Conseils avisés
header

Partagez

Conseils avisés

Fubuki Nami
Héros professionnel
Fubuki Nami
Surnom : Cold Breath
Profession : Héros Professionnel
Rang : B
Yens : 2980
Renommée : 111
Alignement : Dévouée
Conseils avisés || Mar 20 Nov - 10:43

Ces derniers temps, j'étais de plus en plus affiliées à des missions d'enquête pour Seigi en collaboration avec la police. C'était un domaine qui m'intéressait particulièrement et qui me permettait parfois de mettre à profit mes connaissances et mon apprentissage de la balistique.
Le seul problème à ça c'était que j'avais une vision policière des choses et donc me contentais souvent de vérifier des faits que les officiers spécialisés avaient déjà effectué. L'approche « héroïque » des choses m'étaient assez floues et ça malgré mes cours de traque et enquête.
Quoi de mieux donc que d'aller poser des questions au professeur concerné pour obtenir quelques réponses ? C'était encore mieux quand le dit sensei faisait aussi parti de Tsukeru, l'agence spécialisée dans l'espionnage et la traque justement.

Bûchant sur mes cours d'interventions en criminalité dans la bibliothèque du campus depuis déjà un bon moment, je me mis a soupirer et a fermer mes bouquins. C'était bien simple : je n'arrivais pas a me concentrer. Mon esprit n'avait de cesse de partir dans ses réflexions concernant le sujet et donc de chercher le moyen de m'améliorer sur le terrain, lors des enquêtes notamment.
Rassemblant mes affaires, sac bandoulière sur l'épaule, je quittai le lieu où le silence était roi pour me retrouver dans les couloirs, où la cacophonie était reine...

Marchant – ou plutôt zigzaguant- entre les élèves pour me frayer un chemin jusqu'à la salle des professeurs, je frappai à la porte et demandai à voir Yoshida-sensei qui vint à ma rencontre.

« Excusez moi de vous déranger, Yoshida-sensei. Avez-vous quelques instants à m'accorder ? »

Demandai-je poliment, m'excusant du dérangement dans une légère courbette respectueuse.
Lorsqu'elle me donna l'autorisation, je poursuivis.

« Voilà... Comme vous le savez, j'officie sur mon temps libre en renfort dans une brigade de Tokyo. Et même si je suis à Seigi, cette double casquette me positionne souvent sur des enquêtes a résoudre conjointement avec la police. »

Ça renforçait toujours l'image de l'agence que de coopérer avec la police : surtout en ces temps troubles.

« Mon « problème » c'est que j'agis en fonction des protocoles de la police sur une enquête, surtout que j'apprends également la balistique, dont je voulais faire ma spécialité avant d'intégrer Yuei. J'ai donc une approche très... réglementée et je me demandais si vous pouviez me donner quelques exemples concrets sur la façon dont vous, vous agissez lorsque vous êtes positionnée sur une enquête ? Peut-être que j'aurais une approche plus globale et étendue si je tente de l'appliquer en complément. »

Bien sûr, elle avait abordée quelques notions en cours mais les explications concrètes m'étaient beaucoup plus parlantes.

« Est-ce que vous dissociez la traque de l'enquête sur le terrain ? Vous commencez d'abord par rechercher des éléments pour déterminer les circonstances avant de vous mettre a rechercher le ou les suspect(s) ? Ou bien vous faites les deux à la fois ? »

Ce qui était un gain de temps mais j'avais toujours tendance a vouloir connaître les circonstances des choses avant de me jeter dans la gueule du loup. Certaines fois, ça permettait de découvrir un point faible de l'individu et parfois des vies étaient en jeu donc c'était urgent de se magner à les retrouver pour les mettre en sécurité...


________________


Conseils avisés Signam11
Nami's theme:
 
Yoshida Yume
Justicier
Yoshida Yume
Surnom : LightStorm
Profession : Héroïne hors-la-loi traquée
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 175
Alignement : Rebelle
Re: Conseils avisés || Ven 30 Nov - 21:52



Conseils Avisés
Décembre 301
Life has many surprises that can not be ignored. I do not forget that it is the events of the past that are forging the present and forging the future itself.

Comme tous les jours, je suis au lycée car même si je ne donne pas de ours, je dois en préparer d’autres car toutes les années, le niveau des lycéens semblent être complètement variable et différent. Il faut dire que les Alters sont aussi très variables et qu’ils ont tous des usages différents. Je pense notamment à ma collègue qui enseigne la Technologie. Je savais qu’elle est un peu comme moi sauf qu’elle ne s’en est pas encore remise. Mais je ne lui ai jamais parlé de ce qui s’est passé. Peut-être devrais-je le faire ? Un jour, probablement mais pour le moment, je ne suis pas sûre que cela soit une bonne idée. Je dois déjà vaincre mes propres démons alors je ne veux pas les transmettre à quelqu’un d’autre. Je me trouvais donc en salle des professeurs où je travaillais sur les préparatifs d’un cours commun prévu avec l’enseignant en criminalité. Il faut dire que les deux vont de paire et il est important de les préparer à toutes éventualités. J’avais donc carte blanche pour les mettre en péril et leur montrer qu’ils ont leur limite. Comme tout le monde. Je suis une héroïne depuis des années et même si je suis en convalescence, jouer avec ses limites est forcement synonyme de danger… Danger pour soi mais aussi pour les autres et plus particulièrement, les civils qui resteront ceux qui suffiront des dégâts collatéraux à chaque fois que nous devons agir.

Je suis concentrée sur mes travaux et je ne prête aucune attention à la cacophonie qui peut régner dans la salle particulièrement lorsqu’il s’agit de la pause intercours. Les collègues discutent beaucoup entre eux et cela m’arrive souvent avec Asao aussi. Ce qui me lie à lui ? Il a été le dernier binôme de mon mari et il est le parrain de mes enfants. Je le connais depuis très longtemps et c’est par son intermédiaire que j’ai su qu’il y avait un poste qui s’est libéré au sein de l’école et je n’ai pas hésiter une seule seconde. Surtout qu’il m’avait déjà parlé de certains élèves donc j’étais déjà au courant. En parlant d’élève, je sursaute lorsqu’un de mes collègues pose sa main sur mon épaule. Posant ma main valide sur ma poitrine, je ris un moment avec lui avant qu’il ne me dise qu’une de mes élèves demande à me voir. Le remerciant, je me lève et je rejoins la porte. La poussant, j’aperçois une tête connue.

« - Bonjour Nami-chan. Bien sûr.  »

Je la vois qui me fait une légère courbette et j’en fais de même. Le respect va dans les deux sens après tout. De ce que je sais d’elle, elle est assez travailleuse et elle vit dans le monde de la justice depuis son plus jeune âge car son père travaille dans la Police. Je ne serais donc pas surprise si je venais à apprendre qu’elle veut marcher dans ses pas. Ce serait tout à fait logique. J’ignore par contre si son père dispose d’un alter et à vrai dire, je n’ai pas à me mêler de sa vie privée. Mais la raison de sa présence ici était que je lui explique comment officier dans les enquêtes en tant que héros. Je la regarde prouvant qu’elle a toute mon attention.

« - Hum… A vrai dire, je pourrais vous donner de nombreux exemples mais ce serait un peu trop facile… »

A vrai dire, bien souvent, les mots ne suffisent pas pour être bien compris et il est connue que je n’hésite pas à user de la pratique pour faire comprendre. Et comment je compte m’y prendre ? A vrai dire, une idée comment à germer dans mon esprit. Je pourrais lui donner les réponses à cette question assez facilement mais je voulais qu’elle progresse en cherchant elle-même la réponse dans d’éventuelles mises en situation. Ce ne serait pas compliqué de lui faire comprendre vu qu’on a aussi des règles bien précises mais je tiens à ce que ce soit mes apprenants le découvrent par eux-même. Car c’est comme ça qu’on apprend. Je regarde donc la jeune étudiante avec un sourire avant de lui proposer quelque chose.

« - Que diriez-vous de trouver la réponse par vous-même ? »

Je n’ai aucun ton agressif ou virulent. Je veux vraiment que mes élèves réussissent mais si on leur apporte tous sans qu’ils ne cherchent par eux-même, ils vont droit à la catastrophe. Oui, j’ai des idées mais je voulais m’assurer qu’elle soit partante pour une sorte de cours particulier. Après tout, c’est elle qui est venue me voir pour avoir mon avis. Bien sûr, il y a un briefing et tout. Je n’ai pas honte mais cela me permet aussi de jauger l’évolution de mes protégés. Nami en fait partie. Je l’invite à entrer et je sais qu’il y a des salles plus petites prévues à cet effet et j’avais toujours du thé. Quant au café, il y en avait dans la salle des Professeurs car je suis l’une des rares personnes à boire du thé. A croire que le café est devenu plus important que le thé en si peu d’années. C’est dommage quand même...

« - Souhaitez-vous boire quelque chose ? »

©crack in time

________________


Besoin de me joindre ?
Dispo RP - 3/5 (hors cours/mission)
Fubuki Nami
Héros professionnel
Fubuki Nami
Surnom : Cold Breath
Profession : Héros Professionnel
Rang : B
Yens : 2980
Renommée : 111
Alignement : Dévouée
Re: Conseils avisés || Jeu 6 Déc - 21:20

La réponse de Yoshida-sensei me surprit autant qu'elle me fascina. Trouver la réponse par moi même, hein …
Est-ce qu'elle allait simplement me laisser sur cette remarque ou est-ce qu'elle avait quelque chose en tête pour me le montrer ?

« Je ne demande que ça ! »

Glissai-je dans un léger sourire d'excitation.

J'adorais les défis, surtout en terme d'apprentissages. Ça me venait sans doute de l'éducation assez stricte et militarisée que j'avais reçu par mon père, qui m'avait appris a toujours trouver des solutions par moi même puisque l'on était pas toujours accompagné pour y faire face.
C'était son mot d'ordre même dans nos entraînements. Même s'il y allait plus mollo vu ma carrure en comparaison de la sienne, jamais il ne m'avait donné de traitement de faveurs, et des coups que je n'avais pas vu venir je m'en étais pris pas mal jusqu'à réussir à les prévoir en analysant ses mouvements.
Bien sûr, il me donnait des conseils par moment mais c'était à moi de progresser : exactement la démarche que me proposait à l'instant Yoshida-sensei.

A sa suite, nous entrions dans une salle toute proche de celle des Professeurs pour nous retrouver toutes les deux tandis qu'elle me demanda si je voulais boire quelque chose. Avisant le thé qu'elle avait apporté je me mis à lui en demander.

« Je veux bien du thé, s'il vous plaît. Merci. »

Léger hochement de tête pour appuyer mes paroles et marquer mon respect.

Tandis qu'elle me servit une tasse, mon regard se perdit sur la table l'espace d'un instant, hésitante, avant de finalement retrouver le sien et de me lancer.

« Mmh... J'avoue avoir du mal a voir comment un héros s'y prend dans ce genre de cas là. La police y va en équipe. Que ce soit pour une enquête ou une traque, un officier n'y va jamais seul : c'est un travail en coopération. Déjà pour obtenir plus de résultats car plusieurs avis valent mieux qu'un et dans le cas de la traque c'est pour limiter la dangerosité qu'une unité s'y rend avec plusieurs éléments. »

Comment un héros pouvait se positionner tout seul sur une démarche qui nécessitait pourtant une expertise de groupe ?

« J'ai déjà vu des héros spécialisé en la matière de part leur alter qui coopéraient avec les forces de l'ordre. C'est aussi votre cas ou bien vous opérez toujours en solitaire ? »

Mais après tout, on parlait de moi, non ? …

« Si je devais me projeter dans une situation de ce genre, j'imagine que j'aurais facilement tendance à faire appel à mes contacts dans la police, même si j'officiais pour mon agence héroïque... »

Fallait dire que j'avais accès a certaines informations plus facilement en ayant un pied dedans. Des experts, des adresses ou identifications de suspects... Avoir ce réseau pouvait me faire gagner un temps fou sur le terrain, même si j'étais bien consciente qu'il ne fallait pas que je me repose trop sur la police, qui avait déjà suffisamment à faire avec ses propres enquêtes.

« … Aviez vous une idée en tête lorsque vous m'avez demandé de trouver la réponse par moi même ? Une étude de cas ? Une mise en situation ? Ou vouliez vous simplement me demander d'y réfléchir par moi même pour me faire ma propre opinion sans vouloir faire avec celles des autres ? »

Peut-être qu'il n'y avait pas réellement de mode opératoire défini ? Peut être que chacun était libre d'aborder la chose comme il le souhaitait du moment qu'il respectait quand même un certain cadre ? Est-ce que c'était ce qu'elle essayait de me dire ? Possible..

________________


Conseils avisés Signam11
Nami's theme:
 
Yoshida Yume
Justicier
Yoshida Yume
Surnom : LightStorm
Profession : Héroïne hors-la-loi traquée
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 175
Alignement : Rebelle
Re: Conseils avisés || Sam 8 Déc - 13:45





Conseils Avisés

Décembre 301

Je ne suis pas du genre à donner une réponse sans rien derrière. Si je lui ai dis qu’elle peut trouver la réponse en elle-même, c’est bien que je dispose des moyens pour le faire. On a des hectares de mètres carrés pour pouvoir s’entraîner et j’ai déjà quelques idées pour la mettre en condition. Je montre alors un sourire lorsqu’elle me dit qu’elle n’attend que ça. Et bien, au moins, je dois reconnaître que c’est de l’enthousiasme. Je ne peux pas lui retirer ça. Au moins, je suis sûre qu’elle sera concentrée lors de l’exercice. Main fragilisée dans la poche, j’hoche la tête lorsqu’elle me demande du thé. Du coup, je mets de l’eau à chauffer et je sors ma petite boite à thé. Du vrai thé avec feuille de menthe. C’est quand même meilleur quand c’est frais non ? Laissant l’eau bouillir, je l’écoute simplement tout en restant debout. Cela ne traîne jamais longtemps avant que la théière ne se mette à siffler. Il faut que c’est aussi là pour ça et que je m’en sers un paquet de fois dans la journée. J’ai pour ainsi dire toujours du thé sur moi et cela n’est pas prêt de changer. Cela fait quand même plaisir de voir qu’il y a encore des élèves qui préfèrent le thé au café. Je n’ai jamais aimé ce goût et je le trouve même étrange. Je m’apprêtais à dire quelque chose quand je serre les dents en raison de la douleur qui commence à frapper mon épaule. Depuis mon accident, cela arrive par période et cela m’est déjà arrivé en plein cours où je suis contrainte de m’asseoir et de serrer les dents.

Mon épaule droite à pris cher ce jour-là et mon mental aussi mais je prends soin de moi et je fais attention à mes séances de kiné. Je dois y aller tous les jours alors j’y vais tous les jours afin d’espérer pouvoir m’en resservir complètement un jour. Fermant les yeux, je place ma main gauche sur celle-ci et je serre afin de ralentir un peu la douleur. Je reste silencieuse et au bout de quelques secondes, je souffle tout en relâchant la pression sur l’épaule. Sur le long terme, cela peut devenir handicapant. Pour le moment, je subis le tout parce que les médecins pensent que cela sera temporaire mais ils sont parfaitement incapable de me donner une durée. Je patienterais autant qu’il faudra et selon les médecins, encore une fois, si j’ai des douleurs, c’est signe que mes sensations sont en train de revenir petit à petit. Quand j’ai su ça, cela m’a fait plaisir de l’entendre mais je ne le souhaite à personne. Malgré qu’il me manque un bras, j’ai des droits et des devoirs à maintenir. Je l’ai bien écouté mais alors que je m’apprêtais à lui répondre, j’entends la théière siffler. Déjà ? Ma crise a duré aussi longtemps ? Je vais devoir la taire un moment avant de revenir avec une première tasse que je dépose devant Nami et je retourne chercher la seconde pour la mettre devant moi.

« - Thé à la menthe. »

Puis, je prends place en face de mon élève. Je réfléchis alors à ce qu’elle me dit. Il est vrai que pour quelqu’un qui est réserviste dans la Police, c’est un peu normal. Beaucoup de procédure et même là-dessus, les héros ont aussi un code à connaître. Tout comme des protocoles. Dans le fond, elle n’a pas tord mais les héros peuvent bien plus discrets et bien plus armés à ce type de missions. Pourquoi ? Grâce aux alters, purement et simplement. Il n’y a pas à tergiverser là-dessus, cela risquerait de mal tourné. Croisant les jambes, je me mets au fond du siège et c’est uniquement à ce moment-là que je prends la parole pour essayer de guider mon élève. Il le faut bien et même si c’est ma première année, je dois montrer que je suis capable d’aider et guider quelqu’un qui désire un jour me remplacer lorsque je serais en âge ou voir même morte.

« - A vrai dire, les méthodes ne changent pas beaucoup et dans la mesure où ce sont les Forces de l’Ordre qui nous gère, on a les mêmes protocoles à peu de chose prés. »

Je ne lâche pas mon élève de ma place et je continue à l’observer en silence. Je guettais le moindre signe de réaction de la part de la jeune réserviste. Elle ne sera donc pas surprise de voir les ressemblances entre les méthodes de la police et les méthodes des héros. Je regarde ma montre avant de replacer une mèche qui venant d’atterrir sur mon visage. Bien sûr, je n’utilisais que ma main valide et la seconde devait rester à l’abri car elle est actuellement un poids mort… Du moins, tant qu’elle ne sera pas soignée.

« - Cela dépend des enquêtes et des cibles à traquer que j’ai réalisé mais j’ai déjà dû jouer sur les deux tableaux… Mais il est effectivement plus prudent de faire ça en groupe. »

Il faut que de nombreux des protocoles qu’on doit appliquer en tant que héros sont les mêmes qu’en étant membre des Forces de L’ordre mais sans l’usage de nos alters. Parfois, je me demande si c’est pas plutôt les règles qui nous empêchent de faire notre travail correctement mais je pense peut-être ça à cause du fait que je viens de subir un choc assez violent. Je regarde Nami avec attention tandis que je sembles soulagée que ma douleur semble s’est planquée dans un coin et heureusement. Je me voyais mal restée immobile attendant qu’elle passe car cela m’arrive régulièrement. Même si cela s’espace de plus en plus. Cependant, je dois prendre sur moi et j’évite au maximum les analgésiques. Pas trop envie de ressembler à un zombie surtout quand je prépare mes cours ou que je le donne. Cela ne fait pas très sérieux.

« - De toute façon, lorsqu’on parle d’enquête, c’est forcément une recherche d’information qui démarre toujours avec les Forces de l’Ordre. Après, le reste est donné par une enquête. L’avantage que vous pouvez avoir en étant dans la réserve, c’est de savoir si la personne que vous recherchez est déjà mêlée à plusieurs affaires alors que la Police n’a aucune obligation de nous communiquer cette information. »

Aussi loin que remonte mon expérience, j’ai eu le loisir de pouvoir travailler étroitement avec les Forces de l’Ordre mais de devoir presque découvrir par moi-même. Après, j’ai obligation de communiquer avec eux même si c’est le genre de chose qui m’énerve souvent en raison de la lenteur de certains services. Je viens à être sur le cas d’une traque nocturne et d’une filature, on a obligation d’attendre les agents or la cible s’échappe. Désolée mais moi, je le suis en appliquant les protocoles qu’on nous oblige à suivre. En effet, le temps qu’ils arrivent, il est souvent trop tard mais j’évite de dire ça aux élèves pour ne pas mettre à mal les forces de l’ordre mais il est vrai qu’il est important de consolider la collaboration entre les héros et la Police. Je souris alors lorsqu’elle me parle de l’idée que j’ai émise. J’hoche alors la tête cvar effectivement j’avais une idée de mise en situation.

« - J’ai une idée de mise en situation et vous pourrez vous faire votre propre opinion sur la question que vous m’avez posé tout à l’heure. Je pense même que ce sera une excellente mise en situation pour vous et l’ensemble de vos camarades. Je n’ai pas le droit de vous influencer alors il n’y a qu’une seule façon de le comprendre et de le réaliser. A moins que vous ne préfériez tester ça seule, Nami ? »

Je lui laisse le choix car tout le monde n’est pas dans sa situation dans le sens où elle est fille d’officier de police et qu’elle est réserviste dans celle-ci. Mais quelque part, c’est bien qu’elle se soit posée cette question et cela montre bien qu’elle n’est « formatée » à la mode police. C’est un bon point de départ. Il n’y aura de bonnes ou mauvaises situations car cette décision est propre à chacun et la suite dépend de ce qu’il décide. Chaque décision a ces conséquences et je tiens à ce qu’ils en prennent conscience. Tous sans exception… Car être héros, c’est prendre des décisions que le gouvernement ne prendra jamais à leur place et qu’ils peuvent subir des conséquences graves face à leur décision.


________________


Besoin de me joindre ?
Dispo RP - 3/5 (hors cours/mission)
Fubuki Nami
Héros professionnel
Fubuki Nami
Surnom : Cold Breath
Profession : Héros Professionnel
Rang : B
Yens : 2980
Renommée : 111
Alignement : Dévouée
Re: Conseils avisés || Mer 12 Déc - 15:18

Durant notre discussion, Yoshida-sensei sembla prise de douleur à l'épaule. Elle eu beau être de dos, je vis parfaitement sa main venir l'éteindre pour la soutenir et je ressentis aussi sa crispation soudaine, réflexe acquis et se perfectionnant à travers tous les interrogatoires auxquels j'avais pu assister au poste de police.
Et puis l'accident qu'elle avait connu se savait.

Pour ne pas la gêner plus que de raison, je n'intervenais pas, observant simplement et me préparant à venir l'aider d'une quelconque manière si elle en montrait le besoin. J'imaginais bien qu'exposer sa souffrance n'avait rien de plaisant et la rendre encore plus mal à l'aise en le soulignant n'était pas dans mon intention.
Je laissais donc les choses se faire et elle fini par revenir vers moi avec une tasse de thé, qu'elle déposa sur la table. La remerciant, j'attendis qu'elle soit aussi servi pour prendre la tasse chaude entre mes mains et en boire une gorgée, sans manquer de lui souligner qu'il était délicieux.
Finalement, après une nouvelle rasade, elle me répondit. M'expliquant que les protocoles des héros de la police étaient sensiblement les mêmes puisque les seconds encadraient souvent les premiers.
Son regard changea à cet instant. Il était plus... inquisiteur. Comme dans un contexte d'interrogatoire. Elle guettait mes moindres réactions : un procédé que je ne connaissais que trop bien, pour l'utiliser aussi naturellement.

Je restais attentive à ses paroles avec lesquelles j'étais assez d'accord et mon assurance restait de mise malgré mon intérêt évident pour ses conseils. Elle aussi semblait convaincue que le travail de groupe prévalait sur une affaire de ce genre, plutôt que de foncer seul, tête baissée.

« La police n'a aucune obligation de fournir les informations qu'elle possède aux héros mais c'est pourtant tout dans son intérêt. La plupart des officiers sont réfractaires à l'idée de travailler avec des héros parce qu'ils ont l'impression que la caste héroïque leur vol leur travail. Mais ils sont aussi conscients que lorsque des alters sont mêlés à l'affaire, ils ne peuvent pas intervenir aussi efficacement que les héros, à moins de vouloir risquer la vie des troupes bien désarmées face à ça.
C'est donc dans leur intérêt de communiquer les éléments d'enquêtes pour qu'elles soient résolues le plus rapidement possible. Dans ces cas là, la police se charge de l'investigation et du début de l'enquête et les héros se chargent du reste : neutraliser le ou les coupables altérés, en général.
 »


Pour moi, forces de l'ordre comme héros ne pouvaient pas se dissocier de l'un et de l'autre. Ils avaient besoin de l'autre à un moment donné. Ils se battaient au final pour la même chose : ça rendait leur conflit d'autant plus ridicule.

« Si cette bataille d'ego n'avait pas lieu, les choses avanceraient beaucoup plus vite. »

C'était mon avis, mais je n'avais pas spécialement le droit de l'exposer à un professeur...

« Désolée... Je me suis laissée emporter. »

Mon regard balaya la table puis le contenu de ma tasse, par gêne, avant de se reporter sur mon enseignante.
C'était un conflit que je vivais chaque jour et dans lequel je me retrouvais entre les deux : future héroïne de l'un, réserviste pour les forces de Police pour l'autre. Une confrontation dont j'avais ras le bol et qui devait se ressentir.
Mais ma frustration fut bien vite balayée par l'annonce de sa mise à l'épreuve qui me fit retrouver un franc sourire avant de secouer la tête.

« Je ne vois pas le moindre inconvénient à ce que ce soit réalisé en groupe ! Je ne suis sans doute pas la seule à me poser cette question. Cette démonstration pourra y répondre et vous éviter de voir des élèves venir vous la poser individuellement, comme je me le suis permise. 
Merci pour le temps que vous me consacrer
. »


J'inclinai une nouvelle fois la tête, respectueusement.
Le respect de mes supérieurs étaient vraiment quelque chose que je suivais scrupuleusement, même si cela ne m'empêchait pas de faire entendre ma propre voix lorsque je n'étais pas d'accord avec eux : respectueusement, évidemment.

________________


Conseils avisés Signam11
Nami's theme:
 
Yoshida Yume
Justicier
Yoshida Yume
Surnom : LightStorm
Profession : Héroïne hors-la-loi traquée
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 175
Alignement : Rebelle
Re: Conseils avisés || Dim 16 Déc - 13:49





Conseils Avisés

Décembre 301

Je me serais bien passé de ces maudites douleurs qui reviennent toujours lorsqu’il ne le faut pas. Mais je dois être patiente. Mon kiné m’avait prévenu que cela pourrait être long et tout comme il n’est pas impossible que je dois passer sur la table d’opération afin de le faire réparer. Mais cela n’était pas encore au goût du jour. Je devais prendre mon mal en patience. J’avais donc remercié silencieusement l’élève qui avait probablement vu ma quinte de douleur passagère. Il faut dire que mon accident était connue tout comme les conséquences du dit accident. Peut-être pas pour le décès de mon mari mais le reste ne regarde que moi. Je ne comptais pas y faire allusion de toute façon. Il n’était pas du tout enseignant ici donc même s’il avait une certaine renommée, tout le monde ne le connaissait pas forcement. Je n’aime pas vraiment parler de ça, même à mes élèves car cela reste un évènement qui m’est propre. Peut-être qu’un jour j’aurais le courage de le faire afin qu’ils aient bien conscience que le danger est permanent lorsqu’on est des héros. Même s’il est mort en héros, sa présence me manque, ses conseils me manque et il manque aux enfants.

Nami se montra patiente avec moi et je l’en remercie silencieusement. Avec un peu de patience, je suis revenue auprès de mon élève simplement sans chercher à cacher ce qui s’était passé. Cela m’arrive aussi durant les cours mais comme je laisse les étudiants gérer seuls la partie théorique, ils ne le voient pas ou très peu. Cela m’enlève aussi un sacré poids sur les épaules. Parce que les connaissant, bon nombre d’entre eux me poseraient la question sur la raison de mon état. Mais même handicapé par ma situation, je suis capable de les mettre à mal avec l’usage de mon alter. Mais là n’est pas mon but. Ce n’est pas à moi de le faire mais à leur professeur principal. En ce qui me concerne, je ne suis pas sûre de gérer une classe en tant que référent. Peut-être l’année prochaine mais cette année, je préfère me contenter des cours. Pour le moment, l’année n’est pas encore terminée alors je ne m’inquiète pas vraiment.

Écoutant la jeune élève de Seigi mais aussi membre de la réserve, je reste neutre. Je n’ai pas le droit de l’influencer sur ses choix et sur ses objectifs. Les miens sont simplement qu’ils soient capables de prendre la décision par eux-même et qu’ils aient conscience qu’il ne sont pas réellement libres. Malgré mon handicap, si j’ai gardé ma licence à Tsukeru, ce n’est pas par hasard. Je ne tiens pas à être coincée avec mon alter. Celui-ci prend en efficacité si je ne m’entraîne pas alors je me suis débrouillée pour essayer de rester affiliée à l’agence des renseignements. Si mes enfants le déclarent un jour alors je pourrais leur apprendre à se contrôler et à maîtriser leur alter. Pour le moment, je patiente en attendant qu’ils le déclarent. Malgré tout, je ne leur souhaite pas car devenir un héros ou disposer d’un alter serait la fin de leur liberté et le gouvernement aurait le contrôle sur l’ensemble de leur vie.

Il est vrai que je n’ai pas eu besoin de me plaindre mais le jour où je viens à faire une bêtise, ce seront eux qui vont trinquer à ma place s’ils ne m’ont pas sous la main. Et j’en suis doublement conscience et ce sont aussi eux qui me rappelle que je n’ai pas le droit à l’erreur. Avec les années, je ne l’ai pas réellement senti vu que j’étais en activité mais maintenant que je suis en convalescence, je ressens la pression du gouvernement. Cela ne se voit peut-être pas mais je sais que le gouvernement surveille de près ma convalescence. A croire que ce sont des charognards. Enfin, de mon point de vue. Souriant légèrement à mon étudiante, je l’écoute avec attention.

« - Il n’y a pas de mal, Nami-chan. Je n’ai normalement pas le droit de le dire mais effectivement, si cette guerre d’égo n’existerait pas, ce serait plus simple pour les héros et pour les Forces de l’Ordre. »

Je reconnais que je suis assez d’accord avec elle. Les Forces de l’Ordre sont un peu à l’origine de cette guerre d’égo même si je ne suis pas surpris de la mentalité des futurs héros et des héros d’aujourd’hui. Les futures générations prennent la grosse tête parce qu’ils ont intégrés la filière la plus prestigieuse du japon. Elle s’est excusée et je ne lui en tiens pas rigueur. Mais d’un autre côté, c’est intéressant d’avoir les avis d’une personne qui est partagée entre deux feux. Entre le fait que son père soit membre des Forces de l’Ordre et le fait qu’elle soit une apprentie héros, c’est peut-être la meilleure façon d’apprendre un maximum. Mais je suis loin de tout ça et même pour les personnes comme son père, je ne suis pas bien placée pour pouvoir juger leur activité tandis que les Forces de l’Ordre juge le notre sans se retenir. Combien de fois j’ai dû me prendre la tête avec un officier à cause de ça ? J’ai arrêté de compter et je reconnais volontiers que c’est aussi pour ça que j’ai de moins en moins envie de les aider dans leur tâche…

« - Je vous en prie. C’est mon rôle de répondre à vos questions et de vous guider sur la voie dangereuse de l’héroïsme. »

Je n’ai pas voulu devenir professeur pour les laisser se débrouiller. Certes, ils doivent apprendre la théorie par eux-même mais le but n’est pas qu’ils apprennent par cœur. En réalité, je cherche à leur prouver qu’en réalité, les protocoles ne leur sauveront jamais la vie s’ils ne sont pas capable d’estimer par eux-même ce qu’ils peuvent faire et ce qu’ils ne peuvent pas faire. Je veux vraiment leur faire comprendre ce qu’il en est réellement. Je bois une grande gorgée de mon thé avant de la regarder tranquillement.

« - Il est bientôt l’heure du déjeuner, voulez-vous le passer en ma compagnie, Nami-chan ? »

Je ne me froisserais pas si elle venait à refuser. Il ne s’agit là que d’une invitation afin de continuer à discuter tranquillement entre élève et professeur. Je ne suis pas du genre à refouler les élèves et puis, on risque de parler de bien d’autre chose. En ce qui me concerne, j’avais mon bentô et j’ai toujours un second de secours prévu pour ce genre de cas. Il faut dire que je suis comme ça et même avec mes enfants. Il faut dire que je suis tout le temps ici avant de rentrer chez moi le soir. Car à la maison, j’ai deux petits monstres à m’occuper donc cela me passe aussi le temps. Il est vrai que je préparais mes cours mais cela n’est pas grave car je suis en avance sur mon programme donc je peux me permettre de prendre du recul vis-à-vis de tout ça.

« - Me permettez-vous de vous poser une question un peu plus personnelle ? »

J’ai effectivement une question qui me passe par la tête. Vu que son père est officier des Forces de l’Ordre, je dois avouer que l’avis sur le fait que sa fille soit en voie de devenir héroïne m’intéresse un peu. Je n’ai rien contre ce monsieur et honnêtement, il ne m’a rien fait mais c’est pure curiosité. Peut-être, devrais-je lui poser directement la question mais ce n’est pas sûre qu’il daigne y répondre. Surtout en sachant que je suis l’un des enseignants de sa fille. Après, on dit que qui ne tente rien n’a rien mais finalement, je ne peux pas réellement me déplacer là-bas actuellement.


________________


Besoin de me joindre ?
Dispo RP - 3/5 (hors cours/mission)
Fubuki Nami
Héros professionnel
Fubuki Nami
Surnom : Cold Breath
Profession : Héros Professionnel
Rang : B
Yens : 2980
Renommée : 111
Alignement : Dévouée
Re: Conseils avisés || Lun 7 Jan - 15:11


Sous ces airs un peu froid ces derniers temps, Yoshida-sensei n'en était pas moins à l'écoute et avenante. Elle vivait une période difficile de ce que j'avais cru comprendre et ça ne m'avait pas facilité la démarche de venir lui parler, ne voulant pas la déranger. Pourtant, je m'étais lancée, considérant que prendre des pincettes ou me montrer désolée ne l'aiderait pas, ou pire, la dévaloriserait. Je n'aimerais en tout cas pas que l'on me plaigne si j'étais dans une situation similaire. De la compassion oui, de la pitié... certainement pas. Nous avions tous notre fierté, et la situation était sans doute déjà bien assez difficile comme ça.

Lorsqu'elle me proposa finalement de déjeuner avec elle, la surprise passa brièvement sur mon visage avant que je n’acquiesce. Pourquoi pas. Ça nous permettrait de continuer notre conversation et je pourrais en apprendre plus sur les détails de sa « mise à l 'épreuve ».  

« Avec plaisir. »

Sortant mon propre bentô de mon sac, je le posais sur un coin de la table, attendant qu'elle en fasse de même et entame le sien pour me permettre de faire pareil, ce qui ne tarda pas.
Ouvrant le compartiment unique du jour – mais non moins copieux - , je dévoilai le porc au caramel sur son lit de nouilles sautées agrémenté d'un onigiri. La présentation n'était pas du grand art – faute de temps et ne pouvant pas prévoir que quelqu'un d'autre que moi verrait le contenu de mon bentô – mais le goût était bon ! C'était l'essentiel non ? Il fallait dire que je me démenais en cuisine depuis quelques mois. Moi qui avait de la peine à me faire cuire un œuf comme il faut il n'y avait pas si longtemps, voilà que je me surpassais !
Une raison logique à ce changement ? … Oui, oui... J'avais bien une petite idée. Une petite idée plutôt grande qui commençait par un « S » et finissait par un « U » …

Entre deux coups de baguettes, Yoshida-sensei me demanda l'autorisation de me poser une question plus personnelle, ce qui m'étonna. Non pas que ça me mettait mal à l'aise mais parce qu'il n'y avait pas de raison que je refuse, en fait. Qu'elle veuille en savoir plus sur ses élèves ne me choquait pas et je la connaissais suffisamment pour savoir que ça ne serait rien de vraiment intimiste.  

« Je vous en prie. Que voulez vous me demander ? »

Pour lui montrer que cela ne me gênait réellement pas, je continuais ma bouchée tout en restant attentive, refusant de poser mes baguettes comme ci c'était solennel. Nous discutions : cela n'avait rien d'un interrogatoire. Détends toi Nami.

________________


Conseils avisés Signam11
Nami's theme:
 
Yoshida Yume
Justicier
Yoshida Yume
Surnom : LightStorm
Profession : Héroïne hors-la-loi traquée
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 175
Alignement : Rebelle
Re: Conseils avisés || Mer 6 Fév - 15:13





Conseils Avisés

Décembre 301

Il est vrai que c’est un peu difficile pour moi ces derniers temps mais je ne m’en suis jamais prise à mes élèves et je ne me le permettrais pas. Ce sont des enfants qui ont été lancé dans un monde qui n’est pas le leur et qu’ils adorent tous ou presque. Mais je ne peux pas les empêcher de croire qu’ils vont survivre alors que le monde de l’héroïsme est loin d’être aussi calme et joyeux qu’ils semblent tous le croire. Je suis dans le domaine depuis des années et pourtant, ce n’est que maintenant que j’ouvre les yeux. Mais je n’avais pas le droit d’influencer les élèves, ils sont seuls maîtres de leur choix. Je montre alors un sourire en coin lorsque je vis la surprise sur son visage. Il semblerait qu’elle ne s’attendait pas à ce que je l’invite à déjeuner en ma compagnie. Il est vrai qu’en temps normal, les enseignants ne déjeunent pas avec leur élèves mais j’aime beaucoup montré que même si on est des profs, on ne considèrent pas nos élèves comme de simples élèves.

Voyant son bento, je montre un sourire bien plus grand. Elle y avait pensé mais j’en ai toujours un de secours. Il faut dire qu’il n’est pas rare que j’ai un invité surprise alors c’est toujours pratique. Au pire, je le donnerais à Asao s’il en a besoin. Je le connais depuis assez longtemps pour savoir qu’il est souvent tête en l’air même comme super héros. Mais je ne lui en ai jamais voulu à vrai dire. Je ne pourrais pas lui en vouloir. Me levant, je finis par récupérer mon sac qui se trouvait un peu plus loin puis je reviens m’asseoir. Voyant son bento devant elle, je sors aussi le mien. Je ne sais même plus ce que j’ai fais mais cela n’est pas très grave, je mange mieux le soir avec mes deux enfants. Remplissant les deux tasses de thé, je laisse ma jeune élève observer son bento tandis que j’ouvre le mien. A vrai dire, je suis plus classique pour la journée. Mon bento contient des sushi, des onigiri, des karaage, quelques nattô et des sashimi. Je mange de manière simple et même si je ne suis pas une grande cuisinière, j’arrive encore à me débrouiller.

Levant mes baguettes, je m’incline légèrement afin de souhaiter un bon appétit à mon élève. Je suis certes plus âgée mais je n’oublie jamais le respect. J’ai toujours été quelqu’un de respectueuse et j’ai grandi avec le respect des règles traditionnelles. On y pense jamais mais c’est comme ça. Jamais je n’ai manqué de respect à quelqu’un et jamais quelqu’un ne m’a manqué de respect. c’est donc donnant-donnant.Et cela a toujours marché dans ce sens avec moi. Après avoir fait ça, je détache les deux baguettes avant d’entamer le repas. Autant le passer en bonne compagnie surtout que je lui avais demandé la permission de lui poser une question plus personnelle. Je ne fais pas ça sans demander au préalable à vrai dire.

« - Que pense votre père du fait que vous pussiez utiliser un alter ? Je sais qu’il est officier de police et c’est une curiosité que je me pose. »

La question m’est venu comme ça et je n’ai pas honte de lui demander. Seulement, c’est pas le genre de question qu’on pose devant tout le monde et je ne suis pas là pour la favoriser. Certes, elle est en dernière année mais cela ne veut pas dire qu’elle doit disposer d’un avantage. Mais c’est probablement quelque chose qu’elle sait déjà. Je ne suis là que depuis cette année mais cela ne fait pas de moi quelqu’un d’incompétente. Loin de là. Mais je ne probablement pas la meilleures des enseignants. Honnêtement, je suis encore en phase où j’apprends moi-même à savoir me comporter avec eux alors j’ai encore beaucoup de travail. Je sais que mes cours ne sont pas simples mais ils sont faits de tels sorte qu’ils ne les comprennent qu’en dernière ligne droite alors qu’ils s’apprêtent à être diplômés. Je prends alors une bouchée de mon repas et je la regarde simplement avant de lui poser une autre question qui a pour but de relancer la discussion

« - Et comment se déroule votre réserve avec les forces de l’ordre ? »

Je n’ai pas souvent l’occasion de poser la question non plus. Après tout, on ne fait que discuter entre élève et professeur. Est-ce qu’il y a un mal à tout ça ? Il fut un temps où j’étais à sa place mais mon diplôme remonte à il y a un long moment. Moment qui a forcé le restant de ma vie et de ma carrière. En la personne de mon époux…


________________


Besoin de me joindre ?
Dispo RP - 3/5 (hors cours/mission)
Fubuki Nami
Héros professionnel
Fubuki Nami
Surnom : Cold Breath
Profession : Héros Professionnel
Rang : B
Yens : 2980
Renommée : 111
Alignement : Dévouée
Re: Conseils avisés || Jeu 21 Fév - 21:42

« - Que pense votre père du fait que vous pussiez utiliser un alter ? Je sais qu’il est officier de police et c’est une curiosité que je me pose. »

Aha... Une question si précise et pourtant une réponse bien vague puisque moi même je n'étais pas certaine de ce qu'il en pensait... C'était compliqué et, a vrai dire, je n'avais pas spécialement envie de déballer ma vie. Déjà parce que je ne voulais pas que l'on me plaigne : la plupart des altérés n'avaient pas eu une existence facile, et ensuite parce qu'elle avait ses propres soucis et que je me voyais mal lui flinguer le moral avec mes propres histoires.
Je me contentais donc de l'essentiel.

« Il est lieutenant dans la police de Tokyo, oui. Ce n'est pas tant ce qu'il pense de mon alter le problème, mais le fait que je délaisse les forces de l'ordre pour rejoindre le « camp » héroïque. »

Un léger sourire accompagna ma tirade en insistant sur ce dernier mot. Un sourire un brin gêné et avec une pointe de regret qu'il puisse voir les choses de cette façon.

« Mon alter me vient de mon grand père maternel, mes parents n'en possèdent pas. La découverte du mien a été une épreuve pour eux. J'en ai eu peur moi même lorsqu'il s'est manifesté alors j'ai fait en sorte de le taire. C'était plus facile pour tout le monde comme ça. »

Sauf pour moi. Au bout d'un moment.
On ne peut ignorer sa vraie nature pour toujours, elle refait forcément surface un jour. Je l'avais appris à mes dépends.  

« Avec le temps je me suis dis que ça pourrait finalement être ma force. Une mise a profit dont j'étais capable pour venir en aide à la population de manière plus efficace qu'avec les seules armes et entraînements policiers. Mais mon père n'est pas de cet avis. Pour lui les héros ne sont que des stars de télé-réalité brillants sous les feux des projecteurs et autres couvertures de magazines. Il s'imagine que la gloire est la seule chose qui intéresse les trois quart des héros. Alors que les forces de l'ordre agissent bien plus dans l'ombre sans ce besoin de reconnaissance. »

Je haussai les épaules, restant moi même indécise sur la question. On ne pouvait nier que certains héros étaient de véritables produits marketing ambulant mais la plupart risquaient leur vie constamment. Un risque même bien supérieur a celui que subissait les forces de police.

« Je suis personnellement rassurée que les héros existent pour faire face aux altérés mal intentionnés. C'est peut être égoïste quelque part mais je sais que la vie de mon père est un peu plus sécurisée comme ça, et celles de tous les autres agents, ne pouvant y faire face. »

Et moi j'étais sur le front direct à sa place face aux autres altérés, parce que j'avais les moyens de les arrêter.

Reprenant une bouchée de mon bentô dans un sourire bien plus marqué que précédemment, je l'avisai avec attention et j'imaginais même qu'elle pouvait comprendre ce que je voulais dire par là.
Elle m'avait aussi posé une autre question concernant le déroulement de ma réserve au sein des forces de l'ordre.

« Très bien. Cela fait déjà deux ans que je me mêle à la brigade de mon père régulièrement. J'ai mon permis d'armes et j'étudie en parallèle la science de la balistique. C'est quelque chose qui me passionne. Grâce à la place de mon père, j'ai déjà pu accompagner des membres de la police scientifique sur des affaires qui nécessitait la présence d'expert en balistique. C'est très instructif d'avoir la chance de se trouver sur le terrain. Si un jour vous avez besoin d'une expertise pour un impact, une douille ou une munition retrouvée qui pourrait vous fournir des éléments sur votre cible du moment, n'hésitez pas à me demander. Je serais ravie de vous aider. »

Après tout elle avait accès à mes coordonnées dans mon dossier si jamais je n'étais pas à Yuei à ce moment là, j'imaginais, alors si elle ne voulait pas se prendre la tête avec une équipe policière pour ça.... Je savais, à mon grand regret, que c'était rarement l'amour fou entre la police et les héros...

« Je serais, en principe, diplômée très prochainement et donc héroïne à temps plein mais cela ne me fera pas oublier mes connaissances sur la question pour autant. »

Même si j'allais effectivement devoir choisir mon « camp »...

________________


Conseils avisés Signam11
Nami's theme:
 
Yoshida Yume
Justicier
Yoshida Yume
Surnom : LightStorm
Profession : Héroïne hors-la-loi traquée
Rang : A
Yens : 330
Renommée : 175
Alignement : Rebelle
Re: Conseils avisés || Dim 28 Avr - 17:26





C’est une question personnelle qui peut être mal prise et ne connaissant pas entièrement mon élève, demander pourra toujours me sauver la vie. Après tout, il n’est pas impossible que des élèves d’ici finissent par s’opposer au système. Celui-ci est tellement particulier que je peux en comprendre certains. Mais ma déontologie en tant qu’enseignante me pousse à taire mes pensées et mes avis personnels. Je devais former les plus jeunes vers un métier qui ne leur apportera probablement plus d’ennuis que de gloire. Et je suis assez bien placée pour le savoir, mais je ne fais que me baser sur mon expérience professionnelle. Quand on est héros, on est pas si libres de nos mouvements contrairement à ce qu’on fait miroiter aux plus jeunes qui imaginent que ce métier est glorifiant alors qu’en réalité, ils sont prisonniers d’un système qui fait de plus en plus dure. Mais je reste dans la neutralité, cherchant à donner le meilleur enseignement à ceux qui veulent envisager cette profession. J’écoute alors la dernière année devant moi tout en mangeant. Selon le père de cette dernière, ce serait le fait d’abandonner les Forces de l’Ordre pour le monde héroïque. Pourtant dans un sens, c’est lié et j’avoue ne pas tout comprendre le raisonnement du père de cette jeune femme devant moi.

Ne pouvant pas tenir mon bol dans la main, je décide de me positionner autrement pour me permettre plus de facilité malgré mon bras en moins. Il est vrai que c’est un peu gênant, mais je dois assumer mon état même j’ai encore beaucoup de mal. Malgré tout, je reste moi-même et je me débrouille seule. Parfois, il faut assumer seule et c’est peut-être un début vers la guérison finalement. J’écoute encore mon élève qui m’explique que son alter lui vient de ses grands parents et que ses parents n’en possèdent pas. Là-dessus, je la comprends, je suis la seule altérée dans ma famille et ils ont eu beaucoup de mal à s’y faire. Aujourd’hui, ils ne sont plus de ce monde et ce n’est peut-être pas plus mal. Je n’ai même pas de nouvelles de mes frères et sœurs. Il faut dire que mon alter leur a toujours fait peur. Quand mes jumeaux sont nés, ils n’ont même pas pris la peine d’appeler ou de venir les voir. Mais je ne préfère pas y penser car finalement, la véritable personne qui m’a aidé est désormais décédée et même s’il figure parmi le Hall Of Fame de Seigi, je ne peux pas oublier. Après avoir écouté la jeune femme, je me permets de prendre la parole.

« – Bien que votre père pense que les héros recherchent à la gloire, il oublie qu’il est un héros même si ce n’est pas de la même façon que vous. En tant qu’officier de police, il a un rôle bien plus important qu’être un héros… Je vois les héros comme une adaptation avec l’apparition des Alters mais sans des hommes comme votre père, les héros ne seraient pas ce qu’ils sont… Après, cela ne reste que mon avis personnel… »

Il est vrai que je ne suis pas toujours en accord avec les membres des Forces de l’Ordre mais cela ne me donne pas le droit de les critiquer. Je peux parfois être brutale dans mes propos surtout depuis mon accident. Mais c’est moi qui comme ça. Je voulais aussi rassurer la jeune femme sur la situation complexe qu’elle peut affronter avec un père qui est son opposé. Par ailleurs, sa passion pour la balistique est peut-être une possibilité de métier si elle venait à arrêter celui de héros. Je montre un sourire en coin avant de continuer de manger autant que je peux. C’est difficile, mais je fais avec et cela fait des mois que cela dure. Plus le temps passe et plus, j’espère pouvoir un jour pouvoir me servir à nouveau de mon bras. Pour le moment, je continue la rééducation en attendant de voir. Je suis extrêmement patiente et je profite de mon arrêt maladie chez les héros pour m’occuper de mes enfants qui ont encore besoin de moi. Pour eux, je suis au petit soin au point que j’appréhende mon retour dans le monde héroïque. Ils sont déjà perdus leur père en service alors si je venais à disparaître alors qui s’occuperait d’eux. Asao ? Il a déjà bien assez à faire… Mâchant ce que j’ai dans la bouche, je prends le temps de mâcher avant de reprendre la parole.

« – Mais vous ne pouvez pas travailler en balistique en dehors de votre rôle d’héroïne ?  En passant les concours comme n’importe qui bien entendu ! De cette façon, vous ne lâchez pas le côté « forces de l’Ordre » si cher à votre père tout en utilisant votre passe-temps, non ? »

Cela peut ouvrir sur de nouvelles portes qu’elle n’avait pas pensé. Et puis, cela peut aussi lui servir en cas d’abandon de métier d’héros, car il faut quand même de sacré nerf pour rester dans la profession. Surtout que les héros disparaissent très jeune en moyenne. Il existe des exceptions mais cela reste rare. Je bois une gorgée de la bouteille d’eau tout en étant complice avec mon élève du moment. On y pense jamais, mais il est vrai qu’elle va bientôt être diplômée et elle va pouvoir prendre son envol. Comme je l’étais à son âge. Moi aussi, je voulais être une héroïne et sauver des vies, mais j’ai rapidement changé d’avis quand j’ai vu la réalité des choses. J’étais naïve et j’espère qu’elle s’en rendra compte avant qu’il ne soit trop tard. Cependant, ce n’est pas à moi de lui dire, elle a désormais tous les outils pour le comprendre par elle-même.

« – Comment voyez-vous votre diplôme ? »


________________


Besoin de me joindre ?
Dispo RP - 3/5 (hors cours/mission)
Fubuki Nami
Héros professionnel
Fubuki Nami
Surnom : Cold Breath
Profession : Héros Professionnel
Rang : B
Yens : 2980
Renommée : 111
Alignement : Dévouée
Re: Conseils avisés || Mar 14 Mai - 17:58

Ma sensei avait une vision assez similaire à la mienne concernant la police et son rôle. Elle avait existé bien avant les héros même si beaucoup semblait l'oublier et lui crachait dessus à la première occasion. Puisqu'elle incarnait la loi elle se devait d'être juste, impartiale mais aussi répréhensible. Un mauvais rôle qui attisait la haine de ceux se trouvant de l'autre côté de la barrière ou sur la limite, et qui sécurisait les autres.

Les héros ne s'occupaient pas des petites frappes et des petits délits si bien que les coupables n'avaient aucun avis sur la caste héroïque vu qu'ils n'y étaient pas confrontés. Certains d'entre eux arrivaient même à les admirer dans leurs interventions contre les vilains. C'est sûr qu'avec la police il n'y avait pas autant d'artifices et d'effets pyrotechniques : c'était sans doute moins impressionnant et les flics étaient tous mal lunés c'était bien connu... Bref, ils n'avaient pas la cote contrairement aux héros se pavanant sous les projecteurs, avec ou contre leur gré cela dit.
Je savais déjà que je ne serais pas de ces héros adoptant une posture de super-héros de comics après leur bataille, le tout avec un grand sourire et une tirade toute faite mais claquante, sonnant presque comme un slogan a scander, la marque de fabrique du dit héros.
Nous n'étions pas là pour en mettre pleins la vue et faire dans le spectacle. S'il l'on pouvait se permettre de perdre du temps a taper la pose c'était que l'on était pas vraiment efficace et que l'appel à la reconnaissance, les paillettes et l'ego personnel prenaient une place plus importante dans la vie de ce « héros » que le sort de la population...
Je n'appelais pas ces gens là des héros. D'ailleurs c'était un terme que je n'aimais pas vraiment. Les « héros » … les sauveurs... Nous étions justes entraînés avec des pouvoirs certes extraordinaires parfois mais encore fallait-il savoir s'en servir... Certains héros étaient peut être brillants dans l'utilisation de leur alter mais il n'y avais pas grand chose qui brillait ou s'allumait dans leur cervelle...

Une lumière scintilla d'ailleurs subitement dans mon regard après l'avoir écouté – signe que la mienne fonctionnait bien en tout cas -.
… Continuer d'exercer dans le domaine de la science balistique pour la police tout en passant héroine pro ?

« … C'est vraiment possible, ça ? »

Il y avait bien des héros qui cumulait un autre emploi et s'adonnait au journalisme, à la mode ou que sais-je encore donc ça ne me semblait pas étrange mais... la scission entre les forces de l'Ordre et les héros me semblait tellement marquée, comme ci nous étions obligés de n'appartenir qu'a l'une des deux institutions, que je n'avais jamais imaginé une telle alternative possible... Je me sentais même bête de n'y avoir jamais songé mais puisque l'on m'avait maintes fois répété qu'il me faudrait faire un choix et que je ne pouvais pas cumuler les deux carrières... je n'avais jamais envisagé que si l'on me refusait un cumul avec un poste d'agent, il en était peut être autrement pour un rôle moins sollicité et prenant, comme l'expert balistique...
Cette révélation sonna comme une perspective nouvelle et salvatrice ! Un nouveau souffle et une solution presque miracle envers ce choix que je n'avais pas envie de faire au prix de l'une des choses que je chérissais.

Les réflexions se bousculèrent dans ma tête suite à cette révélation si bien que j'en manquais presque d'oublier de répondre à sa nouvelle question, me rattrapant rapidement pour ne pas paraître impolie.

« Comment je vois mon diplôme … ? ce qu'il implique et la profession vous voulez dire ? … »

Est-ce que je pouvais lui parler avec franchise de mon point de vue... ? Je pris le pari que oui après tout, elle en avait fait de même concernant la police...

« Pour moi nous n'accédons pas au titre de Héros avec. Nous devenons des soldats. Des soldats d'élites, entraînés pour combattre de grandes puissances dévastatrices via l'utilisation de nos propres ressources et capacités dont ne disposent pas les Forces de l'Ordre. Nous voulons protéger la population et veiller à sa sécurité tout en stoppant les vilains mais nous ne le faisons pas avec notre total libre arbitre. Sous couvert des agences, nous sommes soumis à des réglementations légitimes pour éviter tout débordement mais cela revient à nous parquer en quarantaine pour que le Gouvernement garde un œil sur nous qui sommes si différents et donc potentiellement une menace à leurs yeux. »

C'était loin de la version édulcorée servie dans les comics où l'impression de totale liberté faisait en général loi.
Je haussai les épaules tout en gardant un regard flegmatique.  

« J'en suis pleinement consciente et ne me voile pas la face. Certains dirons que c'est une vision pessimiste et je dirais simplement que ce n'est que le reflet de la réalité. Mais est-ce important ? Pas selon moi. De mon point de vue, ce « flicage » ne me dérange pas car tant qu'il y aura des vilains il y aura des héros pour les arrêter et tout ceux au dessus de nous le savent aussi. Ça permet de garder un certains équilibre entre nous, un accord tacite sans effusion du moment qu'il n'est pas rompu. »

Je quitterais peut être la police en devenant héros mais intérieurement, pour moi, ce n'était qu'une montée en grade, un changement d'affectation face à des événements et réalités du terrain encore plus dangereux que ce à quoi j'avais pu être confrontée au sein de la brigade de police.
Je demeurais un soldat aux mains du gouvernement dans une certaine mesure mais surtout au service de la population. J'avais toujours suivi la loi. On m'avait éduqué avec elle et dans le but de la faire appliquer, mais je savais aussi que même ceux au dessus de nous n'avaient pas tous les droits et qu'il n'était pas question que j’acquiesce docilement à leur moindre consignes.
J'agirais toujours avec l'intention de garder un certain libre arbitre et dans l'intérêt de la population, quitte pour cela a devoir enfreindre les ordres pour peu que je ne les juges pas en accord avec ces mêmes principes.

________________


Conseils avisés Signam11
Nami's theme:
 
Contenu sponsorisé
Re: Conseils avisés ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» P'tits conseils pour un débutant...
» Conseils du sénateur Hériveau à la société civile.
» Motards Nobz, conseils pour assembler une bande
» Les Conseils d'un Sage
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Yuei :: Troisième étage :: Salle des professeurs-
Sauter vers: