Visite inattendue [Ryūka - An 295]
header

Partagez|

Visite inattendue [Ryūka - An 295]

Sagishi Goro
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Ghostbuster
Profession : Propriétaire d’Hostess Clubs - Lieutenant du Syndicat.
Rang : S
Yens : 165
Visite inattendue [Ryūka - An 295] || Mer 27 Juin - 14:04

HRP:
 

"Pfrt... pffff... ahaha !"

Impossible de pas se marrer devant mon reflet. Heureusement que les infirmières sont pas dans le coin, elles me prendraient pour un taré à rire comme ça face à un miroir. M'enfin, mieux vaut rire que pleurer.
P'tain, quelle dégaine ridicule ça me fait. Apparemment, la balle m'a atteint un peu au dessus de la tempe droite, du coup ils ont dû me raser une partie du crâne pour pouvoir réaliser l'opération. J'me retrouve du coup avec la pire dégaine coupe de cheveux du monde : d'un côté y a mes cheveux habituels qui me tombent presque aux épaules, et de l'autre j'suis rasé de près et ça commence tout juste à repousser.
Heureusement que mes bandages couvrent la majorité du côté rasé, ça sauve vite fait les apparences.

"M-monsieur Sagishi ?"

...

Oups. Y a visiblement des infirmières dans le coin.

"Oui .. ?"

Aie, j'appréhende déjà la remarque qu'elle va me faire.

"Quelqu'un demande à vous voir."

Quoi.
Pendant un court instant, mon cerveau se mit à réfléchir à toute vitesse. Qui aurait envie de venir me voir à un moment pareil ?
Avec toutes les offres de sponsor qui s'accumulent, j'ai bien précisé que je ne voulais pas qu'on vienne me parler business tant que je serais en rétablissement ici, donc il ne peut pas s'agir de ça. Mes parents sont carrément trop occupés pour venir me voir. Mes amis ... j'en ai pas quarante. Quelques noms me viennent en tête cela dit. Mais lequel ? C'est peut-être dû au fait que je m'ennuyais comme un rat mort jusque-là, mais ce mystère est vraiment intriguant.
Maintenant que j'y pense, peut-être qu'il s'agira tout simplement d'une sombre connaissance qui voudrait profiter de ma soudaine popularité. Bah, vaut mieux pas trop me monter la tête et juste la laisser me dire de qui il s'agit.

"Il s'agit d'Hayasa Ryu..."

Ryuzaburo ?

"Oh, oui je vois de qui il s'agit, j'accepte la visite avec plaisir."

Et elle se retira après avoir gentiment hoché de la tête, quoique un peu surprise par ma soudaine spontanéité. Bon bah ça va finalement ! De tous les gens qui auraient pu décider de me rendre visite, j'm'en sors bien si c'est Ryuzaburo qui vient me voir. C'est un gars assez différent de moi mais étrangement, on s'est toujours assez bien entendu. Quoique, déjà au lycée, il parvenait à bien s'entendre avec à peu près tout le monde. Il a un frère plus jeune que je connais mal, quel est son nom déjà ? Pas moyen de me rappeler. Et enfin, sa petite soeur Ryūka. Impossible de pas se sentir mal pour elle quand on connait son Alter et leur grand-père ... pauvre enfant.

Aux dernières nouvelles, elle désire toujours intégrer Yuei un jour pour devenir une héroïne. Tiens, quand Ryuzaburo sera arrivé, faudra que je prenne des nouvelles d'elle !
Hayasa Ryūka
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Izanami
Profession : Élève 3S - Filière Héroïque
Rang : A
Yens : 525
Renommée : 151
Re: Visite inattendue [Ryūka - An 295] || Mer 27 Juin - 16:42



Cannot cease for the fear
of silent nights



An 295 - Ryūka (11 ans)

La vidéo avait fait le tour d'internet, mais aussi de la presse. Si mon frère et ma famille n'était pas désireux que je la regardes, ils n'avaient pas réellement eu le loisir de m'en soustraire à cause de l'engouement médiatique qu'il y avait. Ta réputation prenait vie d'une certaine façon... Mais cela aurait été préférable qu'il en soit tout autrement.

Silencieuse devant l'écran de télévision qui déverse son flot d'information et d'image pas forcément des plus intéressant surtout pour la petite fille que je suis. Qu'est-ce que j'en ai a faire que demain, il fera plus chaud qu'aujourd'hui ou encore que le ministre machin truc muche tente de faire passer une loi ou même de l'accident qu'il y a eu dans une autre ville. Pour moi, tout ça, ça me passe au dessus de la tête. Si j'affectionne être avec mes parents au moment du journal télévisé, c'est uniquement pour entendre parler des héros et avoir l'espoir en réalité d'entendre parler de l'homme au Bob Aka mon frère.

Pourtant, ce soir là, alors que mes parents ont tenté de m'éjecter du fauteuil pour me dire d'aller prendre mon bain et ainsi évité encore une partie du journal. Ça fait que plusieurs soirs qu'ils me font ce coup-là. Mais là, ils s'y sont prit trop tard. Tu reviens sur le tapis, après tout, ton histoire faire la une, mais moi, j'étais pas au courant. Etant isolée de mes autres camarades à cause de mon alter à l'école, personne ne m'en avait parlé puis mes parents ayant sciemment fait en sorte que je n'entende rien de cela...

Je fixe l'écran, m'arrêtant alors que j'étais entrain de me lever tandis que l'on voit ton visage à l'écran. Je regarde mes parents et puis mes deux frères. Goro ? Blessé ? Mort ? Mon coeur semble cessé de battre un instant, parce que tout le monde ici semble avoir remarqué mon affection pour toi, bien qu'ils trouvent tous cela assez amusant. Il faut dire que t'es la seule personne en dehors de la famille à qui je quémande des câlins. "Dites-moi qu'il va bien !" Lançais-je en direction de la télé, parlant aussi bien à mes parents qu'au téléviseur.

-Il est hospitalisé pour le moment. Il est dans le coma Ryūka.

Je tourne la tête vers mon père qui vient de m'annoncer cela de but en blanc, comme s'il le savait depuis un long moment déjà. Et en effet, car la télévision complète les dires en affirmant que ça fait plusieurs jours depuis ce braquage.

"Je refuse !" Pestais-je alors. Je refuse qu'il meurt ! Je refuse qu'il soit blessé. Tout ça, ça peut pas être vrai ! "Je veux aller le voir !" Ordonnais-je alors, faisant un caprice comme je n'en fais que trop rarement. Mais pour toi, pour te voir, savoir que tu allais bien, je pouvais bien entendu me permettre cela.

Néanmoins, il fallut plusieurs jours à ce que mes parents conscient à ce que je vienne te voir ou plutôt ils attendaient que tu ne sois plus dans le coma, pour m'épargner probablement le supplice de te voir inconscient et étendu comme un mort, sachant que je vois déjà bien trop de cadavres à cause de mon alter.

-Soit calme ma petite Ryūka, n'oublie pas qu'il vient de sortir du coma et qu'il est encore convalescent d'accord ? Alors ne l'ennuie pas trop !

Mon père aurait probablement préféré que Ryūzaburo m'accompagne, mais il était occupé avec son agence, alors il avait fait le chemin avec moi et comptait m'attendre dans le hall.

L'infirmière t'annonce alors ma présence et tu acceptes que je viennes, chose qui m'arrache un sourire avant même que je rentre dans la pièce. Au moins, tu te souviens de moi, tu n'as pas perdu la mémoire !

Entrant donc dans cet pièce trop blanche et immaculé, mes iris se posent rapidement sur toi et je ne peux m'empêcher de me figer en voyant le bandage à ta tête. "J'ai espéré que ça ne soit pas vrai..." Soufflais-je alors que me connaissant, tu sais qu'en temps normal je t'aurais déjà sauté dessus pour te faire un câlin, quitte à avoir une attitude aussi horripilante que celle d'un chat qui veut de l'attention. Alors, oui, je reste immobile à l'entrée de ta chambre d'hôpital, mes petites mains serrant les manches de ma veste alors que mon regard reste fixé sur ta tête. Ne sachant pas si je dois être soulagée de savoir que tu es encore en vie ou bien inquiète à cause de cette blessure. Des larmes se mettent d'ailleurs à couler sur mes joues... Joie de te voir. Frustration de te savoir blessé.

________________


''Oh not giving up there’s always been hard, so hard
But if I do the things the easy way I won’t get far''
Sagishi Goro
Membre du Syndicat
avatar
Surnom : Ghostbuster
Profession : Propriétaire d’Hostess Clubs - Lieutenant du Syndicat.
Rang : S
Yens : 165
Re: Visite inattendue [Ryūka - An 295] || Mer 27 Juin - 18:41

Hein ? Très rapidement, je passe en revue la dernière minute qui vient de s'écouler. L'infirmière a pourtant annoncé Ryuza... oh. C'est vrai que leurs parents ont donnés des noms similaires à toute la fratrie ! Ha, ça m'apprendra à tirer des déductions hâtives. Par contre, une autre interrogation pointe le bout de son nez : comment ça se fait qu'elle ait prit la peine de me rendre visite ? Je jette un coup d'oeil derrière elle, mais n'y trouve personne. Elle a vraiment juste tenue à venir me voir ? C'est adorable.
Ouaip, y a absolument aucune chance pour que je dise ça à voix haute, mais ... c'est touchant. Et j'ai beau ne pas trop avoir la forme, il me parait impossible de faire la gueule devant tant d'innocence.

"C'est ma coupe de cheveux qui te mets dans cet état ? Hahaha, faut pas t'en faire !"
J'exagère peut-être un peu. Elle a quoi, bientôt douze ans, quelque chose comme ça ? Vu les petits coups d'oeil que j'ai jeté aux réseaux sociaux, y a de bonnes chances qu'elle ait été exposée à la fameuse vidéo ... sale époque dans laquelle on vit. Ca m'emmerde qu'elle ait vu des images aussi violentes, mais ce qui est fait est fait j'imagine.
J'attrape un mouchoir et m'approche d'elle avant de ployer le genoux histoire de me mettre à sa taille. Pour être honnête, je suis pas toujours très à l'aise avec ses démonstrations d'affectivité, mais ça fait juste mal au coeur de la voir juste se tenir à l'entrée sans bouger.
Doucement, tranquillement, je sèche ses larmes. Je devrais peut-être lui faire un câlin ? Ahh, mais je suis pas à l'aise avec ces choses-là. J'imagine que si elle m'en fait un, je lui rendrait gentiment. Comme d'habitude.

"Ca va repousser tu sais. Et pour le reste ... c'est le lot des héros. Mais t'en fais pas, moi j'suis pas très doué, mais toi t'auras jamais ce genre de soucis !"
Enfin, je dis ça mais si j'étais honnête, je devrais admettre que je peux pas savoir. Elle récoltera certainement quelques cicatrices si jamais elle s'obstine avec son désir d'emboiter le pas à ses grands frères ...
En vérité, elle file peut-être droit vers sa fin, à s'engager comme ça dans cette route périlleuse.

"Mais c'est vrai que je me demande si ça vaut le coup parfois."
...merde. C'était peut-être pas le meilleur choix de mots. Les docteurs m'ont affirmés que je ne devrais pas garder de séquelles et que la balle n'a pas atteint le cerveau, mais j'ai encore besoin de repos on dirait. Voilà que je raconte des trucs déprimants à une enfant pleine de rêve.

"Nan, oublie ça. C'est juste que ... je me rends compte maintenant que si j'avais quelqu'un sur qui veiller, je sais pas si je serais très à l'aise à l'idée de la laisser s'engager dans cette voie."
Y a quelques temps, j'aurais juste répondu "si c'est son rêve alors il faut le respecter" face à cette question, mais maintenant que j'ai goûté aux risques du métiers, mon discours a peut-être un peu changé ...
Je soupire légèrement et me relève avant d'aller m'asseoir sur mon lit, lui indiquant qu'elle peut me rejoindre. Y a également quelques chaises dans la pièce, la pauvre n'a pas à rester à l'entrée comme ça.

"Les études, Yuei et l'Agence ... à force de consacrer du temps à tout ça, on en vient à oublier le reste du monde. On ne voit plus que les héros et les vilains, comme si c'étaient les deux seuls destins possible pour quelqu'un. J'aurais peut-être dû choisir ..."

... autre chose. Me rendant compte de ce que je suis en train de raconter, je m'interromps. Je suis censé être un exemple pour elle, pas lui raconter tout ce qu'il me passe par la tête. Surtout qu'elle même a un lourd passif, entre ses grands frères qui sont des héros en activité et son tristement célèbre grand-père. Au fond, est-ce qu'elle est pas un peu comme moi avant ? Coincée, se sentant obligée de rejoindre les héros pour prouver quelque chose ? Je me demande si je ne creuse pas un peu trop, mais il faut avouer que son cas est intriguant. Et puis, elle est en âge de tenir une conversation.

"Haha, excuse-moi, j'ai encore besoin de repos, ce que je raconte est pas toujours très cohérent. Hey, et si tu me racontais ..." voyons voir ... ah, je sais ! "Pourquoi est-ce que tu souhaites devenir un héros ?"

La question m'intéresse, surtout maintenant que je suis dans une période de doute. Et puis, j'ai beau connaître Ryûka depuis un bail, je lui ai jamais vraiment parlée seul à seul comme ça. C'est le moment d'essayer de la comprendre un peu mieux, enfin, si elle décide de s'ouvrir un peu ...
Hayasa Ryūka
Apprenti Héros
avatar
Surnom : Izanami
Profession : Élève 3S - Filière Héroïque
Rang : A
Yens : 525
Renommée : 151
Re: Visite inattendue [Ryūka - An 295] || Sam 14 Juil - 19:34



Cannot cease for the fear
of silent nights



An 295 - Ryūka (11 ans)

Le regard empli de larme et posés sur toit, je pleures. Soulagée de te voir en vie, mais toujours inquiète à cause de ses horribles bandages qui te servent actuellement de couronne. J'ai peur de bouger, de réaliseer que tu n'es qu'une illusion et qu'en réalité, tu es toujours allongé inconscient. Pourtant père ne m'aurait pas permis de venir si tu n'étais pas en meilleure forme. La preuve en est, tu t'avances jusque moi pour sécher mes larmes avec un mouchoir. Un geste lent et doux. Mais qui suffit à être un déclencheur pour moi. Je me jette alors dans tes bras, venant saisir de mes mains tes vêtements pour t'enlacer plus fortement que d'habitude. Parce que là, il n'est plus question de timidité ou de je ne sais quel autre sentiment innocent, mais bel est bien de réconfort, de bonheur de te revoir après cette vidéo et la une qu'il y a eu. "Je t'interdis de mourir." T'ordonnais-je alors d'une voix rendue un peu plus aiguë à cause des larmes versées précédemment et de celles qui tentent encore de franchir la barrière de mes paupières actuellement closes.

Je m'extirpe de tes bras après quelque longues secondes et détourne un peu le regard après m'être montrée peut-être un peu trop égoïste et démonstrative avec toi, une fois de plus.

Tu te mets alors à parler et je te laisse faire, surprise par tes propos et les idées qui en découlent, mais peut-être encore trop jeune pour en comprendre toute la profondeur et l'importance que tout cela peut avoir pour toi à cet instant.

Je glisse doucement ma main dans la tienne pour te tirer jusqu'à ton lit pour que tu t'installes à nouveau dessus alors que tu viens de dire avoir besoin de te reposer encore. Pourtant, tu me poses alors une question personnelle et je relève le regard, plus que surprise.

Un large sourire prend alors place sur mes lèvres. "Pour être comme Ryuza." Répondis-je alors, ma voix marquant bien toute l'adoration que j'ai pour l'aîné de la famille. Je pourrais partir plus dans les détails, mais est-ce réellement utile que d'en parler à d'autre qu'à mon frère ? Non, même si j'avoue qu'avec toi, cela ne me dérangerait pas. Je crois. "Papa a dit que je ne devais pas t'empêcher de te reposer, alors si tu veux dormir, dis le. Je ne voudrais pas qu'à cause de moi, tu te retrouves encore plus mal." Murmurais-je. "J'ai réellement eu peur pour toi tu sais..." Poursuivis-je, incapable de te regarder alors dans les yeux. "Je voulais venir te voir avant, mais ils ne voulaient pas..." Je serre un peu les poings. "J'avais peur Sagishi-san." Je relève alors le visage pour te regarder à nouveau. "Que ça soit mes frères ou toi, je veux pas vous voir dans des états comme ça !" Trop franche pour le coup ? Oui, probablement.


________________


''Oh not giving up there’s always been hard, so hard
But if I do the things the easy way I won’t get far''
Contenu sponsorisé
Re: Visite inattendue [Ryūka - An 295] ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une visite inattendue (PV Roro et Lala)
» Une visite inattendue [PV Kira]
» Une visite inattendue. (Zoé)
» Visite inattendue [Terminé]
» visite chez le gynéco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Autres lieux :: Autres :: Flashbacks-
Sauter vers:
spider