Pas de bras, pas de chocolat.
header

Partagez|

Pas de bras, pas de chocolat.

Lunalyn
Héros professionnel - Enseignant de Yuei
avatar
Surnom : Arsenal Girl
Profession : Professeur de Technologie - Héroïne
Rang : A
Yens : 1325
Renommée : 217
Alignement : Bienfaitrice
Pas de bras, pas de chocolat. || Jeu 22 Nov - 20:38

Cela faisait maintenant plusieurs mois déjà que l'attaque sur Yuei avait eu lieu et bien que l'établissement eu été réparer rapidement grâce aux Alters de différents héros, la marque indélébile des combats hantait encore beaucoup d'esprit, aussi bien d'élève que de professeur.

Moi même je vivais assez mal ce retour à la réalité. Car Yuei n'avait pas été le seul champs de bataille ce jour là, nombreux sont ceux qui ont été blessé par les différents attentats qui ont survenu à travers tout Tokyo. Et le pire, c'est que les auteurs de ces méfaits restent encore à ce jour inconnu... Et surtout libre d'agir.
Qui sait... Peut être sont-ils aussi à l'origine de cet drogue vendu dans la ville qui rend fous tous les citoyens avec alter ? Peut être sont-ce les mêmes personnes qui sont les auteurs de l'agression de Belladonne Yu, notre chef de l'agence Seigi ? Personne ne le sait, évidemment. Et même si nous le savions, nous ne serions pas réellement plus avancer dans leur capture.

Ils se cachent, ils se terrent. Et nous, pendant ce temps, nous nous efforçons de ne pas céder à la panique, de ne pas succomber à la peur. Nous, héros, plus que tous les autres, nous devons nous montrer fort et brave.

C'est ce pourquoi je suis venue ici aujourd'hui. Je ne peux plus me permettre de me cacher derrière Ian lors de nos missions. Je ne dois plus non plus rester terrer dans un simple laboratoire en prétextant chercher des idées pour retrouver ma gloire passée, mon efficacité à chasser les vilains...
Je ne dois plus attendre que le temps passe. Le moment est venu pour moi d'agir.

Il est assez tard lorsque j'entre enfin dans l'étage des laboratoires de Yuei afin de construire ces bras mécaniques qui me manquent. Les plans, je les ai depuis bien longtemps déjà puisque j'ai déjà construit un équipement similaire dans le passé.
Avant qu'il ne soit détruit lors de ma chute...

J'arrive enfin devant le laboratoire de création mécanique. Comme a l'accoutumé à cette heure tardive, il est désert. Après tout, le gardien s'occupe chaque soir de chasser quiconque ne partirai pas à l'heure de fermeture de l'école pour la nuit.
C'est une des raisons pour laquelle je préfère travailler sur mes projets le soir, il n'y a que peut de risque pour que je sois distraite.

Prenant ce que j'aime à appeler "ma" chaise, je m'installe et fait apparaître mes vieux plans sur le plan de travail que je déroule méticuleusement. Et bien que la valeur de cet invention ne soit plus vraiment à démontrer, je prends tout de même le temps de revoir quelques caractéristiques qui peuvent être améliorer avec les progrès technologiques qu'il y a eu depuis ma première conception de celle ci.

________________


Sasagawa Kohashi
Apprenti Ingénieur
avatar
Surnom : Mechanic's
Profession : Élève 3T - Filière Assistance
Rang : A
Yens : 600
Renommée : 164
Alignement : Bienfaiteur
Re: Pas de bras, pas de chocolat. || Mar 27 Nov - 1:58


Cela faisait plusieurs semaines, ou mois, je ne sais plus, la courte durée de mes nuits m’avait un peu fait perdre le fil de mon calendrier et c’était de plus en plus compliqué de se repérer dans le temps… En effet, entre mes cauchemars et mes insomnies, je trouvais de plus en plus compliquer de me reposer du coup je rentabilisais ce temps en bricolant, inventant des objets tous plus farfelu les hein que les autres, et, quand le désir me prenait, je passais les portes du bâtiment principal pour aller bidouillant dans des laboratoires un minimum équipé !

Le plus souvent, ça ne donnait rien, la fatigue et la frustration gâchant la moitié des manipulations un peu technique que je devais faire… Mon impuissance face au événement d’il y a quelques temps m’avait beaucoup plus écorché que je n’aurai pus le penser, cette sensation de ne rien pouvoir faire, de voir une partie de vos camarades, que vous côtoyez tous les jour, blesser si ce n’est pire…

Toute cette frustration, qui mit au service de mon travail aurait pu être utilisé si seulement elle ne m’empêchait pas aussi de dormir…

Ce soir, comme à mon habitude, je « forçais » les portes du lycée afin de me rendre dans les labos. Sur le chemin, je fis un détour pour récupérer dans une caisse plusieurs bouts de métal ou pièces détachées qui étaient à notre disposition pour toutes nos expériences. Mais une fois sur place, quelque chose était différent, en effet, en remontant le couloir, j’avais observé qu’une des salles d’ingénieries était déjà illuminé…

Curieux, je m’avançais vers cette salle, risquant de me faire attraper si jamais c’était quelqu’un du corps éducatif, mais à cette heure-ci, c’était forcément intéressant. Me rapprochant le plus discrètement possible avec ma caisse de bric à brac, donc d’un cling cling discret à un autre, j’arrivais enfin devant la porte et passant ma tête, je fis tomber mes bêtises de stupéfaction !

Dans un petit brouhaha renforcé par la résonance des couloirs vide, je m’exclamais, quoi qu’à voix basse :

- A-arsenal-girl ?!

Qu’est ce qu’elle pouvait bien faire ici ? Les questions qui me passaient par la tête effacèrent rapidement la crainte d’être remarqué par le personnel de l’école, quoi que, j’oubliais que cette héroïne là, était du corps enseignant !

Allait-elle me reconnaître ? Non, je ne pense pas, avec les cernes et les traces de cambouis sur la figure qui trahissaient clairement que je n’avais pas passé mes nuits à dormir…


Lunalyn
Héros professionnel - Enseignant de Yuei
avatar
Surnom : Arsenal Girl
Profession : Professeur de Technologie - Héroïne
Rang : A
Yens : 1325
Renommée : 217
Alignement : Bienfaitrice
Re: Pas de bras, pas de chocolat. || Mar 27 Nov - 20:09

Un grand fracas métallique résonne dans le couloir tandis que je suis concentrée à ma tâche. Le bruit me tire de cette intense réflexion et me surprends à tel point que par réflexe je fais apparaître mon Tazaway que je pointe en direction du bruit. Il me faut bien cinq bonnes secondes pour comprendre que ce n'est rien de plus qu'un élève ingénieur couvert de cambouis qui à lui aussi décidé de faire des heures supplémentaires alors que l'école est censé être fermée.

Bon sang, tu m'as surprise.

Je baisse mon arme avant de la faire disparaître dans les méandres de mon alter.

Tu ne devrais pas être ici tu sais. J'espère que le concierge ne t'as pas vu sinon tu risques d'avoir des problèmes avec la directrice.

Directrice qui, la plupart du temps, préférais dormir dans son bureau plutôt que de rentrer chez elle. Il faut dire qu'avec l'attentat, elle doit avoir sacrément plus de boulot qu'avant.
Mais bon, je sais reconnaître une graine d'ingénieur quand j'en vois une, et il n'est pas question que j'empêche quiconque de concevoir ce qu'il désire peu importe l'heure de la nuit. Et comme je ne suis pas la seule a être surprise et que le pauvre est resté planté dans le sombre couloir, je décide de reprendre la parole.

Allez, entre, le laboratoire est assez grand pour nous deux, et puis au moins, si jamais Ayako ou Louis te surprennent, je n'aurai qu'à dire que je te supervise et tu n'auras aucun problème.

Je le vois déglutir, comme gêné par la situation, mais, après avoir ramassé son bric à brac, il s'avance finalement et apparaît enfin dans la lumière. Sa silhouette me dit quelque chose, comme si je l'avais déjà vu. Hm, je dirais même que je suis sûre de l'avoir déjà vu, mais avec tout cette crasse et des cernes de dix pieds de long, j'ai du mal à en être certaine.

Tu sais, notre cerveau travaille bien mieux lorsqu'il est tout à fait reposé, même si je peux tout à fait comprendre qu'une idée soit si excitante qu'elle nous empêche de dormir !

Après tout, je suis moi même la première à faire des insomnies pour finaliser mes projets héroïques. Comme aujourd'hui avec mes bras mécaniques. Et tandis que l'élève passe devant moi pour aller poser son carton sur une paillasse, son profit me revient soudain en tête ! Sasagawa Kohashi, un troisième année de la classe T en filière assistance. Je le sais parce que, comme j'étais un peu inquiète de son état après les attentats où nous avons arrêté ensemble un des assaillants qui tentait de pirater les serveurs, je me suis renseigner sur son identité et j'ai demandé à mes collègues d'assistance de me dire s'il allait bien. D'après eux, il semblait fatigué mais très impliqué.
Je constate qu'ils ne m'ont pas menti.

Bon, et bien, je retourne à mes plans. Mais si jamais tu as besoin d'aide, n'hésite pas à me solliciter hein, après tout, je te dois bien ça.

Je n'en dis pas plus, je ne voudrais pas l'embêter s'il n'a pas envie de parler. Mais je ne peux m'empêcher de l'observer dans le reflet de la vitre, histoire de m'assurer qu'il va bien. Après tout "fatigué mais très impliqué" ne m'aide en rien à connaitre son état mental...

________________


Sasagawa Kohashi
Apprenti Ingénieur
avatar
Surnom : Mechanic's
Profession : Élève 3T - Filière Assistance
Rang : A
Yens : 600
Renommée : 164
Alignement : Bienfaiteur
Re: Pas de bras, pas de chocolat. || Mer 28 Nov - 21:42


Le boom de mes pièces détachées firent sursauté la professeure avec la même surprise que j’avais eu en la croisant ici à cette heure. Se retournant d’un coup, me braquant en une seconde, je levais les mains dans un signal de non agression ! Je n’étais pas venu pour me faire tirer dessus, mais je pouvais comprendre sa stupéfaction à voir un élève dans l’école si tard dans la nuit…

Évidemment, je me pris une petite remarque sur ma présence dans ces lieux, mais c’était pour ensuite m’inviter à entrer dans le laboratoire, elle ne semblait pas avoir remarqué qui j’étais, ce n’était pas si mal, je n’avais pas été le plus brillant durant notre dernière altercation, ça prouvait que je devais encore plus me pousser au travail !

Se reposer… J’aimerai bien pouvoir me reposer, et quand j’entends me reposer, je parle du vrai repos, de dormir une nuit complète sans revoir les blessés, les membres sous les décombres, de revivre cette course poursuite avec l’homme à la bouche cousue et son sourire malsain !

Je répondis juste d’un sourire gêné, je ne pouvais pas me permettre de l’enquiquiner avec mes problèmes, surtout qu’elle devait surement être sur un projet très important pour être encore debout à cette heure…

Allant sur ma station de travail, un peu plus de celle d’Arsenal-girl, je retournais ma caisse sur le bureau, beaucoup de systèmes, d’engrenages usés, comme si on les avait forcés à fonctionner, avec un taux de succès relatif. Je m’énervais de plus en plus rapidement, même en sachant pertinemment que ça ne marcherait pas ! Je tapais mes pièces, sans réelle nécessité, je m’agitais, puis vint la bêtise ! En essayant de souder deux circuits, je me mis le fer sur le doigt au lieu de le mettre sur le circuit imprimé…

Lâchant le tout par réflexe, je savais que cette petite péripétie allait surement me valoir une réflexion, quoi qu’elle semblait avoir la tête dans ses plans…

Cependant, même avec l’index recouvert d’étain et brulé au deuxième degrés, ses plans attiraient mon attention, je ne devrais peut-être pas aller la déranger pour lui demander sur quoi elle travaille, déjà que je ne suis pas censé être là…


Lunalyn
Héros professionnel - Enseignant de Yuei
avatar
Surnom : Arsenal Girl
Profession : Professeur de Technologie - Héroïne
Rang : A
Yens : 1325
Renommée : 217
Alignement : Bienfaitrice
Re: Pas de bras, pas de chocolat. || Mer 28 Nov - 23:38

Cette fois, je crois que j'ai finalement terminée de refaire mes plans, mais je me demande si je vais vraiment réussir à installer cette bande de métal comme je le veux dans mon propre dos. C'est un pari assez osé, mais une étape nécessaire. Heureusement que j'ai un manuel de médecine qui va pouvoir m'aider à bien comprendre le placement de mes os et mes muscles pour réussir à faire apparaître cette bande métallique et connectée juste sous ma peau...

Mais avant de penser à ça, de toute façon, il faut déjà que je conçoive mes deux bras géants métalliques. Après tout, cette étape, je ne la réaliserai que lorsque je serais sûre que c'est utile. Mais tandis que je réfléchis à tout ça, j'entends Sasagawa faire tomber quelques objets dans mon dos. D'un simple levé des yeux, je regarde son reflet pour en apprendre d'avantage sur sa situation et repère rapidement l'arme du crime posé en vrac sur la paillasse plutôt que sur son support pour qu'il ne crame pas tout.

Bon, c'est le moment d'intervenir, il n'est pas question qu'un élève se blesse à Yuei alors qu'il n'est pas censé être là.

D'un coup, je pousse ma chaise à roulette de mon plan de travail et roule d'une traite jusqu'à à peine effleuré la chaise de l'élève de filière assistance.

Tiens, mets ton doigt la dedans.

Lui disé-je en faisant apparaître un verre d'eau avec des glaçons.

Et ne t'avise pas de l'en enlevé tant que tu as encore une sensation de brûlure.

Je le laisse s'exécuter tandis que je ramasse son fer à souder puis j'entreprends de rouler de manière moins fluide qu'à l'aller jusqu'à mon bureau où je regarde une fois de plus mes plans et mémorise les premières matières premières dont je vais avoir besoin.

Alors que je me lève pour aller rassembler le matériel, je reprends la parole.

Tu sais Sasagawa, tu n'arriveras à rien de bien si tu n'es pas pleinement reposé. Après, j'avoue que je suis la première à faire des nuits blanches pour pouvoir continuer encore et toujours de travailler sur les projets. Mais je connais mes limites et je sais quand il devient plus néfaste que bénéfique de continuer de travailler...

Je ne compte pas le chasser du laboratoire même si je pense que ce serait sans doute le mieux pour lui. Je préfère plutôt essayer de lui faire prendre cette décision de lui même.
Après tout, c'est aussi mon rôle de professeur héroïque que de faire la leçon à mes élèves jusqu'à ce qu'il comprenne eux même ce qu'il faut faire...

________________


Sasagawa Kohashi
Apprenti Ingénieur
avatar
Surnom : Mechanic's
Profession : Élève 3T - Filière Assistance
Rang : A
Yens : 600
Renommée : 164
Alignement : Bienfaiteur
Re: Pas de bras, pas de chocolat. || Ven 30 Nov - 0:24



Suite à ma brulure, j’entendis un bruit de roulette se rapprocher de plus en plus de mon bureau. En tournant un peu la tête, je pu observer que la prof de techno s’était reculer, apparaissant littéralement à quelques centimètres de moi. Je n’étais pas très à l’aise avec cette soudaine proximité, et j’exécutai du coup l’ordre qu’elle venait de me donner…

Mon doigt barbotant dans un verre d’eau glacer afin de calmer la blessure, elle ramassa mon fer pour le remettre en place, puis reparti vers ses plans. Pendant quelques secondes, je pu entrevoir rapidement de quoi il s’agissait : On aurait dit une sorte d’exosquelette très conséquent ! Mais impossible de déchiffrer d’avantage avec le peu de temps d’observation…

Puis, après un coup d’œil rapide, elle se leva et se dirigea vers la réserve pour aller récupérer du matériel tout en prenant la parole. Elle n’avait pas tort, mais si je pouvais dormir, je le ferai avec joie, cependant, c’est un peu compliqué en ce moment…


- Vous savez, si je p-pouvais passer mes nuits d-dans mon lits, je le ferai… Mais impossible de fermer l’œil sereinement.

Étrangement, je lui répondis sans m’en rendre compte, comme s’il s’agissait d’une simple conversation entre ami… Ça devait être la fatigue qui tapait plus que je ne le pensais ! Mais dans le feu de l’action, je me permis de continuer.

- D’ailleurs, p-pourquoi êtes-vous ici si t-tard ? Je me doute que ce n’est p-pas parce que vous ne pouvez pas dormir sans revoir le carnage d’il y a quelque semaine, s-si… ?

Terminais-je, avec une sorte de sourire gêné, comme si je voulais cacher l’influence que cet événement avait eu sur moi… Et voilà ! Encore plus d’information, je ne savais pas ce qu’il se passait, surement le rapport sauvé/sauveur, je me sentais peut-être en sécurité alors je commençais à parler ? Ou peut-être que c’était la fatigue qui me faisait un peu freiner sur le renfermement perpétuel…

En tout cas, c’était lancé, en voyant ses plans pendant quelques secondes seulement, j’avais été saisi d’une curiosité assez intense. Après tout, ce n’était pas tous les jours, nuits plutôt, que je pouvais jeter un œil sur les schémas d’une ingénieure héroïque professionnelle et reconnue !

Lunalyn
Héros professionnel - Enseignant de Yuei
avatar
Surnom : Arsenal Girl
Profession : Professeur de Technologie - Héroïne
Rang : A
Yens : 1325
Renommée : 217
Alignement : Bienfaitrice
Re: Pas de bras, pas de chocolat. || Ven 30 Nov - 11:26

Les bras chargés de matériels, je m'arrête un instant tandis que je comprends enfin ce qu'il se passe dans la tête de ce pauvre Kohashi. Mes yeux se pose sur lui, remplis de compassion. Je suppose qu'il n'était clairement pas prêt pour affronter un combat lorsque l'attaque sur l'école à eu lui. Je reprends mon chemin après quelques secondes pour aller déposer mon bric à brac à côtés de mes plans. Pendant environ une minute, mes gestes sont comme au ralenti tandis que mon esprit cherche un moyen d'essayer d'apaiser ses tourments.

Et tandis que je cherche encore, je décide de commencer par répondre à sa première question.

Je...

Je m'apprête à lui dire que je préfère travailler de nuit parce que l'école est plus calme et qu'on ne risque pas de me déranger. Mais je me ravise, parce que ce n'est qu'une demi vérité. Il m'a fait part de ses angoisses avec honnêteté et je pense que le mieux pour lui, c'est que je fasse de même.

Je suis ici parce que je ne peux plus vraiment me cacher derrière de fausses excuses. Trop longtemps j'ai accusé mon échec d'il y a des années de m'avoir mise sur la touche, de m'avoir obligée à travailler en temps que professeur ici plutôt qu'héroïne sur le terrain. Certes ce jour là, tous mes équipements ont été détruit, et j'ai échappé à la mort que par chance. Mais qu'ai-je fais depuis ? Je me lamente de mes pertes mais je reste dans l'ombre par peur d'un nouvel échec.

Je me tourne vers Sasagawa pour le fixer dans les yeux.

Si le carnage d'il y a plusieurs mois m'a bien rappelée une chose, c'est que je peux faire la différence. Et si, même moi, Lunalyn, prof de Technologie sans Alter de combat peux faire ne serait-ce qu'un peu pencher la balance dans le camps du bien, alors il y a fort à parier qu'Arsenal Girl sera grandement plus efficace. Et si grâce à elle il peut y avoir ne serait-ce qu'un blessé de moins, n'est ce pas mon devoir de tout faire pour qu'elle reprenne du service ?

Je marque une petite pause pour le laisser réfléchir à mes paroles un instant avant de m'avancer vers lui pour poser mes mains sur ses épaules tout en le fixant droit dans les yeux.

Tu as survécu ce jour là, Sasagawa, et je comprends que ces images puissent te hanter. Mais penses-tu que tes camarades seraient content que tu cesses de "vivre" parce qu'ils n'ont pas eu ta chance ? Moi je ne le pense pas. La meilleure chose que tu puisses faire, pour eux, mais aussi pour toi, c'est d'avancer. Je ne te dis pas d'oublier, loin de là, mais avance, forge toi de nouveau pour te relever plus fort que jamais. Car en temps qu'ingénieur héroïque, tes actes pèsent aussi dans cette balance de lutte contre le crime. Tes inventions permettront de sauver des innocents, alors fait en sorte d'être en forme pour les concevoir.

Je lui souris et lui tape amicalement sur l'épaule avant de le laisser a ces réflexions pour retourner à ma propre invention. Tout cela fait parti du boulot de héros, boulot qui ne sert qu'un seul et unique but : protéger la vie de ceux qui n'ont pas les moyens de se défendre.

________________


Sasagawa Kohashi
Apprenti Ingénieur
avatar
Surnom : Mechanic's
Profession : Élève 3T - Filière Assistance
Rang : A
Yens : 600
Renommée : 164
Alignement : Bienfaiteur
Re: Pas de bras, pas de chocolat. || Ven 30 Nov - 20:39


Bon, je ne m’attendais pas à une confession de la part de la professeure, sûrement un mot d’encouragement ou un truc comme ça, mais là, elle se livrait carrément sur sa condition actuelle. Je ne pensais pas que son ancien statut la hantait tant que ça, c’était tout de même un exemple assez rare dans le métier, une ingénieure, sans alter de combat direct, qui se battait en première ligne juste grâce à ses inventions !

C’est vrai que l’idole que je voyais à travers elle, n’était qu’une image de surface, c’était évident, et je m’en voulais de ne pas avoir perçu l’humain derrière le héro plus rapidement ! Plus jeune, on se fait une montagne de nos modèles, on se dit qu’ils sont indestructible, instopable, alors la voir comme un humain, comme tous le monde enfaite, ça fait relativiser sur le métier qu’est celui de héro et de l’utilité du notre…

Mais, le fait, qu’elle puisse voir le positif dans cette situation, était aussi une marque de sa maturité en tant qu’héroïne, tous faire pour ne sauver qu’une personne de plus ? Non, elle devrait pouvoir sauver plus d’une personne, il devrait y avoir plus d’ingénieur comme moi, qui la prennent en modèle ! Plus d’Héros débutants qui devraient vouloir tout donner pour ne sauver ne serait-ce qu’une personne de plus !


Elle posa sa main sur mon épaule, m’expliquant qu’il ne fallait pas oublier, mais se servir de ce genre d’évènement pour renforcer nos convictions, renforcer ce pourquoi l’on exerce dans ce genre de boulot ! Je n’avais pas oublié, je n’étais pas prêt à avoir une nuit facile non plus de si tôt, mais ce qu’elle m’avait dit, ça m’avait fait tiquer quelque part dans ma tête. Je ne savais pas encore ce que c’était, ni ce que c’était, mais la frustration que je ressentais plutôt c’était évadée, en même temps que les morceaux d’étain sur mon doigt…

La laissant retourner vers son bureau, je repris mon souffle rapidement, récupérait mes lunettes de soudeurs pour les apposés sur mon front, prit ma clé de douze, très pratique car en métal et que je pouvais l’ajuster, pour la glisser dans ma poche !

Équiper comme un garagiste de campagne, comme ce que j’étais avant enfaite, je me pointais devant le bureau de l’héroïne, posant mes deux mains dessus, en évitant de chiffonner ses plans :


- A-apparement, v-vous avez besoin d’un Ingénieur Hér-roïque, non ?

Déclarais-je d’un ton assez sur de moi, différemment de celui que j’arborais d’habitude, même si, mes genoux qui tremblaient un peu cachaient mal ma nervosité dans ce genre de situation...

Lunalyn
Héros professionnel - Enseignant de Yuei
avatar
Surnom : Arsenal Girl
Profession : Professeur de Technologie - Héroïne
Rang : A
Yens : 1325
Renommée : 217
Alignement : Bienfaitrice
Re: Pas de bras, pas de chocolat. || Sam 1 Déc - 22:56

Je le regarde, agréablement surprise par ce changement d'attitude. Comme quoi, j'aurai presque pu faire psychologue si j'avais ratée ma carrière héroïque. Heureusement que je l'ai pas ratée cela dit, je me serais pas plus à rester tous les jours derrière un bureau ou dans un canapé à écouter les malheurs des gens...

Tout le monde a besoin d'un ingénieur, surtout un héroïque. J'en conclu que tu souhaites m'aider. Dans ce cas, j'accepte ton aide à une condition.

Tendant la main devant moi, je fais apparaître une canette de boisson énergisante que je lui tends.

Tu bois ça avant.

Il manquerait plus qu'il s'endorme pendant qu'il assemble des parties de mes bras mécaniques. Non clairement, on travaille mal quand on est fatigué et il n'est pas question qu'il bosse mal sur un de mes projets personnel.

J'attends donc qu'il finisse d'ingurgiter la boisson, d'ailleurs en le regardant faire, je m'en fait apparaître une autre et l'ouvre pour en boire quelques gorgées avant de la faire disparaître à nouveau dans mon stock lorsqu'il a terminée la sienne puis je tourne les plans pour qu'ils lui fassent face.

C'est bon, tu es prêt ? Bon, alors ce que je veux faire, ce sont des sortes de bras mécaniques géants qui s'accrocheront directement dans mon dos via un système magnétique pour pas que je sois gênée par leur poids. Bref, ce que je vais pouvoir te faire faire, c'est toute la partie mécanique du genre création des différentes parties du bras et pour l'assemblage aussi. Après si ça t'intéresse, je pourrais te montrer un peu toute la partie électronique, mais bon, si déjà tu peux m'aider la dessus, ça m'avancerai énormément.

Et quand je dis "énormément", je ne pense pas qu'ils se rendent compte à quel point cela est vrai, parce que tel que je suis partie, j'étais prête à me faire une grosse nuit blanche suivit d'une bonne journée de travail avec peut être à la clé une seconde nuit blanche.

Heureusement, moi, aujourd'hui, j'ai fais la grasse mat !

________________


Sasagawa Kohashi
Apprenti Ingénieur
avatar
Surnom : Mechanic's
Profession : Élève 3T - Filière Assistance
Rang : A
Yens : 600
Renommée : 164
Alignement : Bienfaiteur
Re: Pas de bras, pas de chocolat. || Mar 4 Déc - 3:48


L’envie de vraiment bosser était revenue, et je voulais voir sur quoi elle travaillait, du coup proposer mon aide me semblait l’amalgame le plus efficace ! Cependant, elle voulait poser une condition à ce que j’apporte un soutien à son projet, elle tendit la main vers moi et fit apparaître une boisson énergisante. Ce n’était pas ma marque favorite mais ça allait le faire, temporairement évident, mais il y avait surement de quoi kickstarter mon cerveau pour au moins cette nuit !

Finissant la canette rapidement, je l’écoutais m’exposer son schéma. Elle voulait donc remettre au gout du jour son ancien équipement si je ne me trompais pas, une sorte d’exo-bras relié à son dos avec en bonus un jet pack. Ce n’était pas un projet de petite envergure, on était sur de la haute voltige, une erreur de calcul ou de conception et ça pouvait s’avérer fatal pour l’utilisatrice.


- P-p-pas de problème, je m’en oc-cupe.

Je lui demandai si je pouvais faire une copie des plans pour toujours avoir les informations sous les yeux. Une fois cela fait, je récupérais mon doublon, et me décalais un peu de son bureau pour avoir de la place, en effet, ces bras allaient prendre de la place, surtout que je devais créer tous les composants en doubles.

En parcourant les plans, je pu observé que la majorité des systèmes étaient hydraulique, classique pour une bête de cette taille là, mais je me demandais s’il était nécessaire de rajouter un ou deux pneumatiques…


- V-vous voulez rester que sur du système hyd-draulique ? Ou rajouter un ou deux p-pneumatique ? Ça apportera un peu de stockage d’énergie, mais du g-gaz sous pression sur le terrain, je suis pas sur que ce soit sans r-risque…

Terminais-je avant de continuer à me familiariser avec les plans, je ne devais pas faire de bêtises, et c’est pour ça que je préférais d’abord étudier le schéma en long et en travers ! Connaître les positions de chacun des éléments, les pistons, les pivots, sans oublier les squelettes des bras mécaniques. Parce que chaque pièce devra être créer mais pas forcément assembler directement, vu que l’électronique sera réalisé par la professeure de technologie !

Je retournais dans la réserve pour récupérer de grosses plaques de métaux pour commencer à modeler les pièces via mon alter. Je craquais mes doigts, frottais mes bras, me préparant à une longue nuit et une matinée pleine de crampes mais c’était pour la bonne cause !


- C'est p-parti.

Lunalyn
Héros professionnel - Enseignant de Yuei
avatar
Surnom : Arsenal Girl
Profession : Professeur de Technologie - Héroïne
Rang : A
Yens : 1325
Renommée : 217
Alignement : Bienfaitrice
Re: Pas de bras, pas de chocolat. || Mer 5 Déc - 21:54

Il y a toujours des risques à traîner sur le terrain, c'est bien pour ça que j'ai besoin de cette chose. Et effectivement, mettre des pneumatiques dans les articulations des bras au niveau de la jonction du coude pourrait rendre les coups ainsi déclenchés encore plus... disons.. brutaux. Très bonne idée Sasagawa.

Posant mon fer à souder, je m'approche rapidement de mes plans originaux pour y intégrer cette nouvelle idée assez rapidement. Puis, je m'approche rapidement de la copie du plan de l'élève pour y réitérer mes modifications avant de repartir dans mes soudures de précisions.

La tâche n'est clairement pas facile, l'électronique demande vraiment un gros travail de précision, mais, vu toutes les possibilités que cela apporte, ce travail en vaut clairement le temps dépenser pour le concevoir. Ma concentration arrive vite à son paroxysme tandis que je fixe mon circuit sur la fine bande de plastique souple chirurgicale qui va finir ses jours sous ma propre peau. Puis, je relis les quatre électrodes qui relieront ce système directement sur ma moelle épinière. Aujourd'hui, si je me plante, je risque de finir paraplégique pour le restant de mes jours.
Est-ce que le jeu en vaut vraiment la chandelle ?
La question ne se pose pas. Évidemment que je vais réussir. Après tout, je suis Arsenal Girl, hein ? Du moins... Je l'étais, avant... Et puis... J'ai échoué... Et...

Non, je ne dois pas ressasser le passer. Au niveau de l'ingénierie, j'ai toujours réussi tout ce que j'entreprenais alors il n'y a absolument aucune raison qu'aujourd'hui ça plante. Et puis, je potasse ce bouquin de médecine depuis plus d'un mois. Mon dos n'a plus aucun secret pour moi.

Tout va bien ce passer, ça ne fait aucun doute.

Même si à l'heure actuelle, le doute m'envahi de plus en plus. A telle point que me voici presque bloquée sur place, comme beuguée.
Cela dure bien trente seconde avant que je revienne à la raison. D'un coup, je me lève et me remotive plus que jamais.

Bon, Sasagawa. Je te laisse deux minutes je dois aller mettre cette bande en place dans mon dos, tu bouges pas, je reviens de suite.

Et si je reviens pas, c'est que je suis paraplégique. Mais ça, je ne lui dis pas... Je suppose qu'il viendra me chercher tout seul au bout d'une bonne heure d'absence... Non ? Pas sur cela dit, si il est trop concentré dans ma création, il risque d'en oublier tout le reste et surtout la notion du temps.

Je pars donc en direction de ma salle de classe qui n'est pas bien loin des laboratoires. Comme j'ai cours demain vers 14h, au pire, mes élèves me retrouveront là bas...

Non mais en vrai, y'a pas de raison que ça se passe mal.

Arrivée à destination, je déstocke un grand miroir sur pied et un second miroir que j'accroche un peu en hauteur sur le mur de manière à pouvoir voir précisément mon dos via les reflets. Puis, je dénude mon dos pour pouvoir l'observer une fois de plus sous toutes ses coutures. Je reste quelques minutes comme ça. Je souffle. Je réfléchis.
Peut être que je devrai envoyer un message à Ian pour qu'il s'inquiète si je lui réponds pas dans les 15 minutes après ?
Non, si je réussis, je risque d'oublier de le recontacter sous l'émotion de la réussite...

Oh et puis zut, je me lance !

Je cherche le pouvoir de mon alter, pense à cette bande que j'ai conçue, à sa forme, sa taille et je la visualise verticale.
Et je la visualise sous ma peau.

Et je déclenche mon alter.

Évidemment, en apparence, rien ne se passe. Et pour l'heure, je ne sens absolument rien. Puis je rouvre les yeux doucement et fixe mon dos. Aucune différence. Relâchant mes muscles que j'avais crispé de peur, je sursaute soudain lorsque je sens une infime gêne qui me confirme enfin que j'ai réussi ma manœuvre avec brio.

Ravie, je remonte finalement aux laboratoires après avoir récupérer mes deux miroirs, plus impatiente que jamais de finir mes bras mécaniques.

________________


Sasagawa Kohashi
Apprenti Ingénieur
avatar
Surnom : Mechanic's
Profession : Élève 3T - Filière Assistance
Rang : A
Yens : 600
Renommée : 164
Alignement : Bienfaiteur
Re: Pas de bras, pas de chocolat. || Dim 9 Déc - 2:55


Mon idée semblait lui avoir plu, et même si l’envoyer dehors avec des mini-bombes dans les articulations principales ne me plaisais pas, elle n’avait pas tort, sur le terrain c’est toujours risqué, alors autant avoir la puissance d’en finir le plus rapidement. Elle modifia rapidement nos plans et retourna à ses soudures et ses cartes mères.

L’électronique n’était pas ma tasse de thé, bon je me débrouillais hein, mais j’étais beaucoup plus efficace avec la mécanique classique, surement qu’avoir évoluer dans un garage m’avait fait prendre le coup de main plus rapidement sur ce sujet là, et que forcément, arriver devant quelque chose que je ne connaissais pas, c’était un peu plus compliqué…

J’observais minutieusement les différents schémas de partie avant de commencer le gros du travail avec mon alter, même si c’était plus facile pour les pièces imposantes, les pièce plus fine devaient se faire avec minutie toujours avec des outils, mon doigt étant le vecteur le plus fin que j’avais pour diriger mon alter de façon précise.

Mon sculptage d’acier dura quelques bonnes heures, vu que je devais doubler chaque pièce ! À un moment, Arsenal girl me signala qu’elle devait s’absenter un moment pour mettre un truc dans son dos.

Sur le coup, je fis oui de la tête, mais quelques minutes après, intrigué, je vérifiai le plan pour voir de quoi il s’agissait. Elle voulait se mettre une bande de métal sur la colonne vertébral via son alter ! Je me hâtais de me lever et de courir vers la salle d’à côté ! À peine arriver à l’entrée du laboratoire, je la vis revenir, sans aucun problème, comme si se mettre des choses dans le dos sans assistance médicale, c’était de l’ordre du banal…

Soupirant, puis retournant à mon travail, je passais le reste de la nuit à créer divers pièces et système de mouvement, le plus équilibré possible, pour que les rotors ne subissent pas trop de force et ne s’usent trop vite.

*BONG *

C’était le bruit de ma tête qui venait de tomber contre la plaque de métal, la fatigue commençait vraiment à se faire sentir, et pour le coup, même ce choc n’avait pas suffit à me sortir de cette assoupissement d’épuisement.

La majorité des pièces des systèmes hydrauliques et pneumatiques étaient terminées, il restait juste à la professeure à les connecter à ses systèmes et à remplir d’huiles ou de gaz sous pression selon le modèle.

Il ne me restait plus que le blindage et le jet pack, je pense que ça devra cependant attendre quelques heures, à mon réveil, juste le temps de me reposer un peu…



Lunalyn
Héros professionnel - Enseignant de Yuei
avatar
Surnom : Arsenal Girl
Profession : Professeur de Technologie - Héroïne
Rang : A
Yens : 1325
Renommée : 217
Alignement : Bienfaitrice
Re: Pas de bras, pas de chocolat. || Lun 10 Déc - 0:12

Le bruit de la tête de Sasagawa s'écroulant lourdement sur l'armature de métal me surprend au point que je bondis de ma chaise, Tazaway au poing, prête à dégommer quiconque oserait attaquer. Mais je me rends bien vite compte de ma frayeur inutile et regarde ce pauvre élève qui vient de s'écrouler de sommeil.

Faisant disparaitre mon arme, je laisse là mon travail pour quelques minutes et m'approche de lui en essayant d'être un peu discrète bien que ce ne soit pas véritablement nécessaire vu qu'il ne s'est pas réveillé après le choc qu'il a reçu. Puis, je dégage de la place sur le sol où se sont amassés de nombreuses pièces de métal dont la fabrication de lui a pris qu'un minimum de temps grâce à son alter de manipulation du métal. Et moi, à côté de ça, je ne peux stocker des choses... Avec un alter comme le sien, je pourrais être tellement plus efficace en conception d'arme !
Enfin, la vie est ce qu'elle est et comme j'aime à me le répéter tant de fois pour m'en convaincre moi même : l'alter ne fait pas le héro.

Sur la place nouvellement faite, je fais apparaitre un matelas que je stocke toujours sur moi en cas de coup dur où, tout comme pour Sasagawa, la fatigue me rattrape lorsque je confectionne des équipements de haut vol. En prenant garde à ne pas le blesser, je le fais doucement basculer de sa chaise pour l'allonger convenablement avant de le recouvrir d'une couverture sortie tout droit de mon alter.

Puis, une fois que je me suis assurée qu'il est bien installé, je retourne à mon bureau pour reprendre ma conception du système de batterie de mon invention.
Les heures s'écoulent ainsi, moi jouant du fer à souder pour peaufiner tous les circuits électriques de mon arme, et lui regagnant l'énergie nécessaire pour retrouver un semblant de conscience.

Et finalement, je termine enfin toute la partie électronique. Alors je commence à rassembler toutes les pièces forgés par Sasagawa pour les organiser en vu de l'assemblage de celles ci. Un rapide coup d'œil à la fenêtre m'informe que le soleil pointe le bout de son nez. La nuit est passée bien vite, mais elle a été plus que productive. Je suppose qu'il ne manque que quelques heures de travail avant d'arriver au bout de ce projet.

Sans doute est ce le bon moment pour faire une petite pause ? Oui, et puis, travailler le ventre vide n'est jamais conseillé. Je laisse donc la mon travail et mon élève assistant que j'enferme dans le laboratoire avec un mot au cas où il se réveille le temps d'aller chercher de quoi se faire un petit déjeuner au aurore en allant piquer dans la réserve de dessert du réfectoire.

J'espère qu'ils ont encore des Taiyaki au chocolat...

________________


Contenu sponsorisé
Re: Pas de bras, pas de chocolat. ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» MARLOW ▷ pas de bras, pas de chocolat.
» PILOU caniche chocolat mâle de 6 ans (13) Marseille
» Le salon du chocolat à Paris
» Les gros bras(Sybille et Nathan)
» Armure: le bras

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Yuei :: Deuxième étage :: Laboratoires-
Sauter vers:
spider