[AV/T - DH] Ivan Rullev
header

Partagez|

[AV/T - DH] Ivan Rullev

Ivane Rullev
Héros professionnel
avatar
Surnom : Docteur Placebo
Profession : Héros professionnel - Bénévole
Rang : A
Yens : 90
Alignement : Rebelle
[AV/T - DH] Ivan Rullev || Ven 29 Juin - 0:32

Rullev Ivane




NOM & PRÉNOM : Rullev Ivane
ÂGE : 38 ans
SURNOM : Docteur Placebo
RANG : A
ALIGNEMENT : Rebelle
PROFESSION : Bénévole
AGENCE : Kyuunan
ALTER : Secouriste - L'alter permet à Ivane de transformer les substances addictives en différents médicaments et objet médical
AVATAR : OC - CTK Cave


Origines


Quel est votre avis sur la vie que vous avez mené jusqu'ici ?
Un avis sur ma vie ? C'est ça, la première question de votre interview et … Pff … Vous êtes plutôt direct, vous … Non non, je vais y répondre, j'ai rien à cacher après tout... 

J'ai grandi en Russie, parmi l'une des nombreuses mafias qui y pullulent… Je vais pas trop m'étendre là-dessus, vos collègues en ont déjà suffisamment parlé il y a quelques années, à mes débuts … Et contrairement à toutes les conneries qu'ils ont pu dire, j'étais ni un dealer, ni un tueur en série, ni un trafiquant d'organes… J'étais l'un des fils du boss local, à Vladivostok. Ça voulait pas dire que j'étais protégé ou chouchouté, loin de là... J'allais en mission avec les gars, même si c'était essentiellement du racket... Il y avait bien quelques fusillades de temps à autre, mais ma famille était très bien implantée dans cette ville : c'était surtout des nouveaux venus en quêtes de gloire et de fric facile... Pas de réels dangers, quoi.

Alors certes, on risquait toujours notre peau, mais bon … La plupart du temps, les gars et moi, on se soûlait dans les bars, on foutait le bordel, on parlait de tout et de rien... C'est vrai qu'on perdait pas mal de notre temps, on tournait en rond mais … C'était une vie plus simple, plus mouvementée, plus amusante .. Je n'ai pas de regret, attention, après tout, j'ai quitté ce mode de vie de mon propre chef, mais … C'était vraiment plus simple... Pas de médias, pas de responsabilités, pas de code moral. Si tu foirais une mission, tu rendais des comptes au boss... Aujourd'hui, j'ai l'impression que tout le monde m'observe, attendant que je tombe pour se jeter sur moi... Même mon surnom est une blague... Enfin, je m'y suis habitué : quoique ça m'a bien affecté lors de mes premiers pas au Japon. Je ne m'attendais pas vraiment à un tel accueil...

Faut dire qu'avec ma dégaine de mafieux russe, ça a du faire déranger pas mal de monde que j'emprunte la voie du héros... et quand on est différent des gens, faut pas s'attendre à recevoir de cadeaux. Pourtant, j'avais fait les choses bien : comme j'étais bien trop vieux pour aller à Yuei, je devais faire mon choix entre les 3 agences de héros, afin d'être formé. J'avais porté mon dévolu sur Kyuunan, au vu de mon atler. La formation était intéressante, et comme j'étais un parfait inconnu, personne ne m'emmerdait à propos de mon passé. En revanche, quand j'ai fini ma formation et que je suis devenu un héros à part entière, j'ai été la cible des journaux pendant ... 1 semaine ? 1 mois ? Je ne m'en souviens plus vraiment. À vrai dire, je les ai copieusement ignorés, mais c'est vrai qu'ils m'ont forgés une sacré mauvaise réputation, mon coté mafieux russe était du pain béni pour eux. Enfin, maintenant c'est fini … J'ai fait mon trou, et je suis un « vrai héros », yep. Je suis … satisfait de ce que j'ai pu faire, et j'ai pas vraiment de regret. Vous avez d'autres questions ? 

Quels sont vos rêves et idéaux ?
Des rêves et des idéaux ? Vous me prenez pour un enfant de 12 ans ou quoi ? Les rêves ne sont rien d'autre qu'une perte de temps... C'est un mirage, c'est ce qu'on aimerait faire, ce qu'on aimerait devenir. Si on en rêve, c'est parce qu'on sait pertinemment que c'est inaccessible... Alors pourquoi s'user la santé sur ça ? C'est typiquement avec ce genre de chose qu'on rate l'instant présent. Autant s'asseoir sur un banc et regarder le ciel : quitte à perdre son temps, autant se sentir vivant, savourer les sensations du quotidien, profiter de la vie.

Les idéaux sont à peine mieux. Tu as envie de changer le monde ? Calme-toi, et fais déjà quelque chose de ta vie. La plupart des gens prônent leurs idéaux à la moindre occasion... Les gens se moquent bien de ce que tu veux, alors agis pour toi. Et malgré ça, combien agissent réellement pour les mettre en œuvre ? Beaucoup trop. Car c'est ça qui me dégoûte avec les idéaux : les gens les utilisent pour s'accorder de l'importance. Que tu veuilles être le plus grand des héros ou le meilleur détective, c'est toujours la même chose. Tu veux rendre le monde meilleur ? Pas besoin d'être un héros pour ça. Tu peux très bien le faire en aidant les personnes âgées à traverser la route... Il faut être honnête avec soi-même : si tu as comme folle ambition de devenir le numéro 1 parmi les héros, c'est uniquement pour la gloire. Rien d’héroïque là-dedans. C'est un exemple parmi tant d'autre, mais il résume bien la situation. Les gens qui agissent pour "leurs idéaux" n'agissent que pour attirer l'attention. Personne ne devient le numéro 1 juste pour la place. Il y a une volonté de domination ou un besoin d'attention derrière. 

Les rêves sont une perte de temps, un frein dans notre vie qui nous empêche d'avancer ou de profiter de ce que l'on a déjà… Les idéaux sont des outils hypocrites pour s'auto-congratuler ou pire, accorder de l'importance à ce que l'on fait, pour que tout le monde nous regarde... Franchement, autant être réaliste : ces deux choses ne peuvent rien apporter de bon, mieux vaut s'en passer.

Quelle est votre opinion sur votre alter et comment percevez-vous l'existence des alters ?
Eh bien ... je vois que vous avez bien potassé mon sujet... C’est une question très pertinente puisque je suis un héros qui n’est pas « né » avec un alter.

Je vous explique : comme mon alter ne peut s’activer que si j’ai absorbé des substances addictives, j’ai passé mon enfance persuadé que j’étais « normal ». La vie de héros était inimaginable pour moi. Je devais avoir ... 15 ans quand j’ai activé pour la première fois mon pouvoir, alors que je m’occupais des blessés suite à une fusillade. Une fois le choc passé, la découverte de mon alter a remis mon existence en question. À cette époque, je n’avais pas de but, je me contentais de servir les intérêts de la famille, sans me poser trop de questions. Alors quand je me suis rendu compte que Dieu m’avait accordé un pouvoir de guérison, j’y ai vu un signe. Une occasion de changer de voie, de trouver un but. C’est ce pouvoir qui m’a convaincu de partir de la Russie, de rompre les liens avec la mafia, de devenir un héros.

Cependant, à bien y réfléchir, l’existence des alters n’est pas aussi rose que l’on peut y penser. Avant d’avoir mon alter, j’étais « le fils du Boss ». C’était comme ça qu’on me décrivait, la plupart des inconnus ne me voyait que comme ça. Seuls mes amis les plus proches pouvaient voir Ivane. C’est la même chose avec un alter. Grandir avec un alter est assez contraignant, car les gens ne vous voient que par le biais de celui-ci. Le pire, c’est que la plupart des gens s’attendent à ce que tu deviennes un héros. Après tout, tu possèdes un alter, tu te dois de l’utiliser pour les autres, ceux qui n’ont pas d’alter. Cette pensée égoïste et malsaine ignore les envies des gens au profit du « bien commun ». Pire, il isole et dissocie les gens qui possèdent un alter de ceux qui n’en possèdent pas. C’est facile de dire que tous ceux qui ont un alter doivent être des héros. Est ce que tous les sans alters sont des policiers ? Tout le monde n’est pas capable de passer sa vie à servir les autres. Pourtant, ceux qui ont un alter n'ont que 3 solutions. Ils peuvent devenir des héros et se mettre au service des gens. Ils peuvent exercer un métier ordinaire, mais ils devront alors faire face à la méfiance et aux préjugés des gens. Une situation peu enviable, qui va pousser certains à se rebeller : ceux qui n’arrivent pas à s’intégrer à cette société fixe et fermée, les Vilains.

Les alters ne sont pas mauvais ou bons : ce sont des outils. Le problème vient de notre société, qui force les gens à utiliser leurs alters. Ceux qui refusent sont laissés pour compte, reniés, abandonnés... La plupart des Vilains ont une bonne raison de l'être.


Trame


Avez-vous un souvenir dont vous souhaitez nous parler ?
Rah, je sais que j'ai pas le droit de fumer ! Mais votre dernière question m'a énervé ! Faut bien que je m'en fume une … Et puis c'est vous qui avez insisté pour m'interviewer ! Mon interview, mes règles ! Bon, vous avez d'autres questions ? Un souvenir ? J'aimerais bien parler de mon départ de Russie. Vos collègues en ont beaucoup parlé, mais aucun n'a voulu me poser la question pour en savoir plus …. Enfin, si je commence à espérer de leur intégrité et de leur professionnalisme…

J'ai quitté la Russie quelques jours après mes 20 ans. J'avais découvert mon alter vers mes 15 ans et ça m'avait beaucoup perturbé. Je voyais dans mon alter une occasion, un signal pour changer de vie. J'avais décidé d'attendre 3 ans, continuant à œuvrer pour la famille, pour réfléchir à cette décision, et surtout pour organiser mon départ. La Russie n'était pas un choix possible : la situation des héros y était beaucoup plus précaire et je voulais un nouveau départ. Comme le Japon était un pays proche et qu'il acceptait sans trop de problèmes les héros étrangers, j'ai consolidé les bases que j'avais pour devenir bilingue et j'ai commencé à amasser de l'argent, ce que je pouvais pour subvenir à mes besoins une fois en terre étrangère. Au final, 5 ans avait été nécessaire.

Je pensais que le plus dur serait d'annoncer mon départ à ma famille … mais pas du tout. Pendant ces 5 ans, je n'avais pas été vraiment discret. Sans rien leur dire, ma famille avait compris que j'allais partir. J'avais décidé de leur annoncer le jour de mes 20 ans. Mon père nous avait amenés dans l'un des meilleurs restaurants de fruits de mer de Vladivostok. Notre famille faisait parti des meilleurs clients, nous avions le droit à une salle séparée, sûre et discrète. Le repas avait été copieux et arrosé, comme d'habitude, et une bonne ambiance régnait : cela faisait plusieurs mois que personne n'avait tenté de s'élever contre nous, la police croulait sous les pots-de-vin et les profits étaient maximum. Alors que le dessert se terminait, je fis mine de me lever pour prendre la parole. Avant même d'avoir pu en placer une, mon père éleva la voix, repoussant sa chaise pour se diriger vers moi :

« Ivane, nous savons. Il va te falloir être plus discret. Pour cela, tu n'es plus mon fils » m'annonça-t-il.

Je me rappelle d'avoir été choqué. Je ne pensais pas que mon départ serait aussi mouvementé, je ne pensais pas que mon père allait se montrer aussi inflexible. Le temps de retrouver mes esprits, il était à mes côtés. Et soudain, il m'enlaça dans une étreinte bourrue, une parodie des câlins que pouvait me donner ma mère, morte quelques années plus tôt d'un cancer du foie dépisté trop tardivement. Pour que vous compreniez bien ma situation, mon père était un véritable homme russe : grand, fort et impitoyable. Il aimait ces enfants, mais il ne le montrait pas. Tout, dans son discours et ses gestes, me laissait perplexe.

Alors qu'il me relâchait, je crus voir un sourire. Encore aujourd'hui, je ne sais pas si c'est la réalité ou un tour de mon subconscient. Ce qui était bien réel, en revanche, c'étaient les billets d'avion vers Tokyo qu'il avait glissé dans ma poche. Je dis bien « les billets » puisqu'il y en avait 2 : un pour moi, et un pour Rukov, l'un de mes meilleurs amis qui avait décidé de venir avec moi au Japon. Sans avoir le temps de le remercier, mon père s'était déjà éclipsé pour « payer la note ». Il n'avait jamais été très fan des adieux. Pourtant, en me reniant, il m'avait fait le plus beau des cadeaux ; il avait coupé mes liens avec la mafia. C'était sa façon à lui de me souhaiter bonne chance dans ce nouveau départ. Alors que j'embrassai toute ma famille, je devais faire face aux encouragements de mes deux grands frères et à l'incompréhension des plus petits : ils n'avaient rien vu venir et ne comprenaient pas pourquoi je les abandonnai pour ce pays lointain. J'ai même dû consoler le plus jeune. À peine sorti du restaurant, Rukov était la, m'attendant dans la voiture : il avait toujours été au courant, sans rien me dire. Le salaud...

Comment votre personnage réagirait-il s'il était témoin d'un crime ?
Ma réaction face à un crime ? Y'a jamais deux fois le même crime, mais je peux tenter de résumer mon approche, ça vous va ? Nickel !

Du coup, bien que ça peut paraître bizarre, j'arrête la plupart du temps des criminels en dehors de mes interventions. En réalité, quand on m'appelle spécifiquement, c'est lors des accidents ou pour m'occuper de civils ou de héros blessés. Mon alter n'est pas vraiment fait pour le combat. Je laisse cela aux héros avec un alter plus… « agressif ».

Le reste du temps, je suis bénévole, mais je ne me cantonne pas à une seule association, je me balade dans les différents quartiers pour fournir des soins de qualité, gratuitement. Si dans ce cas-là, je suis témoin d'un crime, j'aime me donner quelques secondes pour analyser la situation. Ça me permet de bien identifier la victime, mais aussi le ravisseur : est ce qu'il est armé ? Est ce qu'il semble en colère ? Apeuré ? Jaloux ? Y'a t'il des blessés ? C'est ce genre de détails qui déterminent la violence de mon intervention : comme je n'ai pas de force surhumaine et que j'ai la capacité de soigner facilement, je n'hésite pas à me montrer plus brutal que mes collègues, surtout si quelqu'un requiert des soins immédiats.

Après, je ne peux que spéculer : est ce que le criminel a un alter ? Est ce qu'il est utile ? Est ce qu'il se bat ou est ce qu'il fuit ? Divisions tout cela en deux situations : est ce que je peux le gérer ou non ? Si ce n'est pas le cas, je fais appel à des renforts, bien évidemment. Sinon, je me contente de l'assommer ou d'au moins l'immobiliser. Une fois assuré que la victime n'a rien, je m'occupe du cas de l'agresseur, pansant ses diverses blessures, l'arrangeant un peu. J'ai un petit local à Roppongi, mais je suis généralement trop loin pour m'y rendre. La plupart du temps, c'est dans une arrière-salle propre et au calme que je m'occupe des blessés, avec l'accord du patron.

J'aime bien ramener le criminel moi-même au commissariat le plus proche. Cela donne le temps à mes gosses de se renseigner sur lui. Attention, je n'ai pas d'enfants : c'est juste comme ça que j'appelle les orphelins qui bossent sur moi. Ce sont tous des enfants de la rue qui aurait du faire des choses bien pire pour survivre. Je leur offre un boulot bien payé et sûr : ils doivent juste se renseigner sur les personnes qui viennent me voir ou sur les criminels que j'arrête. S'ils m'apprennent que la personne que je viens d'arrêter agit car il n'avait pas d'autres moyens, qu'il était désespéré, je fais en sorte de le relâcher, de lui donner quelques tuyaux pour qu'il puisse reprendre une vie honnête. Calmez-vous, je ne fais ça que si je suis sûr de l'intégrité du gars et s'il n'est pas allé trop loin lors du crime. En général, ce sont des voleurs ou des racketteurs. Mais pour ceux qui prennent plaisir à faire souffrir les autres, qui sont satisfaits de leurs vies criminels ou pour les meurtriers, je laisse la justice faire son office.

À quoi ressemblerait une journée type de votre personnage ?
Vous savez, la routine touche aussi les héros. Certes, il y a les interventions et les missions, mais c'est aussi le quotidien des pompiers, par exemple. Rien de bien excitant, moi même je suis une routine bien tracée.

Je me lève tous les jours à 7h. Pas besoin de réveil, j'ai pris l'habitude de cet horaire. Je crois qu'on appelle cela l’horloge biologique... Enfin bref, je m'accorde 5 minutes pour émerger avant de prendre une bonne douche, bien chaude, pour me mettre en jambe. Je ne suis pas un homme qui passe beaucoup de temps à me préparer : juste le temps de me coiffer et de trouver la bonne association de vêtements. C'est important. Plus important que le petit déjeuner, même ! Je sais que le petit-déjeuner est censé être le repas le plus important de la journée mais bon, il faut avoir le sens des priorités … Une tasse de café et une clope suffisent largement. À la limite, un petit biscuit si j'ai vraiment faim. Le matin, je prends mon temps : comme je pars à 8h de chez moi, je sirote tranquillement mon délicieux nectar devant les informations. Ça me permet de savoir ce qu'il a pu se passer durant la nuit. Se tenir informé, ça fait aussi partie du devoir de chaque héros vous savez ? Enfin, c'est mon opinion.

Une fois sorti de chez moi, je me dirige vers l'agence. L'agence Kyuunan, bien évidement, c'est la-bas que je bosse ! Enfin... Si on a pas besoin de moi, je reste la bas 1 heure. Cela me permet de discuter avec les collègues et d'être dispo en cas de mission surprise. Tous le monde ne m'apprécie pas, mais au bout de 10 ans, je sais séparer le bon grain de l'ivraie. Et puis surtout, ça me permet d'être au courant des dernières missions, celles qui n'ont pas encore été publiés dans les journaux. Donc à 9h, puisque personne n'a besoin de moi, je pars pour l'association la plus proche : j'offre mes services de médecin et de fournisseur médical gratuitement au plus démuni. Cependant, je préfère ne pas m'attacher à une association en particulier, pour pouvoir me balader librement dans Tokyo. À moins qu'un crime ne se déroule sous mes yeux ou que je sois convoqué pour une mission, je distribue des soins jusqu'à midi. Je me permet 1 heures de pause pour pouvoir manger copieusement ( la bière et le café ne sont pas négociable ) et me racheter des clopes ou du feu. 13h sonnant, je retourne à l'agence. Même routine, je passe 1 heure dans les locaux, plus si mes services sont demandés. Sinon, je retourne vers mes patients sur le coup de 14h, et ce jusqu'à 18h, sans interruption. Après tout, je suis un bénévole engagé. Cependant, si j'ai eu une mission durant la nuit, je m'autorise une sieste jusqu'à 15h. Il ne faudrait pas que je dérègle mon cycle de sommeil, quand même.

Mais ma journée se finit à 18h précise. Si je ne m’embête pas pour me restaurer le midi, le repas du soir est une tradition : et finir à 18h m'assure de pouvoir m'y rendre à une heure correcte, peu importe le quartier où j'ai fini. Chaque soir, je mange chez Rukov, mon meilleur ami qui m'a suivi au Japon. En réalité, ce n'est pas moi qui suit la raison de son départ. De 3 ans mon aîné, il était tombé amoureux d'une femme, Elia, à ses 17 ans. Très rapidement, ils se marièrent et décidèrent d'avoir un enfant. Tout ne se passa pas comme prévue. La mère mourut en couche, laissant Rukov jeune papa d'une petite fille nommée Elisa, alors qu'il n'avait que 21 ans. Ne voulant pas lui offrir un avenir dans la mafia russe, il a saisi l'occasion que je représentait pour pouvoir lui offrir un avenir sain. Je ne doute pas qu'il y ait eu un pacte entre lui et mon père, comme quoi il serait mon garde du corps en échange de sa liberté, ou une magouille dans le genre. Mais cela ne change rien à l'amitié que nous nous portons !

Aujourd'hui, il tient un restaurant de sushi et est l'un des meilleurs de la capitale. Ironique pour un russe non ? Sa fille est devenue une magnifique jeune femme, elle va actuellement sur ses 20 ans et elle aide son père au restaurant. Il peut se montrer un peu trop protecteur envers elle, ce qui a le don de l'énerver, mais ils ont une bonne relation père-fille. Généralement. Il y a bien ces soirs où je suis le seul client à rester, ignorant simplement la tempête qui sévit en cuisine. Au bout d'un moment, on s'y habitue. Mais ce n'était pas que pour profiter de la présence d'un ami ou pour manger un excellent repas que je passais chaque soirée en leurs compagnies.

En réalité, leur restaurant est un lieu de rencontre. Ceux qui veulent faire appel à mes services de médecin ou de fournisseur médical, en toute discrétion, prennent rendez-vous auprès de Rukov, qui leur donne une heure dans la soirée dans mon petit local de Roppongi. En plus de me faciliter la vie en concentrant mes clients les plus louches, cela permet à mes gosses ( rappelez vous, il s'agit des orphelins que j'emploie comme indics ) de se renseigner sur eux. Ainsi, avant même de les rencontrer, je sais tous ce que j'ai à savoir : est ce qu'ils sont des connards ? Ma définition de connard est assez vague, elle me permet de déterminer le prix que le client va payer. S'il s'agit d'un gars honnête retrouvé dans le monde du crime par nécessité, le prix sera infime. Si ce n'est pas le cas … Il paye très très cher le coût de la discrétion. Cela me permet de vivre et ce n'était pas comme si c'était des personnes recherchés : quel criminel en cavale irait se faire soigner chez un héros ? En général, je passe deux petites heures dans mon local avant de rentrer chez moi. Je me couche à 23h, cela me permet d'avoir un sommeil impeccable. Si je rentre plus tôt, je traîne sur la télé ou sur internet, en fonction de mon bon vouloir … Et c'est ainsi que se termine ma journée typique.


Derrière l'écran


Pseudo : Miiala
Âge : 18 ans
Comment as-tu connu le forum ? : C'est Yamamoto Kyogoku qui m'en a parlé
Quel est le but de ton personnage à court, moyen et long terme : Comme c'est un personnage assez blasé, je dirais que son objectif actuel est de ... pimenter sa vie, d'une façon ou d'une autre
 maxou’


Dernière édition par Ivane Rullev le Mar 10 Juil - 14:30, édité 40 fois
Hibiki Ayane
Chef d'Agence Héroïque
avatar
Surnom : Sound Wave
Profession : Chef de l'Agence Tsukeru - Actrice
Rang : S
Yens : 530
Alignement : Juge
Re: [AV/T - DH] Ivan Rullev || Ven 29 Juin - 5:54

Hooy :3

Juste un passage en flèche pour dire que ton avatar n'est pas aux normes du forum. En effet, le forum demande des avatars 200px de large par 400px de haut Smile

Si tu as besoin d'aide, n'hésite pas :3

Bisous :3

________________


Même si je maintiens que j'ai gagné cette soirée avant Miraï

Hibiki Ayane
Chef d'Agence Héroïque
avatar
Surnom : Sound Wave
Profession : Chef de l'Agence Tsukeru - Actrice
Rang : S
Yens : 530
Alignement : Juge
Re: [AV/T - DH] Ivan Rullev || Lun 2 Juil - 5:23

Coucou :3

Un autre petit passage car l'avatar que tu as choosi, Smoker de One Piece, est déjà utilisé par un autre membre validé soit @Katakuna. Je vais devoir te demander d'en choisir un autre.

Si tu veux un coup de main n'hésite pas :3

________________


Même si je maintiens que j'ai gagné cette soirée avant Miraï

Ivane Rullev
Héros professionnel
avatar
Surnom : Docteur Placebo
Profession : Héros professionnel - Bénévole
Rang : A
Yens : 90
Alignement : Rebelle
Re: [AV/T - DH] Ivan Rullev || Mar 3 Juil - 17:31

Hey !

Déjà merci pour la prévention, j'avais oublié de checker les avatars deja pris ^^

Et je veux bien un petit peu d'aide, je recherche un personnage fumeur et dans la quarantaine mais j'avoue que j'ai pas d'idée en tête. Je me contente d'errer sur Pinterest mais pour l'instant, rien n'a capté mon attention ^^


________________


Costume héroique:
 
Ivane Rullev
Héros professionnel
avatar
Surnom : Docteur Placebo
Profession : Héros professionnel - Bénévole
Rang : A
Yens : 90
Alignement : Rebelle
Re: [AV/T - DH] Ivan Rullev || Mar 3 Juil - 20:19

Au final, c'est bon, je viens de comprendre qu'on peut utiliser des OC, j'avais éliminé cette image pour cette raison ! Merci quand même de ton attention !

________________


Costume héroique:
 
Ivane Rullev
Héros professionnel
avatar
Surnom : Docteur Placebo
Profession : Héros professionnel - Bénévole
Rang : A
Yens : 90
Alignement : Rebelle
Re: [AV/T - DH] Ivan Rullev || Lun 9 Juil - 21:21

Et voilà ! Une présentation de faite, une !

En espérant que la lecture vous plaira ^^

________________


Costume héroique:
 
Deroze Hyzma
Chef du Syndicat
avatar
Surnom : Lunaë
Profession : Dirigeante du Syndicat
Rang : A
Yens : 580
Alignement : Loyal neutre
Re: [AV/T - DH] Ivan Rullev || Mar 10 Juil - 2:01

Salutations à toi Monsieur le russe !

Déjà je tiens à te dire que j'ai beaucoup apprécié lire ta fiche, elle est très agréable et j'aime beaucoup le caractère de ton personnage et la narration que tu lui donnes !

Cependant, plusieurs petites choses me titillent.

Premièrement : Tu ne parles que de très peu de ton travail à Kyuunan mais principalement de ton bénévolat

Deuxièmement : Pour devenir un héros tu as deux choix :

    - Intégrer Yuei en tant qu'élève et une agence en tant qu'alternant, effectuer tes trois années et intégrer l'agence à plein temps
    - Si tu es trop vieux, rejoindre une agence directement et c'est elle qui te forme

La deuxième solution est clairement celle qui te correspond le mieux étant donné que tu es arrivé au Japon à 20 ans et du coup tu étais trop vieux pour rejoindre l'école.

Voilà, rajoute ces petites modifications/approfondissement et je pourrais clairement te valider ta fiche et te permettre de pouvoir t'amuser à RP ! Very Happy

N’hésite pas à me MP si tu as des questions. Pense à notifier dans le sujet lorsque tu as les modifs' !

Cordialement,
The Weasel

________________


Spoiler:
 
Ivane Rullev
Héros professionnel
avatar
Surnom : Docteur Placebo
Profession : Héros professionnel - Bénévole
Rang : A
Yens : 90
Alignement : Rebelle
Re: [AV/T - DH] Ivan Rullev || Mar 10 Juil - 14:33

Modification apportée !

Je t'évite la relecture complète, voici les passages que j'ai ajouté :


Citation :
Faut dire qu'avec ma dégaine de mafieux russe, ça a du faire déranger pas mal de monde que j'emprunte la voie du héros... et quand on est différent des gens, faut pas s'attendre à recevoir de cadeaux. Pourtant, j'avais fait les choses bien : comme j'étais bien trop vieux pour aller à Yuei, je devais faire mon choix entre les 3 agences de héros, afin d'être formé. J'avais porté mon dévolu sur Kyuunan, au vu de mon atler. La formation était intéressante, et comme j'étais un parfait inconnu, personne ne m'emmerdait à propos de mon passé. En revanche, quand j'ai fini ma formation et que je suis devenu un héros à part entière, j'ai été la cible des journaux pendant ... 1 semaine ? 1 mois ? Je ne m'en souviens plus vraiment. À vrai dire, je les ai copieusement ignorés, mais c'est vrai qu'ils m'ont forgés une sacré mauvaise réputation, mon coté mafieux russe était du pain béni pour eux. Enfin, maintenant c'est fini … J'ai fait mon trou, et je suis un « vrai héros », yep. Je suis … satisfait de ce que j'ai pu faire, et j'ai pas vraiment de regret. Vous avez d'autres questions ?  

Citation :
Une fois sorti de chez moi, je me dirige vers l'agence. L'agence Kyuunan, bien évidement, c'est la-bas que je bosse ! Enfin... Si on a pas besoin de moi, je reste la bas 1 heure. Cela me permet de discuter avec les collègues et d'être dispo en cas de mission surprise. Tous le monde ne m'apprécie pas, mais au bout de 10 ans, je sais séparer le bon grain de l'ivraie. Et puis surtout, ça me permet d'être au courant des dernières missions, celles qui n'ont pas encore été publiés dans les journaux. Donc à 9h, puisque personne n'a besoin de moi, je pars pour l'association la plus proche : j'offre mes services de médecin et de fournisseur médical gratuitement au plus démuni. Cependant, je préfère ne pas m'attacher à une association en particulier, pour pouvoir me balader librement dans Tokyo. À moins qu'un crime ne se déroule sous mes yeux ou que je sois convoqué pour une mission, je distribue des soins jusqu'à midi. Je me permet 1 heures de pause pour pouvoir manger copieusement ( la bière et le café ne sont pas négociable ) et me racheter des clopes ou du feu. 13h sonnant, je retourne à l'agence. Même routine, je passe 1 heure dans les locaux, plus si mes services sont demandés. Sinon, je retourne vers mes patients sur le coup de 14h, et ce jusqu'à 18h, sans interruption. Après tout, je suis un bénévole engagé. Cependant, si j'ai eu une mission durant la nuit, je m'autorise une sieste jusqu'à 15h. Il ne faudrait pas que je dérègle mon cycle de sommeil, quand même.
Deroze Hyzma
Chef du Syndicat
avatar
Surnom : Lunaë
Profession : Dirigeante du Syndicat
Rang : A
Yens : 580
Alignement : Loyal neutre
Re: [AV/T - DH] Ivan Rullev || Mar 10 Juil - 16:11


Bienvenue sur le forum




Après ces quelques modifications : tout est bon. Je te valide donc rang A, te donne ta couleur et tes accès, puis t'ajoute dans les divers bottins !

J’espère que tu te plaira et que tu ne tuera pas trop de patients !

Enjoy !


Infos/Rappels :
─ Ta FT sera créée sous peu dans la zone HRP de ton groupe. N'hésite pas à consulter l'annexe expliquant le fonctionnement de ta FT et les modalités de passage ici
─ Tu peux créer ton propre carnet de bord ici
─ Pense à inclure le lien de ta présentation, celui de ta FT et éventuellement celui de ton carnet de bord dans ton profil !
─ Si tu es à la recherche d'un RP n'hésite pas à faire un tour ici ou à rejoindre directement le Discord du forum

Bon RP sur Dawn of Heroes


________________


Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
Re: [AV/T - DH] Ivan Rullev ||

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Guyanese Dr. Ivan Van Sertima passes at 74
» Bienvenue à Ivan de Duve
» frère de Poniatowsky / Ivan Soldat Bleu (En Cours )
» Visite d'État de la Gouverneure du Canada en Europe de L'est
» mais il est malade !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Heroes :: Administration :: Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: