Corruption I ; Ft. Ryuka
header

Partagez|

Corruption I ; Ft. Ryuka

Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 294
Alignement : Destructeur
Corruption I ; Ft. Ryuka || Jeu 21 Juin - 15:36

Corruption I


- T’en es sûr ? Faudrait pas que t'me racontes des salades !

- Certain, Vulcain.


L’informateur qu’était devant moi avait un sourire des beaux jours. L’scoop qu’il m’avait ramené devait être bon. Y’avait pas moyen qu’il s’goure et il savait qu’il avait intérêt à pas m’décevoir. Un coup d’lave est si vite arrivé… Mais plutôt que d’penser à une fin malheureuse du gusse, j’me mis à rigoler doucement en matant la photo que j’avais en main. La p’tite blonde qu’était aux côtés d’Yu était une pépite. Une pépite du même calibre qu’ma belle p’tite Haya. L’genre qui possédait un potentiel encore endormi. Un potentiel qu’Yu pouvait pas griller. Il fallait être « d’l’autre côté » pour savoir d’quoi il s’agissait et c’était c’qui lui manquait. Mais moi, j’l’avais vu. Au premier coup d’œil. Comme une évidence. Une intuition. Alors qu’elle aurait dû être une victime comme une autre pour atteindre indirectement Yu, j’avais eu une sorte de béguin pour la p’tite. Pas sale, on s’entend même s’il était vrai qu’elle avait une gueule d’ange et des formes pas forcément inexistantes et qui valaient la peine d’être honorées. Non, disons plutôt que c’était un putain d’coup d’cœur. Quelque chose dans l’genre. Un coup d’cœur qui m’avait poussé à épier ses faits et gestes comme un détective. A être son ombre. A décortiquer ses moindres actions, ses humeurs. Jusqu’à être certain que j’tenais l’bon bout. Un filon exploitable. Une gamine que j’comptais bien titiller pour la faire basculer du côté obscur.

Ça et la foutre un jour face à Yu. Histoire que sa désillusion soit plus grande…

- J’te revaudrais ça, bwéhéhé !

***

- T’sais c’qui t’reste à faire non ? Tu la secoues un peu, mais tu la tues pas. J'en ai besoin.

- Bien compris, lieutenant…


Tranche-tout était une nouvelle recrue du syndicat. Un vilain d’bas étage que j’avais recruté pour qu’il s’occupe d’mes basses besognes. Si j’étais pas pompeux ou comme les gars du top management du syndicat, j’aimais pas pour autant m’farcir les petits crimes sans envergures d’où l’fait que j’avais sous la main quelques recrues au cas où. Meurtres anonymes, braquages, larcins… Ces conneries du genre. Mais pour l’coup, plutôt que d’aller m’présenter directement à la blondasse que j’avais en ligne d’mire, j’voulais la tester une dernière fois. Pour confirmer c’que j’pensais d’elle. Et pour ça, rien d’mieux qu’une situation merdique sur l’terrain pour voir c’qu’elle avait dans l’ventre. L’mental ça faisait pas tout. Il fallait aussi avoir un alter digne d’ce nom pour faire  partir du monde du crime. L’sien selon mon informateur était mal mais il m’fallait avoir l’cœur net d’où mon plan tout simple. L’opposer à tranche-tout. Connaissait plus ou moins son emploi du temps et ses itinéraires, il m’avait suffi d’me caler dans une ruelle et d’attendre tranquillement et ce en compagnie d’ma fameuse recrue. Il était déjà tard et les gens n’empruntaient pas trop les environs qui étaient plutôt obscurs du fait du faible éclairage public. Un rien faisait flipper les populations, mais parfois à raison. N’pas trainer dans des coins assez louches, c’était des réflexes d’couards mais d’bons réflexes quand même quand on y pensait…

Et puis, à l’autre bout d’la rue, la cible fit enfin son apparition…

- A toi d’passer à l’action gamin…

J’eus un rire pendant que Tranche-tout acquiesça et sortit d’notre cachette pour avancer tranquillement vers la p’tite blonde. L’gusse était plutôt court. A peine l’mètre soixante-dix. Mais il avait une gueule aussi moche que la mienne et le corps plutôt fin. Un p’tit gabarit en somme. Un corps frêle qui lui conférait cependant rapidité et agilité. Des qualités qui s’couplaient merveilleusement bien avec son alter. Pouvoir simple d’ailleurs. Il pouvait allonger ses ongles et les transformer en métal. De gros cure-dents qui lui permettaient de dépecer ses proies comme y faut. Un assassin moyen, globalement. Mais un assassin qui faisait l’taf. Alors qu’il fit usage d’son pouvoir à mesure qu’il avançait vers sa cible, lui signifiant très clairement qu’elle n’allait pas échapper à un potentiel combat, j’m’allumai pour ma part une clope avant d’profiter avec bon cœur d’la première taffe. Si jamais elle venait à tuer mon sbire dans l’combat qui allait être engagé dans les secondes à venir tout au plus, je l’applaudirai sincèrement. Et puis, la perte du petit serait minime. L’syndicat n’était pas à une recrue près et l’milieu dans lequel on vivait était impitoyable : Des morts, il y en avait tous les jours à chaque coin d’rue. Qu’il s’agisse d’Tokyo ou même d’Sapporo. Mais en attendant d’en arriver là, j’reportai mon regard vers la scène et vit que Tranche-tout fondait déjà sur elle dans l’but d’la faire danser.

Et pourquoi pas, d'la taillader un peu…

________________


Hayasa Ryūka
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Izanami
Profession : Élève 3S - Filière Héroïque
Rang : A
Yens : 525
Renommée : 151
Re: Corruption I ; Ft. Ryuka || Jeu 21 Juin - 19:23


Oh I'm scared of the middle place

Between light and nowhere


Éreintante, telle avait été ma journée aujourd’hui. Fatiguée, j’étais pressé de regagner la demeure familiale afin de pouvoir prendre une longue douche bien mérité et surtout dormir avant de recommencer une journée tout aussi folle le lendemain. Amber n’est pas du genre à lambiner et les entraînements sont réellement poussé avec elle. Elle cherche probablement à avoir ma peau ou alors à développer davantage la puissance de mon alter. Mais étrangement, j’aurais tendance à opter pour la première option. Je ne suis qu’en première année ! J’ai encore beaucoup de choses à apprendre, et elle, elle n’y va pas de mains mortes avec moi… J’escompte en réalité ne pas la décevoir afin de passer en seconde sans soucis et surtout, parce que me la mettre à dos ne serait pas une bonne chose du tout. Après tout, elle est quand même la cheffe de l’agence.

Un soupire franchit mes lèvres alors que je regarde rapidement ma montre pour regarder l’heure. J’ai raté le bus et le prochain est seulement dans plus d’une demi-heure en vue de l’heure tardive… Plus on avance dans la soirée, plus ils se font rare. Le temps de l’attendre, c’est approximativement le temps que je mettrais pour rentrer à pieds. Dommage que je n’ai pas l’alter de mon aîné, sinon, je n’aurais pas eu à hésiter. Après tout, rentrer à pieds implique de passer dans des coins parfois pas trop rassurant… Mais bon, là, ça fait plusieurs jours d’affilés que je fais cela, à cause de l’entraînement qui finit plus tard. A croire qu’elle a décidé de me pousser réellement à bout. Teste-t-elle mes limites ? C’est possible oui, mais je ne compte pas lâcher l’affaire si facilement ! Que nenni !

Un bâillement peu raffiné franchit alors mes lèvres, marquant bien mon état de fatigue et mon manque de vigilance. Surtout face à cette silhouette qui s’approche de moi dans cette rue trop peu éclairée. Il faut dire qu’en aucun cas, je ne suis capable de soupçonner les plans qui sont entrain de se jouer à mes dépends.

Néanmoins, je ne peux m’empêcher de tiquer un peu en entendant la foulé de l’homme devenir plus rapide, portant mon attention sur lui, je constates qu’il est entrain de courir dans ma direction de façon peu… Fuyarde ? Il vient à ma rencontre ? Je fronce les sourcils et mon réflexe est non pas de fuir ou de l’éviter, mais de lui balancer mon sac de sport en plein visage. Vous savez, celui dans lequel se trouve mon arme de combat pour mon entrainement, des ossessements. Néanmoins, fermé par une tirette, celle-ci ne s’ouvre pas bien que le sac fut embrochée par les doigts de l’homme ? Je recule alors et cherche ce que je peux faire ?

Appelez à l’aide ? Il n’y a personnes dans les environs et je doute qu’un quelconque passant intervienne. Puis, la présence d’un héros, je ne suis pas assez chanceuse pour cela.

Que dois-je faire ? Me laisser agresser par ce type sans rien tenter ? Mourir maintenant sans même avoir réussi à prouver que je pouvais devenir un héros ?

Non !

Je me refuse à cela.

Mais user de mon alter, c’est passer de l’autre côté de la barrière. Je n’ai pas l’autorisation. Je ne puis me permettre de contourner cette règle, sinon, ça serait le début de la fin. Pourtant, quoi que je pense en analysant la situation… Je suis perdantes…

Si je ne fais rien, je ne rentrerais jamais chez moi.

Si j’use de mon alter, je risque d’être viré de Yuei… Mais il s’agit de légitime défense… Seront-ils compréhensif ?

Et même si je me base sur mon entrainement pour tenter de le repousser, je sais que je n’ai aucune chance. Il a un alter en opposition du mien. Il est habitué au corps à corps alors que moi, je suis une véritable quiche à cela.

Je serre les dents. Que faire ? Tenter de fuir ? Cela ne ferait que repousser l’échéance et je risque de mettre d’autre personnes en danger s’il est réellement désireux de faire couler le sang ce soir…

J’ai pas le choix…” Murmurais-je alors que je recule encore pour tenter de mettre de garder de la distance entre lui et moi alors qu’il envoi valser mon sac.

Je refuse de mourir ici et de pas ouvrir les yeux à tout le monde ! Mais je ne dois pas céder à la panique... Non, je ne peux pas me laisser aller aux sentiments... C'est à cela qu'Amber m’entraîne, à ne pas céder à la panique malgré les gerbes de flammes qu'elle peut envoyer dans ma direction... C'est pareil ici, sauf que là, il ne s'agit pas d'un entrainement... J'ai peur, mais je lutte contre elle.

Une légère odeur désagréable se fait alors sentir, émanant de ma peau. Mon sac remuant légérement, des phalanges sortant par les trous créé par l’opposant pour ouvrir le sac et permettre à toute l’ossature de sortir de son étui de fibre.

Face à moi, il ne doit pas le squelette se dresser derrière lui. Que dois-je faire maintenant ? L’entraver ou le blesser ? Je ne peux pas aller jusqu’à le tuer…

Pourtant…

Dans un craquement, les mains osseuses de ma créature se saisissent de la gorge de l’homme, l’étouffant petit à petit.

Lui faire perdre connaissance, c’est la meilleure possibilité que j’ai…


________________


''Oh not giving up there’s always been hard, so hard
But if I do the things the easy way I won’t get far''
Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 294
Alignement : Destructeur
Re: Corruption I ; Ft. Ryuka || Lun 25 Juin - 18:18

Corruption I


C’qui était intéressant avec notre génération, c’est que la technologie était plutôt avancée. Immortaliser des moments n’était pas bien difficile tant qu’on avait un smartphone sous la main capable d’bien enregistrer une scène même dans un coin obscur. Et c’était c’que j’faisais d’l’endroit où j’étais encore planqué. J’filmais la scène avec bon cœur. Mais bien évidemment, j’avais commencé à partir même du moment où elle avait formé son squelette qui s’employait à étrangler mon sous-fifre. C’dernier qui n’l’avait même pas vu venir -preuve qu’il était quand même un peu nul à chier-, perdit momentanément son pouvoir. La douleur physique l’déconcertait très rapidement, d’où l’fait même que ses ongles s’rétractèrent alors qu’il essayait d’se débattre tant bien que mal. Il s’mit même à gueuler des mots incompréhensibles alors qu’il commençait à perdre pied. Un supérieur digne d’ce nom aurait volé au secours d’son subordonné, sauf que j’faisais partie d’la pire race des gens du haut. J’en avais carrément rien à secouer qu’il crève comme un chien. Mieux même ! Sa mort servirait une plus grande cause ! Sous mon cynisme, j’me mis à caqueter tout seul alors que la créature d’la blonde continuait son œuvre. Sauf que voilà, tranche-tout, dans un dernier sursaut, puisa dans ses réserves pour refaire pousser ses ongles qu’il agita violemment derrière lui. Son assaillant eut pour effet d’être dégommé et l’vilain pu s’éloigner d’la blonde suite à quelques bonds…

- SALOPE !!! TU VAS M'LE PAYER CHER !!!

P’tit tranche-tout était vénère et il y avait d’quoi. Il avait failli s’faire buter après tout. Et l’pire dans tout ça, c’est que la jeune femme n’semblait pas forcément éprouver le moindre remord. ‘Fin… D’ma position, j’pouvais pas vraiment distinguer son air aussi. Mais là n’était pas l’plus important. L’plus important, c’est que l’gamin avait perdu patience et qu’il allait certainement faire une connerie. C’est inhérent aux vilains d’son genre pour pas dire d’notre genre. Quand rien n’se passait comme prévu, on finissait par perdre la boule et on versait dans la connerie pure et dure. A peu d’choses près, j’étais comme lui. J’pouvais sentir d’loin son aura meurtrière d’loin. C’était pas du repérage, mais une sorte d’intuition qui provoquait cette sensation. C’qui m’poussa à ranger mon smartphone dans l’une d’mes poches avant d’fondre dans sa direction, sans attendre. Alors que l’tranche-tout lançait un regard mauvais à sa cible et qu’il allongeait ses « griffes » jusqu’à leur maximum, j’réussis considérablement à réduire la distance. C’qui était bien pour l’coup, c’est qu’il n’me sentit pas arriver derrière lui puisqu’il était trop aveuglé par sa colère et par l’idée de défigurer la jeune femme comme il s’doit. Du coup, c’n’est qu’au moment où il voulut lui sauter dessus qu’il reçut un gros coup d’poing d’ma part sur la nuque avant d’tomber et au sol, et limite dans les pommes. Direct. Là-dessus, j’soufflai bruyamment avant d’secouer ma tête dans tous les sens…

- Eh bien… On vient d’échapper à un drame hein… Il faut avouer que les rues sont plus très sûres ces derniers temps…

Ma phrase fut ambiguë. La blonde pouvait pas trop savoir si j’parlais d’sa mort ou d’celle d’son agresseur. Mais toujours est-il que j’venais d’lui filer un coup d’main salvateur. Que j’avais pas vraiment trop prévu. Mais peu importe. J’avais c’que j’voulais : Premièrement, l’fait qu’elle n’ait pas trop hésité à utiliser son alter. On parlait bien d’légitime défense mais si j’balançais sur l’net la vidéo où elle martyrisait son assaillant, qui la croirait ? C’monde était pourri et un rien pouvait vous faire basculer dans la merde. Deuxièmement, son alter en lui-même. J’avais confirmation d’sa nature. D’ailleurs, j’me mis à froncer les narines avant d’sortir un masque chirurgical que j’avais ramené avec moi au cas où avant d’le porter. D’toute façon, avec la grosse capuche que j’avais et la pénombre, il était très difficile d’me reconnaitre. Troisièmement, elle avait renforcé l’impression que j’avais eue d’puis la première fois que j’l’avais vu d’loin. Et j’étais sûr que mon flair m’trompait pas : On peut pas dire que tu t’fasses des potes avec un alter pareil… Et dire que t’as pourtant une jolie gueule… J’me mis alors à rigoler comme un enfoiré. En dessous, tranche-tout semblait reprendre ses esprits, mais j’écrasai sa gueule sur l’goudron à l’aide d’un coup d’pied pour qu’il fasse encore un peu dodo. C’était pas l’moment pour venir interrompre ma p’tite conversation avec la blonde. Lorsque j’fus sûr qu’il était out, j’retirai ma patte d’sa nuque avant d’reporter mon attention vers la gamine :

- Tu schlingues à mort dis donc ! Ça doit être compliqué d’vouloir montrer sa valeur aux autres héros avec ça, hein… T’as combien d’potes, dis-moi ?

J’me mis à m’marrer sans forcément attendre d’réponse d’sa part. En vérité, j’me fichais éperdument d’savoir si elle était solitaire ou non. Détestée ou non. Seule notre rencontre comptait à l’heure actuelle, même si l’fait que j’étais sorti d’nulle part et que j’lui causais comme si on s’connaissait depuis un moment devaient pas du tout la rassurer. J’finis même par enjamber l’corps d’mon petit larbin avant d’m’approcher d’la gamine qui devait s’poser maintes et maintes questions. J’aurai bien voulu m’griller une clope, mais avec l’masque et l’odeur qu’elle dégageait, c’était pas possible. Odeur qui assommerait un cadavre, carrément. Vu de près, t’es vraiment mignonne. Et avec un tel alter… Pas étonnant que Yu t’es prise sous son aile. P’être qu’en vérité, j’m’étais trompé… P’être qu’elle a vu c’que tu pouvais devenir, d’où l’fait qu’elle ait pris les devants… C’est pas déconnant comme idée… Ça s’tient… C’était une éventualité. Eventualité qui mettrait en exergue l’fait que l’autre enflammée avait bien plus gagné en maturité que j’ne l’pensais. D’quoi m’arracher un large sourire. Un sourire malsain que n’pouvait malheureusement admirer la blonde, même si mon regard perçant et amusé devait lui donner une idée d’comment était déformée ma gueule. Alors qu’il n’restait plus beaucoup d’mètres entre nous, j’finis par m’stopper. L’odeur était insoutenable pour que j’fasse l’con pour m’approcher plus pour l’moment. M’fallait un temps d’adaptation. Comme pour tout…

- Il parait qu’un alter reflète l’âme et la personnalité d’son utilisateur… J'sais pas vraiment qui a raconté ces salades, mais imaginons un instant que c’soit vrai Ryūka. Comment est-ce qu’on devrait t'considérer toi ?

Que lui avais-je demandé avec amusement. Non sans avoir fait exprès d’utiliser son prénom.

________________


Hayasa Ryūka
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Izanami
Profession : Élève 3S - Filière Héroïque
Rang : A
Yens : 525
Renommée : 151
Re: Corruption I ; Ft. Ryuka || Mar 26 Juin - 15:56


Oh I'm scared of the middle place

Between light and nowhere


Si l'effet de surprise avait marché dans un premier temps, mon agresseur ne semblait pas désireux de se laisser faire et surtout, de me laisser une chance de m'en sortir indemne. Ainsi, dans un geste ultime de survie, il se courbe et éclate mon squelette, l'envoyant valdinguer plus loin. Trop loin pour moi, n'arrivant pas encore à manipuler des os s'ils sont trop loin ou alors pas consciemment.

Et il revient à la charge, en m'insultant et en me faisant bien comprendre que cette fois, il va réellement me saigner, qu'il n'est plus juste désireux de s'amuser un peu. Je cherche un moyen de fuir, partir en courant ? Il semble plus rapidement que moi. Pourtant, je cherche à reculer, à m'éloigner de lui alors que maintenant, sortant de l'ombre un homme d'une imposante stature se manifeste pour le stopper. Prenant encore une fois, l'individu en surprise venant de son dos. Il s'écroule sur le sol et je fais de même, tombant à genoux de soulagement alors que c'était la toute première fois que je me retrouvais dans ce genre de situation. J'ai su rester calme sur le coup, mais maintenant que le danger semble un peu plus éloigné, mes jambes ne supportent tout simplement plus mon poids.

Tu t'adresses alors à moi, jouant d'une certaine façon les héros avec moi, et dans un sens, tu peux en avoir un peu la dégaine à cet instant. Restant silencieuse, chercher à recouvrer mon calme et à pouvoir me redresser suite à la réalisation de ce qu'il vient de se passer.

J'aurais réellement pu mourir.

"Merci." Soufflais-je doucement sans relever le regard vers toi. Non, je fixe le sol, ma main posé sur ma poitrine au niveau de mon coeur. Soulagée de ne pas être blessée.

Sauf qui le soulagement est là, il n'est pas de longues durée, car tu as vu mon alter et mon utilisation de celui-ci sans autorisation. Je relève le regard, inquiète de t'entendre dire que tu vas le balancer à quelqu'un ou me menacer pour te jouer de moi après m'avoir sauver. Non, tu viens de me permettre de rester en vie et indemne, tu peux pas être un vilain et ce malgré la large capuche sur ta tête. Après tout, des héros anonymes, il en existe.

Remarque marqué d'un compliment sur ma plastique, mais je ne dis rien, restant silencieuse à te regarder tout simplement en chien de faïence alors que tu te mets à rire. Je sais pas trop quoi pensée et je me relève, maladroitement, parce que je le sens mal. Surtout avec l'autre type qui reprend partiellement conscience. Tu le termines alors, l’assommant pour de bon, ton rire sinistre toujours là.

Un héros ? non, ce n'est juste pas possible, pas avec une telle gestuelle. "Qui ? Qui êtes-vous ?" Questionnais-je alors que tu continues de me parler pour te montrer, comment dire, assez désobligeant. Des remarques dont je me passerais clairement bien, des pics gratuites qui me rappelle mon statut de paria au sein même de l'agence et sur ce que je suis alors que tu parles de mon odeur à cause de mon alter. Je serre les dents pour ne pas répondre, pour ne pas tomber dans le piège que tu pourrais me tendre car tu n'es définitivement pas un héros.

Et mon prénom franchit alors tes lèvres de façon tout à fait normal, comme si on se connaissait. "Qui êtes-vous ?" Répétais-je alors, étant donné que tu as bien ignoré la première fois. Cette fois-ci, je ne peux pas me permettre de laisser passer, il faut que je sache, car tout ça, c'est pas bon du tout. J'esquisse d'ailleurs un mouvement de recule, mon bras droit venant se mettre devant moi en signe purement défensif. La peur est là, bien plus présente qu'avant, car avec l'autre brigand, c'était clair qu'il voulait ma peau, mais là, avec toi, c'est plus compliqué. "Vous êtes pas un héros, alors qu'êtes-vous ?" Parce que c'est définitif, je ne peux plus croire à la première idée que je m'étais faites de toi uniquement parce que tu m'as sauvé la peau de ce petit truand. Et c'est ça le problème, parce que j'aurais aimé que ça soit aussi simple, que tu sois juste un héros qui me sauve, limite que tu me fasse la morale sur l'usage de mon alter sans aller trop loin et qui part ensuite à la recherche d'autre malfaiteur, mais là, c'est pas du tout ça qui se passe. Putain, pourquoi la vie peut pas être soit blanche soit noire ? Pourquoi il y a ces satanées nuances de gris. C'est peut-être à la con, ces hésitations, ces questionnements et là, cette foutue peur qui me tétanise à moitié.

________________


''Oh not giving up there’s always been hard, so hard
But if I do the things the easy way I won’t get far''
Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 294
Alignement : Destructeur
Re: Corruption I ; Ft. Ryuka || Lun 2 Juil - 11:19

Corruption I


- Qui j’suis ? Ça t’intrigue tout d’un coup hein ?

J’me mis à rigoler comme un gros connard. Sa désillusion était presque jouissive à voir, à ressentir. Et dire qu’elle pensait que j’étais son sauveur. Un bon samaritain au grand cœur qui l’avait tiré d’un mauvais pas ! Halala… Quelle naïveté ! Mais qui pouvait lui en vouloir ? Dans sa situation, n’importe qui s’rait certainement tombé dans l’panneau du premier coup ! Enfin... On pouvait dire qu’ça dépendait vu qu’un type en cagoule et tout, c’était pas forcément commode ; surtout en pleine nuit et dans un endroit aussi craignos qu’cette ruelle sombre. Mon rire finit par s’estomper avant que j’ne passe ma langue sur mes lèvres. Elle était définitivement appétissante. J’pourrais en finir avec elle, tout d’suite, emballer sa tête décapitée dans un papier cadeau et l’envoyer à Yu avec un p’tit mot… J’pourrais ouais. Mais tuer cette gamine et son talent latent s’rait du gâchis. Sans compter que la voir s’battre contre son ancien mentor s’rait bien plus amusant et rappellerait à Yu des souvenirs plutôt douloureux… Ah… Ouais… Cette perspective était tellement plus intéressante que j’avais la très sale impression que j’pouvais juter dans mon froc comme un horrible pervers. Et là, un nouveau rire. Encore un. Plus malsain ! Plus chaotique ! Presque diabolique même ! L’destin était en marche et mon karma semblait n’pas m’faire un mauvais coup. D’bon augure.

- D’ailleurs, qui t’dit que j’suis pas un héros ? J’viens pourtant d’te sauver non ? Héhéhé !

Ma voix fut persiflante. La blonde visait juste, mais m’foutre un peu d’sa gueule était quelque chose d’marrant. Sa posture était certes défensive, mais elle ne m’empêcha pas vraiment d’me rapprocher d’elle. En plus du fait que son odeur s’estompait peu à peu, j’avais les voies respiratoires désormais protégées et j’m’accommodais même à ses senteurs. Après tout, l’nombre d’personnes que j’avais braisé était incalculable. Et l’odeur d’mort, j’la côtoyais d’puis très longtemps déjà. C’était comme j’le pensais. Un temps d’adaptation pour quiconque s’jouait au croque-mort comme moi était suffisant. Un p’tit temps seulement. J’allais certainement pas retirer mon masque pour l’instant, mais ça viendrait certainement. T’imagines les merveilles qu’on pourrait réaliser avec ton alter ? Il m’suffirait d’tuer un bon nombre d’gens et toi, toi derrière, tu nous construirais une armée en fait ! J’voyais gros ! J’voyais loin et pas qu’un peu. Pour moi, son alter était une bénédiction même si la blonde semblait souffrir d’un contrecoup sévère. Les premières années avaient dû être rudes pour elle. Tant au plan physiologique que psychologique. Personne n’avait dû supporter cette effluve putride en permanence. Elle-même avait dû galérer avec. A bien des égards, c’fait m’rappelait qu’la fumée qu’dégageait mon magma avait pas mal gêné beaucoup d’gens dans l’temps…

- Personne n’acceptera ton alter aussi bien qu’les miens ! Tu serais chez toi... Sans qu’on t’juge... Sans qu’on t’pointe du doigt à chaque fois... Sans même qu’on t’évite à cause d’tes contrecoups... D’ailleurs, j’suis sûr qu’il y aura des amateurs. Pas mal d’amateurs, huhuhu…

Alors qu’elle était encore quelque peu tétanisée, j’me rapprochai encore plus d’elle avant d’lever rapidement l’une d’mes paluches vers son visage. On aurait pu croire que j’voulais la claquer sèchement, mais non. Tout c’que j’fis, c’est caresser l’une d’ses joues comme on l’faisait avec un enfant sage ou même craintif. L’idée était d’lui montrer qu’elle avait pas « grand » chose à craindre avec moi à condition qu’elle s’tienne à carreau. J’comptais bien prendre mon temps avec elle. L’idée ici était d’tâter l’terrain et pourquoi pas la troubler en instillant doucement dans son esprit l’idée d’tourner l’dos aux héros, tout simplement. Bien entendu, il y aurait une résistance, mais c’était toujours comme ça les premières fois. Toujours. Viendra un jour où ils t’rejetteront sans vergognes. Il t’suffit seulement d’un faux pas. D’une mauvaise appréciation d’la situation et c’est fini d’toi. T’seras plus rien pour eux… Comme moi par l’passé. Un meurtre avait suffi à m’foutre sur la sellette. A m’voir comme un paria. A m’considérer comme une brebis galeuse qui n’avait plus sa place dans la sphère et l’moule des héros. J’aurai pu lui raconter ma vie, mais j’étais pas là pour ça. Et puis, elle m’reconnaitrait surement avant d’se casser et ferait des recherches. A tous les coups… Du coup, bien avant d’utiliser mes cartouches les plus importantes, j’posai déjà la discussion histoire d’voir ses réactions…

- L’opinion publique n’approuvera jamais ton alter. Il est trop dégueulasse pour c’monde. Dès que tu s’ras une héroïne confirmée, on traitera ton pouvoir comme c’lui du diable. C’lui du mal… Et Yu n’pourra rien faire pour toi. Absolument rien… Elle t’abandonnera lâchement pour sa carrière. Comme les autres, en fait… Mais moi… Moi, j’serai là pour toi. Rien que pour toi…

________________


Hayasa Ryūka
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Izanami
Profession : Élève 3S - Filière Héroïque
Rang : A
Yens : 525
Renommée : 151
Re: Corruption I ; Ft. Ryuka || Dim 15 Juil - 0:45


Oh I'm scared of the middle place

Between light and nowhere


"Vous même. C'est vous avec votre attitude, votre rire sardonique et votre gestuelle. Vous n'avez rien d'un héro hormis le fait que vous venez de me sauver pour je ne sais quelle raison de cet homme." Répondis-je alors du tac au tac, montrant bien à ta petite personne, au sens figuré et non propre en vue de la différence de taille entre nous, que j'ai quand même du cran. En même temps, est-ce que je ne viens pas de braver un des plus gros interdit de mon lycée en usant de mon alter sans autorisation et ce même si c'était pour me défendre ? "Une action ne peut pas cacher qui nous sommes. C'est pas parce qu'un chat mange des croquettes de chiens qu'il en devient un chien. Il reste un chat, avec des pratiques peu communes et dans le cas présent, vous êtes ce gros matou." Définitivement, le comparé à un chat, c'est peut-être pas l'idée du siècle, ni même du millénaire. Je risque de l'offusqué et là, je pense bien que j'aurais réellement de la difficulté à suivre. Devrait contact des héros discrètement ? Mais comment ? Si j'utilise mon téléphone, cela sera trop visible et mon alter, cela impliquerait que je dise adieu à mon avenir en tant qu'héroine. Chose que je ne peux pas faire non plus. Dés lors, je semble contrainte de devoir rester en tête à tête avec toi en espérant que tu ne me laisses pas à l'état de cadavre à la fin...

Et comme pour confirmer ce que j'avais comprit, tu me parles d'un projet me concernant. Un désir de me voir me rallier à toi en parlant de ce que l'on pourrait faire ensemble. Je recule alors, tentative de  fuite ? Non pas réellement, un désir de mettre de la distance et de faire comprendre que non, je n'accepterais pas une telle chose. "Trouvez une autres personnes, car je ne marche pas. Je n'ai pas le désir de finir hors la loi. Je suis à Yuei pour devenir une Héroine et j'en deviendrais une !" Soufflais-je alors d'une étrange façon, comme si en plus de chercher à te convaincre toi, je cherchais également à me convaincre moi. Je veux réellement en devenir une, mais est-ce que j'y arriverais réellement ? c'était ça le point obscur chez moi. L'avenir, ce que les autres accepteraient et déjà, tu joues sur cela, me parlant de ce que je sais déjà.

Je serre les dents. "Vous mentez ! Les choses évoluent, une idée préconçue peut changer avec le temps si tout est mit en oeuvre pour ! Je montrerais à tous que même avec mon alter, je peux devenir une héroïne !" Je refuse de suivre les traces de mon grand-père, je refuse également de décevoir mon grand-frère. Alors non, je ne peux aucunement répondre de façon positive à ta demande. Et puis quoi encore ?

Néanmoins, le geste que tu as envers moi à cet instant me glace le sang. Non pas à cause de sa violence, que du contraire. A cause du manque de celle-ci. Une caresse placide, trop pour être sincère, ainsi que tes propos. Je n'ai pas réagis à la remarque sur la chute suite à un faux pas. Après tout, cette vérité est valable pour tout héros, pas uniquement pour ma petite personne. Alors, je ne compte point m'éterniser sur un détail de la vie héroïque que l'on sait tout deux. Je n'ai pas envie de faire durer cette entrevue, que du contraire. Plus vite ça sera fini, plus vite je serais tranquille, bien que j'ignore totalement ce que t'attends de moi et dans quel état je finirais une fois que tu auras comprit que je ne comptais pas te rejoindre et qu'importe tes mots. Après tout, tu peux bien appuyer sur ma corde sensible comme tout un chacun, c'est d'un ennui commun... Bien que l'histoire de soutien et de présence, elle est belle. Vraiment. Dommage que je ne peux simplement pas y croire. La nature humaine pousse à l’égoïsme, je le sais plus que bien, et ce même s'il existe quelque exception, mon frère semblant en être une.

Reculant une nouvelle fois, pour rompre tout contact entre nous, je détourne la tête. "Qu'importe vos paroles, je ne comptes pas me laisser berner. Je sais mieux que quiconque ce qu'il m'attend avec un tel pouvoir et je compte quand même devenir une héroine. Votre discours, plus d'une personne me l'a déjà tenu et pourtant, je suis là, étudiante à Yuei pour réaliser MON rêve." Lançais-je alors, insistant bien sur le mon pour montrer ma détermination à devenir un jour un nom que tous connaîtrait et avoir la possibilité d'être l'espoir pour certains enfant ayant comme moi un alter plus néfaste qu'autre chose. Je veux être un exemple pour eux, pour montrer que non, ce qui fait de nous un vilain n'est pas notre alter, mais bel et bien les choix que nous faisons.

________________


''Oh not giving up there’s always been hard, so hard
But if I do the things the easy way I won’t get far''
Nakamura Keita
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Vulcain
Profession : Mercenaire - Lieutenant du Syndicat
Rang : S
Yens : 1685
Renommée : 294
Alignement : Destructeur
Re: Corruption I ; Ft. Ryuka || Sam 28 Juil - 14:58

Corruption I


- Bwéhéhéhé ! C’est quoi ça ? D’la récitation ? On t’a convaincu que t’pouvais faire une bonne héroine avec cet alter ou t'essayes d'te convaincre toi-même ? T'es sérieuse ?

J’me mis à rire comme un con. C’était pas la première fois qu’on m’servait d’telles salades. Même dans l’temps, les profs d’Yuei avaient pris leur pied à m’faire croire que mon alter pourrait servir la justice. Mais comment un pouvoir pareil pouvait servir à autre chose qu’à la destruction et la désolation ? Plus j’cogitais et plus j’me disais qu’ils m’avaient bien eu quand même. A bien des égards, ma trajectoire avait sans doute été inévitable. Vilain hein… Ça m’convenait parfaitement. C’était mon p’tain de destin et j’avais fini par l’embrasser avec grand plaisir. Haya aussi avait eu un semblant d’réaction semblable. Mais si elle avait vite succombé, c’était bien à cause d’ses conneries perpétrées tout juste avant qu’une escouade d’police arrive. Là, l’constat était différent. On avait affaire à d’la légitime défense ni plus ni moins dans un coin isolé. Mais présenté autrement, cette légitime défense pouvait passer pour un simple envie d’faire d’la merde ou d’tester les limites d’son alter. Et l’un dans l’autre, ça pouvait aisément foutre la gamine qui m’faisait face dans la merde. D’ailleurs, j’ne cherchai même pas à prolonger mon contact avec elle puisque j’finis par diriger ma main vers ma propre gueule pour retirer l’petit masque que j’avais porté, dévoilant ainsi mon horrible gueule à celle-là même que j’voulais corrompre. L’trou béant au niveau d’ma joue avait d’quoi choquer, mais tout comme elle, j’étais habitué à repousser pour n’pas dire amusé même.

- Ton fumet est presque appréciable en fait, gamine. C’est l’odeur d’une salope en d’venir. Y’a des signes qui trompent pas t’sais et t’auras beau t’draper d’toute la bonne volonté du monde que y’aura toujours des chiens pour t’rappeler que t’es pas l’une des leurs. Et si t’penses qu’ils sont en minorité, tu t’fous l’doigt dans l’œil jusqu’au coude…

C’est à c’moment précis que j’finis par retirer ma capuche pour qu’elle puisse enfin voir complètement ma gueule et la chevelure flamboyante qui allait avec. J’me mis à inspirer profondément l’air pur qui commençait à reprendre ses droits dans l’coin où nous étions, c’qui me mit la puce à l’oreille : Quand elle faisait pas usage d’son alter, son odeur n’était pas un problème. L’évidence même à bien des égards. J’eus alors un regard doux pour elle. Y’avait p’être moyen qu’elle reconnaisse définitivement ma gueule. Même si les médias n’mettaient pas en avant les vilains d’mon genre qui étaient bien trop traumatisants, elle avait p’être vu ou entendu parler d’moi. Yu l’avait p’être mise en garde, tiens même si j’doutais un peu. Mais sait-on jamais. En attendant, j’me mis à fouiller l’une d’mes poches pour en ressortir mon smartphone. L’fameux. Comme si d’rien était, j’me mis à le pianoter avant d’retrouver la vidéo. Par pure précaution, j’la transférai très rapidement sur la plateforme du syndicat avant d’avoir un sourire qui en disait long puisque j’la fis tourner. On pouvait dès lors entendre des  bruits glauques qui lui rappelleraient certainement c’qu’elle venait d’vivre il y a peu. Et soudain, j’tournai mon portable vers elle pour qu’elle puisse voir la vidéo où elle faisait usage d’son alter. Et d’l’angle sous lequel j’avais filmé l’tout, on pouvait s’apercevoir qu’elle avait non seulement un ton menaçant, mais que l’alter d’son ennemi s’était rétracté à un moment donné.

- J’me demande vraiment c’qu’en dira Yuei en fait… Et la populace si jamais la vidéo est balancée sur l’net ! Moi c’que j’vois, c’est une fille qui fait usage d’son alter sur un pauvre type chétif sans défense dans une ruelle sombre… Une fille qui veut tester ses limites et ses capacités… Une fille qui profite d’sa belle gueule d’ange parce qu’elle sait pertinemment que personne la soupçonnera si jamais meurtre il y a… Surtout dans un coin aussi paumé et mal éclairé que c’lui là… Non vraiment… Ça pourrait sonner comme la fin, bwéhéhéhéhé !!!

J’me mis à rigoler comme un gros vicieux, un gros bâtard, à mesure que son regard d’vait être captivé par c’que j’lui montrais là. D’ailleurs, les miens d’yeux s’braquèrent très rapidement vers les p’tites pognes d’la gamine histoire d’être sûre qu’elle enregistrait rien d’notre p’tite conversation. Mais enregistrement ou pas, c’dernier n’influerait pas totalement sur la vidéo si jamais j’devais la balancer pour la fourrer dans la merde la plus profonde. Cette manière d’faire était déloyale et impitoyable, mais son flair avait eu juste : J’étais loin d’être l’homme l’plus vertueux ou le héros l’plus candide et courageux. C’était même tout l’inverse. J’étais la lie d’ce monde. Une engeance presque démoniaque qui s’complaisait dans ses actes toujours animés par l’vice et l’envie de destruction. Rien qu’ça ! Au bout d’un p’tit moment, j’finis par couper la vidéo avant d’fourrer mon smartphone dans ma poche. Et même si tu plaiderais non coupable en brandissant l’fait que tu t’défendais… Yuei t’croira p’être et encore, mais les civils, j’en doute fort ! Là encore, j’me mis à m’bidonner comme un bossu sans l’moindre remord. J’la voulais à nos côtés, dans la force du syndicat et j’étais plus que certain qu’elle aurait sa place et une importance capitale dans c’que j’pensais être l’but commun à tous les vilains : Foutre l’chaos dans l’archipel nippon. Idéaliste même dans l’mal ? Probable. Mais j’étais persuadé que beaucoup avait comme moi c’besoin d’tout bousiller.

- Évidemment, t’pourras non plus dire que la vidéo est truquée… Un p’tit passage chez des experts suffira pour faire comprendre aux gens que c’est une vraie vidéo. Authentique…

L’piège s’refermait p’tit à p’tit autour d’la nécromante…

________________


Contenu sponsorisé
Re: Corruption I ; Ft. Ryuka ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Dossier Corruption 2:L'ONU et l'argent vole par JC Duvalier
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» Lutte a la corruption: vote des lois souhaite
» CRIMINALITE, CHOLERA ,SIDA, CORRUPTION VOICI LES PRIX DES DEUX MANDATS DE PREVAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Autres lieux :: Autres :: Flashbacks-
Sauter vers:
spider