avant que mon dos soit protégé des rayons du soleil. Ce qui n'était pas le cas à l'inverse, lorsque je lui proposai mon aide en juste retour des choses...
Déjà, outre le fait qu'il dû s'asseoir pour une raison évidente, mes mains étaient bien ridicules face à ce dos et ces épaules mastoc...
Déglutissant, je m'affairai à la tâche tout en me demandant finalement quelle place était la plus gênante, parce que là non plus je n'en menais pas vraiment large. Au moins, mes mains ne tremblèrent pas, c'était déjà ça.

Finalement fin prêts et à toute épreuve du soleil, nous enchaînions les jeux divers, ce qui permit facilement de passer à autre chose : la bonne humeur étant au rendez vous.
Des passes en ballons, au volley improvisé – donnant droit à de jolis plats ou glissade sur le sable brûlant, un régal -, jusqu'au frisbee qu'il faisait parfois exprès de lancer à sa hauteur, m'empêchant de l'attraper malgré toute la bonne volonté dans mes sauts – si bien que je me vengeais en le lui envoyant à ras de terre -.
Le soleil cogna si fort que je réussis même à le traîner un peu dans l'eau en lui promettant de ne pas me moquer de sa nage façon « petit chien » : ce que je fis quand même, bien évidemment, donnant lieu a un retour de bâton que je n'avais pas vu venir.
C'était simple : nous étions de nouveau des gamins.

Puis vint le moment de refaire une petite pause, revenant sur nos serviettes et buvant un peu d'eau.
Le sourire aux lèvres tout en fermant les yeux un instant, je savourai la brise, le son des vagues et le cri des mouettes. Un moment simple finalement mais dont on ne pouvait profiter que peu.

Mon regard se rouvrit et convergea vers Suzaku tout en tournant la tête.

« ça fait du bien, après tout ça, hein ? »

Toute cette pression accumulée sur nos jeunes épaules, ces instants à mettre nos vies en périls... Et lui qui venait de passer deux semaines enfermé dans une chambre d'hôpital sans pouvoir se défouler.

A aucun moment je n'avais envie de balayer tout cela mais il y avait quelque chose que je gardais pour moi et repoussais déjà depuis le début de la journée... Il fallait que je me lance.

Mon sourire disparu tandis que je me tournai sur le côté, coude en appui sur le sable et ma tête reposant sur ma paume, tout en le fixant, le ton hésitant.

« … J'ai encore quelque chose pour toi. »

Je soupirai tout en me rasseyant, farfouillant dans mon sac à dos tout en continuant de parler.

« … J'ai longtemps hésité à te le donner mais... c'est à toi et à ta mère que ça revient. »

Penaude, je lui tendis un sac plastique dans lequel se trouvait une grande plume qu'il n'aurait aucun mal à reconnaître.

« … Elle a été retrouvée sur place, le jour de l'accident, et analysée pour essayer d'y trouver un indice quelconque... sans succès. Quand des pièces à convictions ou des éléments d'enquête ne donnent rien malgré divers tests et que l'on est certains de ça, ils sont en général détruits ou restitués à la famille si ça peut avoir une valeur sentimentale...
Je... J'ai pensé que vous voudriez la récupérer donc lorsque je suis tombée dessus j'ai demandé à me charger de la restitution.
 »


Parce que je n'avais aucune envie de voir un officier lambda leur rapporter sans aucune délicatesse. J'en avais donc pris la responsabilité.
Maintenant que je l'avais enfin dit, après des heures à me demander comment j'allais pouvoir aborder le sujet, je ressentais à la fois un immense soulagement et un profond malaise. Parce que je n'avais aucune foutue idée de la façon dont Suzaku allait réagir face à cette bombe que je venais de balancer...

________________



Nami's theme:
 
Tsubasa Suzaku
Héros professionnel
avatar
Surnom : Phœnix
Profession : Héros
Rang : A
Yens : 1470
Renommée : 182
Alignement : Bienfaiteur
Re: The Beach Episode || Mer 24 Oct - 21:59

Parler avec Nami des pensées auxquelles je ne voulais pas donner d’attention avait un sentiment assez léger. J’avais l’impression de me décharger du poids que j’avais sur les épaules (chose ironique vu qu’elle serait clairement celle en difficulté pour porter des trucs lourds, ah ah, oh oh). Blague à part, les effets de cette « révélation » sur mes émotions était immédiat sur mon humeur. Je n’avais plus réellement l’impression de devoir marquer une forme de retenue, de prestance en sa présence. Je n’étais que son senpai, son collègue, son ami et… Peut-être plus encore.

Je n’étais pas aussi aveugle que ce que beaucoup pensaient sur les choses de la vie. Même moi je pouvais voir les changements que j’avais à son égard depuis qu’on avait parlé aux Hall of Fame. Ce que cela voulait dire ? Je n’y avais jamais pensé jusque-là par contre. Je m’étais contenté de laisser libre court à cette vague de nouveauté, voulant la plupart du temps les laisser me passer au-dessus de la tête… Et d’autres temps les combattre en me disant que c’était pas la chose à faire. Ni même le moment pour le faire. Je combattais encore le deuil, me forçant à me lever par moment pour affronter la dure réalité. Et souvent, je me demandais si réellement, tous les regards à mon attention étaient réels, ou juste un masque de pitié…

Mais bon, tout ça était facilement balayé alors que mes yeux se posèrent sur la vue de Nami en Bikini. Au diable les débat philosophiques de merde alors que la déconnexion de mes synapse s’enchaînaient pour me faire perdre les capacités motrice de ma bouche. C’était la première fois que je la voyais dans ce genre de tenue, fallait avouer, et… Non, non, arrête de regarder ! La tête ailleurs, fallait vraiment que j’arrête cette façon de penser. J’étais pas comme les autres queutards qui tentaient de faire quelque chose avec elle tout à l’heure. Tss… Rien que de repenser à eux et de leur tête s’ils la voyaient ainsi…
Mais bon, évitant de foutre le feu au premier truc tombant à ma portée, je me risquai un nouveau regard porté dans sa direction, remarquant sa difficulté à étaler la crème solaire partout. Il a fallu que ce soit à ce moment précis que ma bouche décida de remarcher.


« - Tu… as besoin d’aide ? »

Ah bah bravo, BRA-VO ! Sérieusement, il te fallait quoi pour réussir à te taire pour pas dire de conneries ?! Bon, qui sait, peut-être qu’elle n’aura pas entendu et que je pouvais m’en tirer ? Et bah non : je la vis légèrement acquiescer à mon égard, me tendant doucement le tube pour m’indiquer de prendre la relève. Bon.
Prenant une grande inspiration, je décidais de plonger dans le bain et appliquai mes paumes de crèmes sur le dos de la bleuette. Ma première pensée fut de voir à quel point elle semblait petite par rapport à mes mains. J’avais presque peur d’appuyer trop fort et la pousser. Mais je devrais savoir qu’elle est bien plus forte que ça pour se faire simplement bousculer, alors pourquoi penser ainsi ?
Je pensais en avoir fini une fois la question réglée, mais j’aurais dû m’attendre à la suite : elle voulait me rendre la faveur. Ah.
Qu’est-ce que je suis con de ne pas y avoir pensé, bien sûr qu’elle voudrait me retourner l’offre ! Bon… Acquiesçant sans montrer de gêne (parce qu’il n’y en avait pas !), me voilà assis en lui tournant le dos, attendant qu’elle fasse son œuvre. Je ne pus m’empêcher de penser durant la manœuvre (beaucoup trop longue à mon goût), à quel point étaient froides et petites… En un sens, c’était drôle de se dire qu’elles étaient capables de tenir une arme en main.

M’enfin, une fois les séances passées, place à la fête ! Il aura fallu un peu de temps pour nous sortir de ce moment de silence, mais une fois lancés, on ne nous arrêtait plus. J’étais bien évidemment assez énergique pour ne pas lui laisser une chance aux échanges de ballons (c’était de sa faute si elle sautait pas assez haut après tout), même si elle se vengeait bien avec ses rase-mottes.
Puis vient l’heure d’aller dans l’eau… Je sais que c’est normalement une étape obligatoire de la plage, mais quand même, on aurait pu juste tremper les jambes quoi, limite monter à la taille vu que plus elle avait plus pieds. Mais bon, non, il fallait évidemment qu’elle propose de faire la course dans l’eau. Avant que l’on ne sorte une connerie, je SAIS nager. C’est juste que j’ai bien plus d’aisance dans les airs que dans l’eau… Et j’aime pas savoir que me transformer me changerait juste en poulet déplumé…

Mais bon, les heures avaient fini par passer et la fatigue par nous rattraper, nous laissant regagner place sur nos serviettes. La baignade avait son lot de choses bénéfiques, comme celle de ne pas finir en homard. L’eau perlait sur la peau pour me rafraichir alors que je profitai des rares brises estivales, oubliant le fait que ça ne durerait qu’une journée avant de retourner taffer. Joie.
Cette pause n’allait pourtant pas durer fallait croire, puisque Nami, anxieuse, me donna un objet qui allait pas garder le moral au beau fixe. Une plume noire de taille irréelle. Facile pour moi de deviner à quoi elle appartenait, ou plutôt, à qui. La prenant en main pour l’observer, je laissais Nami continuer sur les rapports d’enquête qui n’étaient pas concluants. Évidemment. Voir cette plume ne faisait que me rappeler que je ne pourrais plus voir celui à qui elle appartient, comme une marque indélébile.
Un long soupir parti sans que je puisse m’en empêcher, sachant que les choses étaient revenues dans une ambiance lourde. D’autres idées me revinrent en même temps, dès que Nami mérite d’entendre. Un regard sur la mère, les mains en appui sur le sable, je réfléchissais à quoi dire.


« - Quand je me suis retrouvé à l’hôpital… A cause de l’explosion… Je ne me suis pas rendu compte d’à quel point ce que j’ai fait été stupide tout de suite… Ni même quand tu m’as donné une soufflante… »

Je me rappelle de cette scène à mon réveil dans le lit d’hôpital. Apparemment, je n’ai dormi que quelques heures, malgré que mon corps soit recouvert de bandage et douloureux de brûlures. Mais l’accueil fut ce qui avait su briser mon assurance.

« - … C’était quand ma mère m’a annoncé en pleurant qu’elle ne pouvait pas me perdre… « Pas moi aussi »… »

Le son de sa voix tremblotante, les spasmes de ses pleurs contre ma peau, et ses yeux emplis de larmes… Mes brûlures à ce moment me semblaient bien douces comparé à ça. Me rappeler cette scène me gênait plus que je ne le voulais, une main cherchant mes cheveux pour me calmer. Heureusement, cela n’avait pas duré longtemps, elle était forte après tout. Bien qu’elle trouvait toujours difficile de me pardonner ce que j’avais fait, on échangeait durant ma convalescence. Une phrase en particulier avait réussi à me marquer.

« - Elle semblait vraiment se demander si je devais continuer à être un héros, en sachant que penser ainsi était mauvais. Ce qui lui frappait autant au visage, c’était que ce qu’elle commençait à détester chez moi… C’était ce qui l’avait fait tomber amoureuse de mon père. »

Je pouvais me rappeler de ce sourire qu’elle affichait. Il était faible, oui, mais c’était sans doute la première fois que je la revoyais sourire sans se forcer en parlant de mon lui.

« - Il n’hésitait pas à se jeter dans le danger pour sauver les autres, mettant tout sur le dos de son « instinct » pour se dédouaner, qu’elle disait. Elle avait passé plusieurs soirée à le rafistoler parce qu’il était trop fier pour aller se faire soigner en hôpital. Et pourtant… Il ne semblait jamais se remettre en question, affirmant qu’il avait raison d’agir ainsi… Même si c’est cette même mentalité qui l’a mené à sa perte. »

Tout ce qu’elle demandait, c’était qu’il puisse rentrer chez nous chaque soir. C’était tout ce qu’elle demandait, car elle savait qu’il ne changerait pas… Et…

« - … Ce que je veux dire, c’est que… Je sais que j’ai agis stupidement et que ça a fait beaucoup de peine à tout le monde… Toi compris. »

Je me risquai à regard vers elle avant de cacher mon visage dans une main, l’autre encore agrippée au sol sans savoir quoi en faire. Finalement, ma frustration s’échappa dans un soupir alors que je regardai la mère avec un air plus… Tranquille, et à la fois résolu.

« - Je ne peux pas promettre de ne pas recommencer, on le sait tous les deux. Mais… Je ferais plus attention à l’avenir, à réfléchir plus souvent… Du coup, hmmm… »

Aaaarg, qu’est-ce que je détestais faire ça ! Je n’avais pas besoin normalement de demander ce genre de chose ! J’étais suffisamment fort pour ne jamais avoir eu besoin de le faire. Et pourquoi je le demandais spécifiquement à Nami ? Pourquoi je me sentais le besoin qu’elle accepte ? Frustré et le visage clairement gêné, me voilà à marmonner les derniers mots que je penserais dire.

« - Est-ce… Que tu me pardonnes ? »

________________





Tu ne prendras jamais ton envol si tu ne prends pas le risque de sauter.



Costume Héroïque:
 


Battle Anthem:
 
Fubuki Nami
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Cold Breath
Profession : Élève 3S - Filière Héroïque
Rang : B
Yens : 1410
Renommée : 98
Alignement : Dévouée
Re: The Beach Episode || Ven 26 Oct - 22:08


Son regard se perdit sur l'horizon après s'être saisi de la plume.
Intérieurement, je poussai un soupir de soulagement en voyant qu'il arrivait a encaisser.
Bien sûr que c'était dur... mais j'avais peur de le voir réellement mal par ma faute.
Au lieu de ça, il se confia de nouveau, évacuant le poids qu'il endurait en parlant de l'hôpital et de sa prise de conscience grâce à sa mère.

Le regard baissé sur le sable, je n'osais même pas imaginer ce qu'elle avait pu ressentir en prenant pourtant en compte mon propre point de comparaison. Mais, hormis l'aspect déchirant de ce qu'il me raconta, c'était surtout la similitude avec elle , et ce qu'elle avait en parti vécu, qui me frappa au visage de plein fouet.
Ce qu'elle commençait a détester chez son fils, c'était ce qui l'avait fait tomber amoureuse de son mari ? … Cet esprit sans peur qui fonçait droit sur le danger en toute confiance, peut être ? Ou cette façon « borderline » qu'il avait de côtoyé les règles ? Ou bien cette sensation de pleine liberté qui se dégageait de lui ? …

Plaidant coupable intérieurement, je risquai un regard vers lui alors qu'il se cramponna sans doute nerveusement à ses cheveux.  
Ça restait toujours déroutant de le voir comme ça mais ça signifiait qu'il arrivait à se remettre en question, contrairement à ce qu'il venait de dire lui même de son père. Peut-être même justement depuis sa disparition ... ?

Mais son regard croisa finalement le mien un court instant avant de se résoudre a fixer autre chose, signe de son mal aise. Il avait conscience du mal qu'il avait fait autour de lui et c'était déjà un gros pas en avant, mais à quoi bon ? Pouvait-il seulement me dire qu'aujourd'hui, dans la même situation, il aurait agit différemment dans le feu de l'action ? J'étais prête a parier que non.
Alors, lorsqu'il parla de faire plus attention à l'avenir et osa demander mon pardon... je soupirai.

Je savais ce que ça lui coûtait. Que sa fierté et son ego en prenait un sacré coup. Mais il savait aussi que je n'étais pas du genre à le caresser dans le sens des plumes.

Les yeux plantés sur lui après une brève hésitation, je répondis dans le ton de la confidence.

« … Quand je suis montée en haut de l'immeuble... J'ignorais ce que j'allais trouver. Je venais de te voir subir une explosion et tomber en chute libre sur le toit où était toujours supposé être le tireur. Tu ne peux même pas imaginer dans quel état d'esprit je suis montée. Je... J'ai cru que j'allais te retrouver mort. »

Je serrais les poings, le regard à la fois absent et plus dur, le même que celui que j'avais lancé au tireur sur place.  

« Quand je t'ai vu comme ça... Je te jure que j'ai eu du mal à simplement enfermer ce type dans ma glace et ne pas l'écrabouiller avec. »

Il fallait croire que j'avais plus de contrôle sur mon alter que je ne le pensais...

Je déglutis.

« Après que les secours t'ai emmené... j'ai appelé ta mère pour le lui dire. C'est moi qui ai dû lui  annoncer la nouvelle... C'est moi qui l'ai entendu s'effondrer au téléphone alors que je lui assurais que tu étais pris en charge et en route pour l'hôpital ! »

Mon attention était rivé sur lui, le regard dur toujours d'actualité.

« J'ai dû rester aider sur place les autres équipes comme je le pouvais. J'étais presque à bout de forces et mon esprit était complètement ailleurs. Je voulais juste foncer à l'hôpital...
Et toi… Tu me demande de te pardonner ? … Vraiment ? …
»


Mon air interloqué ne lui échappa pas.

« Non. Impossible. Je ne peux pas.
Et puis qu'est-ce que ça changerait ? Tu l'as bien dit toi même : on sait tous les deux que tu recommenceras un jour ou l'autre. Tu renouvelleras ton pardon à ce moment là ? Et toutes les fois suivantes ?
 »


S'il en avait seulement la possibilité...

Malgré tout ça, mon ton et mon regard se radoucirent peu à peu pour devenir plus désinvolte après un léger instant de silence.

« Mais tu sais quoi ? … On s'en fout de mon pardon ! Ce n'est pas le plus important. Ce qui l'est c'est que tu puisses me poser la question. »

Me rapprochant un peu de lui, ma main vint se poser sur son épaule tandis que je retrouvais un léger sourire, les yeux légèrement humides.

« Parce que t'es là ! Tu es vivant ! Et c'est ça qui compte. »

Une chance ? Un miracle ? Je ne le savais pas mais j'étais prête a remercier n'importe quelle divinité pour ça, même si je ne leur portais pas le moindre intérêt habituellement.

Soudainement un peu plus gênée et le regard légèrement fuyant, je me jetai à l'eau.

« … Tu sais... Je me reconnais pas mal dans ce que ta mère a pu te dire... Et... Toi et ton père vous vous ressemblez aussi beaucoup. »

Je refusais d'en parler au passé.
Et je me demandais s'il comprendrait comme moi le parallèle sur la situation... Ouaip... il était temps de changer légèrement de sujet...

« … Les parents font parfois des choses insensés pour leurs enfants... Tu l'as peut-être déjà remarqué malgré ses efforts pour le caché mais... mon père à un tatouage sur l'avant bras gauche. Un tatouage ! Pour un officier de la police, tu imagines ?! Ça aurait pu lui coûter sa carrière et bien plus encore ! Et pourtant il l'a fait. Pour moi... »

Je haussai les épaules.
Rien que d'y penser ça me mettait mal à l'aise.

« Il a voulu dissimuler cette affreuse cicatrice qui me traumatisait... et ça a marché, avec le temps. Son cas est passé en conseil et ça à longtemps fait débat, mais après une mise a pieds le temps des délibérations, et puisque c'était un lieutenant loyal depuis déjà pas mal d'années avec en cause la raison « thérapeutique » de ce tatouage... il a pu garder son poste à condition de toujours le cacher pour des raisons évidentes. »

Mais il ne voyait sans doute pas pourquoi je lui racontais tout ça.

« Ce que je veux dire c'est que ton père était sans doute lui aussi encore plus convaincu et boosté par ses convictions de héros quand il était avec toi. »

Ce n'était en rien de sa faute. Mihawk voulait probablement que son fils soit fier de lui... même si Suzaku préférerait qu'il soit encore là.

« Mais tu n'as rien a prouver à qui que ce soit, même pas à toi même. Penses à toutes les vies potentielles que tu peux sauver et ne fous pas la tienne en l'air alors que tu en as conscience. »

Ça je le lui avais déjà dit mais il n'était pas vraiment en état de l'entendre ou de l'assimiler la dernière fois...

Et alors que je parlais, mes doigts glissèrent le long de son bras, jusque sur sa main posée sur le sable que j'enserrais doucement.

« … Je me moque de devoir te rafistoler parce que ta fierté mal placée t'empêchera d'aller à l'hôpital alors que tu es amoché. Je ne t'empêcherais pas, jamais, d'être comme tu es. Mais... reviens en un seul morceau. C'est tout ce que je te demande. »

M'asseyant à genoux sur le sable, je me redressai légèrement pour que nos regards soient à la même hauteur, pour une fois. Mais sous cet angle, c'était comme ci son regard exerçait une certaine attraction sur moi... de quoi affoler mon palpitant.

« Tu comptes beaucoup pour moi alors... tu n'as pas intérêt à me décevoir là dessus. »

Mon front alla se poser contre le sien tandis que je fermai les yeux, mes bras encadrant sa nuque, m'accrochant à ce contact qui me rappelait qu'il était vivant.
C'était en le serrant comme ça contre moi que je me rendais compte que j'avais ressenti le besoin de le faire bien avant, sans l'oser. Ce geste me renvoyait à la chance qu'il soit encore là.... et au fait que j'aurais très bien pu le perdre...

Alors, la tension accumulée depuis ce moment là et refoulée au second plan, choisi cet instant pour  refaire surface. De mon sanglot silencieux, il pu bientôt sentir quelques larmes s'échouer sur ses joues.
Des larmes que je pris soin d'effacer d'un revers de mains tout en reculant doucement.

Tss... dans quel état il te met ce crétin...
ou dans quel état tu te mets pour lui...

________________



Nami's theme:
 
Tsubasa Suzaku
Héros professionnel
avatar
Surnom : Phœnix
Profession : Héros
Rang : A
Yens : 1470
Renommée : 182
Alignement : Bienfaiteur
Re: The Beach Episode || Mer 31 Oct - 17:15

Je détestais cette sensation. Ce sentiment de devoir admettre une erreur, une faute. J’étais le Phœnix, j’étais l’un des héros les plus prometteurs de ma génération, le futur numéro 1 ! Alors pourquoi j’avais l’impression imposante d’avoir agi comme je n’aurais pas dû, d’avoir commis un acte qu’on ne pouvait ignorer, et encore moins pardonner ?
Et pourtant, je savais exactement pourquoi. Ce n’était pas seulement moi que j’avais blessé par ma connerie. C’était d’abord ma mère, que j’avais tout simplement oublié dans l’élan et dont j’avais piétiné le cœur meurtri par une première perte dans sa vie. Puis mon père, qui certes n’était plus de ce monde, mais qui m’aurait très certainement collé une droit en me traitant d’imbécile pour mon action. Tss, regardez qui parle.

Et enfin… J’avais blessé Nami. J’avais promis de ne pas agir comme mon père, d’être quelqu’un de plus réfléchi et posé. De lui faire confiance un peu plus. Et au final, j’avais fait tout le contraire, préférant une méthode expéditive dangereuse par simple envie de prouver à un autre con qu’il avait tort.
Ce qui fit que je ne fus même pas surprit quand elle refusa mes excuses. Elle avait raison, elle me connaissait et je me connaissais. A la prochaine occasion, je préfèrerais y laisser des plumes plutôt que de risquer la vie des autres. Je subissais sans rien pouvoir répondre son monologue, n’osant que brièvement affronter son regard qui me paralysait, sa colère et frustration.

Mais je pus relâcher le souffle que je retenais en entendant sa voix à nouveau enjouée, comme je l’aimais et qu’elle devrait tout le temps avoir… Pour avoir à nouveau cette contraction dans la poitrine en voyant le début de larmes dans ses yeux. Un florilège d’insulte de moi-même à moi-même s’épanouit dans ma tête alors que je détournai le regard aussi sec pour pas devoir assister à ça plus longtemps.
La conversation repris sur un tout autre sujet à travers une phrase assez confuse… Qui pourtant, après réflexion, finie par me frapper au visage d’un rouge vif. Je voulais lui répondre, lui en demander plus. Mais rien. J’étais trop submergé par cette chaleur qui ne m’était pas familière. Ce n’était pas le soleil, ni mes flammes, pas même l’adrénaline. C’était indescriptible et pourtant… agréable.

J’étais concentré sur cette sensation qui me faisait réaliser tant de choses envers Nami. Comment je pouvais m’amuser à l’écouter parler des heures sans être obligé de me vanter. Comment le feu dans ses yeux quand elle était sérieuse me donnait envie de faire plus pour être à son niveau. Comment je me perdais parfois à juste la regarder, souriante et énergique, et avec cette sensation entre fierté et gène quand je savais que c’était moi le responsable de ça. Ce n’était pas une relation entre élèves, entre camarades, entre ami… C’était ce que je n’aurais jamais pensé ressentir. Chose que je ne croyais toujours pas alors que je sentis ma main se refermer sur la sienne et ne voulant presque pas la lâcher.
Mais alors qu’elle finissait l’histoire de son père pour le comparer aux actions du miens, elle me fit une confession dans une étreinte que je ne pus me résoudre à refuser, au contraire. Avec hésitation, j’entourais sa taille de mes bras en ne quittant pas une seconde son regard, n’osant lui faire l’affront de refuser ses sentiments, et surtout, te taire les miens. Je finis par l’imiter, fermant les yeux à sa demande, sa prière, son appel désespéré que je haïssais entendre.


« - Je te le promets. Du moment que tu restes à mes côtés… Si tu me promets de ne plus pleurer. »

Sans attendre, je couvrais sa joue libre de ma main et passai mon pouce pour essuyer ce qui restait.

« - Je détestes te voir pleurer… Tu n’es pas aussi jolie que quand tu souries. »

Réplique ringarde, scène clichée, sourire abruti mais heureux… Ouais, si j’avais un doute avant, là c’était plus permis. Je l’aimais. Je ne saurais dire quand ça a commencé à se faire, ni même quand je m’en suis rendu compte, mais on s’en foutait au final. Elle était avec moi, en ce moment, et semblait refléter les mêmes sentiments. J’aurais juste voulu que ce soit dans de meilleures circonstances qu’elle ait eu à me faire sa déclaration… Je refusais que ça se passe comme ça, que ça soit aussi triste ! Elle méritait tellement mieux !
Alors, par égoïsme, je fis sort d’être face à elle, la plaçant entre mes jambes qu’on soit plus à l’aise. Ma main déjà sur sa joue glissa le long de ses cheveux pour avoir meilleur appui sur l’arrière de sa tête et ainsi la rapprocher brièvement, doucement… Afin de conclure sur un baiser que je lui donnai, lui imposai. Je sais que ce que je faisais était risqué, ni même pardonnable, encore, mais je voulais lui prouver que je ressentais bien la même chose qu’elle… Ou peut-être voulais-je me rassurer en me disant que je n’avais pas mal interprété ses paroles, attendant inespérément une réponse de sa part… Mais à vrai dire, avec le mélange de douceur et fraîcheur que je ressentais de mon contact avec ses lèvres, je sais même pas si j’aurais pu arrêter ce baiser si maladroit mais si parfait…

======

Au final, la journée se terminait alors qu’on regardait le soleil se coucher. Nous étions tous les deux assis, elle adossée contre ma poitrine, mes bras l’entourant simplement, sans réell embrassade. C’était… Apaisant, tranquille, comme si rien ne pouvait réellement interrompre ce moment. Pourtant, il fallait bien en parler, de tout ça. Peut-être pas elle, mais moi je ne pouvais plus tenir le raisonnement des voix qui demandaient des réponses dans ma tête. Me mordant la langue un temps, je fini par parler, ne quittant pas du regard l’horizon pour réfléchir.

« - … Et maintenant ? Qu’est-ce qu’on doit faire à présent ? Est-ce… Est-ce que quelque chose a changé entre nous deux ? »

Difficile à dire. Évidemment que les choses allaient être différentes, vu ce qu’on vient d’échanger. Mais après… Qu’est-ce qui allait réellement changer dans notre relation ? Jamais je n’ai pensé à la possibilité de me retrouver dans cette situation, non pas que je pensais qu’aucune fille ne s’intéresserait, juste… Ça ne m’a jamais traversé l’esprit. Du coup, je ne sais pas comment un couple fonctionne. Si tenté qu’on soit réellement un couple. Je commençai à avoir mal à la tête, changeons de sujet… Pour un qui va fâcher si je choisis pas bien mes mots.

« - Je sais pas pour toi, mais je pense que pour l’heure, on… On devrait ne rien dire. Non pas que je ne veux pas rien dire hein ! Te trompe pas ! C’est juste… Vu que t’es encore au Lycée et moi diplômé… Sans compté qu’on est partenaires… J’entends déjà les gens qui vont jaser avec des conneries. Sans compté que je doute que mes « Fan » soient tous contents de la nouvelle. »

Ce n’était clairement pas par envie que je voulais cacher ça, je m’en foutais ! C’est juste que la révélation pourrait causer plus de tort à elle qu’autre chose. Du moins, maintenant… Elle décidera de quand elle voudra parler de « nous », je la suivrai. Que ce soit ses amis, nos collègues, ou même ses pa-

« - … Merde. »

La simple pensée suffit de me faire un froid dans le dos et à me blaser tellement je venais sans doute de signer mon arrêt de mort auprès de la seule personne qui pouvait pas me blairer.  C’en était presque drôle que j’en riais jaune.

« - … Je crois que j’ai déjà rompus ma promesse d’être prudent… Car je suis un homme mort si ton père apprend ce qui vient de se passer… »

________________





Tu ne prendras jamais ton envol si tu ne prends pas le risque de sauter.



Costume Héroïque:
 


Battle Anthem:
 
Fubuki Nami
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Cold Breath
Profession : Élève 3S - Filière Héroïque
Rang : B
Yens : 1410
Renommée : 98
Alignement : Dévouée
Re: The Beach Episode || Sam 3 Nov - 15:07

Il le promettait.
Non pas de ne plus risquer aucun danger : nous le côtoyions toujours en tant que héros.
Non pas de ne plus foncer tête baissée : ça faisait parti intégrante de lui même.
Mais le plus important : ne pas mourir et ne pas revenir trop amoché.  
Il avait bien deux conditions pour ça mais je hochai la tête sans hésiter pour conclure ce pseudo marché équitable.

De sa main contre ma joue se dégageait une certaine chaleur. Une sensation agréable de réconfort et d'apaisement, de celles que l'on profitait sans vouloir que cela se termine. Une envie que je montrai moi même en collant un peu plus ma joue contre sa paume pour accentuer le contact, non sans lui glisser un léger sourire malgré mes yeux larmoyants, pour aller dans le sens de ses paroles.

C'était surprenant de l'entendre parler de cette façon, mais cela faisait étonnamment du bien...
Il avait l'air de tenir autant à moi qu'était vraie la réciprocité et cette simple idée parvint a chasser la tristesse spontanée. Bien trop de malheurs pouvaient nous tomber dessus à tout instant, c'est pourquoi je préférais profiter des plus chaleureux qui s'offraient à moi ou que je créais moi même, plutôt que de me morfondre.
Les choses étant dites, et le poids sur mes épaules allégés, je me contentais de lui faire confiance pour respecter cette promesse sans chercher a m'attarder sur ses actes et ce qui auraient pu arriver : spéculer c'était se faire du mal.

Mais alors que je me sentais déjà un peu mieux – quoique encore un peu sonnée par tout ça -, il choisi de porter le coup de grâce, me prenant totalement au dépourvu en me volant un baiser...
Mon palpitant s'affola aussitôt tandis que je restai figée comme une idiote, surprise évidemment, mais aussi incapable de me dégager car je n'en avais aucune envie.
Reprenant un peu mes esprits après quelques minces secondes, je me mis a fermer les yeux à mon tour, posant une main sur son cou pour me hisser un peu plus vers lui et renforcer notre échange, profitant du contact de ses lèvres si chaudes par rapport aux miennes.

=======================

Le soleil sur le déclin, je fixai l'horizon, adossée contre lui tout en ne pensant à rien. C'était relativement bizarre vu ce qui s'était passé un peu plus tôt mais je me sentais juste sereine et bien, me demandant même s'il ne s'agissait pas d'un rêve duquel j'allais me réveiller tellement ça me paraissait surréaliste.
Mais non, lovée dans ses bras, je profitai simplement de sa présence et de la chaleur qui se dégageait de lui, jusqu'à ce que le doute vienne le perturber.

« - … Et maintenant ? Qu’est-ce qu’on doit faire à présent ? Est-ce… Est-ce que quelque chose a changé entre nous deux ? »

A sa question, je levai le regard vers lui tout en haussant les épaules.

« Je ne sais pas... Tu trouves que l'on a vraiment changé toi ? »

Bien sûr que cette proximité était nouvelle mais pour le reste ? Nous étions pareils qu'avant.

Quant à ce que nous devions faire...

« On reste nous mêmes... comme avant... juste... avec du bonus... »

Qu'est-ce que j'étais censée répondre à ça ? Je n'avais aucune expérience en la matière. C'était plutôt à lui de me le dire...

La situation me perdait de nouveau. Comment ça avait pu arriver ?! Enfin... je veux dire... ce n'était pas comme s'il devait avoir... je ne sais pas... mille nanas qui voulaient lui sauter dessus ! Mille choix potentiels avec des certainement très jolies, beaucoup plus grandes ou de bonnes familles. Alors... ouais... pourquoi moi ?
Je ne m'en plaignais pas ! Loin de là ! C'était juste... étonnant et aussi un peu déroutant qu'un gars comme lui veuille bien d'une fille comme moi...

La suite de son discours jeta un léger froid qui me fit baisser le regard vers la mer, pensive.

« Ne te justifie pas. Je pense aussi que c'est le mieux... »

L'ébruiter nous retomberait dessus à tous les deux. Lui sur sa cote de popularité et moi par une nuée de fans en colère avec laquelle je ne voulais pas avoir a m'embêter, sans compter un autre problème majeur...
Je partageais donc l'idée du silence même si ça restait blessant quelque part de devoir le cacher comme si c'était honteux.

Ah tiens ! Lui aussi se mit à penser au « problème majeur »... mon père.
Une grimace de mal aise s'étira sur mon visage rien que d'y penser.
Mon père ne portait pas Suzaku dans son cœur : déjà parce que c'était le fils de Mihawk, avec qui il avait toujours été en conflit, et ensuite... parce que son attitude trop fière et sûr de lui l'énervait. A cela venait sans doute s'ajouter le fait que c'était un Héros. De ceux que mon père classait dans une corbeille nommée « Héros Zéro » soit : des héros paillettes sur le devant de la scène qui amusaient la galerie et qui portaient plus d'intérêt à leur image marketing qu'a leur rôle véritable qu'ils piquaient à la police.
Alors lui annoncer que j'avais jeté mon dévolu sur le fils Tsubasa... c'était en effet à peu près comme signer son arrêt de mort.

« … Pour ça qu'il ne l'apprendra pas ! … Du moins... pas tout de suite. »

Hormis une grosse soufflante je ne risquais pas grand chose s'il le découvrait. Ce n'était pas comme s'il pourrait m'empêcher de voir Suzaku de toute façon. Mais lui... Je craignais que mon père lui pourrisse la vie et ça même sur le terrain s'ils devaient être amenés a coopérer. Pas au point de se montrer violent – je crois... – mais plutôt en sapant sa popularité, en le décrédibilisant, ce genre de choses...  

« Mais bon... Ce n'est pas lui qui doit être un frein à quoi que ce soit, hein. »

Nouveau haussement d'épaules tout en relevant la tête dans un léger sourire.

« Je suis assez grande pour décider de ce que je veux. »

Et lui ? Qu'est-ce qu'il voulait au juste ?
J'avais une question à lui poser moi aussi. Ou plutôt un point à mettre au clair...

Me dégageant doucement de ses bras, je me tournai pour me mettre face à lui, assise à genoux tout en captant son regard après un instant d'hésitation.

« Écoute... Je ne sais pas combien de filles tu as pu avoir avant, et je m'en fiche mais... je ne veux pas être un trophée de plus. »

Il arrivait en général toujours à ses fins. Il faisait parti des plus prometteurs de notre génération, premier de sa promo à Yuei... Pratiquement tout lui réussissait et... même si je ne pensais pas réellement qu'il puisse me voir comme ça, je préférais m'en assurer.

«  - Comment ça un trophée ? »

Demanda-t-il dans un haussement de sourcil, comme s'il ne voyait vraiment pas de quoi je voulais parler – ce qui me rassura aussitôt tout en me plongeant aussi dans une profonde gêne -.

« Ben... tu sais... une médaille de plus à ton palmarès de réussites... L'acquisition d'un nouveau trophée... »

Ouais... évidemment qu'il allait être vexé alors que ce n'était pas le cas... Tss... Il méritait une explication.

« Ce n'est pas que je penses que tu me vois comme ça ! Juste... »

Je soupirai.

« Les filles veulent te sauter dans les bras par paquet de cents - et encore je suis gentille -. Difficile de ne pas trouver ça normal quand c'est habituel j'imagine... Du coup... ptet que pour toi c'est... banal... et... je n'ai pas envie que ça le soit, c'est tout. »

Je n'avais aucune envie que mes sentiments soient piétinés à un moment ou à un autre, mais, après lui avoir posé la question, je me rendais bien compte que cette crainte là était stupide et que ça me soulageait de savoir qu'il était réellement le Suzaku que j'imaginais, même auprès des filles.
Je lui devais des excuses.

« Excuses moi... C'est nouv-... »

Mais je n'eus pas le temps de terminer ma phrase, coupée dans mon élan par sa propre réflexion que j'intégrais avec un léger retard tellement ça me paraissait improbable, l'étonnement lisible sur mon visage.

« ...Tu... n'en as jamais eu … ? »

...
Phoenix, si populaire et adulé par la gente féminine était un célibataire endurci... Vraiment... ?

« Oh... euh... Ok... »

Mais c'était tant mieux ! Je n'allais pas paraître trop maladroite avec mon expérience aussi inexistante que la sienne.
Il l'avait compris, hein ?

« … Au cas où ce n'est pas clair, je n'ai jamais eu personne non plus... »

C'était nettement moins gênant a annoncer du coup. Même s'il devait s'en douter, je suppose... J'étais focus sur mes études, mon entraînement, mon apprentissage de la balistique et mes missions pour la brigade ou l'agence : ce n'était pas quelque chose qui m'avait déjà vraiment effleuré l'esprit plus que ça. C'était futile comparé au reste et je n'avais jamais voulu perdre de temps avec ça. Mais... maintenant que ça m'était tombée dessus...

« Je suis encore un peu perdue avec tout ça, un peu comme toi j'imagine... mais... en tout cas, je sais que je suis heureuse de la tournure des choses... »

Après une légère hésitation et comme pour le lui prouver, c'est moi cette fois-ci qui alla chercher ses lèvres, une main sur sa joue.
Un baiser un peu moins timide que l'autre mais toujours aussi doux, diffusant cette vague de chaleur toujours aussi surprenante mais agréable à la fois.

C'était avec un regard pétillant que je l'observai ensuite, faisant glisser ma main jusque sur la sienne, dans un sourire.

« Je n'ai aucune envie de rentrer, mais je suppose qu'il va bien falloir... »

Surtout qu'on avait encore du chemin jusqu'à la voiture, même si ça ne pressait pas.

« Alors... Une fois qu'on aura franchi cette barrière de rochers pour retrouver la civilisation... il faudra faire comme si de rien était ? … »

C'était rhétorique. Je connaissais déjà la réponse à cette question.
Oui, il faudrait faire semblant que rien avait changé et se cacher pour l'exprimer... On pouvait oublier les classiques sorties ciné, les restos en tête à tête un peu chic ou tout ce qui pouvait s'apparenter à un rencard. La seule chose qui nous sauvait ? Que nous étions partenaires et que ça n'avait donc rien étonnant de nous voir traîner souvent ensemble, ni même d'êtres relativement complices. Même si j'étais pratiquement certaines que quelques uns ne nous avaient pas attendu pour théoriser sur le net et que sa « bravoure » sur la plage en début de journée n'était pas non plus passé inaperçue...
En bref : je m'étais sans doute déjà fait des ennemies... Joie...  

________________



Nami's theme:
 
Contenu sponsorisé
Re: The Beach Episode ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Episode 457 One piece
» New Royal Caribbean beach resort in Haiti
» Miami Beach ~ [PV Tyzy & Sakuya]
» Episode 1 - American Beauty
» Episode 443 One Piece

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Autres lieux :: Littoral :: Plage perdue-
Sauter vers:
spider