A deal with the Genie [Solo Équipement]
header

Partagez|

A deal with the Genie [Solo Équipement]

Matsui Seiko
avatar
Surnom : Data
Profession : Ingénieur informaticien
Rang : A
Yens : 545
Renommée : 190
Alignement : Rebelle
A deal with the Genie [Solo Équipement] || Ven 14 Sep - 10:27


J'ai toujours eu du mal avec certains codes du Super-Héros modèle.

Genre, les collants moulants et la cape. Jamais été mon trip, pour être tout à fait honnête. Alors quand je me suis lancé dans le milieu – la part nocturne du milieu, le Vigilantisme -, il a tout de suite été clair que je ne m'amuserais pas à porter ce genre d'horreur. De la même façon qu'il a vite été clair que je ne serais pas cet héros optimiste, surpositif et surexposé comme on peut en voir partout dans les médias. Ma cause est celle d'un constat amer, mes méthodes celles d'un artisan de l'ombre qui détourne les lumières des projecteurs là où il le désire. Parfois sur soi-même, mais alors de façon définitive.

Je pourrais continuer à trouver d'autres différences entre moi et le héros type. Mais je vais plutôt te parler d'un point commun : lui comme moi ne crachons jamais sur un peu d'équipement pour complémenter nos pouvoirs.

Moi plus encore, vu mon don. Certaines choses, je ne peux pas les faire par moi-même, mais plein d'autres dispositifs en tout genre en sont capables. Et mon Alter me permet de contrôler ces dispositifs. Pas besoin de faire un grand dessin : j'ai tout intérêt à être équipé, et j'ai l'avantage quand mes adversaires se reposent beaucoup sur la technologie. La conjugaison de ces deux faits m'amène aujourd'hui à me poser la question d'agrandir mon éventail de gadgets de quelques petits bijoux plus... Expérimentaux.

Aujourd'hui, nous sommes Vendredi, une fin de Vendredi engloutie par la nuit. Lorsque le soleil était encore debout, j'ai passé une bonne partie de ma journée à taffer quelques lignes de code pour un employeur capricieux. Puis la nuit est tombée, et je dois maintenant continuer à travailler. Non plus en chemise devant un ordinateur, mais en tenue d'ombre dans les rues de la Tokyo Nocturne.

Ce soir, je vais rendre visite à une vieille connaissance de l'époque de l'entreprise familiale. Un homme avec qui mon père travaillait parfois, un homme discret, mais connu de quelques sommités et personnes renseignées. Un Ingénieur au talent aussi grand que le mystère qui entoure sa réelle identité : Djinni, comme beaucoup de gens dans le milieu, mise beaucoup sur son anonymat et sa double identité pour s'offrir un certain capital tranquillité en dehors de ses activités douteuses. Il est connu pour des commandes de natures diverses à bien différents clients, de l'industriel technologique au héros discret, en passant par l'anonyme homme d'affaire richissime. De lui, le public ne sait concrètement que la marque qu'il laisse habituellement quelque part sur ses créations : un petit tourbillon de sable stylisé.

J'en sais un peu plus, personnellement. Mais je n'ai pas d'intérêt à dévoiler ses petits secrets. Pas pour l'instant. Alors allons-y simplement : je l'ai contacté et il a accepté de me recevoir. Destination : Atelier de l'ingénieur de l'ombre.

Ne me donne pas tort de te faire confiance, Djinni. Ce serait regrettable pour toi comme pour moi.
Matsui Seiko
avatar
Surnom : Data
Profession : Ingénieur informaticien
Rang : A
Yens : 545
Renommée : 190
Alignement : Rebelle
Re: A deal with the Genie [Solo Équipement] || Sam 15 Sep - 10:07


En temps normal, Djinni n'accepterait pas de recevoir jusqu'à son atelier. Je le répète : dans ce milieu, l'anonymat et le secret sont des armes puissantes. Mais pour avoir déjà eu à faire à lui en tant que Data, il sait que ce ne serait pas utile de tenter de me cacher des choses, autant qu'il sait que je ne suis pas une entité qu'il a à craindre. Et puis, lui aussi sait des choses. Ca contrebalance le rapport de force : on ne dénonce pas quelqu'un qui peut rendre le coup. Le rendre peut-être même plus fort qu'il n'a été reçu.

Alors je m'y suis déplacé. Plusieurs entrées envisageables, mais celle que j'ai choisie, c'est cette vieille station désaffectée dans un quartier industriel pas trop éloigné du centre. Quelques coups de mon pouvoir pour activer portes et ouvertures normalement condamnées, je me glisse dans la station puis y circule tranquillement, mon téléphone réglé avec le fameux filtre Vision Nocturne pour m'aider à me repérer. Au bout d'un moment, j'arrive jusque devant les quais. De là, je descends au niveau des rails puis m'engouffre dans le tunnel.

La Tokyo souterraine est pleine de surprises. Squatteurs, groupes armés et autres sont à redouter dans les coins sombres de ce sous-terre atypique. De façon générale, c'est un de ces autres lieux où ce que la loi n'accepte pas peut voir jour sans trop de risques de répercussion : qui connaît les souterrains est bien difficile à retrouver, en cas de poursuite. De nombreuses zones ici sont soit abandonnées, soit laissées à une surveillance bien sommaire. Parfois, à dessein.

Parfois, quelques billets sont glissés ça et là pour que la vigilance de ceux supposés veiller soit... Affaiblie.

Au final, ce n'est qu'un autre de ces nombreux lieux qu'on peut trouver dans une mégalopole : ces lieux où l'ombre est plus épaisse, les couloirs plus étroits et l'atmosphère plus sombre. Des lieux où la loi des hommes peine à se faufiler : ne reste que la loi du plus fort. Ou du plus astucieux.

Mais revenons à notre Génie. Pour m'y être déjà rendu, je garde un certain souvenir de la localisation de son atelier. Pas pour rien que j'ai préféré cette entrée : si je sais – car il me l'a dit – que l'endroit est atteignable par différentes veines et couloirs, je préfère ne pas me risquer à perdre de précieuses minutes en maping inutile. Alors je longe les rails, tourne quelques fois à gauche, d'autres à droite, me retrouve parfois de nouveau dans la partie en service du réseau de métro. Finalement, au bout de mon trajet, je me retrouve devant une porte. Un mécanisme vieillot, une espèce de vestige d'un passé lointain. Malgré tout, une imposante, large et solide porte. Un blindage épais. Dans le coin supérieur droit, une caméra, et sur la gauche, un interrupteur. J'appuie, puis lève ma tête encapuchonnée vers la caméra. Quelques secondes d'attente, puis la porte s'ouvre. Bien qu'elle soit mécanique, un dispositif électronique a été ajouté pour qu'elle réponde à un poste de contrôle.

Et lorsqu'elle s'ouvre, c'est pour donner sur un espèce de sas, un étroit couloir qui donne sur une autre porte. Différence : tout a l'air à la pointe de la technologie ici, peut-être même au-dessus de ce à quoi a accès le public. La crasse grisâtre et la rouille des rails abandonnés laisse place à la luminosité artificielle froide, bleutée, de ces murs d'un espèce de métal à l'épreuve de tout en passant par cette nouvelle caméra au coin droit, bien plus avancée. Et cette fois-ci, un micro. Une voix qui s'élève.

- Même procédure que la dernière fois, Data. Ne bouge pas d'un pouce.

Un signe de la main à la caméra, puis je reste immobile. Dés lors, un rayon bleu qui passe sur moi plusieurs fois, pour me scanner. Vérifier que je n'ai pas d'armes, ni rien de dangereux selon les critères de Djinni. Une fois la petite routine de sécurité terminée, il reprend.

- C'est bon. Éteins-moi ce téléphone avant d'entrer, par contre.
- Heureux de voir que la confiance règne toujours autant en maître, Djinni.
- Joue pas l'abruti, tu sais que c'est nécessaire.
- Certes.

Un sourire désabusé sous le masque, je passe une main dans ma poche pour éteindre le téléphone puis le remet à sa place. La porte s'ouvre, et je m'y engouffre.

- J'espère ne rien te demander hors de tes talents, Ingénieur.
Matsui Seiko
avatar
Surnom : Data
Profession : Ingénieur informaticien
Rang : A
Yens : 545
Renommée : 190
Alignement : Rebelle
Re: A deal with the Genie [Solo Équipement] || Sam 15 Sep - 15:54


- Dis-moi ce dont tu as besoin, on sera vite fixé.
- 'K

Il m'attend devant la porte, m'ouvre et me répond ça. Ici, l'on parle d'un homme entre deux âges aux tempes grisonnantes , une barbe sommairement entretenue au menton, un regard analytique, un air scrutateur sur son visage parsemé de quelques rides. Habillé d'un treillis anthracite et t-shirt gris, il ne paie pas de mine, vu comme ça, mais est un ingénieur au talent indéniable.

Et il me demande de lui dire, de lui expliquer, mais avant d'expliciter par les mots, je vais lui montrer ce que je veux.
Une main dans ma poche, et je sors un schéma. D'un côté, un cube et un espèce de champ de force tout autour, de l'autre, une paire de lunettes.

- Mes dernières interventions nocturnes me demandent plus de présence physique sur le terrain que jusqu'ici. Ca fait un moment que je m'en sors avec un équipement sommaire, mais ça va pas pouvoir durer longtemps. Du coup...
Du coup le cube. En gros, j'aurais besoin que tu me fasses un générateur de champ d'invisibilité. Un truc comme ce que les militaires utilisent quand il faut sortir les gros joujoux, mais... Mais en mieux , quoi. Puisque je sais que t'es capable de mieux.

- Espère pas t'en tirer avec une ristourne parce que tu flattes mon Ego.
- Eh, j'ai raison ou j'ai tort ?
- T'as raison. Mais c'est pas la question. Quant à ton affaire... Ca oui, c'est dans mes cordes. Et les binocles, là?
- Quelque chose pour voir le technologique à travers le solide. J'peux difficilement résumer plus sommairement que ça.
- Huuum... Faisable aussi. Je te le ferais en lentille, plus discret. Et... Et j'ai peut-être la possibilité d'ajouter quelque chose.
- Et d'ajouter quelques zéros au prix par la même occasion?
- Pas autant que ça.

Un vague rire étouffé sous mon masque, je soupèse le tout. Il en a l'air capable, pas que j'en doutais. Ca va me coûter cher, mais je peux gérer ça financièrement.

- Par contre, 'va falloir me rendre un service si tu veux que je m'acquitte de la commande
- ... Dis toujours? Là, c'est le moment où je le sens pas.
- J'ai un problème qui deviendra aussi le tiens si tu ne m'aides pas : tu sais que je fonctionne comme toi, lorsqu'un client me revient pas, je refuse la commande. Les derniers à qui j'ai réservé un refus l'ont mal pris. Je pense que je n'ai pas besoin de t'expliquer comment est-ce que ça se passe quand les gens de ce milieu prennent quelque chose mal.
- ... Oui ? Et donc, je suis supposé sortir mon katana imaginaire, trouver leur repaire et trancher toutes les têtes qui dépassent?
- Je me fiche de la méthode, mais fais en sorte qu'ils me lâchent. Ils cherchent mon atelier et nuisent à mes affaires. Ca peut pas durer.

Un soupir. Tu me fatigues, ingénieur.

- Soit. J'imagine que c'est effectivement mon problème en partie. Ce serait fâcheux de retrouver cette porte défoncée et ton corps noyé dans son propre sang dés ma prochaine visite.
- C'est bien, tu comprends vite. Occupe-toi de ça pour moi et je m'occupe de ta commande.
- Et enlever quelques zéros au prix par la même occasion?
- Hah. Pas autant que ça.

Ce vieil empôté se met dans la merde, et c'est à moi de faire office de papier toilette. Tseh. Quelque part, je suis pas étonné.
Contenu sponsorisé
Re: A deal with the Genie [Solo Équipement] ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Recherche au Deal
» 70 eme du 9 GENIE
» [Achat] -U- Je cherche équipement Narrow et Dawn
» équipement des Boit' kitu et dreads
» présentation Bob Solo [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Tokyo :: Centre-Ville-
Sauter vers:
spider